Accueil » Erreur idéologique » Le viol sanctifié
Antiféminisme Aimeles

Le viol sanctifié

Publié le 9 octobre 2013 par Léonidas Durandal à 8 h 48 min

131009viol

 

 

 

 

N’en déplaise à nos féministes et à nos puceaux, le fantasme de viol ferait partie intégrante d’une psyché féminine épanouie (1). Les plus libérées sexuellement rêveraient de se faire violer souvent plus d’une fois par semaine. En tout, elle seraient 62% qui auraient des fantasmes récurrents de viol (1) Et contrairement à ce que l’on pourrait penser au premier abord, ce ne seraient pas les plus frustrées qui auraient ce genre d’idées, mais au contraire les femmes les plus « actives » sur le plan libidinal.

Alors pourquoi nos féministes cherchent-elles à rendre tabou toute discussion sur ce sujet puisqu’il en va du bien être de beaucoup de femmes ? Pourquoi exagèrent-elles à ce point les chiffres de viol pour faire peur à toute la société ? Leurs chiffres sont passés de 50 000 à 75 000 en quelques années, tandis que certaines études parlent désormais de 105 000 à 150 000 viols par an (2). L’augmentation semble délirante, surtout en comparaison des chiffres de la police sur les dépôts de plainte.

Les féministes ne distinguent pas le désir des femmes, des viols réels.

Elles mélangent tout. En plus des nombreux écueils de leurs études statistiques, quand les féministes demandent aux femmes interrogées si elles ont subi un rapport sexuel forcé, pour pondérer leurs résultats, elles ne leur demandent jamais si celles-là y ont pris du plaisir. Distinguer ces situations permettrait un peu d’approcher les chiffres réels de viols. Ceci permettrait de distinguer les scénarios de rapports forcés faisant partie d’une sexualité épanouie, des actes condamnables par la loi. Cependant cette distinction semble inadmissible pour bon nombre de féministes. Elle introduirait l’idée que tous les « viols » ne se valent pas. Elle pointerait du doigt l’ambiguïté de la psyché humaine. Or les féministes ne veulent surtout pas entrer dans la psyché féminine. Elles n’y comprennent rien. Elle ont une vision dévoyée des hommes et des femmes. En tant que femmes, elles veulent dominer les hommes parce qu’elles en ont peur.

L’ambiguïté.

L’acte de pénétration est ambiguë. Les relations humaines sont le plus souvent ambiguës. Le consentement à faire l’amour est-il contraint, ce consentement est-il toujours clair, qu’elle est la part de désir ou de renoncement ? En vérité une prise de décision, quelle qu’elle soit n’est jamais certaine entièrement. Une part de doute plane toujours quant aux motivations de chacun, et planera toujours. Telle est la raison pour laquelle devant les tribunaux, et même pour les cas extrêmes, ce genre d’affaire est si difficile à juger. Qu’est-ce qu’un viol ? Vouloir faire plaisir à son partenaire en se laissant prendre, est-ce accepter de se faire violer ? Combien de femmes pourtant disent à leur mari qu’elles n’ont pas envie au début. La faim venant en mangeant, non seulement elles finissent par accepter le rapport sexuel mais plus encore, par y prendre du plaisir. Y-a-t-il eu viol dans ce cas ? A coup sûr les féministes répondront oui. Elles répondent déjà oui, en ce qui concerne le « devoir conjugal ».

Face à ce genre de définition, il faudra arrêter toute la gente masculine de la terre et la mettre derrière les barreaux, mais aussi presque toutes les femmes qui aiment encore plus que les hommes être désirées par leur mari tandis que pour leur mari, l’acte sexuel avec un seul et même partenaire n’est pas naturel et peut devenir épuisant à la longue. On dit souvent que les femmes acceptent de faire plaisir à leur mari, mais combien plus dans la réalité de maris acceptent de faire plaisir à leur femme. Selon la définition des féministes, ceux-là seraient violés (5), mais ce genre de définition est bien loin de la réalité des couples.

 

En général, le consentement n’est jamais clair. Si nous devions signer un papier avant chaque acte sexuel ou exprimer clairement notre consentement de manière orale, le désir s’éteindrait tout de suite. Personne n’agit ainsi. Un mari ou une femme montre son désir à son partenaire, et celui-ci accueille l’idée, en partie, et le consentement n’est pas toujours certain. Une femme qui serait entièrement disponible ne susciterait aucun désir de la part de son partenaire, tout comme une femme qui ne serait jamais disponible. Le rapport sexuel entre mari et femme se situe donc forcément « >

Lire la suite

Pour recevoir l'infocourriel mensuel

Dernière étape : Cliquez sur le courrier qui va vous être envoyé pour valider votre inscription

98 Commentaires

  1. Commentaire de Abdel:

    Violez vous des femmes mon cher Monsieur Durandal?

  2. Commentaire de kasimar:

    1/

     

    Oui et c’est justement là où je veux en venir, je ne suis pas d’accord sur le fait qu’il y ait nécessairement des « contraintes » sociales.

     

    Parce que vous croyez qu’en étant 50/50 on est réellement libre ? Pourquoi ? Sur quel raisonnement vous basez vous pour affirmer ceci ?

     

    2/

     

    Je n’ai pas dit l’incompétence, même si celà est une covariable également. Il peut aussi y avoir la motivation, les qualités personnelles, qu’importe qu’une personne soit un génie dans un domaine si elle est devancée par une plus forte motivation et des qualités plus probants à côté.

     

    3/

     

    J’avais pas bien lu la phrase. En fait, il n’y a aucun pouvoir de ces personnes qui « exalteraient » le « sexisme ». Au contraire la société fait tout pour détruire le « sexisme »

     

    4/

     

    Bon autant pour moi des sympathisants, mais alors que font les autres ? Ceux qui n’en sont pas ? Condamnent t ils ce que font ces extrémistes, ou bon comme dans tout mouvement, ces derniers restent silencieux ?

     

    5/

     

    Vous écrivez : “Je pense que vous confondez l’Arabie Saoudite et l’occident”. Cette phrase présuppose qu’il y aurait d’un côté l’Arabie Saoudite sexiste et de l’autre l’Occident respectueux de l’égalité.

    C’est en effet ce que j’ai présupposé. Non, encore une fois non, en occident, il y a théorie du genre, antisexisme … S’il y a bien un endroit où il y a moins de sexisme c’est en occident. Je ne sais pas où vous vivez, mais je vous conseille de beaucoup voyager.

     

    Le sexisme reste relatif d’un individu à l’autre, car je ne vois pas du tout de sexisme bien au contraire. D’ailleurs le fait d’être un homme ou une femme est sexiste. La nature est donc sexiste. Ô grand blasphème pour la marche de la société

     

    Votre exemple ne veut strictement rien dire.

     

     

     

    7/

     

    Mais qu’en savez vous que les gens ne font pas ce qu’ils veulent ? Et d’ailleurs la vie en société avec ses règles impose de ce fait que personne n’est réellement libre dans l’absolu. Et c’est normal, sinon nous serions dans la jungle humaine.

     

    10/

     

    Pourtant elle lutte bel et bien et ne me dites pas le contraire !

    Mouais … en tout cas libre à vous de rentrer dans la théorie du complot des actionnaires ou je ne sais quoi . Toujours est-il que NVB a agit. Tiens et la journée de la jupe dans les lycées c’est « stéréotypé » aussi ?

     

    11/

     

    Vous avez tout à fait raison, mais le regard sur la grossesse mérite tout de même d’être changé, et du coup d’accepter un brin de « sexisme »

     

    12/

     

    Mouais… c’est quand même plus compliqué que celà

     

    13/

     

    Pourtant quand on voit les « prestations » de feu Anne Lauvergeon, pas sûr que la discrimination positive favorise les compétences professionnelles. D’ailleurs qu’en pensez vous de la discrimination positive : choisir un individu en fonction de son statut, sexe et couleur en dépit de ses compétences, ou de l’apport et l’intérêt réel à l’entreprise et à ses activités.

    Pour moi c’est une forme de sexisme qui veut dire : « on t’embauche parce que tu es une femme »

    • Commentaire de invite2018:

      1/

      Vous écrivez : « Parce que vous croyez qu’en étant 50/50 on est réellement libre? Pourquoi? Sur quel raisonnement vous basez vous pour affirmer ceci? »

      Quand j’écrivais : « Si chacun était libre, il est clair que l’on n’aurait exactement du 50% hommes et du 50% femmes dans tous les domaines, mais…. », je voulais dire : «  »Si chacun était libre, il est clair que l’on n’aurait PAS exactement du 50% hommes et du 50% femmes ». J’ai fait une faute de frappe et ai oublié le mot « pas ». Autant pour moi.
      2/

      Vous écrivez : « Je n’ai pas dit l’incompétence, même si cela est une covariable également. Il peut aussi y avoir la motivation, les qualités personnelles, qu’importe qu’une personne soit un génie dans un domaine si elle est devancée par une plus forte motivation et des qualités plus probants à côté ».

      Ce que vous dîtes ne vaut que dans le cadre de la concurrence entre travailleurs, celui où les employeurs pourraient sélectionner ceux qui seront embauchés et ceux qui resteront au chômage.

      Or, les profits des grands groupes sont largement suffisants pour caser tout-le-monde, hommes comme femmes, des moins aux plus qualifiés, des moins aux plus motivés… Il n’y a donc aucune excuse à aucun licenciement ni à aucun refus d’embauche quel qu’il soit.

      3/

      Vous écrivez : « Au contraire la société fait tout pour détruire le « sexisme » ». Ce sont surtout des réfractaires à la société qui font tout pour détruire le sexisme.

      Et n’est pas non-sexiste qui prend des décision anti-sexistes. Si quelqu’un fait mine d’être anti-sexiste, mais parallèlement, fait également la promotion de lois et actions sexistes, il est sexiste (car pour juger globalement, c’est toujours l’idéologie la plus rétrograde qui l’emporte).

      Un véritable non-sexiste est, avant d’être quelqu’un qui fasse mine de combattre le sexisme, quelqu’un qui s’abstienne de le soutenir. Or, pour une minute de promotion du féminisme, le système nous offre 23 heures et 59 minutes d’éloge du patriarcat.

       

      4/

      Vous écrivez : « mais alors que font les autres? Ceux qui n’en sont pas? Condamnent t ils ce que font ces extrémistes, ou bon comme dans tout mouvement, ces derniers restent silencieux? ».

      Je ne pourrais pas vous répondre pleinement, car ce que vous appelez « les autres », autrement « tous les autres », ça peut désigner plein de gens que je ne peux pas tous connaître. Mais je peux vous donnez un exemple d’individu à la fois féministe radical (et donc partisan du renversement du système de catégorisation sexuelle forcée), et condamnant les thèse misandres de Solanas et de Delphy : moi-même.
      5/

      Vous écrivez : « S’il y a bien un endroit où il y a moins de sexisme c’est en occident ». Je vais répéter la même phrase interrogative : l’ai-je nié?

      Le pays le moins sexiste du monde est encore très et trop sexiste. Il ne faut pas prendre pour anti-sexisme ce qui n’est en faite que du sexisme modéré, donc sexisme quand même.

      Si le modèle que l’on souhaite construire avait déjà un exemple existant, les féministes ne se donneraient pas autant de mal pour militer.

      6/ Vous écrivez :  » D’ailleurs le fait d’être un homme ou une femme est sexiste. La nature est donc sexiste ».

      La nature n’a fait que nous donner un organe différent pour l’une et l’autre des 2 moitiés de l’humanité. Mais ce ne sont pas les quelques variations biologiques entre hommes et femmes qui justifie à ce qu’on impose des rôle sociaux déterminé en fonction du sexe.
      7/

      Vous écrivez : « Et d’ailleurs la vie en société avec ses règles impose de ce fait que personne n’est réellement libre dans l’absolu. Et c’est normal, sinon nous serions dans la jungle humaine ».

      Il faut bien sûr des restriction à la liberté pour que celle-ci s’arrête là où commence celles des autres (ne pas tuer, ne pas tabasser, ne pas violer…). Mais là n’est pas la question, puisque le choix d’une personne pou un métier ou une activité qui ne correspondrait pas à son sexe selon la vieille école ne constitue en rien un trouble à la liberté d’autrui.
      8/

      Vous écrivez : « Pourtant elle lutte bel et bien et ne me dites pas le contraire ».

      Peut-être la ministre de l’éducation lutte-t-elle pour le féminisme, mais de manière à être sûre et certaine de perdre le combat ainsi menée. Elle aboie beaucoup mais ne mord jamais.
      9/

      Vous écrivez : « Tiens et la journée de la jupe dans les lycées c’est « stéréotypé » aussi? ».

      Ce genre d’initiative peut aller dans le sens de l’égalité, mais sans jamais suffire. Promouvoir cela, tout en protégeant directement ou indirectement le système sexiste, c’est être sûr de ne pas mettre en péril ce dernier.

      C’est comme combattre le capitalisme par des œuvres satyriques : c’est bien, mais cela doit aller en complément, en non en remplacement, des bons vieux mouvements massifs de grèves.
      10/

      Pour répondre à votre question, je suis contre ce que l’on nomme la « discrimination positive », qui ne vaut ni pire ni mieux que l’autre sens.

      Je disais juste qu’il n’y a pas lieu à choisir qui du candidat mâle ou de la candidate aura l’emploi qui lui permettra d’avoir un revenu supérieur à ses maigres allocations alors que l’arrêt des cadeaux faits aux milliardaires permettrait de collecter assez d’agent pour satisfaire à la fois l’un et l’autre.

    • Commentaire de kasimar:

      1/

      Autant pour moi c’est pas grave.

      2/

      Oui mais les entreprises n’embauchent pas, ou en tout cas très peu. Et je suis d’accord avec vous, tout le monde doit avoir la place qu’il mérite, mais celà reste malheureusement très idéaliste et la réalité est bien souvent affreuse.

      3/

      Nous sommes bien d’accord et vous soulevez justement le fait que la théorie du genre sert de paravent à ces personnes-là. La théorie en elle-même dans une démarche scientifique est un devoir, l’utiliser à mauvais escient comme le font certaines femmes scientifiques campées dans leur positions et certains politique, dessert justement la démarche scientfique.

      Oui donc pour vois tout est noir ou blanc, y a pas genre un juste milieu.

      Lol mais où avez-vous vu que le système fait l’éloge du patriarcat ? C’est n’importe quoi ! Le patriarcat est d’ailleurs pourchassé depuis des décenies, et aujourd’hui ceux qui choisissent délibérément d’être « sexiste »en subissent le joug. Donc c’est faux. Il suffit pour celà de voir comment sont traité les ministres qui rappellent une ministre à l’ordre (de ses fonctions) et qui fait jazzer sur twitter. Et des exemples j’en ai à la pelle, en revanche, jamais vu de promotion du patriarcat, faudrait être plus précis là par contre.

      4/

      Vous-même ne représentez pas la majorité. Et en tant que féministe radical, vous avez l’air moins extrémistes que certains féministes. Donc je ne sais pas je ne vous connais pas, je ne peux donc pas en tirer de conclusions.

      5/

      Oui pour un anti sexiste c’est jamais assez, c’est peut-être là votre côté extrémiste. Malgré les efforts effectués par les politiques, les médias … Vous voudriez que tout le monde soit antisexiste, ou en tout cas que la majorité le soit. C’est une forme de dictature, qui n’a rien à envier au sexisme, si tant est qu’il existe une dictature qui en résulte.

      Puis je préfère du sexisme modéré qu’une dictature anti-sexiste que vous semblez priser. Désolé, mais les gens font ce qu’ils peuvent et ce qu’ils veulent, vous aussi vous devez prendre sur vous-même et accepter cet état de fait sans en faire tout un drame.

      Les féministes ne militent que pour leur chapelle, c’est à dire avantager les femmes quand allez-vous le comprendre  ?

      6/

      Il faut arrêter avec cette fixation de l’idée d’imposer quoi que ce soit, personne n’impose des rôles, chacun a une histoire, des hormones, un code génétique, un environnement différents, un destin différent … le fait d’imposer des choix reste quelque chose comme 0.1 %. Désolé mais imposer des rôles différents, y a mieux comme argument.

      7/

      Je ne vois pas en quoi il constituerait un trouble. En admettant que vous ayez raison, une école propose un projet à un ou une élève elle ne lui met pas le couteau dans la gorge. Et elle agit selon l’intérêt de l’économie plus que de la société.

      8/

      En tout cas son influence n’a pas ‘air d’être inefficace.

      9/

      Donc vous êtes également inconsciemment sexiste. Pour un sexisme inversé.  Car la journée de la jupe ne fait que renforcer les stéréotypes : la jupe signifie un attribut féminin dans une société dite sexiste, donc c’est une démarche sexiste.

      Tu parles d’une grève, les syndicats et les patrons sont main dans la main depuis toujours. …

      10/

      Oui mais ça les milliardaires risquent je pense d’avoir des cadeaux pour encore bien longtemps avant que le peuple ne réagisse.

  3. Commentaire de kasimar:

    2/

    Peut-être mais rien que ce fait démontre dans l’absolu que la femme a besoin de sécurité rien que pour ce point. Le fait que certaines femmes soient célibataires et « stériles » ne change rien à cet état de fait.

    3/

     

    Je suis justement en train de décrire la théorie du genre, nuance, car c’est bien de sa philosophie qu’il s’agit.

     

     

    Je suis d’accord avec vous sur la dernière phrase, sauf qu’en réalité, nous savons qu’il est impossible de ne rien imposer aux individus, la théorie du genre en luttant contre les « stéréotypes » tombe dans le même travers

  4. Commentaire de kasimar:

    @Leonidas

    Voilà pourquoi le communisme n’arrivera jamais au pouvoir …

  5. Commentaire de kasimar:

    Bon on va débattre plus proprement en ouvrant un autre post :

    1/

    Vous écrivez : “Prouvez le”. La preuve, c’est que l’on a vu toutes les types de comportements adoptés par des personnes de tous les sexes.

