Accueil » Domination féminine » Le mur de glace
Antiféminisme Aimeles

Le mur de glace

Publié le 21 novembre 2013 par Léonidas Durandal à 16 h 31 min

Des centaines de milliers de pères ont connu des difficultés devant la justice en France. Pourtant aucune mobilisation de masse n’a eu lieu sur ce sujet. Au lieu de chialer inutilement à cause de ce monde qui ne nous comprend pas, sur la manif pour tous qui n’a pas assez parlé de nous, nous pourrions regarder plus objectivement la situation pour essayer de voir ce qui ne va pas, réfléchir, et dépasser nos propres manques. En résumé, entrer dans une démarche active.

 

Mettre en rapport notre situation personnelle et celle des autres.

 

Combien de pères se sentent seuls quand les difficultés arrivent ? Presque tous baissent les bras avant d’avoir combattu. Très rapidement, ils se convainquent de leur propre faiblesse. Cette faiblesse n’est pas feinte, elle est réelle. Mais quelle en est la raison ?

 

S’opposer à une femme : une démarche qui n’est pas naturelle pour un homme “moderne”.

 

Passons l’étape où le père qui fait face à une femme complètement déséquilibrée, va arriver devant le juge, persuadé d’être écouté à l’égal de sa compagne. Très vite, il va comprendre, s’il ne l’a pas déjà compris, qu’il doit faire profil bas et qu’à la moindre trace d’orgueil ou de virilité, il sera châtié. Quand ce père a compris qu’il devrait se défendre et qu’il était en position d’infériorité, le voilà à vouloir entrer dans le cirque juridique. Et là, en retard, paumé, il n’ose pas demander des attestations à son entourage, il ne sait pas trop quoi faire. Pire, il s’aperçoit que tous les contacts professionnels qui faisaient son insertion ne lui servent à rien. En effet, ce papa a plutôt eu tendance à se reposer sur sa femme pour faire fonctionner son réseau “affectif” et il s’est concentré sur son travail. Mais pour se défendre devant un juge, il faut être fort au niveau interpersonnel. Encore une fois, il se retrouve face au mur de glace. Il ne comprend pas bien encore ce qui lui arrive, il essaie d’avancer, de palper, de s’expliquer pourquoi lui qui se croyait si fort est devenu si impuissant, mais il ne le peut pas comme empêché par quelque force obscure. Cependant, pour le bien de ses enfants, il va essayer de se surpasser. Il va prendre sur lui, et oser demander un peu d’aide. Il ne sait pas faire et tandis qu’il croit pouvoir être accueilli avec bienveillance, il suscite la peur. A chaque tentative qu’il fait pour s’exprimer et se sortir de sa situation personnel, il a l’impression d’être freiné. Il ne sait pas bien pourquoi ni par qui, si c’est lui qui ne sait pas s’exprimer ou les autres qui ne veulent pas l’entendre, mais il est bloqué. Il voit bien à travers le mur, il sait bien qu’il devrait être au-delà de ce mur, mais il n’y arrive pas. Quand il en est rendu à faire le bilan de ses démarches, de ses circonvolutions, de toutes ses tentatives d’être compris, il a baissé pavillon depuis longtemps. Le système a été plus fort que lui et il ne sait toujours pas comment il en est arrivé là, ni pourquoi.

 

 

Qu’est-ce que le mur de glace ?

 

 

Durant des années, les femmes de son entourage, beaucoup malgré elles, pour se protéger, l’ont maintenu dans une sorte d’illusion de transparence : l’égalité, la place des pères, des hommes, sa place de citoyen, la reconnaissance de ses efforts pour paraître civilisé, lui étaient acquises. Et comme toute la société tenait le même discours, il y croyait. Maintenant en opposition à une femme, il s’aperçoit que les règles du jeu auquel il croyait tant, ont changé. En tant que père il n’a plus forcément de place, l’égalité existe uniquement quand elle profite à une femme, la reconnaissance lui revient s’il se comporte comme on l’attend de lui. Tout n’était qu’illusion. Le moindre acquis pour rester un être humain digne de ce nom lui demande des efforts considérables et il n’y arrive pas toujours. Parfois il a dû faire un tour en prison pour le comprendre. Sidéré, il restera toute sa vie à la place qu’on lui a assignée, résigné.

 

Le mur de glace

 

Ce mur de glace il ne le rencontrera pas seulement en cas de conflit lors d’un “>

Lire la suite

7 Commentaires

  1. Commentaire de Léonidas Durandal:

    “Le «triste réveillon» d’un papa privé de voir son fils : tous victimes d’une manipulation”, La dépêche.fr du 28/12/2015.

    Parfaite illustration du mur de glace : un père ne veut pas servir de portefeuille sur couilles, la justice le brise, il résiste, la mère manipule son fils pour qu’il n’ait pas envie de voir son père, il manifeste, les “proches” sous couvert d’anonymat, bien entendu, annulent le buzz.

    La vérité est tue de tous les côtés, pour masquer le pouvoir disproportionné de la mère qui agit sous couvert, de la justice, des médias, de notre fausse morale d’intégration sociale, de notre naïveté.

  2. Commentaire de Léonidas Durandal:

    “Charlie Hebdo :comment signaler les contenus choquants sur le web ? “, Figaro du 08/01/2015, Lucie Ronfaut.

    Les filles commencent à prendre peur et à se défendre. Ca va censurer de partout.

