Accueil » Bienfaits relatifs du divorce » La bonne ambiance dans les familles « monoparentales » ou l’affaire Brice Bernard.
Antiféminisme Aimeles

La bonne ambiance dans les familles « monoparentales » ou l’affaire Brice Bernard.

Publié le 25 mars 2011 par Léonidas Durandal à 0 h 00 min

Les féministes, les sociologues sont si rassurants : la famille monoparentale n’est pas une régression, c’est une évolution ! Autour de nous, nous constatons les dégâts qu’elle engendre : perte de repère des enfants, incestes, abus, abandon, maltraitance… mais c’est une é…VO …LU…TION. Moi qui suis un réactionnaire, j’ai encore du mal à comprendre. Mais je fais des efforts. Des efforts monstrueux. Et pourtant, je n’y arrive pas… pitoyable humain limité que je suis en comparaison de tous ces grands cerveaux féministes, de tous ces grands sociologues de la famille.  Je regarde les faits divers, les élèves qui nous sont donnés, les gens autour de moi et, je ne sais pas, mais y-a comme une odeur de mensonge. Non ?

Tout d’abord famille « mono » « parentale » : en fait ça veut dire que les enfants n’ont plus qu’un seul parent ? Ah d’accord, les enfants ne se font plus à deux alors ? (je suis en retard d’une guerre comme d’habitude) et le parent exclu ne fait plus partie de cette famille ! Je n’avais pas compris. Mais quel drôle concept de famille ! Alors maintenant on fait les enfants tout seul. Mais qui fait les enfants dans ces familles monoparentales ? Qui sont ces êtres supérieurs qui sont capables de procréer et de créer une famille tout seul ? Les femmes ? Ce sont les femmes qui font les enfants toutes seules. Eh bien, elles sont plus fortes que je le croyais. Quelle puissance ! Donc des femmes, toutes seules, mettent à bas les enfants et leur donnent toute l’éducation et tous les repères dont ils ont besoin sans aucune aide ! Mais c’est vraiment con comme idée, et pourquoi appeler cela famille mono-parentale alors ? Je suis très ennuyé pour donner un nom à ce machin, peut-être aussi ennuyé que ceux qui ont créé le terme de famille monoparentale. Tout d’abord ce n’est pas une famille puisque la personne est toute seule, et ce n’est pas monoparental puisqu’il n’y a presque que des femmes dans ces familles. Tribu de femelles, caste matriarcale, cela ne convient pas tout à fait. Ah mais que je suis bête, il y avait un terme très approprié dans le passé qui recouvrait totalement l’immaturité majoritaire de ce genre de pratique : les filles-mères.  Elles ont proliféré alors on a préféré les appeler mères-célibataires et comme ce n’était pas encore assez hypocrite, familles monoparentales. Contrôlez une langue, et vous contrôlerez les esprits. Eh bien dans l’actualité de ce jour, une de ces filles-mères vient de se faire poignarder par son fils (à la machette, excusez du peu). Je crois qu’il va falloir que nos chers sociologues et nos douces féministes descendent de leur nuage. Il y a quelque chose de pourri dans notre bon Royaume de France.

Affaire Brice Bernard : http://www.sudouest.fr/2011/03/25/scalpee-par-son-fils-353054-7.php

Voilà ce que vous ne lirez pas dans vos journaux :