    Quels types de comportement ? Comment ? où ? Soyez plus précis ! 

    Et s’agissant du caractère naturel des rôle sociaux attribués en fonction de ce que les individus ont entre les jambes, ce sont à ceux qui en soutiennent la véracité, et non à ceux qui la nient, que revient la charge de la preuve.

    Ah mais je n’affirme rien du tout c’est vous-même qui affirmez que la société dicte les propres choix des individus faisant abstraction du libre arbitre. Relisez-vous ! D’ailleurs j’attends les preuves, je suis patient 😉 

    2/

    L’idée qu’en fonction du sexe d’une personne, on lui prédisent quels types de métiers ne seraient pas faits pour elle, qu’elle devrait avoir un emploi ou rester au foyer, qu’elle aurait tels ou tels rôles dans l’éducation de ses enfants, qu’elle devrait s’occuper plus de bricoler ou plus de faire la lessive, sont des exemples de caractéristiques qui n’ont rien de biologiques, que l’on prend pour des vérités naturelles alors que ce sont les stéréotypes qui les entretiennent.

    Comment arrivez-vous à la conclusion – pour le coup péremptoire – que les « stéréotypes » entretiendraient des différences que la science – vous n’en disconviendriez pas – elle-même n’arrive pas encore à déterminer ? Qui sont ces personnes qui « prédisent » tels des Cassandres ce qui serait fait pour les garçons de ce qui serait fait pour les filles ? Mmmh ?

    3/

    Il y a un fait qui n’est plus à prouver depuis bien longtemps, c’est que quand un homme veut devenir baby-sitter, quand une femme veut devenir pilote d’avion, quand un jeune garçon veut jouer avec des poupées, quand une femme veut jouer au football, ces gens là sont victimes de moqueries, et subissent également des pressions pour renoncer à faire ces choses. Voilà pourquoi il y a réellement une incitation très forte de la part de la société à reproduire les stéréotypes.

    Et alors ? Parce que la majorité des gens sont très peu ouvert d’esprit, il faudrait les achever en s’usurpant scientifique et en affirmant « les femmes sont des hommes comme les autres  » ? C’est un peu court comme raisonnement vous m’en voyez navré ! Puis c’est beaucoup trop facile de s’appuyer sur deux trois anecdotes du quotidien, mais que connaissez-vous réellement des gens ? Je pourrais d’ailleurs retourner le sujet quand des gens (antifas, LGBT) agressent des gens qui ne pensent pas comme eux, comme si une opinion devait être délimitée intellectuellement ? Que l’on chasse les réels délits d’opinions : mise à mort à cause de la couleur ou du sexe, mais que l’on foute la paix aux gens qui pensent différemment et qui n’emmerdent personne. C’est quand même autre chose que de simples brimades.  

    Par ailleurs, à la naissance à venir d’un enfant, il est de coutume de choisir la couleur des vêtements du bébé en fonction de son sexe, de lui acheter des jouets dits “de filles” ou dits “de garçon” en fonction de son sexe. Et vous pourrez difficilement dire que cela ne serait pas imposé au nouveau-né.

    C’est vrai que choisir les vêtements d’un enfant en fonction de sa couleur dire le rose est pour les filles et le bleu pour les garçon peut paraître débile. Mais pourtant, la société a besoin de code (vous même avez besoin de code pour faire « évoluer » les mentalités), un moyen de communiquer. Le rose n’a par exemple pas toujours été pour les filles, au Moyen-Âge « période de la virilité » le rose était attribué aux garçons. C’est juste que dans nos codes actuels, le rose symbolise la fille. Après peut-être est-ce un rapport à l’hymen des femmes ? Je ne saurais répondre.

    Quand aux jouets, qui les fabriquent ? Est-ce les parents des rejetons, plus sérieusement ? Puis entre nous, vous en connaissez combien des hommes ou des femmes qui achètent des barbies à leur filles et des G-Joe aux garçons ? Alors bien sûr vous allez me répondre que c’est la copine de classe qui influence, la télé (qui fait justement de la propagande pour casser ces codes), les autres parents …. Mais vous savez que vous n’arriverez jamais à déterminer précisément d’où vient le problème. Qui n’en est pas un pour moi soit-dit en passant, car si l’on cherche la tolérance d’un côté (filles qui font du foot, de la moto ou du rugby et garçon qui font de la danse,auxiliaire puériculteur …) il faut aussi l’accepter de l’autre, sinon celà devient une dictature, celle-là même que vous voyez en la société « sexiste » et qui vous scandalise. 

    Quand bien même tout ce que vous avez affirmé est vrai, je ne crois pas qu’un simple jouet peut influer sur le comportement des enfants et les marquer. Je ne sais même pas sur quels interprétations scientifiques ou si l’on veut psychanalystes ceci repose, mais je ne suis pas convaincu le moins du monde. Il me faut beaucoup plus qu’une histoire de Gi-Joe et Barbie sexistes pour porter une éventuelle crédibilité à ces propos.

    Je ne crois pas que la société influe quoique ce soit, car la société a besoin d’un chef à suivre, c’est comme ça. Et il se trouve que le chef de nos jours est la propagande hollywoodienne, les politiciens, les médias, la justice républicaine … ceux-là mêmes qui font ouvertement la promotion plus ou moins sournoisement de la théorie du genre, du réchauffement climatique, du mondialisme dans un but inouï. 

    • Commentaire de kasimar:

      Je réponds indirectement même si le post ne m’était pas adressé :

      Vous avez des femmes enceintes qui ne ressente pas de “besoin de sécurité”, des jeunes garçon qui n’ont pas le goût du risque, des femmes qui ont le goût du risque, des mères qui ne prêtent pas attention à leurs enfants, des pères qui portent attention à leurs enfants…

      OK. Si demain un type veut agresser sexuellement ou veut extorquer avec violence la femme enceinte , comment arrivera t elle à se défendre ? Chacun sait qu’à partir de 4 mois de grossesse la femme faiblit, et c’est tout à fait normal sinon il n’y aurait pas de congé maternité (tiens un besoin de sécurité). Quand bien-même ce serait une super girl, elle mettrait la vie de son enfant en danger. Donc rien que là la femme a besoin de sécurité. D’ailleurs il n’y aurait sans doute aucune campagne féministe si les femmes n’avaient pas besoin de sécurité, et pourtant … Vos exemples sont anecdotiques, la plupart des gens : garçons qui ne prend pas de risque, femme inattentionné à son enfant viennent justement de famille moderne, de soixante-huitard fini, de famille monoparentale, ce qui donne forcément ce type d’exemple. Comme je vous le disais plus haut, une histoire de code 😉

      Et la théorie des “cerveaux masculins” et des “cerveaux féminins” est fausse. Chaque cerveaux est différents, vous n’obtiendrait pas plus de variance en comparant dans un premier temps 2 personnes de sexes différents, et dans un second 2 personnes de mêmes sexes.

      Prouvez-le, y a t il une étude qui rend la théorie fausse ? Je n’en ai à ma connaissance aucune, uniquement des atermoiements de pseudo-scientifiques, rageux que la science casse leurs ambition ultime.Le fait que tous les cerveaux soient différents, n’occulte en rien que le fonctionnement neuronal dans l’absolu des hommes et des femmes sont différents notamment dès la puberté.Le fait est que vous prenez un échantillon faible alors qu’un échantillon étudié devient plus crédible en fonction du nombre, c’est de la science justement  

      Cet argument par de la présupposition selon laquelle le caractère inné de l’attribution de rôles sociaux serait vrais. Mais comme ce présupposé est faux, votre argument ne constitue guère plus que des mots dans le vide.

      Je ne vois pas du tout en quoi le présupposé est faux, pas plus que je ne vois pas pourquoi l’inverse serait vrai. Laissons donc de côté notre orgueil et agissons en hommes de raison, c’est à dire en laissant les experts faire leur travail. 

      Je ne refuse pas ce que vous appelez “altérité”. J’en constate tout simplement l’inexistence.

      Je ne suis pas “contre” le caractère intrinsèque des catégorisations sexuels autres que biologiques, je constate juste qu’il est faux. Nuance!

      Oui selon vos dires, mais rien ne prouve qu’il est faux ni qu’il est vrai, donc il y a un moment où il faut arrêter de tourner en bourrique pour dire n’importe quoi pour pouvoir sauver sa face. 

      Allez je me languis d’un nouveau post où monsieur invite nous fournira des preuves convaincantes de ce qu’il avance, ou alors ne perdons plus de temps à débattre inutilement 

      • Commentaire de invite2018:

        1/

        Le besoin de sécurité dont vous parlez concerne en faite n’importe qui, y compris des personnes non-enceintes, y compris des hommes.

        Et cette vulnérabilité due à la présence de l’enfant dans l’utérus est le fait de l’état de grossesse, et non directement du fait que la personne soit de sexe féminin.

        2/

        Vous écrivez : « Le fait que tous les cerveaux soient différents, n’occulte en rien que le fonctionnement neuronal dans l’absolu des hommes et des femmes sont différents notamment dans la puberté ».

        Bien sûr. Mais le fonctionnement neuronal des hommes et des femmes sont différents, c’est encore parce que le fonctionnement de tous les individus est unique.

        Et comme un même humain ne peut être à la fois mâle et femelle, on peut jouer sur les mots et dire que « femmes et hommes sont différents ». Mais cela ne remet pas en cause le fait que la catégorisation pour déterminer les métiers et autres rôle dans la société n’ont absolument rien de biologiques et ne sont dues qu’au système sexiste.

      • Commentaire de kasimar:

        Le besoin de sécurité dont vous parlez concerne en faite n’importe qui, y compris des personnes non-enceintes, y compris des hommes.

         

        Et cette vulnérabilité due à la présence de l’enfant dans l’utérus est le fait de l’état de grossesse, et non directement du fait que la personne soit de sexe féminin.

        Justement non, c’est là où vous ne comprenez pas la problématique une femme enceinte est exposé à plus de danger que n’importe qui car plus vulnérable dans la période qui se rapproche de l’accouchement.

        Je prenais le cas de la femme enceinte car l’homme n’est jamais enceinte et c’est précisément la période dans laquelle la femme est la plus vulnérable, donc oui dans l’absolu la femme a besoin de protection, sinon il n’y aurait pas de congé maternité. D’ailleurs les violences conjuguales ne concernent que les femmes, je pense qu’il y a une raison à celà.

        Eh bien la grossesse est liée au personne de sexe féminin à moins que vous ne connaissiez des mâles enceintes lol

        Bien sûr. Mais le fonctionnement neuronal des hommes et des femmes sont différents, c’est encore parce que le fonctionnement de tous les individus est unique.

        Tout individu est unique, mais je suis désolé, la science a prouvé que les connexions neuronales étaient plus présentes chez la femme que l’homme. Il y a des tas de données scientifiques démontrant justement une différence globale entre hommes et femmes de ce point de vue là, mais chez les hommes et les femmes indépendamment  la connexion est à peu près identique.

        Et comme un même humain ne peut être à la fois mâle et femelle, on peut jouer sur les mots et dire que “femmes et hommes sont différents”. Mais cela ne remet pas en cause le fait que la catégorisation pour déterminer les métiers et autres rôle dans la société n’ont absolument rien de biologiques et ne sont dues qu’au système sexiste.

        L’être humain est composé de plusieurs catégories mais comme toute espèce (animale et végétale) il y a deux sexes qui sont différents, qui existent et agissent en intéraction entre eux, ne serait-ce que pour perpétuer l’espèce. Ce que vous faites c’est juste jeter l’eau du bain avec le bébé, en écartant totalement de votre raisonnement les implications biologiques pour les juger à l’aune d’un raisonnement philosophique ce qui est une démarche purement idéaliste et n’engage que vous.  Donc vous m’en verrez navré si je ne partage pas du tout votre point de vue.

        Mais en quelles catégorisations parlons quand des hommes choisissent de faire électriciens ou maçons et des femmes infirmières ou assistantes sociales  ! C’est leur propre choix de s’y engager ou non, de la même façon que les femmes qui veulent être pilotes de F1 et les hommes danseuses étoiles. Vous n’avez pas à juger la société, qui est une somme de choix plus ou moins influencée. Occupez-vous déjà de votre propre réalité, ce sera déjà une très bonne démarche de votre part

        • Commentaire de invite2018:

          1/

          Concernant les femmes enceintes, tout ce que je disais, c’est qu’elles ont tendance à ressentir le « besoin de sécurité » en raison du fait qu’elles soient enceintes, et non pas du fait qu’elles soient femmes.

          Ce que je conteste, ce sont les attitudes déterminées en fonction du sexe (et donc, qui vise à étendre à toutes les femmes et seulement à elles ce qui ne constitue que la spécificité de celles en état de grossesse).

          Cela ne remet donc nullement en cause les thèse que j’ai avancées.

          2/

          Vous écrivez : « D’ailleurs les violences conjugales ne concernent que les femmes, je pense qu’il y a une raison à cela ».

          Il y a une raison à cela. Et cette raison, ce sont justement ces stéréotypes qui appelle les hommes à une certaine violence. Même si on ne leur dit pas de tabasser des gens, et qu’on fait même mine de le leur déconseiller, c’est souvent en s’appuyant sur cette « virilité », que certaines personnes battront leur conjoint.

          3/

          Vous écrivez : « la grossesse est liée au personne de sexe féminin à moins que vous ne connaissiez des mâles enceintes ».

          Je n’ai jamais dit que des mâles pouvait être en état de grossesse. Et la « théorie du genre » (que je rappelle n’être en réalité qu’une négation de théorie), et le dit pas non-plus.

          Mais si toutes les personnes enceintes sont des femmes, toutes les femmes ne sont pas enceintes, et certaines ne le sont jamais.

          4/

          Ces histoires de « différences de connexions de neurones » ne peuvent expliquer qu’une infime partie des différences de comportement.

          Et cela ne remet en cause l’existence d’un sexisme ancrée. Les personnes refusées dans certains métiers en raison de leur sexe (officiellement sous un autre motif, mais celui-ci étant bidon, on ne peut nier que le genre y est pour beaucoup), c’est une réalité dont l’existence n’est plus à prouver, et que jamais la science n’a réfutée.

          5/

          Vous écrivez : « Mais en quelles catégorisations parlons quand des hommes choisissent de faire électriciens ou maçons et des femmes infirmières ou assistantes sociales  ! C’est leur propre choix de s’y engager ou non ».

          Si le sens de votre phrases, c’est que si quelqu’un choisit par coïncidence un métier qui correspond à ce que lui attribue les stéréotypes, ce quelqu’un en a le droit et n’a pas à être jugé, alors je suis d’accord. Et je n’ai jamais dit le contraire.

          Mais si vous insinuez que la société tel qu’elle est actuellement laisserait le choix à chacun et ne ferait de pressions sur personne, sachez que cela est faux.

           

          Je ne juge pas un individu pour faire des choix sur lui-même, mais je n’ai pas à honte de le juger pour choisir à la place d’un autre contre le gré de cet autre, s’il le fait. Or, décider pour autrui à la place d’autrui contre le gré d’autrui voir malgré le refus explicite d’autrui, c’est quelque-chose que n’a jamais cessé de faire le système de catégorisation sexuelle.

        • Commentaire de kasimar:

          1/

          Peut être mais celà n’enlève rien au fait que les femmes ont plus besoin de sécurité ne serait-ce que pour ce point là.

          Il y a de toute façon des attitude déterminées, car l’être humain au delà de sa nature se construit en fonction de son environnement ou pas. Donc celà est beaucoup plus complexe que celà en réalité. Seul le libre arbitre de l’individu doit servir de prérequis à sa construction. Tant que l’on verra les individus comme des gens « aliénés » de quelque chose, le raisonnement en restera biaisé.

          2/

          Eh bien non ! vous avez tout faux ! car l’homme est physiquement plus imposant que la femme et ses coups sont plus dangereux pour elles. Il y a de nombreux exemples de la violence féminine (vidéo, anecdotes, témoignages et études)dont étrangement on ne parle pas car contraire au dogme gauchiste qui ostracise depuis plusieurs décennies, les hommes, les blancs et les catholiques

          Un homme « viril » comme vous dites ne s’abaisserait pas à frapper une femme plus faible physiquement, c’est juste la preuve que l’homme s’est affaiblit et est arrivé au paroxysme de son mal-être à cause de la culpabilisation due au catéchisme ambiant.

          Ah tiens c’est pas sexiste de défendre qu’un seul sexe face à la violence ? Les hommes ne souffrent pas de violence selon vous ? Comme d’habitude on combat le sexisme quand la femme est au foyer par choix, et quand un secteur est trop « envahi » par les hommes, mais pas contre les femmes violentes. C’est avec des « raisonnements » de la sorte que la gauche se tire une balle dans le pied et n’aura jamais l’agrément d’individus soucieux de vivre en démocratie.

          Bon en tout cas votre argument ne vaut rien ici.

          3/

          Peut être mais la femme est potentiellement enceinte, pas l’homme.

          4/

          La société n’a rien à faire des choix des uns et des autres, la société justement fait en sorte que les femmes aillent dans des domaines « masculins » et les hommes dans des domaines « féminins ». C’est parce que celà est fait de façon sournoise que vous n’y voyez rien, à moins que vous niiez ouvertement cet état de fait.

          Je ne connais pas de système de catégorisation sexuelle, je suis désolé mais là vous vous fourvoyez. Au contraire, tout prouve que le système est contre cette catégorisation, à fortiori à notre époque.

          Il faut arrêter de se mentir à un moment ou à un autre, ce que vous dites est faux.