  3. Commentaire de kasimar:

    Observateur a raison Leonidas, d’ailleurs la censure que vous avez subi en réalité était dans l’agenda des fanatiques. Cet article sur le viol sanctifié à mon humble avis ne fut qu’un prétexte. Il y a un autre article où vous aviez tenté de la même façon de faire réagir intitulé “les femmes ne servent à rien” qui a bénéficié  de nombreux commentaires la plupart hostile et bien souvent juste des anathèmes, sans un seul effort de compréhension de la part de vos “contradicteurs”. Pourquoi n’aviez-vous pas été censuré à ce moment-là ? Comme disait ce bon vieux Gandhi “D’abord ils vous ignorent, ensuite ils vous raillent, puis ils vous combattent et enfin, vous gagnez.”Espérons qu’il ait vu juste pour le dernier verbe de cette phrase.

    • Commentaire de Léonidas Durandal:

      J’ai été naïf sur mon système d’information : j’ai laissé un hébergeur décider de ma censure ou pas. J’ai cru qu’il respecterait la loi.

      Or il a pris la pression, naturellement. J’ai été bien naïf de croire qu’il ne la prendrait pas, que des idées comme la libre circulation des idées, liberté de presse, il y serait attaché parce qu’il faisait parti d’une génération montante d’informaticiens qui était attaché à ce genre de principe.

      Pour vous illustrer le type de personnes à qui nous avons à faire : le procureur de Lyon a ouvert une instruction à mon encontre sans la moindre base légale. Voulait-il obtenir simplement mes coordonnées ou veut-il aller plus loin ? Qui lui a donné ses ordres ? Qui lui a suggéré d’agir contre le principe de la loi ? Comment se fait-il qu’il se sente en situation d’impunité ? Comment notre système en est-il arrivé là ?

      Nous vivons une époque très inquiétante. Les gens ne s’aperçoivent même plus qu’ils franchissent les limites du bon sens, une à une. Ils s’attaquent à tous les fondements de notre civilisation. Et franchement, s’ils le font au nom de la liberté de l’égalité et de la fraternité, ils devraient sérieusement revoir leur copie.

  4. Commentaire de gastirad39:

    Tout à fait exact !Mais avant de se révolter, il faut prendre conscience de réalités qu’on nous cache systématiquement. En effet, cette “révolution” que les québécois appellent à tort “tranquille” ne doit rien à la génération spontanée, ni même à une révolte des femmes.Elle doit tout, dès le vote des anglo-saxonnes et allemandes en 1919/20 à des manipulations politiques de gouvernants désireux de se mettre à l’abri du juste courroux des soldats revenant du front.De droite comme de gauche, ces manipulateurs désiraient, en s’appuyant sur le vote majoritaire des femmes, faire contrepoids à celui des “cocus” de la guerre.Voilà l’explication du front commun politicard en faveur des droits des femmes et d’une unanimité inhabituelle chez les politiques.Ce qui explique aussi la méfiance des femmes et la surprise des hommes lors des développements ultérieurs. Car l’ennemi joue avec au moins 3 coups d’avance. Les prochains sont la théorie du genre et la pénalisation des clients des prostitués (mais pas des marchandes de sexe !)Sachons identifier notre ennemi, car il avance masqué.

    • Commentaire de observateur:

      Je suis d’accord avec vous mais je pense que dans vos remarques vous êtes encore en retard sur eux.

      Imposer leur idéologie ne suffit plus il leur faudra écraser ceux qui osent les contredire.

      Je vous conseille de faire des recherches sur le mot masculinisme.

      Ces gens là sont en train de préparer les esprits pour que tout ceux qui osent les critiquer soient assimilés à ce qu’est l’extrême droite aujourd’hui: Des extrémistes qui sont décrédibilisés avant même de parler.

      La critique du féminisme deviendra alors un champ de mine sur lequel plus personne n’osera s’engager et certain sujet qui sont simplement ignorés aujourd’hui deviendront des tabous.

      • Commentaire de Léonidas Durandal:

        C’est marrant, je publie tout à l’heure un article sur le sujet, suite à une thèse qui m’a bien aidé. Dans celle là, j’ai trouvé l’origine du mot masculinisme, un mot qui a été inventé par les féministes, et qui désignait les hommes qui soutenaient les féministes ! C’est vraiment d’actualité !

        Je suis d’accord sur votre analyse. Nous avons plusieurs coups de retard. En ce qui me concerne, je distille ce que je pense au fur et à mesure que les gens peuvent l’entendre. Et des fois, c’est déjà trop. Sur le sujet des pères qui montent sur les grues, j’aurais bien voulu montrer en quoi cette démarche est ambigüe : la revendication est légitime, mais notre base n’est absolument pas prête à assumer un discours novateur. Les pères ne sont pas mobilisés et il faut se départir de l’idée qu’un seul d’entre nous pourra aider tous les autres. De plus nous prêtons le flanc facilement aux manipulations. Je n’ai pas voulu en parler directement pour ne pas casser cet élan. Les papas n’auraient pas compris. Aujourd’hui M Charnay s’est bien fait condamné par la justice, M Moreno a été jeté en pâture à la presse comme “homme violent”, et la question reste en suspens : que voulons-nous vraiment pour cette société ? Voulons-nous participer au mouvement dont nous avons été victime ? Sommes-nous prêts à assumer une opposition ? et à bien savoir à qui nous avons à faire ?

    Laisser un commentaire

    Ne laissez votre courriel que si vous voulez que votre gravatar soit affiché

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.