Accueil » Moyens déloyaux » La psychose de la femme battue à la gendarmerie
Antiféminisme Aimeles

La psychose de la femme battue à la gendarmerie

Publié le 17 février 2014 par Léonidas Durandal à 15 h 27 min

Les représentants de la loi, se substituent aux pères en tout. Ici, à la gendarmerie, on ne voit que ça sur les affiches. Comme si le bourrage de mou à l’extérieur (1) n’était pas suffisant. Et comme si des lois républicaines pouvaient remplacer une bonne éducation paternelle… Au contraire :

Le bon père de famille attaqué symboliquement en jouant sur l’émotionnel :

Violences

Slogan basé sur la psychose :

39

Numéro départemental faisant doublon avec le 3919. Les personnes qui se nourrissent de la misère de ce petit monde sont peut-être plus nombreuses que les victimes réelles :

affiches

Au lieu de multiplier les affiches, les slogans provocateurs, les numéros coûteux, l’Etat pourrait utiliser un numéro unique et verser dans la sobriété (cela ferait beaucoup plus sérieux d’ailleurs)(3). Cependant, cette forme de bon sens semble loin. On contrôle les moutons par l’émotionnel et on gaspille en même temps, leurs impôts. Quant aux femmes battues, ce n’est pas ce genre de clichés vendeurs qui va faire avancer leur cause. La réalité qu’elles vivent en est bien éloignée (2).

1 « Les femmes battues, un phénomène anecdotique« , Aimeles 24/11/2012.

2 « Il l’a battue toute la nuit :« Tous les couples s’engueulent ». », Rue89 12/02/2014.

3 « Loi égalité hommes-femmes : faillite au féminin. », aimeles 08/02/2014.

Pour recevoir l'infocourriel mensuel

Dernière étape : Cliquez sur le courrier qui va vous être envoyé pour valider votre inscription

4 Commentaires

  1. Commentaire de Zorro le renard:

    Quelle réalité celle que l’on apprend à la télé et les journaux ? Vous devriez étayer davantage vos cultures au lieu de nous rabacher les habituels poncifs du prêt à penser de l’idéologie dominante. Vos maîtres à penser vous ont dicté des chiffres foireux, officiels pour justifer la misandrie ambiante dont vous apportez vous même une contribution via votre commentaire scrupuleusement naïf.Je crois que notre ami ne maîtrise pas totalement son sujet lorsqu’il parle des affiches et de violence conjuguale, car nulle part dans les médias mainstream il n’est question de parler de violence féminine.Il n’y a pas plus aveugle …. 

  2. Commentaire de bulleblue:

    Je pense que vous ne connaissez pas la réalité des femmes battues, que vous tentez de minimiser par vos propos. On a l’impression en vous lisant que parce qu’on parle des violences faites aux femmes, on « oublie » les hommes, or 2/3 de ces affiches parlent de violences conjugales non ? C’est vrai que sensibiliser l’opinion à des sujets tabous pour libérer la parole des victimes, c’est vraiment inutile … 

  3. Commentaire de gastirad39:

    . Article très pertinent et bien documenté.Pour ma part, je me suis intéressé aux effets réels de la lutte contre les violences faites aux femmes, en particulier aux USA dont le programme VAWA date de près de 20 ans.Selon une étude US de 1995, 25% des femmes et 7,6% des hommes subissaient des agressions ,dans leur couple, pendant leur vie (viol, agressions physiques, menaces …).Or, Obama  a déclaré  Octobre 2013  » National Domestic
    Violence Awareness Month. » (mois de lutte contre la violence domestique) en dénonçantdes violences domestiques pour one
    in four women and one in seven men (donc F=25%; H= 14%) !
    Conclusion: les milliards dépensés n’ont rien changé. La violence domestique n’a pas reculé, elle a même doublé pour les hommes !

     

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    Pour recevoir l'infocourriel mensuel

    Dernière étape : Cliquez sur le courrier qui va vous être envoyé pour valider votre inscription