          • Commentaire de invite2018:

            1/

            Vous écrivez : « Ah tiens c’est pas sexiste de défendre qu’un seul sexe face à la violence? Les hommes ne souffrent pas de violence selon vous? Comme d’habitude on combat le sexisme quand la femme est au foyer par choix, et quand un secteur est trop « envahi » par les hommes, mais pas contre les femmes violentes ».

            Où m’avez-vous lu dire que les hommes ne souffrirait pas de violence? Et je vous rappelle que la phrase : « D’ailleurs, les violences conjugales ne concernent que les femmes », n’est pas de moi mais de vous (Cf votre commentaire du 27 juin 2015 à 16H26).

            2/

            Vous écrivez : « la femme est potentiellement enceinte, pas l’homme ». Encore une fois, où m’avez-vous lu dire qu’un homme pouvait être enceinte?

            Ce que je disais, c’est la fragilité de la femmes enceinte est due au fait qu’elle soit enceinte, et non au fait qu’elle soit femme. Cela ne démontre donc en rien le caractère innés des différences de comportements en fonction des sexes.

            3/

            Vous écrivez : « la société justement fait en sorte que les femmes aillent dans des domaines « masculins » et les hommes dans des domaines « féminins » ». Donc vous reconnaissez que la société est quand même sexiste, ce qui valide la véracité de la théorie du genre.

             

            Je ne veux ni que la société impose la vieille catégorisation, ni qu’elle impose la catégorisation inverse, mais qu’elle cesse d’imposer la moindre catégorisation et respecte les choix de chacun, ce qu’elle ne fait pas ne vous déplaise.

    • Commentaire de invite2018:

      1/

      Vous écrivez : « Quels types de comportement? Comment? où? Soyez plus précis! ».

      Je faisait référence, entre autres, au fait que certains métiers sont considérés par beaucoup comme réservés aux hommes, et d’autres réservés aux femmes.

      2/

      Vous écrivez : « D’ailleurs j’attends les preuves, je suis patient ».

      Les preuves, je vous les ai déjà donner par cette phrase (mon commentaire du 25 juin 2015 à 20H) : « La preuve, c’est que l’on a vu toutes les types de comportements adoptés par des personnes de tous les sexes ». Ce fait ne démontre-t-il pas de la possibilité, et donc de la non-impossibilité, d’avoir des comportements qui ne correspondrait pas à son identité sexuel?

      3/

      Vous écrivez : « Qui sont ces personnes qui « prédisent » tels des Cassandres ce qui serait fait pour les garçons de ce qui serait fait pour les filles? ». Ces personnes sont madame et monsieur tout-le-monde.

      Quand par exemple un garçon fera une activité dit de fille, il y a des chances pour que beaucoup de gens qu’il côtoie dans la vie de tous les jours insistent pour le convaincre que ce serait une déviance, parfois par de fortes pressions, ce qui fait qu’il sera contraint malgré lui à rentrer dans le rang.

      Et quand dans les lieux publics on sépare les chiottes entre la partie réservée aux hommes et celle aux femmes, et que cela est inscrit dans des pancartes, on ne peut pas dire qu’il n’y a pas d’obligation formelle de se conformer à la ségrégation.

      4/

      Vous écrivez : « Mais pourtant, la société a besoin de code ».

      Dans ce cas, pourquoi ce « code » n’est-il pas le même pour tous les gens quel que soit leur sexe? Ou alors, pourquoi ne laisserait-on pas à chacun le choix de ses propres codes et coutumes?

      5/

      Vous estimez que la télé fait de la propagande pour casser les codes, mais elle continue à l’inverse à faire de la propagande pour sauvegarder ces codes.

      Quand vous regardez les pubs pour les produits nettoyant, ce sont bien souvent des femmes que vous voyez. Quand vous regardez les sports collectifs, les équipes sont bien souvent non-mixtes. Quand une pub de nature quelconque met en scène une petite famille, les parents sont bien souvent un couple de chacun des 2 sexes.
      6/

      Vous écrivez : « si l’on cherche la tolérance d’un côté (filles qui font du foot, de la moto ou du rugby et garçon qui font de la danse,auxiliaire puériculteur …) il faut aussi l’accepter de l’autre ».

      Bien sûr. Mais ai-je dit le contraire? Non.

      7/

      Vous écrivez : « Quand bien même tout ce que vous avez affirmé est vrai, je ne crois pas qu’un simple jouet peut influer sur le comportement des enfants et les marquer ».

      Les jouets ne constituent qu’un exemple parmi d’autres que j’ai donné. Je fait aussi référence aux pressions qui sont fait aux gens pour les envoyer dans tels ou tels professions en fonctions de leur sexe.

      On a tendance à croire que c’est une pratique qui n’appartiendrait plus qu’au passé, mais il est toujours vrais que quand des femmes veulent s’orienter en sciences, ou que des hommes veulent se former dans les métiers d’infirmiers, ils ont droit, non pas uniquement de simples moqueries, mais à des refus d’inscription et d’embauche.

      8/

      Vous écrivez : « ceux-là mêmes qui font ouvertement la promotion plus ou moins sournoisement de la théorie du genre ». La « théorie du genre » n’est en faite que la réfutation de l’existence d’un caractère intrinsèque des différences de rôles sociaux attribués aux personnes en fonction de leur sexe.

      Ce n’est donc pas vraiment une théorie, mais une contre-théorie.

       

      Quand on nie la « théorie du genre », on nie la négation d’un dogme (le différentialisme entre hommes et femmes), ce qui fait qu’au final, on soutien un dogme et on ne réfute rien. Inversement, quand on « fait la promotion de la théorie du genre », on soutien la négation d’un dogme (toujours le même), ce qui fait qu’au final, on réfute un dogme et on ne soutien ni fait la promotion de rien.

      • Commentaire de kasimar:

        1/Mais vous allez arrêter avec ces histoires de métiers sexués ou non ? Il y a des métiers qui existent depuis la nuit des temps (accoucheuse alias sage femme, prostituée, assureur ) et d’autres qui sont très récents (électricien, informaticien ou mécanicien). L’avenir nous le dira si les femmes s’y intéressent ou non à ces nouveaux métiers d’ailleurs créés par des hommes. Donc dire qu’il y a une sexualisation « forcée » des métiers n’est pas un argument valide.

        2/Eh bien il me faut des études à ce sujet et des études sérieuses, pas ceux issues des élucubrations hystérique d’une Odile Fillod, auxquels même les scientifiques les moins sérieux n’y prêteraient une quelconque attention.

        3/Vraiment Madame et Monsieur tout le monde ? J’ai envie de vous répondre de changer de fréquentation et accessoirement de monde. Car personnellement je n’observe rien de tout celà autour de moi. Donc encore une raisonnement foireux !

        Je vous répète que vous vous méprenez totalement, les gens ne sont pas tous les intolérants que vous dépeignez, vous affirmez encore une fois quelque chose sans preuve et pire de façon malhonnête.C’est juste la preuve que vos cas sont minoritaires, et que la société doit juste être préparée à accepter de même que l’homosexualité, minime quoiqu’on en dise, l’existence de ces personnes.

        Mais quand on voit aussi les provocations des minorités dites opprimées, il est normal qu’un groupe se protège contre la gangrène. Jusqu’à preuve du contraire ce sont les minorités qui sont médiatisées (Con CHita, le danseur oriental de Marrakech avec le voile … ) et qui sont montrés comme des victimes, une société n’a pas de pouvoir, ce sont les médias, politiques, éducation nationale et autres services de l’Etat qui sont justement du côté des minorités.

        L’influence de la société n’est pas pire que l’influence des minorités « opprimées » qui dictent la conscience . La Chutzpah a bon dos à ce que je vois

        4/

        Votre première question n’a pas de sens, car les codes sont aussi nombreux qu’il existe d’individus sur la terre ferme. La seconde, c’est déjà plus que le cas actuellement, car oui maintenant ce sont les minorités qui imposent les leurs de codes (Papa porte une robe, faire jouer les petits garçons à la poupée …). Pas sûr que l’on puisse qualifier celà de démarche démocrate. D’ailleurs je vous retourne la question : pourquoi serait-ce à la majorité de se plier aux codes de la minorité ?

        Quand un hétéro va dans une soirée au Marais il se fait discret non ?

        5/

        Eh bien mon vieux, non ! les faits sont têtus, car des séries que j’ai vu dernièrement (The Cent et l’apologie de la femme mécanicienne et de la femme guerrière), de ceux mettant en scène des hommes au pouponnage et des femmes au boulot, des films présentant exclusivement les femmes comme les gentils luttant contre les méchants avec des hommes relégués au second plan.J’ai encore beaucoup d’exemple prouvant que j’ai raison, sans vouloir être prétentieux.

        Ce que vous citez sont négligeables par rapport à la propagande actuelle : des femmes fortes copiant maladroitement les hommes, les pubs où l’homme passe pour un idiot par exemple. Ah tiens ça c’est sexiste mais vous ne le citez pas parce que ça ne rentre pas dans le Panthéon de la femme « victime » . D’ailleurs ça aussi c’est sexiste mine de rien 😉

        7/

        Ah nous y voilà ! Je commençais à me demander quand allions nous aller plus loin que de simple bout de plastique ou de boit.

        Là encore une fois vous dites n’importe quoi je suis désolé . Une CIO ou une institutrice ne fait que son job, elles ne vont pas orienter une fille qui a des compétences linguistiques ou sociales dans un secteur technique par exemple ? A fortiori si cette dernière aime les langues, où les métiers sociaux. Donc votre exemple est encore pire que le premier je suis navré.

        C’est d’ailleurs assez cocasse, sachant que l’éducation nationale est composé majoritairement de femmes. Faut il mettre plus d’homme pour rectifier le tir  ? 🙂

        HAHAHAHAHA votre dernière phrase m’a fait me rebondir de mon clavier ! Allez dire celà aux employeurs aux personnes chargées de l’orientation des élèves Lol non mais plus sérieusement vous aviez gardé le meilleur pour la fin ou quoi ?

        Non sérieusement les personnes que vous citez ont autre chose à faire que de savoir si Jeanne veut faire maçonne ou Antoine veut faire caissier. Ils embauchent que les personnes les plus compétents pour le poste, les plus à même de faire fructifier la boîte si vous préférez.

        Avec de tels raisonnements, c’est pas comme celà que l’économie de la France sera redressée .

        8/

        Oui mais pourquoi réfuter ? Avec quelles preuves ? Car aucune preuve n’a été inquiété les « ennemis » de la théorie du genre. Je ne sais pas si vous vous en rendez compte, mais nous rentrons dans le terrain de la science là. Il y a aucune crédibilité à affirmer quelque chose que l’on tire du chapeau. La sciences c’est des séries d’expériences avec des théories invalidées ou non.

        Non seulement c’est une théorie, mais aussi un totalitarisme scientifique qui empêche cette dernière de s’agrandir. Car les sympathisants de cette théorie – bizarrement tous de gauche ou de droite – n’ont juste que leur langue de bois en guise de preuve scientifique. J’attends des travaux sérieux sur le sujet où je continuerais à prendre les intéressés pour des clowns sans envergure.

        Mais en quoi la différentialisation est un dogme ? Il ne l’est pas plus que la théorie du genre, car ce sont eux qui l’ ont ouvert en premier ce sont à eux d’apporter les preuves . Normal que cette théorie soit dénigrée. Il n’y a aucun dogme dans la science pas plus dans la science qui cherche à répondre à des questions que vous avez ouvert en apportant des preuves, que dans la théorie du genre. Il n’y a d’ailleurs pas plus dogmatique que cette théorie.

        Quand on fait la promotion du gender on crée de fait un autre dogme. Tout ce qui est encouragé, à boire comme du petit lait c’est du dogme désolé !

        Soutenir la négation d’un dogme est un dogme …

         

         

         

        • Commentaire de invite2018:

          1/

          Vous écrivez : « Il y a des métiers qui existent depuis la nuit des temps (accoucheuse alias sage femme, prostituée, assureur ) et d’autres qui sont très récents (électricien, informaticien ou mécanicien) ».

          Quel rapport avec le sujet. Je ne disais pas que des métiers n’existaient pas ou n’avez pas lieu d’exister, je disais que le système sexiste fait qu’il y a une non-mixité forcée dans ceux-ci. Et une accoucheuse ou une prostituée peuvent très bien être respectivement un accoucheur et un prostitués (individus mâles).

          2/

          Vous écrivez : « L’avenir nous le dira si les femmes s’y intéressent ou non à ces nouveaux métiers ».

          En faite, le présent nous dit déjà que bien des femmes s’intéressent, sans qu’on leur laisse y avoir accès. Ces barrières ne sont pas un fantasme mais une réalité démontrée depuis bien longtemps.

          3/

          Vous écrivez : « Eh bien il me faut des études à ce sujet et des études sérieuses ».

          Il vous faut des études pour savoir qu’il y a des femmes qui veulent devenir électriciennes et des hommes qui veulent devenir agent de ménage?

          4/

          Vous écrivez : « Vraiment Madame et Monsieur tout le monde ? J’ai envie de vous répondre de changer de fréquentation et accessoirement de monde. Car personnellement je n’observe rien de tout celà autour de moi. Donc encore une raisonnement foireux! »

          Le terme « madame ou monsieur tout-le-monde », ne désigne pas tout-le-monde, ni même la majorité, mais n’importe qui, des gens de n’importe quelle classes sociale et de n’importe quelle profession. Et même dans l’hypothèse où seul une minorité exaltent les préjugés, la minorité est toujours dominante face à une majorité silencieuse.

          5/

          Vous écrivez : « Jusqu’à preuve du contraire ce sont les minorités qui sont médiatisées ».

          Ce sont les minorités, ET les autres, qui sont médiatisés (n’importe qui pour faire court). Cette phrase ne démontre donc rien.

          D’ailleurs, ceux qui soutiennent ou nient le sexisme sont médiatisés en étant présentés positivement, tandis que ceux qui refusent le sexisme sont médiatisés en étant présentés, si non forcément péjorativement, au mieux de manière neutre.

          6/

          Vous écrivez : « La seconde, c’est déjà plus que le cas actuellement, car oui maintenant ce sont les minorités qui imposent les leurs de codes (Papa porte une robe, faire jouer les petits garçons à la poupée …) ».

          Mais ou m’avez-vous lu écrire qu’il fallait faire pression sur les gens pour les dissuader de respecter les codes? Je n’appelle qu’à faire pression sur les gens pour les dissuader, non pas d’adopter leur choix à ces codes, mais de défendre le système qui oblige ceux qui ne veulent pas suivre ces codes à le faire quand même.

          7/

          Vous écrivez : « D’ailleurs je vous retourne la question : pourquoi serait-ce à la majorité de se plier aux codes de la minorité? ». Je n’ai jamais dit que la majorité devait se plier aux codes de la majorité.

          Je dis que la majorité n’a pas à être obligé de se plier aux codes de la minorité, et que la minorité n’a pas à se plier aux codes de la majorité, autrement dit, que chacun doit pouvoir choisir ses propres codes pour lui-même et seulement pour lui-même. Qu’est-ce qui n’est pas clair?
          8/

          Vous écrivez : « Quand un hétéro va dans une soirée au Marais il se fait discret non? »

          Si un hétéro veut afficher son hétérosexualité dans une soirée au Marais, cela ne me choque pas. Et si on le juge injustement pour le faire, je le déplore.

          Mais je ne vois pas en quoi cela remettrait en cause ce que j’avance.

          9/

          Vous écrivez : « les faits sont têtus, car des séries que j’ai vu dernièrement (The Cent et l’apologie de la femme mécanicienne et de la femme guerrière), de ceux mettant en scène des hommes au pouponnage et des femmes au boulot, des films présentant exclusivement les femmes comme les gentils luttant contre les méchants avec des hommes relégués au second plan.J’ai encore beaucoup d’exemple ».

          Ce que cette phrase prouve, c’est qu’il y a des propagandes télévisuelles incitant à casser les codes.

          Mais je n’ai jamais nié cela. J’ai simplement dit que la plupart des propagandes de la télé consistaient à soutenir les codes. Ceux qui les cassent sont minoritaire.

          Mais comme le monde et vaste, une minorité peut constituer un très grand nombre. Dans votre « j’ai encore beaucoup d’exemples », le terme « beaucoup » reste trop bas pour ne pas venir à la cheville des pubs reproduisant le vieux modèle.

          De toutes les façons, je ne veux pas d’un sexisme inversé qui alternerait les rôles, l’éradication pur et simple ce sexisme, de sorte à que soit enterré l’idée même de différences des rôles sociaux selon les sexes.

          10/

          Vous écrivez : « les pubs où l’homme passe pour un idiot par exemple. Ah tiens ça c’est sexiste mais vous ne le citez pas ». J’estime que ce genre de pubs ne vaut pas mieux que celles que j’ai cité, et je ne vois pas où vous m’avez-lu lire le contraire.

          Si je n’en ai pas parlé, c’est parce que je ne peux pas évoquer tous les sujets tout-le-temps. J’aurai pu citer cet exemple, mais c’en est un autre qui m’est venu en tête, il n’y a pas d’autres explication.

          Cela n’a aucun sens de critiquer quelqu’un sur de simples non-dits. Je ne vous ai d’ailleurs pas accusé(e) d’être d’accord avec Léonidas Durandal quand il soutien que toutes les lesbiennes voueraient une haine aux individus de sexe masculin, simplement parce que vous n’avez pas écrit dans vos commentaires des phrases indiquant que vous vous en désolidarisez.

          11/

          Vous écrivez : « C’est d’ailleurs assez cocasse, sachant que l’éducation nationale est composé majoritairement de femmes ».