Dans la pratique les enfants de ces filles-mères restent très souvent, sous l’emprise de leur mère. Leur sexualité est beaucoup plus troublée que des enfants nés dans des familles traditionnelles. Ils sont plus souvent bi-sexuels et ont du mal à assumer leur identité. Seuls face à la mère, pour parodier la chanson, le peu de repères masculins qu’ils peuvent intégrer proviennent de la fratrie de leur mère ou de leur grand-père maternel, autant dire que ces modèles renforcent encore l’emprise de la mère sur l’enfant, et l’omnipotence féminine. Comme il y a beaucoup de vie dans ces enfants et que Dieu n’a pas placé tous ses œufs dans le même panier, par bonheur, il arrive que ces filles-mères donnent toute l’affection d’une mère mais qu’elles soient incapables de donner une éducation sérieuse à leur progéniture. Ainsi, les enfants ont encore de la place pour se bricoler une identité. Mais le pire, ce sont ces filles-mères qui dénient la place du père et se chargent de tous les rôles, bien que le père de ses enfants soit encore vivant. Dès lors, l’enfant n’a plus de place pour se construire une identité différenciée et il peut sombrer dans des pathologies graves. Brice Bernard a voulu se libérer, à sa façon, de cette emprise maternelle. Il a pris une machette, et il a fini par agresser violemment sa maman, la laissant entre la vie et la mort. Brice a 40 ans. Il aurait pu en avoir 50 ou 60, il faut parfois tout une vie pour se libérer de l’emprise d’une fille-mère. L’âge n’y fait rien. Brice a manifesté cette volonté libératrice de manière brutale car il n’en pouvait plus.  Brice ne savait plus comment faire pour gérer toutes les contradictions qu’il avait en lui, « >

Lire la suite

Pour recevoir l'infocourriel mensuel

Dernière étape : Cliquez sur le courrier qui va vous être envoyé pour valider votre inscription

64 Commentaires

  1. Commentaire de Léonidas Durandal:

    « Neuillly-sur-Marne : jugée pour avoir tué sa mère à coups de lampe », Le Point du 28/11/2017.

    Quand une femme enceinte tue sa fille-mère de mère alcoolique, à quel moment peut-on parler de domination patriarcale, et de féminicide ?

    Dans l’affaire Brice Bernard, le gazier invoquait l’intercession du Christ grâce à un crucifix pour se protéger du démon. Ici, la mère possédée a envoyé un Bouddha vers le ventre de sa fille enceinte.  Très significatif.

  2. Commentaire de Léonidas Durandal:

    « Libourne : une mère vivait coupée du monde en plein centre-ville avec ses trois enfants », Sud ouest du 11/06/2016.

    Les grands-parents participent à l’inceste de la mère; les accusations de violence à l’égard du père cherchent à cacher 23 années de maltraitance; enfin, en plein centre-ville, le comportement de cette femme n’aura éveillé les soupçons de personne.

  3. Commentaire de Léonidas Durandal:

    A 36 ans, il est jugé pour avoir tué cette mère qu’il ne pouvait plus supporter. Il fera huit ans de prison :

    http://www.sudouest.fr/2011/09/22/huit-ans-de-prison-pour-christophe-poulard-506146-1504.php

    …au moins à la fin de sa peine, il sera libre !

  4. Commentaire de Léonidas Durandal:

    « Un homme vivait reclus dans sa chambre depuis 20 ans », L’express du 15/10/2015.

  5. Commentaire de Léonidas Durandal:

    « Sables d’Olonne, une mère tue son fils de 15 ans », France bleue du 03/09/2014

  6. Commentaire de Léonidas Durandal:

    Daniel 4ans, battu et torturé à mort par son beau père et sa mère :

     

    7be7 du 01/08/2013

  7. Commentaire de Léonidas Durandal:

    Le phénomène de matricide se répand en Grêce :

     

    Goneis Apidi blog spot de mai 2013

  8. Commentaire de Léonidas Durandal:

    Fusionnel avec sa mère, incapable d’entretenir une relation de couple, il secoue violemment la fille de sa compagne et l’handicape à vie :

     

    Sud-ouest du 23/05/2013

  9. Commentaire de Léonidas Durandal:

    Elle force sa fille adoptive à tomber enceinte grâce à du sperme acheté sur internet :

     

    Figaro du 30/04/2013

  10. Commentaire de Léonidas Durandal:

    Le forcené menaçait de tuer sa compagne et son fils :

     

    Sud-Ouest 09/04/2013

  11. Commentaire de Léonidas Durandal:

    Le vieux garçon dépressif qui vivait seul avec sa maman, l’étrangle à l’âge de 81 ans :

     

    Article du Sud ouest du 20/12/2012

  12. Commentaire de kasimar:

    7b268342efb8e6b0a657c5a02dbf5d56

    La femme serait douceur, conciliation etc. Je trouve ça injuste de dire que les femmes (féministes si vous préfèrez) décrédibilent leur combat en péchant des mêmes défauts que les hommes.