          Je vous signale d’une part qu’être femme ne fait pas de vous une féministe, et d’autre part que le personnel de l’Éducation Nationale n’a pas vraiment de pouvoir, étant donné qu’on ne les privent de moyens matériels pour mener un véritable enseignement anti-sexisme.

          12/

          Vous écrivez : « les personnes que vous citez ont autre chose à faire que de savoir si Jeanne veut faire maçonne ou Antoine veut faire caissier. Ils embauchent que les personnes les plus compétents pour le poste ».

          Ce que vous décrivez, c’est ce que les employeurs sont censés faire, mais pas ce qu’ils font réellement.

           

          Les discriminations à l’embauche ne sont pas un mythe. Les grands patrons s’appuie d’ailleurs sur le sexisme, comme sur le racisme, pour dresser les travailleurs les uns contre les autres.

      • Commentaire de kasimar:

        1/

        Le rapport que les métiers ne sont pas aussi catégoriques que vous voudriez nous faire croire. Que c’est beaucoup plus complexe que de dire qu’un individu s’est levé un bon matin en disant « tiens on va mettre les filles sages femmes et les garçons soldats comme ça on aura la paix nous les hommes ! « . J’essaie juste de faire réfléchir et non avoir des certitudes toutes faites en l’état.

        Pourquoi y aurait il nécessairement mixité ? Pourquoi n’y aurait il pas majoritairement des hommes, des femmes ou simplement de la mixité dans un domaine ? Vous avez un deal sur un quota de femmes ou d’hommes dans un domaine ou bien ? C’est du grand n’importe quoi !

        Ah bon ? Un homme peut être accoucheur(auxiliaire puériculture) ou prostitué (gigolo), mais la réalité est que la motivation des individus est moteur dans leur choix. Un homme ou une femme peuvent très bien ne pas aimer ces métiers l’aviez vous envisagé ?

        2/

        J’ai déjà répondu à ce point au numéro 7 de mon précédent post.

        Les gens font ce qu’ils veulent ils sont en démocratie ! c’est vous qui avez un souci avec la liberté des autres ? Essayez de voir le monde autrement que via le prisme communiste.

        3/

        Ah oui il y en a, mais il existe plusieurs explications autres que le « spectre du patriarcat » qui empêcherait les hommes et les femmes d’exercer ces métiers-là !

        4/

        Vous êtes en train de faire dans l’amalgame le plus douteux, ce qui rend pour le coup votre démarche improductive et vous tirez volontairement une balle dans le pied.

        Dans votre dernièere phrase vous résumez exactement la constitution de la société.

        5/

        Nous sommes d’accord ce sont les deux qui sont médiatisés. Les « stéréotypes » servant bien souvent d’arguments marketings pour les publicités, en revanche le reste, c’est pratiquement la religion actuelle (féminisme, écologie, communisme …) qui est gagnante.

        Votre deuxième phrase est complètement fausse. Ou alors faut arrêter d’être bloqué à l’époque de Staline. Non sérieusement, je ne vois que des situations qui adoptent la religion gauchiste. Il y a peut être quelques navets qui font dans la nostalgie, mais tout ce qui vient des USA, qui dictent la conduite des gens, pour leur « bien » est justement dans le sens des tenants du genre. J’ai déjà évoqué ce sujet au 6/ de mon précédent post.

        6/

        Eh bien c’est pourtant ce que font les sympathisants du gender, c’est d’ailleurs ceux qu’on entend le plus pour une minorité, chapeau !

        En occident et surtout en occident, votre système n’existe pas, bien au contraire, il est combattu. Je pense que vous confondez l’Arabie Saoudite et l’occident.

        7/

        Eh bien voilà ! on est au moins d’accord sur ce point. En théorie je pense que vous comme moi voulons cet état de fait mais vous savez bien que l’être humain en pratique ne suit pas toujours cet état de fait. En pratique il y aura toujours des individus qui tirent la couverture à soi, et malheureusement la majorité ne fait que les suivre (la majorité de la minorité ou la majorité des la majorité)

        8/

        C’était juste pour vous démontrer que ce n’est pas toujours dans le sens où vous le voyez que l’ostracisme est présent. D’un côté comme de l’autre, l’individu différent sera toujours vu comme un cheveu sur la soupe. Ca s’appelle l’être humain.

        9/

        Qu’importe une propagande reste une propagande, et justement cet état de fait présente un code. C’est d’ailleurs en particulier cette série une véritable caricature. Il n’y a justement que des propagandes pour casser les codes, et il ne reste rien pour les sauvegarder, pratiquement rien dans cette série. Alors je veux bien moi l’innovation, mais quel justice y a t il à écraser les codes traditionnelles pour ne mettre que des codes innovants. C’est complètement débile et lourd.

        De plus cette série comme bien des films me fait penser à un scénario d’un ado rebelle qui a un problème avec la société.

        Eh non la propagande pour « évoluer » les mentalités est pourtant bien plus présente que la « propagande sexiste » quoique vous affirmiez.

        Je n’arrive toujours pas à saisir cette aversion pour une certaine différence sexuelle au niveau des métiers. Chacun fait ce qu’il veut non ? Et si un domaine requiert plus de femmes est-ce un drame ? Et si un autre domaine ne requiert que des hommes c’est pas la fin du monde non ? Le tout étant d’aider ceux qui ont la compétence et la motivation dans un domaine non ? Et généralement c’est pas donné à tout le monde d’avoir le métier de rêve et je dis celà en connaissance de cause. Mais encore faut il savoir ce que l’on veut.

        10/

        Désolé mais je n’ai pas le temps (eh oui y a une vie en dehors de ce site) de manifester mon accord ou mon désaccord sur tout, mais il évident que certaines lesbiennes en veulent aux hommes. Je pense par exemple à Valérie Solanas féministe radicale et son Scum Manifesto ou encore à celles appelant à tuer les hommes. Maintenant, ce que je veux c’est qu’on me foute la paix en tant que mec, je n’ai de compte à rendre à personne. Toutes les lesbiennes ne sont pas comme celà, mais certaines sont extrêmement dangereuse et nuisible pour la société en tout cas la gente masculine.

        11/

        Et qui détient le pouvoir ? Ceux qui luttent justement contre le sexisme : Najat Vallaud Belkacem n’est elle pas la ministe de l’éducation nationale ? Et ne me dites pas qu’elle n’est pas à fond dans la déconstruction de genre malgré ses conférences, ses réunions, la crèche du 93 et sa venue dans un collège. Donc non vous avez tort, ils en ont non seulement les moyens, mais ils en ont l’ordre !

        12/

        Ah bon ? Vous êtes avec les employeurs pour savoir ce qu’ils font et ce qu’ils ne font pas ? Un employeur embauche le plus compétent : homme ou femme peu importe. Le seul handicap pour lui est que la femme peut tomber enceinte.

        Pourtant ce sont les multinationales qui encouragent les femmes à rejoindre les métiers techniques, depuis je crois IBM dans les années 2000. Donc oui les employeurs mettent en concurrence hommes et femmes sur le marché du travail via le féminisme, en embauchant toujours plus de femmes, même si certaines sont incompétentes et d’autres non motivées.

         

        • Commentaire de invite2018:

          1/

          Vous écrivez : « Pourquoi y aurait il nécessairement mixité? Pourquoi n’y aurait il pas majoritairement des hommes, des femmes ou simplement de la mixité dans un domaine? »

          Il peut très bien dans des secteur y avoir la majorité d’un même sexe, mais il faut que cette non-mixité soit le fruit du hasard et non le résultat des stéréotype véhiculé par le système, qui ne cesse de braver son devoir de neutralité.

          Si chacun était libre, il est claire que l’on n’aurait exactement du 50% hommes et 50% femmes dans tous les domaines, mais on n’aurait pas non-plus des écarts aussi écrasants que ceux constatés, et surtout, ces écarts ne resteraient pas en continue dans le même sens.

          2/

          Vous écrivez : « Ah oui il y en a, mais il existe plusieurs explications autres que le « spectre du patriarcat » qui empêcherait les hommes et les femmes d’exercer ces métiers-là! ».

          Si l’une de ces explication est selon vous l’incompétence des personnes intéressées par ces métiers, sachez que c’est faux. Il y a bien trop de cas pour que cet excuse soit valable.

          3/

          Vous écrivez : « Vous êtes en train de faire dans l’amalgame le plus douteux ».

          Je ne citais personne en particulier. Dès lors, comment aurais-je pu techniquement faire un amalgame?

          4/

          Vous écrivez : « Eh bien c’est pourtant ce que font les sympathisants du gender ».

          Rectification : ce n’est pas ce que font LES sympathisants du gender mais ce que font DES sympathisants du gender. Et ces derniers font dans la misandrie non pas parce qu’ils sont pro-gender, mais malgré qu’ils soient pro-gender.

          On ne peut pas remettre en cause une idéologie en se basant sur n’importe quelle action de n’importe qui s’en revendiquant. Sinon on en viendrait à dire que tous les végétariens seraient antisémites sous prétexte qu’Hitler était végétariens.

          5/

          Vous écrivez : « Je pense que vous confondez l’Arabie Saoudite et l’occident ». Cette phrase présuppose qu’il y aurait d’un côté l’Arabie Saoudite sexiste et de l’autre l’Occident respectueux de l’égalité.

          Mais en réalité, ce sont les États occidentaux qui sont sexistes, et celui saoudien qui est ultra-sexiste. Il ne faut pas prendre pour anti-sexisme ou non-sexistes ce qui n’est que du sexisme modéré.

          C’est comme pour le délit de blasphème en vigueur en Alsace et en Moselle (c’est moins grave qu’en Iran puisque le blasphémateur ne risque que 3 ans de prisons, contre la lapidation en Iran, mais cela reste une atteinte inacceptable à la laïcité et aux libertés fondamentales).

          6/

          Vous écrivez : « C’était juste pour vous démontrer que ce n’est pas toujours dans le sens où vous le voyez que l’ostracisme est présent ». Mais quel intérêt de me démontrer quelque-chose que je n’ai pas nié?

          le sexisme ne frappe pas que les femmes, mais il frappe entre autres elles. L’ostracisation pour choix sexuelles ne frappe pas que les non-hétéros, mais il frappe entre autres eux. Le racisme ne frappe pas que les non-blancs, mais il frappe entre autres eux.

          7/

          Vous écrivez : « Chacun fait ce qu’il veut non? ». Tout dépend du sens.

          Chacun devrait pouvoir faire ce qu’il veut. Mais dans les faits, beaucoup ne le peuvent pas, et c’est justement cela que je dénonce, et qui, contrairement à ce que vous et beaucoup d’autres personnes affirmez, existe encore.

          8/

          Vous écrivez : « Désolé mais je n’ai pas le temps (eh oui y a une vie en dehors de ce site) de manifester mon accord ou mon désaccord sur tout ». Je comprend parfaitement.

          Et c’est pour les même raisons que quand je donnais des exemple de sexisme, je n’en donnais pas toutes les formes. Quand je dénonçais les oppressions sexistes dont sont victimes les femmes, et que je parlais moins de celles dont sont victimes les hommes, ce n’était pas parce que je niais ce phénomènes, mais parce que je ne peux pas évoquer tous les faits (car comme vous dîtes, il y a une vie en dehors d’Internet).

          De même que par exemple, quand je dénonce les bombardements commis par l’armée israélienne sur Gaza, je ne vais pas systématiquement parler des tirs de roquettes commis par le Hamas sur Tel-Aviv, et que quand je dénonce les tirs de roquettes commis par le Hamas sur Tel-Aviv, je ne vais pas systématiquement parler des bombardements commis par l’armée israélienne sur Gaza. Cela ne signifie en aucun cas que je cautionnerais l’un ou l’autre de ces crimes.

          9/

          Vous écrivez : « mais il évident que certaines lesbiennes en veulent aux hommes ». L’ai-je nié?

          Ce n’était pas vous mais monsieur Durandal que je visais, car je ne vous apprendrai rien en vous disant que ce dernier a bel et bien qualifié toutes les lesbiennes et parce qu’elle sont lesbiennes de vouer une haine féroce aux personnes mâles. Le simple fait de constater et dénoncer cela fait-il de moi un partisan des saloperies sorties de la bouche de Solanas?

          10/

          Vous écrivez : « Et qui détient le pouvoir? Ceux qui luttent justement contre le sexisme : Najat Vallaud Belkacem n’est elle pas la ministre de l’éducation nationale? ». Je vous signale que Vallaud-Belkacem a une manière bien à elle de lutter contre le sexisme.

          Elle s’incline tout comme les autres politiciens à plat ventre devant ceux qui détiennent réellement le pouvoir, c’est à dire les actionnaires du CAC40. Et quand on fait des cadeaux aux grands patrons, il ne reste que peu de moyens financier pour l’éducation, si bien que l’Éducation Nationale en devient impuissante face aux préjugés de la vieilles école, aussi gauchiste et féministe fasse mine d’être madame la ministre.

          11/

          Vous écrivez : « Le seul handicap pour lui est que la femme peut tomber enceinte ». C’est justement sous ce faux prétexte que les employeurs arrive plus facilement à discriminer.

          Tout travailleur produira globalement plus de richesses qu’il n’en coûtera, y compris les salariées qui prendront des congés de grossesses.

          12/

          Vous écrivez : « Donc oui les employeurs mettent en concurrence hommes et femmes sur le marché du travail via le féminisme, en embauchant toujours plus de femmes, même si certaines sont incompétentes et d’autres non motivées ».

          Étant donné l’infériorité du nombre d’offres d’emploi par rapport à celui des demandeur, il est évident que les employeur ne divise pas les travailleurs en fonctions des sexes, en en supprimant certains, et pas en en privilégiant d’autres. La vérité est qu’il n’embauche quasiment personne (ni femmes ni hommes) et licencie beaucoup de monde (femmes et hommes).

          Et j’espère que vous n’irez pas me dire que si tous les travailleurs sont opprimés ce ne serait plus du sexisme. Les différentes discriminations ne s’annulent pas.

          13/

          Vous écrivez : « même si certaines sont incompétentes et d’autres non motivées ».

           

          Je peux vous garantir que si une personne est embauchée, on peut être sûr que cette personne est à tous les coups très compétente et très motivée, car jamais un patron ne va s’efforcer de prendre une décision contre ses propres intérêts.

  6. Commentaire de invite2018:

    Que la victime y ait « pris du plaisir » ou pas, un viol reste un viol, et donc une atteinte inacceptable à l’intégrité d’autrui.

    Vous dîtes qu’exiger un consentement oral claire tuerait le désir. C’est une légende, et même si c’était vrai, cela ne donnerait aucune excuse pour utiliser le corps de son congénère contre son gré

    • Commentaire de Léonidas Durandal:

      Mouaih vous me semblez être un joli puritain.

      • Commentaire de invite2018:

        Qu’est ce qui me fait passer pour un puritain de votre point de vu?

        Est-ce parce que je trouve normal que dans les rapports sexuels, soit exigé le consentement claire et explicite  de tous les acteurs?

         

        • Commentaire de Léonidas Durandal:

          Vous cherchez la pureté.

          • Commentaire de invite2018:

            Merci, mais je connaissais déjà la signification du mot « puritain ».

            Ce que je vous demandais, ce sont les arguments sur lesquels vous vous fondez pour affirmez que serais puritain.

          • Commentaire de Léonidas Durandal:

            Si vous ne comprenez pas qu’exiger un accord avant chaque acte sexuel est puritain, essayez de lire : Contrat de consentemenet à l’acte sexuel Vous comprendrez peut-être par l’humour comment vous êtes devenu pro-capitaliste américain sans vous en apercevoir. D’ailleurs j’ai fait un tour sur votre site et j’y ai bien lu un puritain. Les communistes sont des puritains. Ils cherchent la pureté. Ils veulent des relations humaines parfaites, des humains parfaits, ils se placent comme s’ils étaient parfaits, comme les puritains. C’est pourquoi en France les communistes se sont souvent mariés avec des femmes qui vouaient un culte démesuré à la Vierge Marie. En fait, ce n’est que l’envers d’une même pièce : celui du puritanisme. Et si les Américains ont poursuivi avec tant de ferveur les communistes dans les années 50, c’est parce qu’ils se ressemblaient trop. D’ailleurs aujourd’hui, tout Hollywood ou presque est converti. Beurk !

          • Commentaire de invite2018:

            1/

            Vous semblez insinuer que l’idéal communiste serait insoluble dans la nature humaine. Mais ela est faux.

            Les humains ont su mettre leurs aptitudes en commun pour pondre les avancées technologiques, la médecine, et l’industrie. La seule différence entre ce qui a été fait et le communisme, c’est que le second prévoit une répartition plus équitable des richesses, qui profite à au moins 99% les plus pauvres de la population mondiale.

            Le communisme est donc parfaitement réaliste.

            Si toutes les tentatives d’introduction du communisme sans exceptions ont échoué, c’est d’une part parce qu’aucune révolution n’a mobilisé suffisamment de gens (alors que la mondialisation irréversible implique des mouvements collectifs de l’ensemble des travailleurs du globe, les luttes qui ont eu lieu s’étaient restreintes à l’échelle d’un seul pays ou groupe de pays), et d’autre part à cause de la croyance des peuples envers un sauveur suprême qui les a incité à cesser les révolte (car contrairement à ce qu’on dit souvent, ce ne sont pas les révolutions en elles-mêmes qui ont causé les dictatures staliniennes, mais les arrêts prématurées de ces révolutions).

            2/

            Le fait que des relations sexuels se fasse sans consentement n’est pas quelque-chose d’innée, mais le produit d’une culture du viol pouvant parfaitement être abolie.

            Il ne coûte rien de demander avant de toucher quelqu’un : « puis-je te baiser? ». Et les personnes aimant que dans le doute, on leur demande si elles veulent bien être tripotées, ne sont pas forcément que des hommes jeunes.

            3/

            Auriez-vous une dent contre les lesbiennes?

            Si oui, qu’avez-vous contre elles?

          • Commentaire de Léonidas Durandal:

            Ecoutez, le cours de Trotskisme je le connais mieux que vous. Les révolutions ont besoin de chefs, tout mouvement a besoin de chef, aucun mouvement ne se constitue sans chef, car nous sommes différents et nous n’avons pas les mêmes talents, et qu’il faut être efficace quand on souhaite conquérir le pouvoir. Il y a les marteaux et il y a les clous. Les clous n’ont aucune envie de jouer les marteaux et inversement. Le pire d’ailleurs c’est de côtoyer dans un mouvement associatif un marteau qui se prend pour un clou ou inversement. Eduquer le peuple, cela a ses limites, surtout quand le peuple ne veut surtout pas être éduqué et fait agir sa liberté de conscience en ce sens. Dès lors, un système communiste en vient nécessairement à obliger le peuple pour « le libérer de lui-même ». C’est la dictature du prolétariat. Mais ça peut prendre d’autres noms. Toujours est-il que face à la réalité humaine, qu’il n’a pas pris en compte, le communiste en vient naturellement à exercer une tyrannie pour « libérer les autres ». Et à la fin la tyrannie tyrannise les gens. C’est implacable. D’ailleurs quand on installe des personnes sans Dieu à la tête de l’Etat, elles se croient naturellement tout permis sur celles qui sont en dessous. Et ne me parlez pas de les remplacer car quand on a le pouvoir, on peut changer les règles. Le premier tyran venu le comprend bien et balaie les règles instituées pour obtenir ce qu’il désire. C’est naturel. Pour le reste, ce ne sont qu’utopies qui s’affrontent à l’expérience en humanité et qui ne peuvent la dépasser car elles ne la prennent pas en compte. Voilà pourquoi le communisme a systématiquement échoué et échouera systématiquement en tuant des millions de personnes dans son sillage. L’humain. Prendre l’humain en compte d’abord. Et surtout, ne pas caricaturer les « patrons », les « ouvriers », le « prolétariat ». Il y a de belles ordures dans chacune de ces catégories, mais aussi des personnes exceptionnelles. Le matérialisme est une vue stérilisante de la société et des rapports humains. C’est la même chose que le capitalisme. Le capitalisme en tant que religion est un matérialisme dont le communisme est l’autre face. Tous les deux agissent en suivant les mêmes règles.

            Sur la culture du viol : je vous le dis et le répète parce que vous semblez hermétique aux raisonnements alternes : ce sont les femmes qui ont intérêt à maintenir un flou artistique dont elles profitent. Allez demander à une fille dans la rue qui vous plait « on baise ? », vous obtiendrez une réponse, peut-être positive, mais dans la plupart des cas, négative, et vous essuierez même peut-être une gifle si vous êtes moche. Vous êtes donc à ce point rétif aux sentiments pour ne pas comprendre cela ? Les filles que vous fréquentez à l’université vous mentent. Ce sont des folles qui vont rater leur vie en allant avec une femme ou en prenant la première fiotte venue quand elles ne se casent pas avec un macho (meilleure sortie pour elles). Elles donnent des leçons à tout le monde et pour quels résultats ? Divorces et séparations, maltraitances dans les familles. Ce sont des montres. Ecartez vous d’elles. Ce sont seulement des filles bonnes à être maltraitées et qui exigent du respect avec la plus grande des maladresses. Elles ne connaissent rien aux hommes. Ce sont des dégénérées, quand bien même elles auraient un joli cul, une belle paire de nibards et ne demanderaient qu’à être troncatées.

            Enfin, j’ai un gros problème avec les lesbiennes : ce sont des racistes qui sont incapables d’accepter un homme et de le respecter, elles sont intolérantes à la différence, à l’autre sexe, et je ne vous dis pas tout ce qui en découle car je ne veux pas tomber sous le coup de la loi.

          • Commentaire de invite2018:

            1/

            Vous écrivez : « Et surtout, ne pas caricaturer les patrons, les ouvriers, le prolétariat. Il y a de belles ordures dans chacune de ces catégories, mais aussi des personnes exceptionnelles ».

            La lutte des classes ne consiste pas à définir les salauds et les altruistes, mais à définir ceux qui bénéficient du capitalisme, et ceux qui n’en bénéficie pas. Je n’ai pas de haine envers les Dassault et Cie, mais je souhaite simplement que les richesses qui leur ont été illégitimement offerts leur soit repris, ce qui ne serait pas une punition, mais simplement une mesure de justice.

            2/

            Vous écrivez : « Le capitalisme en tant que religion est un matérialisme dont le communisme est l’autre face. Tous les deux agissent en suivant les mêmes règles ». Encore une fois, vous faîte passer différentes idéologies comme identiques simplement parce qu’elles ont quelques points communs.

            Le matérialisme n’est ni un système qu’on pourrait renverser ni une idéologie qu’on pourrait refuser, ni une religion. C’est une chose que l’on vit intrinsèquement, un simple terrain qu’on peut aménager des manières différentes voir antagonistes.

            3/

            Quand vous demandez à quelqu’un s’il veut baiser, et qu’il vous répond par la négative, c’est peut-être parce qu’il veut maintenir un flou artistique, mais ne pensez-vous pas que ce peut être aussi et surtout parce qu’il ne veut réellement pas vous baiser ni être baisé par vous?

            Donc dans le doute, mieux vaut faire marche arrière. Le monde est grand, il y aura donc toujours des gens pour dire « oui » à chacun.

            4/

            Jugez-vous le divorce et la séparation comme des maux?

            Si oui, pourquoi?

            5/

            Vous écrivez : « Enfin, j’ai un gros problème avec les lesbiennes : ce sont des racistes qui sont incapables d’accepter un homme et de le respecter, elles sont intolérantes à la différence, à l’autre sexe ». C’est un cliché, et des plus caricaturaux.

            J’imagine que vous avez entendu certaines lesbiennes tenir des discours misandres, et vous en faite une généralité pour toutes les femmes homosexuelles. Sous prétexte qu’Hitler était végétarien, direz-vous aussi que tous les végétariens seraient antisémites?

          • Commentaire de Léonidas Durandal:

            Pour 1 et 2, vous définissez votre religion comme vraie. Par la suite plus aucune discussion n’est possible. Qui vous prouve que le matérialisme explique le monde ? Moi , j’ai plein d’exemples de sacrifices anti-matérialistes. Et le premier de tous : celui de Jésus. Tous les actes d’amour, sont par essence anti-matérialistes : ils s’opposent aux intérêts de celui qui les accomplit. Et le monde ne tourne que grâce à ces actes anti-matérialistes. La matérialisme échoue non seulement à expliquer le monde, mais encore à le faire tourner. Si nous nous conférons uniquement à notre intérêt, je ne serais pas là à vous écrire par exemple. Mais par amour, je prends du temps pour vous. Extraordinaire ?

            3 Vous changez de plan : vous ne voulez pas prendre en compte la réalité des femmes. Vous voulez continuer à raisonner comme un homme. Quand vous prendrez en compte l’altérité féminine, vous comprendrez que ce que vous avancez manque de sentiments. Trancher, le oui-non, c’est masculin. Là encore, je ne peux que vous inviter à explorer le monde du peut-être, et à ne pas vous rebeller contre ces femmes que vous ne comprendrez pas. Vous voudriez que le monde fonctionne entièrement comme celui d’un homme : cela ne sera jamais le cas. Et heureusement. Quant aux lesbiennes ou simili lesbiennes qui prônent ce genre d’idées, sachez que la plupart des femmes les trouvent dérangées et ne savent pas pour quoi certains hommes peuvent s’intéresser à de telles bizarreries de la nature. Mais comme l’amour peut tout ! Pourquoi pas !

            4 Le divorce déchire les enfants quand il ne les ampute pas.

            5 Les lesbiennes couchent-elles maintenant avec des hommes, les aiment-elles, depuis quand exactement ? Je suis dans la stricte description des faits. Leur impossibilité à aimer des hommes a des conséquences, chez toutes. Elles sont matérialistement han.ica.ées.

          • Commentaire de invite2018:

            1/ Les « actes d’amour » ne sont pas anti-matérialistes, mais simplement non-matérialistes. Mais si le matérialisme n’est pas forcément la seule choses qui expliquent le monde, elle est incontestablement l’une d’elles.

            Et Jésus n’a pas demander à être crucifié. On lui fait subir ce supplice sans lui demander son avis.

            2/

            Dire qu’une idée, un raisonnement, un point de vue, serait « masculin » ou « féminin » n’a aucun sens. N’importe qui peut raisonner de n’importe quelle manière.

            Seules quelques caractéristiques biologiques distinguent les hommes des femmes. Pour tout le reste, toutes les personnes sont différentes, quelle soit de sexes opposés ou identiques.

            3/

            L’être humain dispose d’un libre arbitre.

            Parler de « bizarrerie de la nature » est donc absurde.

            4/

            Ce n’est pas le divorce en lui-même qui déchire les enfants, mais ce que l’on met avec. Sans l’exploitation capitalistes, les parents auraient plus de chances d’avoir les moyens financiers pour subvenir aux besoins de leurs enfants après une séparation.

            Et si des personnes ne se supportent plus, on ne peut pas les inciter à continuer à vivre sous le même toit.

            D’ailleurs, s’il y a des divorces, c’est surtout parce qu’il y a des mariages. Et ce n’est pas le féminisme qui a voulu cette société faisant pression sur les gens pour qu’ils contractent mariage, sous peine d’être vu comme personnes ayant raté sa vie.

            5/

            En quoi le fait pour une femme de ne coucher avec aucun homme ferait-il d’elle une personne haïssant ou discriminant les hommes?

             

            Les gens seraient-ils intrinsèquement voués à haïr automatiquement tout individu qui ne les attire pas ou dont ils ne sont pas amoureux?

          • Commentaire de Léonidas Durandal:

            2 Nous sommes très différents entre hommes et femmes. Et il y a de grands invariants entre hommes et entre femmes qui déterminent 80% biologiquement de nos comportements. J’attire d’ailleurs votre attention que cette théorie du genre est absolument anti-matérialiste, opposée à la biologie qui est elle scientifique….

            3 Le matérialiste qui défend le libre arbitre. Vous allez me faire mourir de rire. L’homme est-il déterminé par ses rapports sociaux ou libre d’agir quand cela vous arrange pour un raisonnement ?

            4 Il y a des mariages parce que c’est la meilleure manière dont l’humanité ait réussi à vivre un amour profond, sain et fructifère. La séparation de corps est envisageable dans certaines circonstances. Quand à votre façon de penser que l’argent réglerait les blessures d’amour des enfants divorcés, je vous laisse l’entière responsabilité de votre raisonnement. Vous l’homme de la famille, vous ramènerez l’argent, et cela suffira pour que vous soyez heureux ? Vous allez vers la déconvenue. L’argent ne règle en rien les problèmes familiaux. Que peut l’argent contre la jalousie, ou contre la colère, ou contre l’avarice ?

            5 Quand des gens sont programmés pour en rencontrer d’autres, et qu’ils refusent de le faire, ils restent dans leur xénophobie, oui.

          • Commentaire de invite2018:

            1/

            Hommes et femmes sont différents tout simplement parce que chaque individu, quelque soit son sexe, a ses spécificités qui le distinguent de tous les autres. De mêmes que les hommes sont différents entre eux, et les femmes entre elles.

            Mais il n’existe aucun type de comportement qu’on retrouverait à la fois systématiquement chez n’importe quel homme et jamais chez aucune femme, ni inversement.

            2/

            Ce que l’on appelle la « théorie du genre » ne nie pas les différences biologiques. Elle nie cependant le caractère inné des différences non-biologiques, mais c’est à juste titre.

            Si les gens se retrouvent dans des métiers, des activités, jouent à tels jeux, ont tels comportements, portent des affaires de telles couleurs, en fonction de leur sexe, c’est parce que la société, non-seulement les y incite, mais a aussi tendance à forcer celles et ceux qui voudraient se démarquer à rejoindre ce qu’elle juge être « le droit chemin ».

            3/

            Où m’avez-vous lu écrire que le matérialisme défendait le libre-arbitre? Matérialisme et libre-arbitre humain sont tout simplement 2 faits, et aucun des 2 ne défend ni ne combat l’autre.

            Ce que je disais, c’est que décrire l’homosexualité comme une « bizarrerie » est absurde du fait d’un libre-arbitre qui fait que rien de ce que nous faisons ne peut être « bizarre », car il n’y a aucun norme de base.

            D’ailleurs, pour qu’un acte soit contre-nature, il faut qu’il soit impossible (tracer un triangle à 2 angles droits est contre-nature, trouver 2 nombres entiers qui donneraient en étant divisés entre eux un résultat parfaitement égal à π est contre-nature…) Mais pour ce qui est de faire l’amour avec une personne du même sexe, c’est possible, donc ce n’est pas contre-nature.

            4/

            Vous écrivez :  » Il y a des mariages parce que c’est la meilleure manière dont l’humanité ait réussi à vivre un amour profond ».

            Vous estimez donc que le mariage serait une bonne chose. Mais parallèlement, vous estimez que le divorce serait une mauvaise chose. C’est contradictoire, car sans le mariage, il n’y aurait pas de divorce, et avec le mariage, il faut bien qu’il y ait un divorce, car vous ne forcerait pas des gens à rester liés par un contrat qui ne laisse guère de liberté.

            Vous écrivez : « La séparation de corps est envisageable dans certaines circonstances ». Elle en faite envisageable dans TOUTES les circonstances (sauf bien sûr quand les intéressés ne se sont jamais mis ensemble, là il ne peuvent pas se séparer.

            5/

            Où m’avez-vous lu écrire que l’argent règlerait les blessures d’amour?

            Quand vous parliez du divorce qui « déchire les enfants », je pensait qu’il était question des problèmes de situation financières qui s’en suivent (parents séparés = deux domiciles au lieu d’un = augmentation des charges de loyers cumulée pour les parents divorcées = hausse des difficultés à subvenir aux besoins de la progéniture). D’ailleurs, la misère matériel est toujours la première cause du mal-être, les chagrins affectives ne venant qu’après.

            De toute façon, quand les gens divorcent, c’est qu’ils ont déjà des problèmes de relations qu affectent les enfants. Il n’y a pas de blessures d’amour parce qu’on se sépare, on se sépare parce qu’il y a des blessures d’amour. Prenez l’exemple de n’importe quel enfant ayant été perturbé suite aux divorce de ses parents, sachez que si ces derniers avaient décider de se torturer à rester ensemble, les problème de l’enfant en question auraient été au moins aussi néfastes.

            6/

            Vous écrivez : « Quand des gens sont programmés pour en rencontrer d’autres, et qu’ils refusent de le faire, ils restent dans leur xénophobie ».

            Sauf que les gens ne sont pas programmés pour en rencontrer d’autres, ce qui fait que l’ensemble de votre argument ne vaut rien.

          • Commentaire de Léonidas Durandal:

            1 Il y a des invariants entre hommes et femmes, notamment biologiques (variation de température dues au cycle de menstruation qui influe, mais aussi culturels, besoin de sécurité chez les femmes enceintes, besoin de prendre des risques et d’aller vers l’extérieur chez les jeunes garçons, attention portée aux enfants chez les femmes notamment du à une « hormone de l’attachement » à la naissance de l’enfant, masse musculaire de 50% supérieure chez les garçons qui effectuent leur puberté, ce qui induit des comportements particuliers, d’ailleurs les taux d’hormones ne sont pas les mêmes chez nous et chez les femmes, cerveaux à caractéristiques différentes, bref j’arrête parce que vous devez vous former sur le sujet pour pouvoir continuer à discuter sur ce point précis)

            2 De même vous parlez de la théorie du genre que vous ne connaissez pas. La théorie du genre n’accepte pas le rôle de la biologie pour la simplet bonne raison qu’elle ne peut l’accepter. Vous défendez ici une folie anti-scientifique et donc anti-matérialiste (cf article la tdg ne peut accepter le rôle de la biologie)

            3 Malheureusement, vous avez une autre lacune théorique au sujet du matérialisme : si les faits sont déterminés, ils excluent tout libre arbitre. La religion communiste devient l’avènement d’une prophétie, non d’une décision personnelle. Relisez Marx, cela vous fera du bien. Vous ne connaissez pas assez votre propre culture : ce sont les conditions matérielles qui déterminent chez Marx les révolutions, le sens de l’histoire etc etc…

            4 Vous vous enfermez dans votre raisonnement, vous n’acceptez plus l’altérité. Vous êtes en train de chercher des raisons pour chercher des raisons, et surtout pour avoir raison. Vous devez admettre qu’un plus fort que vous intellectuellement, culturellement, puisse avoir raison de temps en temps. Sinon vous ne progresserez pas et votre égo guidera toutes vos pensées qui seront corrompues. Ici votre remarque n’est pas au niveau. Elle se contredit. Elle ne prend pas en compte ma façon de raisonner.

            5 Là encore vous affirmez tout et l’inverse pour avoir raison : vous m’accusez de mal vous avoir lu et juste après vous confirmez que l’argent pour vous est la principale question (« la misère matérielle est la première cause du mal être »). De plus ici, vous êtes complètement à côté de la plaque : le taux de divorce est beaucoup moins important dans les pays miséreux car le mariage est LA protection contre la misère. D’ailleurs les couples qui divorcent chez nous perdent en moyenne 30% de leur niveau de vie. Si la misère est la principale cause de la mésentente selon vous, le divorce accentue la misère et la mésentente, ce qui vous me l’avouerez serait illogique.