    Je vais vous expliquer là où elles pêchent : c’est de se montrer autant irresponsables, frivoles, violentes … si vous préférez que les hommes. Pour moi ajouter un lot de femmes qui soient un fardeau pour la société et les valeurs de la République est en soi un échec. Je ne suis nullement injuste en disant celà, mais le combat des féministes aurait du se projeter sans pour autant continuer leur quête de justice, sur la responsabilisation des femmes autrement dit leurs devoirs en tant que citoyennes tout comme l’homme possède lui-même des devoirs.

    Vous comprenez bien que nous ne pouvons nous baser sur nos droits de façon égoÏste ce qui inévitablement donne lieu à des conflits (au sein des couples …) d’intérêts et par conséquent toute une société qui s’ autodétruit.

    Dans mon cas j’ai des droits en tant qu’homme tout comme j’ai des devoirs, c’est comme celà et je n’y puis rien. Pour moi copier les défauts des hommes n’est pas du tout original. Attention je ne parle pas des garçons manqués même si il y a de plus en plus de mixage probablement importé de pays anglo-saxons, de pimbèche habillée et ou se comportant vulgairement en garçon et quelque peu vioelnte.

    Pour moi tout individu dangereux pour la société est à neutraliser sur-le-champs.

    Si effectivement certaines féministes prétendent que la femme est supérieure, la plupart ne revendiqueront que de pouvoir faire les mêmes choses que les hommes pas d’être meilleures moralement ou autre.

    Ce qui en ferait donc des plus immorales c’est celà ? Je ne suis pas d’accord là-dessus, parce que nous avons des devoirs envers la société ce qui est à mettre sur un plan éthique; et que vous soyez athée, sataniste, bouddhiste, ne change rien au fait que l’on doit respecter son prochain et ne pas commettre d’actes illégaux et se comporter civilement envers les concitoyens de toutes confessions, de tous sexes et de toutes races. Hélàs beaucoup de femmes dérogent à cette règle qui pourtant sont issus des lois de la République française.

    Les femmes qui accusent injustement des hommes de viol et d’harcèlement au travail sont un exemple de l’immoralité du côté féminins. D’ailleurs des hommes aussi deviennent victimes d’harcèlement au travail et même dans certaines cités des banlieues deviennent harceleuse, agressive, irrespectueuse …:

    Il y avait un reportage sur les gangs de fille cette semaine sur arte

    Documentaire L A gangs de femmes

    Si le fait que les femmes deviennent des voyous est un progrès féministe, je ne sais plus quoi vous répondre.

    Et je ne vous ai pas parlé des chiffres biaisés sur la violence conjugale, inégalité salariale et tâches ménagères.

     

    Je ne sais pas bien ce que dit la législation à ce propos mais il me semble normal de se défendre (en employant un sport de combat) si on est victime d’une agression, qu’on soit homme ou femme.

    Oui mais étant donné la société hyperprotectrice du sexe dit faible, nous ne sommes pas à l’abri que les femmes puissent l’utiliser au sein d’un couple. Les violences des femmes envers les hommes étant considéré comme tabou chez nos « intellectuels » bien-pensants, contrairement à l’autre sens qui lui est matraqué médiatiquement. Comme je vous l’ai prouvé plus haut avec mes exemples, la femme est capable de cruauté, elle pourrait éventuellement utiliser ses notions de combats pour faire du mal. Peut-être une minorité, mais le geste demeure le même. Pour moi on devrait sélectionner les gens en fonction de leur tempérament pour les sports de combat et écarter les plus à mêmes d’être dangereux pour la société.

     

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Pour recevoir l'infocourriel mensuel

    Dernière étape : Cliquez sur le courrier qui va vous être envoyé pour valider votre inscription