            Sachez enfin que les gens peuvent changer, qu’ils peuvent faire des efforts pour s’entendre, notamment pour leurs enfants, et que s’ils n’exercent pas cette liberté, s’ils sont incapables de cela, effectivement ils divorcent (parce qu’ils sont donc matérialistes). Par contre ceux qui exercent leur liberté sont capables de belles choses en couple, notamment de s’entendre. Et ainsi ne torturent-ils pas leurs enfants. Car le divorce en plus du reste accentue les conflits ! Vous n’avez qu’à en parle à un père divorcé, vous lui demanderez si le divorce a amélioré la situation avec son ex ! On est ici dans le plus pur délire féministe.

            6 Papa est programmé pour rentrer dans maman. Est-ce que vous voyez mieux ce que je veux dire ? Ou est-ce qu’il vous faut un dessin ?

          • Commentaire de kasimar:

            Mais il n’existe aucun type de comportement qu’on retrouverait à la fois systématiquement chez n’importe quel homme et jamais chez aucune femme, ni inversement.

            Prouvez le ! Bah quoi vous affirmez quelque chose ben maintenant faut se retrousser les manches et nous faire profiter de l’éventuelle crédibilité de vos propos .

            Ce que l’on appelle la “théorie du genre” ne nie pas les différences biologiques. Elle nie cependant le caractère inné des différences non-biologiques, mais c’est à juste titre.

            Qu’est ce que vous appelez un caractère inné de différence non-biologique ? Je veux dire comment arrivez vous à déterminer ce qui est biologique de ce qui ne l’est pas ? 

            Ah ok j’ai lu votre dernière phrase :

            Si les gens se retrouvent dans des métiers, des activités, jouent à tels jeux, ont tels comportements, portent des affaires de telles couleurs, en fonction de leur sexe, c’est parce que la société, non-seulement les y incite, mais a aussi tendance à forcer celles et ceux qui voudraient se démarquer à rejoindre ce qu’elle juge être “le droit chemin”.

            Si c’est ça la « preuve » que vous avancez, alors laissez-moi vous dire que votre crédibilité scientifique s’en retrouve pour le moins caduque. Et comment arrivez-vous à déterminer précisément que l’on « forcerait » ou « incite » les garçons à faire ceci et les filles celà ? Je suis désolé mais ça ne suffit pas de répéter ce que disent les sociologues et les pseudo-scientifiques

          • Commentaire de invite2018:

            Réponse à @kasimar pour son commentaire du 25 juin 2015 à 20h

            1/

            Vous écrivez : « Prouvez le ». La preuve, c’est que l’on a vu toutes les types de comportements adoptés par des personnes de tous les sexes.

            Et s’agissant du caractère naturel des rôle sociaux attribués en fonction de ce que les individus ont entre les jambes, ce sont à ceux qui en soutiennent la véracité, et non à ceux qui la nient, que revient la charge de la preuve.

            2/

            Vous écrivez : « Qu’est ce que vous appelez un caractère inné de différence non-biologique? Je veux dire comment arrivez vous à déterminer ce qui est biologique de ce qui ne l’est pas? ».

            L’idée qu’en fonction du sexe d’une personne, on lui prédisent quels types de métiers ne seraient pas faits pour elle, qu’elle devrait avoir un emploi ou rester au foyer, qu’elle aurait tels ou tels rôles dans l’éducation de ses enfants, qu’elle devrait s’occuper plus de bricoler ou plus de faire la lessive, sont des exemples de caractéristiques qui n’ont rien de biologiques, que l’on prend pour des vérités naturelles alors que ce sont les stéréotypes qui les entretiennent.

            3/

            Il y a un fait qui n’est plus à prouver depuis bien longtemps, c’est que quand un homme veut devenir baby-sitter, quand une femme veut devenir pilote d’avion, quand un jeune garçon veut jouer avec des poupées, quand une femme veut jouer au football, ces gens là sont victimes de moqueries, et subissent également des pressions pour renoncer à faire ces choses. Voilà pourquoi il y a réellement une incitation très forte de la part de la société à reproduire les stéréotypes.

            Par ailleurs, à la naissance à venir d’un enfant, il est de coutume de choisir la couleur des vêtements du bébé en fonction de son sexe, de lui acheter des jouets dits « de filles » ou dits « de garçon » en fonction de son sexe. Et vous pourrez difficilement dire que cela ne serait pas imposé au nouveau-né.

          • Commentaire de invite2018:

            Réponse au commentaire de Monsieur Durandal du 26 juin 2015 à 10H19

            1/

            Il y a comme vous dîtes des invariants CULTURELS. Autrement dit, ces invariants là ne sont pas innés, et peuvent très bien être faussés.

            Vous avez des femmes enceintes qui ne ressente pas de « besoin de sécurité », des jeunes garçon qui n’ont pas le goût du risque, des femmes qui ont le goût du risque, des mères qui ne prêtent pas attention à leurs enfants, des pères qui portent attention à leurs enfants…

            Et la théorie des « cerveaux masculins » et des « cerveaux féminins » est fausse. Chaque cerveaux est différents, vous n’obtiendrait pas plus de variance en comparant dans un premier temps 2 personnes de sexes différents, et dans un second 2 personnes de mêmes sexes.

            2/ Vous écrivez : « De même vous parlez de la théorie du genre que vous ne connaissez pas. La théorie du genre n’accepte pas le rôle de la biologie pour la simplet bonne raison qu’elle ne peut l’accepter. Vous défendez ici une folie anti-scientifique et donc anti-matérialiste ».

            Cet argument par de la présupposition selon laquelle le caractère inné de l’attribution de rôles sociaux serait vrais. Mais comme ce présupposé est faux, votre argument ne constitue guère plus que des mots dans le vide.

            3/

            Vous écrivez : « si les faits sont déterminés, ils excluent tout libre arbitre ». Bien sûr, et je n’ai pas nié cela.

            Mais le matérialisme n’a pas vocation à dire que tout est déterminé, mais que certaines choses le sont. Une personne, mâle ou femelle, peut choisir d’être ou non « viril », l’autodétermination n’intervient donc pas dans ces comportements. Par contre, personne ne peut choisir de tracer un triangle à deux angles droits, car tout-le-monde sera forcé de s’en abstenir.

            4/

            Je ne refuse pas ce que vous appelez « altérité ». J’en constate tout simplement l’inexistence.

            Je ne suis pas « contre » le caractère intrinsèque des catégorisations sexuels autres que biologiques, je constate juste qu’il est faux. Nuance!

            5/

            Si on divorce moins dans les pays pauvres, c’est peut-être parce qu’on s’y marie moins, et à coup sûr parce qu’on vient moins longtemps, et donc que l’on a moins de chance d’achever les procédures de divorce avant de crever.

            Le mariage n’est pas la protection contre la misère. Ce qui semble l’être, c’est le fait de vivre ensemble (car quand on cohabite, c’est moins chère). Mais si on se met ensemble pour ses raisons, c’est qu’on se lie à contrecœur, et que donc on finira bien par un divorce.

            Et je ne vois pas où vous m’avez lu écrire que la misère serait la cause de la mésentente. La mésentente n’a pas de cause déterminable, elle est là et bien souvent, il n’y a aucun moyen pour y remédier. La question va donc être « comment faire en sorte que cette mésententes se fasse sans effets néfastes ».

            Il y a beaucoup de gens qui, quand il rentre le soir ou prennent leur petit-déjeuner le matin, veulent être dans l’intimité, et donc vivre seul. Mais parmi, certains ne parviendront pas à résister à la pression de l’environnement et se marierons à contrecœur, pour ensuite, quasi-inévitablement, divorcer.

            Et encore une fois, dire que le mariage serait une bonne chose et que le mariage en serait une mauvaise n’a aucun sens, dans la mesure où sans mariage il ne peut y avoir de divorce, et que s’il y a mariage, cela favorise le divorce.

            Les personnes peuvent « faire des efforts », en faire autant que possibles, si elles ne supportent pas la cohabitation, elles doivent se séparer. Se forcer à rester aurait pour les enfants des méfaits identiques voir pires sur les enfants du couple.

            Vous écrivez : « Vous n’avez qu’à en parle à un père divorcé, vous lui demanderez si le divorce a amélioré la situation avec son ex ». La question n’est pas de savoir si le divorce améliore la relation, mais s’il les empire. Et en l’occurrence, il ne les empire pas.

            Si les relation entre un père divorcé et son ex ce sont dégrader, ce n’est pas à cause du divorce, mais à cause d’un désamour (lui même sans cause évitable) qui a rendu nécessaire la séparation.

            6/

            Vous écrivez : « Papa est programmé pour rentrer dans maman. Est-ce que vous voyez mieux ce que je veux dire? Ou est-ce qu’il vous faut un dessin? ».

            J’avais parfaitement compris ce que vous vouliez dire quand vous décriviez les gens comme programmés pour coucher avec des individus de l’autre sexe. Je disais juste que c’était faux, et je le maintien.

            Nous ne somme pas programmés pour baiser le sexe opposé, mais pour AVOIR LA CAPACITÉ de baiser le sexe opposé. Nuance!

            Être programmé pour faire quelque-chose, signifie qu’il vous est, non pas interdit, mais impossible, de ne pas faire cette chose. Et comme on a la capacité de ne pas avoir de relations hétéros, on n’est donc pas programmé pour avoir des relations hétéros, mais simplement pour pouvoir faire cela.

             

            Personne ne peut avoir de comportements contre-nature, dans la mesure où seul ce qui est impossible est contre-nature. Ni l’hétérosexualité, ni l’homosexualité, ni la bisexualité, ne sont donc contre-nature.

          • Commentaire de Léonidas Durandal:

            1 Voici les résultats d’une étude récente http://www.scilogs.fr/l-actu-sur-le-divan/cerveau-dhomme-cerveau-de-femme-les-differences-observees-au-scanner/ Votre raisonnement est tellement absurde que vous devriez surtout vous poser la question : qui est-ce qui vous a programmé à penser contre le bon sens, et contre toute la science, notamment biologique. Tout est différent entre hommes et femmes à partir de la puberté, au niveau hormonal, psychique, physique ce qui conditionne nos us et coutume comme n’importe quelle espèce animale. Un matérialiste voudrait l’ignorer ? Allons allons ? La théorie du genre est non seulement a scientifique, mais en plus, elle est anti-matérialiste. C’est vraiment absurde que je doive défendre une position plus proche de Marx que vous. Vous savez pourquoi les communistes n’ont plus aucune rigueur intellectuelle ? Car il n’y a plus aucune issue logique à leur matérialisme. Et certains comme vous sont tentés de sombrer dans le sectarisme de la théorie du genre plutôt qu’admettre qu’ils ont tort. Pour le reste, Kasimar vous a bien répondu sur cette question.

            2 Au contraire, comme je l’explique dans l’article que vous devriez lire pour vous instruire un peu et ne pas apparaître comme quelqu’un de mauvaise foi : les gens comme moi pensent qu’il y a une part d’innée et d’acquis, et qu’une partie de l’innée conditionne l’acquis. Mais les personnes qui défendent la théorie du genre doivent défendre que tout est acquis pour soutenir leur théorie. C’est cette position qui est une hypothèse intenable et extrémiste comme je le démontre dans l’article. La mienne intègre qu’il puisse y avoir des exceptions. Dans la théorie du genre, il n’y en a aucune : tout est acquis. Indéfendable.

            3 Le matérialisme défend l’idée que tout est déterminé, c’est sa définition même. Revoyez vos bases théoriques, là c’est vous qui devez me prouvez l’inverse : par essence le matérialisme parle de cause et de conséquences. En outre, je vous ai cité des référence, mais vous aucune. Vous vous appuyez sur vos désirs pour dire que le matérialisme ce n’est pas ceci, ou ce n’est pas cela. Vos envies ne tiennent pas lieu d’argumentaire : si je veux être fille et que j’ai un sexe de garçon, ou l’inverse, je suis ici dans un déni matériel FLAGRANT. Il n’y a plus de sens à l’histoire, ni à la société. Je peux tout aussi bien définir que choisir son sexe est une démarche capitaliste que l’inverse. D’ailleurs cet individualisme, ce désir de consommer son corps comme d’un produit selon mes désirs et mes envies, faire fonctionner toute une économie qui profite de la faiblesse des gens et qui leur donne des envie qui les déconnecte des conditions matérielles de leur existence , n’est-ce pas là un procédé capitaliste par excellence. La théorie du genre c’est l’aboutissement de l’individualisme poussé à son extrême, individualisme qui empêche toute lutte sociale, tout regroupement du prolétariat face à son ennemi commun. C’est le féminisme qui dit combattre le capitalisme et qui envoie les femmes sur le marché du travail pour se faire exploiter ! Idiot et absurde. Bref, peut-être que vous comprendrez avec votre propre champ lexical. Je l’espère pour vous.

            4 Si vous ne voyez pas l’altérité homme – femme peut-être avez vous des pulsions homosexuelles ? peut-être faut-il consulter.

            5 Je vous ai cité entre guillemets : ce sont vos propres phrases que vous ne reconnaissez même pas, car vous êtes perdu dans votre raisonnement. Dans ce paragraphe vous oscillez entre masturbation et affirmation illogique et données sans preuves. Il est un raisonnement logique que vivre à deux évite la misère, que le couple permet donc de lutter contre elle, que dans les pays pauvres ont se marie beaucoup plus, et que ce sont ces salauds de capitalistes qui sont individualistes comme vous, au possible, cette bande de fumier qui peuvent se permettre de se passer du mariage en exploitant les pauvres femmes (je rigole). Vous affirmez que faire des efforts pour rester ensemble, ce serait pas bon. Mais sachez bien, jeune péteux, qu’aucun couple ne peut survivre sans faire d’effort. Là, vous parlez vraiment dans le vide. Passé les deux trois ans de baise, et quand il s’agit de faire des enfants, de prendre des décisions importantes, le conflit est inévitable. Et pour dépasser le conflit, je vais vous en apprendre une belle : il faut faire des efforts. D’ailleurs il faut faire des efforts pou tout dans la vie. Rien n’échappe à cette règle. Pourtant Monsieur Invité voit l’effort comme la source du mal. Ce bourgeois gavé de fric, peut se permettre de vivre sans efforts : eh bien sachez que plus on est miséreux, plus on doit faire des efforts. Seuls les peits parasites capitalistes comme vous peuvent se soustraire à cela. Dans le couple c’est identique.

            Quant au divorce qui n’empire pas les situations, là encore vous parlez sans aucune expérience, des affirmations dans le vide. Ce que vous avancez est ridicule et est contredit par 90% des personnes qui sont passées devant la justice pour un divorce. Tenez voici des sources et des chiffres, vous qui n’en donnez aucun : https://www.aimeles.net/delacatastrophedudivorcedemasseaumariagepourtous/

            6 Mais mon cher ami, jusqu’à il y a peu, toute l’humanité sans exception s’est reproduite avec maman et papa. Ce n’est pas les hommes et les femmes qui sont seulement programmés pour se rencontrer : c’est toute l’humanité. Un point de détail vous me direz pour un esprit comme le vôtre.

          • Commentaire de invite2018:

            Réponse à monsieur Durandal pour son commentaire du 26 juin 2015 à 21H00

            1/

            L’étude que vous m’avez transmise sur le cerveau prouve que le cerveau de l’homme analysé et de la femmes analysée sont différents. Mais ce n’est pas parce qu’ils sont de sexes différents, c’est parce qu’ils sont des individus différents.

            Faites la comparaison entre 2 hommes ou 2 femmes, vous aurait aussi des variantes. Rien ne démontre donc le caractère innés de la catégorisation sociale.

            2/

            Vous écrivez : « Si vous ne voyez pas l’altérité homme – femme peut-être avez vous des pulsions homosexuelles ? peut-être faut-il consulter ».

            Si vous croyez d’une part que la femme qui ne veut pas être baisée sans qu’on lui demande si elle consent ainsi que l’homme qui ne veut pas adopter des comportements consistant à prendre des risque seraient des « bizarreries de la nature », et d’autre part que l’homosexualité serait une maladie, alors peut-être êtes-vous atteint de sexisme et d’homophobie. Peut-être faut-il consulter.

            3/

            Vous écrivez : « ll est un raisonnement logique que vivre à deux évite la misère, que le couple permet donc de lutter contre elle, que dans les pays pauvres ont se marie beaucoup plus ».

            Si vivre à deux évite la misère, c’est uniquement parce que cela permet de réduire les charges de loyer. Sans l’exploitation capitaliste, les logements seraient moins chère, et on pourrait donc vivre séparément tout en ayant un train de vie identique voir meilleur. Ce n’est donc pas la séparation en elle-même qui est un mal.

            4/

            Vivre en couple implique des contrainte qu’il faut pouvoir et vouloir assumer. Les « efforts » ne peuvent donc venir que par envie, et dans ce cas ce ne sont plus vraiment des efforts.

            Mais quand des gens ne se supportent plus, ont grande envie de retrouver leur pleine liberté, il n’ont pas à se sentir coupables de renoncer au couple. Sachez que les couples qui se séparent n’ont jamais eu tord de le faire, car il ne pouvaient pas faire autrement.

            5/

            S’agissant des divorcés en conflits, vos statistiques ne démontrent en rien qu’il serait en meilleurs relation s’ils étaient restés ensembles.

            Je l’ai dit et le répète : il n’y a pas des conflits parce qu’il y a des séparations, il y a des séparations parce qu’il y a des conflits. Quand aux causes de ces conflits, elles sont tous simplement dues à l’incapacité du couple à mener une vie commune.

            6/

            Vous écrivez : « toute l’humanité sans exception s’est reproduite avec maman et papa. Ce n’est pas les hommes et les femmes qui sont seulement programmés pour se rencontrer : c’est toute l’humanité. Un point de détail vous me direz pour un esprit comme le vôtre ».

            Pour la énième fois : les humains ne sont pas programmés pour s’accoupler avec le sexe opposé, mais pour POUVOIR s’accoupler avec le sexe opposé.

            Il y a des gens qui choisissent de ne pas se reproduire, je ne vois pas en quoi ce serait un mal. C’est un choix de vie comme un autre.

          • Commentaire de Léonidas Durandal:

            1 Vous vous trompez, on a constaté les mêmes fonctionnements de manière significative dans l’étude en question. Pour compléter vos connaissances : https://www.aimeles.net/latheoriedugenreexpulseedenorvegeleparadoxedelegalitenorvegienne/

            2 Le délit d’opinion poussé comme maladie, typique du communiste. Durant l’ère de Staline, on enfermait dans les hôpitaux psychiatriques ceux qui ne pensaient pas correctement.

            3 Non, là vous confondez avec le libéralisme et le consumérisme qui a favorisé l’individualisme.

            4 Donc les gens ne sont pas libres. Donc il est inutile de discuter.

            5 C’est faux, vous avez mal lu mon article : si les enfants de divorcés divorcent plus que les autres à la génération suivante, cela prouve que la séparation génère le conflit, un conflit d’autant plus important au fur et à mesure des générations. Pour vous former un peu plus, quand vous aurez enfin lu mon précédent article avec un peu d’attention : https://www.aimeles.net/precarisationdesperesdivorces/

            6 C’est le choix de la ségrégation.

          • Commentaire de invite2018:

            Réponse au commentaire du 28 juin 2015 à 15H24 de monsieur Durandal

            1/

            Vous écrivez :  » Vous vous trompez, on a constaté les mêmes fonctionnements de manière significative dans l’étude en question ».

            L’étude s’est basée sur 2 cobayes de sexe différents. Donc quand on compare l’un des cobaye avec lui-même, forcément, on ne risque pas d’avoir beaucoup de variation.

            Quand à votre vidéo relative au rejet de la « théorie du genre » par l’État norvégiens, elle prouve que des gens sont d’accord avec vous, mais pas que vous ayez raison. Je ne vois donc pas en quoi cela argumenterait vos thèses ou discréditerait les miennes.

            2/

            Vous écrivez : « Le délit d’opinion poussé comme maladie, typique du communiste. Durant l’ère de Staline, on enfermait dans les hôpitaux psychiatriques ceux qui ne pensaient pas correctement ». Où m’avez-vous lu prôner de condamner ou d’enfermer des personnes pour anticommunisme ou pour n’importe quelle autre opinion?

            Même si je sais que vous l’aviez très bien compris et que vous faites semblant du contraire, je signale que quand je vous suggérai d’aller voir un médecin pour votre sexisme et votre homophobie, il ne s’agissait que d’une réponse ironique à une réflexion, de vous cette fois, qui était quant à elle bien à prendre au premier degré. Quand vous écriviez « peut-être avez-vous des pulsions homosexuels. Peut-être faut-il consulter », que pouviez-vous bien vouloir dire sinon que l’homosexualité serait une maladie?

            3/

            Vous écrivez :  » C’est faux, vous avez mal lu mon article : si les enfants de divorcés divorcent plus que les autres à la génération suivante, cela prouve que la séparation génère le conflit, un conflit d’autant plus important au fur et à mesure des générations »

            J’ai parfaitement lu votre article. Tout ce qu’il prouve, c’est que les divorcés ont tendance à être en conflits, mais pas que ces conflits seraient dues directement au divorce, et encore moins que ces conflits n’auraient pas eu lieu s’il n’y avait pas eu divorce.

            De toute façon, s’il y a des divorces, c’est surtout parce qu’il y a des mariages. Et le mariage est justement ce que tente de remettre en cause le féminisme. Donc si vous voulez qu’il n’y ait plus de divorce, il faut supprimer le mariage, ce que vous semblez refuser.

            4/

            Vous écrivez : « C’est le choix de la ségrégation »

             

            La ségrégation, c’est une société qui donne des droits différents, qui impose des rôles différents, en fonction de caractéristiques communautaires (sexe, couleur de peau, croyances…) des êtres humains. Quel rapport avec le fait de refuser POUR SOI-MÊME la vie de couple avec un autre du sexe opposé ou toute vie de couple et d’avoir des enfants?

          • Commentaire de Léonidas Durandal:

            1 Vous restez à la superficialité des choses. Il n’y a pas plus sourd que celui qui ne veut pas entendre. L’étude de M Simon Cohen Baron utilise plusieurs dizaines de cas suivis sur 19 ans. Vous racontez n’importe quoi pour rester dans vos préconçus. L’autre étude fait référence également à des dizaines de cas. Recherchez un peu sur internet. Ce n’est pas compliqué quand même. Les critiques qui sont faites à ces études par leurs opposants ne sont mêmes pas celles simplistes que vous avancez. J’aimerais qu’on avance un peu, au lieu de vous voir dans le déni. Vous avez beaucoup de chemin à parcourir. Là vous restez planté comme un piquet dans une terre d’argile sèche. Utilisez votre cerveau et acceptez les pensées alternes.

            2 Relisez vous.

            3 Relisez-moi, je parle des enfants de divorcés qui connaissent plus de divorces que les autres. Vous ne comprenez pas ??? Il faut que je vous explique plus précisément… depuis plusieurs questions, j’ai l’impression que vous n’avez pas la capacité de comprendre un argument, et que vous répondez de manière mécanique en changeant d’argumentation pour ce qui vous arrange. D’ailleurs supprimer la question (le mariage) pour éviter d’avoir à y répondre (le divorce), c’est un drôle de raisonnement nihiliste. En vérité, vous favorisez la bourgeoisie d’argent individualiste en voulant supprimer le mariage au nom du féminisme. Voilà comment sont manipulés les idiots utiles du système. Il serait temps de vous élever un petit peu. Vous êtes en plein dans la société de consommation des corps, des femmes, des relations sexuelles, du fric, de l’individualisme et tout cela parce que vous êtes perméable à votre mère par immaturité. Le mariage, c’est grandir dans l’engagement. Ne restez pas un consommateur, un capitaliste de merde. C’est facile de critiquer les autres, mais vous avez toutes les caractéristiques de ce que vous critiquez.

            4 C’est la ségrégation entre chaque individus. Il n’y a pas seulement une société de la ségrégation raciale, mais chaque individu devient un étranger pour l’autre. En niant les différences, les individus sont incapables de se comprendre, de vivre ensemble et de s’accepter. Ils vivent seuls comme des cons. Et ils ont l’impression de prôner de grandes idées, tandis qu’ils sont misérables moralement, et de plus en plus socialement. Ils construisent des murs autour d’eux et disent « ben chaque individu est différent ». Des autistes oui.

          • Commentaire de invite2018:

            Réponse au commentaire de monsieur Durandal du 29 juin 2015 à 8H31

            1/

            Vous écrivez : « D’ailleurs supprimer la question (le mariage) pour éviter d’avoir à y répondre (le divorce), c’est un drôle de raisonnement nihiliste ». Sauf que des réponses à la question sont déjà constamment recherchées.

            Dans la quasi-totalité des cas de divorces, la décision a été mûrement réfléchi. Il ne fait donc aucun doute que la séparation ne pouvait en aucun cas être évitée, sauf s’il n’y avait pas eu mise en couple au préalable.

            Vous ne pourrez jamais réussir à dissuader des gens ensemble de se séparer. Ou on veut réduire les divorces et dans ce cas il va falloir cesser d’inciter au mariage, ou on tien à continuer à promouvoir le mariage et dans ce cas il va bien falloir accepter des taux de divorce proches de 100%. Forcer à la vie de couple, même en supprimant quelques unes des contraintes qui vont avec, c’est voué à l’échec.

            2/

            Vous mélangez volontiers le consumérisme et le capitalisme. Mais le principe du capitalisme, ce n’est pas le consumérisme pour tout-le-monde, c’est le consumérisme pour une toute petite minorité et le non-consumérisme forcé pour tous les autres.

            Quand on part de présupposés faux, il est facile d’accuser les communistes de contradiction.

            Beaucoup utilisent le fait que nous nous ressemblons tous pour nier la lutte des classes. Mais c’est au contraire parce que milliardaires et non-milliardaires ont les mêmes aspirations, que leurs intérêts sont antagonistes.

            3/

            Quasiment tout-le-monde a et veut avoir des relation avec autrui, avec qui il peut faire diverses activités. Les homos comme les non-homos ont des amis de n’importe quel sexe, des connaissances, des relation…

            Mais cela n’empêche pas ni ne rend ségrégationniste de ne pas vouloir être avec les autres 24H sur 24 et d’aimer avoir régulièrement son intimité, dormir dans sa propres chambres voir dans son propre appartement, de passer les soirées pénard et de prendre se lever et se préparer le matin tranquille sans être emmerdé par un concubin.

            Et on peut très bien juger avoir assez d’amis pour pouvoir se considérer comme socialement comblé et donc ne pas avoir besoin de fonder une famille.

            Il ne faut pas confondre vouloir toujours être seul avec vouloir être seul de temps en temps.

          • Commentaire de Léonidas Durandal:

            1 Vous avancez des affirmations auxquelles vous ne connaissez rien, cela devient une habitude… Nombre de médiations familiales se terminent par des réconciliations. Vous parlez comme si les gens ne s’étaient jamais entendus. Or depuis que le divorce est libre c’est à dire le 19ème siècle en France !, une majorité de personnes mariées restent ensemble, en particulier si elles ont des enfants. En fait, vous participez à construire cette société de la séparation. Là encore, ne prenez pas vos désirs pour une généralité. Il y a beaucoup de couples catholiques qui restent ensemble, et qui après de nombreux efforts de toute une vie sont heureux et rendent leurs enfants heureux.Et ces couples là vous emmerdent, vous et votre société communiste pourrie de partout. Et ils vont continuer à vous emmerder durant des siècles et des siècles. Votre modèle familial sans amour ou avec un amour incestueux et enfermant (celui de la mère exclusivement, ne tient pas la route). Lui, il est source de nombreux désordres de délinquance par exemple comme les statistiques que je vous ai fournies vous l’indiquent. Mais la misère des gens, vous vous en foutez. Seules vos petites idées comptent et le fait de vouloir avoir raison, sans fondement.

            2 Allons donc, le communiste dont la seule ambition est de devenir un capitaliste, encore plus consommateur, comme si 90% des Occidentaux ne gaspillaient pas déjà les ressources de notre planète de manière effroyable. Tout est résumé : le communiste comme parasite jaloux du capitaliste auquel il rêve secrètement de ressembler. Le communiste est un ersatz de capitaliste, qui lui-même n’est qu’un marchand.

            3 Le mariage et la fécondité sont un devoir de l’être humain. Sinon, il dégénère, il devient imbu de lui-même, sans expérience, orgueilleux, et navrant, déconnecté du monde, donneur de leçon. La mariage remet l’homme à sa juste mesure, face à ses idées, il lui demande de grandir en responsabilités, d’assumer des charges, notamment de pourvoir à l’éducation de ses enfants, de faire des efforts pour s’entendre avec eux et avec sa femme. Le mariage abaisse l’homme pour en faire un être humble. Continuez vos soirées « pénard », mais n’ayez pas l’ambition de devenir un penseur.Vous grossiriez les rangs de ces incompétents producteurs de folles utopies qui ont saccagé le monde avec leurs « idées novatrices » que des milliers d’autres avaient eu avant eux. Vous voudriez que le monde s’élève ? Donnez-nous en déjà un échantillon dans votre vie personnelle au lieu de cultiver l’amour de la masturbation intellectuelle sur canapé.

          • Commentaire de invite2018:

            Réponse à monsieur Durandal pour son commentaire du 29 juin 2015 à 21H43
            1/

            Vous écrivez : « Nombre de médiations familiales se terminent par des réconciliations. Vous parlez comme si les gens ne s’étaient jamais entendus. Or depuis que le divorce est libre c’est à dire le 19ème siècle en France !, une majorité de personnes mariées restent ensemble ».

            Mais vous jugiez l’autre jour qu’il y avait beaucoup de divorce. Faudrait savoir.

            Encore une fois, je ne veut inciter personne à divorcer. J’assume cependant vouloir dissuader chacun de juger ou de faire pression tant sur autrui voulant renoncer à la vie de couple que sur autrui ne voulant pas.

            2/

            Vous écrivez : « Il y a beaucoup de couples catholiques qui restent ensemble, et qui après de nombreux efforts de toute une vie sont heureux et rendent leurs enfants heureux.Et ces couples là vous emmerdent ».

            Que des couples veuillent rester ensemble et le fassent ne m’emmerdent aucunement. Ce qui m’emmerde, c’est que d’autres couples qui eux ne veulent plus être en couple subissent des pressions pour rester ensemble contre leur plein gré.

            3/

            Vous écrivez : « Le mariage et la fécondité sont un devoir de l’être humain. Sinon, il dégénère, il devient imbu de lui-même, sans expérience, orgueilleux, et navrant, déconnecté du monde ».

             

            Les caractéristiques que vous attribuez à l’humain manquant à son soi-disant devoir de mariage et de fécondité peuvent en faite se retrouver chez n’importe quelle personne (mariée ou non, parent ou non, hétéro ou non…). À l’inverse, il y a, tant parmi ceux qui remplissent ces « devoirs » que parmi ceux qui ne les remplissent pas, des gens qui ne présentent pas ces caractéristiques que vous citez.

          • Commentaire de Léonidas Durandal:

            3 Nos choix de vie finissent par influencer ce que nous sommes : un être qui choisit d’avoir des responsabilités devient responsable, plus responsable en tous cas que s’il était resté sur son canapé. L’environnement finit par forger un être, c’est même le présupposé de beaucoup de sociologues marxisants : l’environnement nous conditionne. Seulement à la différence de ceux là, je rajouterais que l’être a le devoir impératif d’exercer sa liberté en se choisissant un environnement sain, en se le construisant, ou en appelant à Dieu pour soulager la misère du monde, la dernière option relevant d’un engagement de foi catholique. Allez voir du côté des matriciens, ils développent des idées proches des vôtres. Je trouve qu’elles sont nulles, mais chacun doit aller au bout de son chemin pour pouvoir en changer. Mais avant je voudrais vous dire : l’espérance est là, plus proche de vous que vous pouvez vous l’imaginer. Le monde a besoin de votre charité, pas de votre combat contre d’autres personnes minables (personnes avides d’argent) que vous rêveriez de remplacer par jalousie. Celles là ne méritent au pire que de la pitié, et elles doivent surtout être prises en charge moralement pour pouvoir évoluer un peu.

          • Commentaire de invite2018:

            Réponse au commentaire du 30 juin 2015 à 14H49 de monsieur Durandal

            1/

            Vous écrivez : « un être qui choisit d’avoir des responsabilités devient responsable, plus responsable en tous cas que s’il était resté sur son canapé ».

            Sachant que notre sujet de débat sur ce point était le cas des personnes ayant fait le choix de ne pas vivre en couple traditionnel hétérosexuel, j’en déduit que votre message, c’est que ces mêmes personnes seraient toute pour cela des inactifs vautrés dans leur fauteuil.

            Pourtant on peut très bien servir la communauté autrement qu’en procréant. Beaucoup de chômeurs font du bénévolat, et les non-chômeurs produisent des richesses par les missions qui leur sont confiés dans leur emploi.

            2/

            Vous écrivez : « Le monde a besoin de votre charité, pas de votre combat contre d’autres personnes minables ».

            Je ne combat pas des personnes mais un système (le capitalisme). Il est vrai que pour éradiquer le capitalisme, il faut en quelque sorte s’en prendre aux capitalistes (leur reprendre les richesses qui leur ont été illégitimement offertes), mais uniquement dans ce sens, et il ne s’agit pas de s’en prendre à eux dans leur intégrité physique ni de les ostraciser.

             

            Je signale par ailleurs que pour donner la charité, je serais bien obligé(e) de collecter les moyens pour cela, et donc devrais au préalable reprendre aux milliardaires ce qui revient de droit à l’ensemble de la population. Mais je ne peux pas accomplir ça tout(e) seul(e), car il n’existe aucun sauveur suprême, pas même moi.

          • Commentaire de Léonidas Durandal:

            1 Cela n’enlève rien au fait que fonder une famille est un des objectifs de vie qui a le plus de sens dans l’humanité.

            2 La charité n’a rien à voir avec l’argent absolument rien à voir.

        • Commentaire de invite2018:

          Réponse à madame ou monsieur Durandal pour son commentaire du 22 juin 2015 à 22 h 41

           

          1/

          Je n’appelle pas à un « contrat de consentement », mais simplement à ce qu’un « oui » oral, clair et net, soit requis.

          Est-ce trop demander?

          2/

          Refuser l’intégrisme, ce n’est pas forcément défendre la loi de la jungle.

          Pour optimiser les libertés de chacun, il faut bien un minimum de règles pour un bon ordre public (ne pas tuer, ni tabasser, ni violer…) de sorte à ce que la liberté de chacun s’arrête là ou commence celle d’autrui. Ce qu’il faut combattre, ce sont les lois non-justifiées par les intérêts publics, et seulement elles.

          Tous les devoirs et interdits ne se valent pas, certains protégeant l’ordre public, d’autre non. On ne peut pas considérer que la société formerait un tout indivisible et que serait obligé de choisir entre en l’acceptation toute les composantes et le rejet de tout en bloc.

          3/

          Vous semblez m’accuser de contradiction simplement parce que je dit des choses que des pro-capitalisme et des anti-laïcs auraient également dites. Mais si Escada, Gattaz, Soral et Ramadan disent que 1 + 1 font 2, je ne vais pas dire que ça fait 8 pour ne pas dire la même chose qu’eux.

          Je ne vous apprendrais rien en vous signalant qu’absolument tout-le-monde a de toute façon au moins un point d’accord avec absolument tout-le-monde. Accuser une idéologie d’être idiote utile d’une autre qu’elle prétend combattre simplement parce qu’il y a quelques thèses en communs est donc un raisonnement absurde.

          4/

          La définition du communisme consiste en un renversement de la propriété exclusive d’une toute petite minorité sur les moyens de production, pour instaurer à la place une gestion démocratique de l’économie par l’ensemble de la population. Mais cela n’impose pas, ni n’exclut, de soutenir les différentes formes d’obscurantismes.

          Autrement dit : 2 personnes communistes peuvent être très différentes et avoir des antagonismes idéologiques. Cela n’a donc aucun sens d’accuser tous les communistes de flirter avec l’intégrisme simplement parce que bon nombre d’entre eux ont été prouvés l’avoir fait.

          • Commentaire de Léonidas Durandal:

            Ne me prêtez pas des propos que je n’ai pas tenus. Je n’ai pas dit que toutes vos idées étaient mauvaises. Ici, on s’intéresse plutôt au côté humain qu’au côté politique même si les deux ne sont pas toujours contradictoires. Et d’un point de vue humain, beaucoup de communistes sont des puritains : si la dictature s’est imposée dans tous les pays communistes sans exception, ce n’est pas un hasard, loin de là. Si le « communisme » ou ce que vous semblez appeler « communisme » a fait plus de morts que n’importe quelle autre religion ce n’est pas un hasard non plus. Et pour moi, c’est le côté humain, ou l’absence de côté humain qui explique toutes ces dérives. Sur le papier, on peut avoir les plus grandes idées du monde, mais si au quotidien, on ne comprend rien à l’être humain et au mal inhérent qui le tient, cela ne sert à rien. En matière de rapports humains, je peux vous garantie une chose : c’est plus compliqué qu’une loi, qu’un oui ou un non. Le rapport humain est fait de beaucoup de non dits, parfois volontaires. D’ailleurs ne vaut-il pas mieux agir dans le bon sens que de parler dans le vent ? Les oeuvres prévaudront toujours sur les grandes leçons. Les femmes aiment qu’on agisse avec elles, en général. Elles aiment pouvoir se situer dans l’entre-deux, là où elles ont le plus de pouvoir. Le oui-non avant un acte sexuel, c’est un désir d’homme jeune. Cela équivaut au « tu baises ? » des sketchs d’humoristes. Une femme qui veut un « On baise ? » avant l’acte sexuel est une lesbienne puritaine certainement violée durant son enfance donc complètement imbaisable et hermétique à l’amour. A fuir, et quand on est un jeune homme, à ne surtout pas écouter. Elles traînent derrière elles une longue cohorte de malheurs à venir et futurs.

  7. Commentaire de carmichaelle:

    Dans le petit prince?
    S v.p dessine moi un mouton.
    Mais qu’est ce que (tu) fais là
    TU vois bien ce n’est pas un mouton c’est un belier il a des cornes
    Avec le renard:Qui est tu , tu est bien joli?
    A chaque jour tu devras t ‘approcher un peu plus pres,
    Donc. Tutoiement immediat dans le petit prince.
    Malgre tout j’aime bien monsieur votre façon de concevoir la distance du respect
    par le vouvoiement .Il fut un temps ou meme les gens maries se vouvoyait.
    Votre facon de concevoir la sexualite comme etant un engagement de deux personnes apres leur union m’apparait magnifique et romantique.
    Mais que faire si un coup dans l’union cet aspect ne fonctionne pas?
    L’amour est-il plus important que le desir?
    Et pour les anglais par quoi remplace -t-on le vouvoiement?
    Est-ce que ce sont les femmes qui ont impose le jeux de seduction, je croyais que c’etait les hommes, et que les femmes n’avaient pu entrer dans ce jeux qu’une fois la contraception inventée puisque la sexualite à ce moment n’avait plus eu pour but que la procreation mais le plaisir.
    Peut etre que je me trompe, cela ferait de la femme un etre plus sexuel que l’homme , ce qui serait quand meme surprenant puisque la pulsion de l’homme est plus fortement presente que celle de la femme?

    • Commentaire de Léonidas Durandal:

      L’amour est plus important que tout. Si ça ne marche pas c’est un manque d’amour. C’est un désir mal orienté, qui peut devenir pervers.
      Les Anglais sont des pédés.
      Quant au jeu de la séduction, si vous croyez que votre mère n’a pas aguiché votre père, si vous croyez que votre grand-mère n’a pas suggéré à papi qu’elle serait émue de le sucer, si vous pensez que votre arrière grand-mère n’a pas tortillé du cul pour séduire grand-papi, vous êtes naïf sur les femmes. La femme a donc, toujours eu plus de capacités sexuelles que les hommes. Et l’homme a souvent été dominé par sa pulsion, au point qu’à certaines époques de noblesse et de conscience, il a remis le sexe à sa juste place : au sein du mariage. Le reste fait partie de l’histoire des bonobos et non de l’humanité.

  8. Commentaire de carmichaelle:

    Tutoiement barré.

    Tres cher Léonidas.Je trouve que tes arguments se tiennent dans ton point de vu
    mais que ton point de vu justement est trop rigidifié dans le contexte de justification de ta propre vision de ta sexualité.

    Il y a un principe masculin et un principe feminin.C’est le meme principe que le yin et le yan.Le principe sexuel homme femme en est un d’attraction-séduction.La femme attire l’homme qui allors essaie de seduire la femme.Quand l’homme essaie de seduire il essaie d’etre aprouvé.L’homme propose et la femme dispose.Chaque personne a un passé different, ainsi un homme qui approche une femme traumatisée aura tout interet a se montrer rassurant.Si il ne l’est pas il ne sera pas approuvé. Si un homme approche une femme liberée sexuellement avec une attitude trop hésitante il ne l’allumera pas p.c.qu’elle va effectivement trouver qu’il n’est pas assez exitant.Elle veux de l’action.Pour ce quu est d’un acte sexuel ou d’une relation sexuelle non concentie, effectivement je ne trouve pas que ce soit la meme chose.Un viol n’a rien d’un acte sexuel, c’est une volonté de detruire l’autre dans sa sexualite de detruire la sexualite de l’autre et son affirmation sexuelle.C’est un acte de violence.Ainsi je peut te dire que d’etre forcée par un homme qui me dit , je ne te ferai pas mal , je veux juste te faire cela, n’est pas traumatisant pour une femme adulte.parce qu’il y a desir.Cela peut cependant etre insultant p.c.q la part de la relation homme femme de la femme est justement d’accepter et on vient de le lui retirer.L’homme qui fait cela a une relation uni laterale envers la femme.
    Il ne sagit donc pas de relation a l’autre dans sa difference , allors ne parle pas d’acceptation de l’alterite,si tu pense que c’est bien,tu ne reconnais que ta propre difference et non celle dela femme, par conseqnuent tu ne connais pas l’alterite.
    Sans vouloir t’accuser tu t’octrois les deux parts de la relation.Pourquoi? Probablemnt p.c.q tu as peur d’etre refusé p.c.q pas assez sur de ta virilité. La prochaine fois que tu approche une femme fais lui sentir que tu la trouve desirable.
    Tu vas voir qu’elle va te desirer .Pourquoi? Parce que la difference entre les hommes et les femmes est que les hommes veulent toute les femmes mais que les femmes ne veulent pas les hommes, elles veulent que tout les hommes les veuillent.c’est ce qui les exites.
    Laisse aussi de la place à la femme dans la relation sexuelle.Mes meilleurs amants ont toujours étés les plus permissifs et m’ont toujours dit que ce qu’ils aimaient de moi était que je ne me laissait pas faire comme une etoile de mer mais que je participait, que j’etais active.Avec eux je n’etais pas gênée de demander si on pouvait essayer une nouvelle position.
    Une autre difference entre l’homme et la femme est que l’homme est dirigé par sa sexualité allors que la femme dirige sa sexualité. En gros sans vouloir etre pejorative c’est comme si tu etais soumis à ton propre desir , que tu suivait ton penis
    tandis que la femme suis son propre desir qui est d’etre comblée par ton penis.Vous avez au moin un point en commun celle d’aimer ton penis
    .Allors il est tres important pour qu’elle continue d’aimer cela de la faire jouir, c’est cela combler une femme sa sexualité est moin prompte que la tienne.Ses sensations plus variees et plus intenses, ses orgasmes egalement pluriels.Sa sexualité est donc oriente naturellement vers le plaisir plus encore que la tienne, son apetit est plus grand que le tiens.L’homme instinctivement sait cela.Meme les violeurs savent cela dans leur instinct ils vont dire à la femme tu aime cela , avoue que tu aime cela.
    Ca peux etre insecurisant pour un homme de savoir cela, d’ou la volontee de controler la femme en lui retirant sa volonté sexuelle afin de ne pas être obligé de la combler.Medite un peux là dessus et reviens moi si possible sur mon g.mail ou ici.
    Y’a aussi une question que je voudrais te poser qu’est-ce que tu pense d’une femme qui te provoque en te donnant par exemple un baisé sur la joue avant de deguerpir

    A bientot
    Carmichaelle

    • Commentaire de Léonidas Durandal:

      Je ne suis pas un exemple, je n’ai pas cette prétention. Vous parlez de l’attirance comme d’un jeu : l’amour n’est pas un jeu, c’est un engagement pour moi, sinon on est dans la pulsion corporelle et hormonale.

      • Commentaire de Carmichaelle:

        Je m’excuse de revenir à la charge mais apres avoir lu le viol sanctifié je croyais qu’on avait un forum sur la vision de la sexualite et donc de la seduction.L’amour quand c’est serieux n’est pas un jeux mais il commence souvent par un jeu avant de devenir plus serieux

        • Commentaire de Léonidas Durandal:

          Si on commence par le jeu sexuel, on en arrive à découvrir une personne au hasard et qui souvent, n’a pas les mêmes valeurs que nous. Or, pour qu’une relation dure, il faut partager des valeurs communes, sinon, c’est impossible. Les femmes ont imposé le jeu et le rapport de séduction comme approche à la vie de couple. Et le résultat a été immédiat : l’impossibilité de vivre en couple pour la plupart des personnes qui avaient cru en ce modèle. La sexualité doit découler d’un engagement commun, et quand c’est l’inverse, il faut avoir de la chance pour s’en sortir.

    • Commentaire de kasimar:

      J’ai même pas lu tellement ce pavé sent le fake à des kilomètres.

      On appelle cela de la psychologie de bazar :mrgreen:

      • Commentaire de Léonidas Durandal:

        Vous savez M Kasimar, la plupart des gens sont de bonne foi quand ils font le mal, même vous, même moi. Les autres, trop enfermés dans leur mauvaise foi, je publie leurs commentaires de moins en moins. Posez-vous la question de les aider en prenant du temps pour leur répondre, c’est aussi cela le combat. Parfois, il faut essayer de tendre une main ? Ici, nous avons quelqu’un de jeune qui assimile l’amour à la pulsion sexuelle… n’avez-vous pas connu cela ? Un peu de miséricorde pour celle-ci.

        • Commentaire de kasimar:

          Certes, je conçois que certaines personnes soient un peu perdu (ne le sommes-nous pas nous-même à certains niveaux ? ), mais je n’ai pas toujours le temps pour cela. Et de moins en moins avec le temps vous l’aurez sans doute remarqué.
          Bien sur qu’il faut faire preuve de compassion envers les gens, je suis d’accord avec vous mais force est de constater que l’humanité ne m’a jamais autant déçu. Et je ne parle pas uniquement des quelques commentaires auxquels je me confronte sur les forums (celui-ci et E&R en particulier). Vous l’aurez compris même dans la vie de tous les jours, le combat s’impose comme la seule alternative.
          J’en viens même à me demander si nous ne méritons pas toutes ces catastrophes et ces mésaventures.

          • Commentaire de Léonidas Durandal:

            Nous le méritons. Est-ce qu’on peut empêcher une montagne de s’écrouler ? Est-ce souhaitable ? F Nietzsche soutient qu’il faut accélérer la chute des fruits pourris. Mais je suis croyant. Et en tant que croyant, j’essaie de faire preuve de miséricorde pour ce monde. Peut-être Dieu peut-il faire quelque chose pour ce monde si on le lui demande.

          • Commentaire de kasimar:

            Oui Le Seigneur de l’Univers Peut absolument faire Tout y compris ce qui à notre niveau semble impossible. Si tant est que l’on y croit.
            Mais l’ingratitude et l’individualisme voulu par nos élites, est la principale faiblesse de l’humanité.
            J’essaie d’être miséricordieux, mais malgré cela dans l’endurance et le temps, ce n’est pas toujours évident.
            Bref que Dieu nous Accorde de la patience dans ces dures épreuves, sans doute les plus dures de l’humanité

        • Commentaire de Carmichaelle:

          Quand tu dit que j’assimile l’amour a la sexualite est-ce que tu veux dire que je confond les deux? Ou que je prend la sexualite pour de l’amour.
          Il me semble pourtant qu’il peut y avoir sexualite avec ou sans amour
          la pulsion sexuelle est physique l’amour est emotionnel.
          Quand au Monsieur qui me traite de mauvaise foi pourrait-il developper un peu plus ses arguments?
          Le fait d’insulter quelqu’un va à l’encontre de la communication et de l’échange. Cela ne permet pas de grandir à travers l’autre et son experience mais cela limitte a une seule vision personnel des choses.Si on a peur d’etre confronte aux idees des autres c’est parfois p.c.q on doute de soi et qu’on a peur devant des arguments differents des notres de changer notre vision malgre nous p, c, q convaincu de s’ etre trompé. Or il faut avoir l’ouverture d’3sprit de se remettre en question
          p.s pourquoi barre t on le tutoiment?

          • Commentaire de Léonidas Durandal:

            Le tutoiement est le signe d’une époque affreuse où tout le monde fait semblant d’être proche des autres tandis que les gens n’ont jamais été autant désunis, dans la société, dans leur famille, et où les hiérarchies n’ont jamais été autant pesantes. C’est en lien direct. Nous n’avons pas gardé les vaches ensembles, nous ne sommes pas amis, nous ne nous connaissons pas, nous sommes différents, donc nous ne nous tutoyons pas. Nous nous approchons avec respect, avec méfiance, comme dans le petit Prince, pas à pas. Celui qui tutoie tout le temps est dans l’inceste pour moi. Cette société est une société de l’inceste et je ne participerai pas à cela car cela détruit les relations émotionnelles, et professionnelles.

      • Commentaire de Carmichaelle:

        Que voulez vous dire par sent le fake?
        Si je vous dit que j’etudie en sexologie allez vous continuer de me prendre pour un bazard?

  9. Commentaire de Léonidas Durandal:

    « Le président de la cour d’assises : « Virginie était-elle une fille facile ? » »

    En fait, le type a préféré la tuer parce que le viol est devenu le tabou des tabous dans notre société, justement à cause des féministes. Il a placé le meurtre au même niveau que le viol. Il l’a tuée à cause de ça,et sans les féministes, elle serait encore vivante.

  10. Commentaire de kasimar:

    Là on ne pourra pas nier que le féminisme est un énième totalitarisme, dans le même panthéon que le communisme et le nazisme

  11. Commentaire de Léonidas Durandal:

    « Des féministes dans le métro pour dire non à la peur », figaro Madame du 30/10/2014, Lucile Quillet.

    Du déni de la réalité à la dictature… vous avez voulu un monde individualiste. Vous ne pourrez rien contre le golem d’indifférence que vous avez créé sauf à priver tout le monde de liberté.
    Toujours plus hideuse cette libération sexuelle.

  12. Commentaire de Léonidas Durandal:

    «  »Voulez-vous coucher avec moi ? »Apprendre le consentement sur le campus », Figaro du 14/10/2014, Pauline Verduzier.

    Pauline tue l’amour.

  13. Commentaire de Visiteur:

    Bravo ! Article subtil, décapant, intelligent… mais si intelligent qu’il est certainement incompréhensible pour la plupart de nos contemporains, tant le totalitarisme d’une pensée dominante, celui du puritanisme déguisé en féminisme (supercherie qui est la négation même du combat humaniste et anti-sexiste), formate aujourd’hui les esprits et rend tout débat d’idées sur les rapports homme-femme verrouillé à double-tour ou au mieux totalement balisé… Certains commentaires ci-dessus sont consternants de bêtise, leurs auteurs semblent même ne pas avoir compris que votre propos est justement dirigé contre le viol, et respectueux aussi bien des femmes que des hommes, et de leur différences (mais sans doute est-ce ceci qui gêne certains). Il est dramatique de constater à quel point les données et arguments tronqués, manipulés, exagérés, fondamentalement idéologiques, avancés par certains lobbys prétendus féministes, relayés par les médias (qui faillissent totalement à leur devoir, car ils ne vérifient  rien et ne critiquent jamais ce prêt-à-penser), à quel point donc, cette bouillie de l’esprit est devenue LA Vérité dans la France de 2014 !… Courage, il est en tout cas réconfortant de constater que certains aujourd’hui essayent aujourd’hui de continuer à penser, quand tant de gens aujourd’hui ne font que redire un discours qu’on les a programmé à répéter, sans qu’ils aient même conscience de la manipulation dont ils sont victimes. Tragique époque !… 

  14. Commentaire de Léonidas Durandal:

    A considérer qu’une femme qui boit de l’alcool n’est pas consentante et c’est le nombre des viols dont on dit qu’il explose sur les campus américain :

    Figaro étudiant du 16/05/2014

    Bientôt les femmes ne concevront de relations sexuelles qu’en terme de viols

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    Pour recevoir l'infocourriel mensuel

    Dernière étape : Cliquez sur le courrier qui va vous être envoyé pour valider votre inscription