Accueil » Femme moderne misérable » Le « Stealthing »
Antiféminisme Aimeles

Le « Stealthing »

Publié le 4 mai 2017 par Léonidas Durandal à 10 h 51 min

Selon l’Obs, Emma avait une relation de confiance à Cédric… depuis au moins 4 mois. Quand bien même son étalon traînât une réputation de « beau-parleur un brin dragueur », il lui avait permis de dépasser ses appréhensions envers les hommes immédiatement et elle s’était donc donnée corps et âme à lui, enfin surtout corps comme nous allons le voir par la suite.

Car il ne faut pas prendre Emma pour une grosse cruche. Elle restait sur ses gardes et selon ses propres termes si leur relation était « sérieuse », elle-même n’était pas « amoureuse ». L’éternel féminin diront certains. Donc depuis tout ce temps, et selon les désirs de notre princesse, notre Cédric la travaillait au corps et l’usinait à souhait pour décrocher la timbale. Le tournoi de sélection se poursuivait dans les meilleures conditions possibles et imaginables jusqu’à ce soir fatal où il chuta. C’était en 2012 et Emma s’en souvient encore comme d’une des expériences les plus traumatisantes de sa vie.

Revenant de soirée, transpirant les odeurs de cigarette, ils avaient décidé de prendre une douche des plus salutaires, ensemble, rien que pour se laver bien entendu. Or tout d’un coup, surprise ! Alors qu’il frottait religieusement la poitrine d’Emma, Cédric eut une érection. Et loin de trouver cela déplacé, Emma, en fut plutôt flattée. Avant que la pouce de bambou pleine de la sève bouillonnante du matin n’ait accomplit son viril dessein des soirs d’écume, Emma eut la claire-voyance de sauter de la douche pour se munir d’une capote chère à nos cousins britanniques. Cet intermède dans la romance de nos deux tourtereaux n’éteignit pas les mâles ardeurs de notre burineur, qui prit le dit préservatif, le mit… puis le retira. Or eu égard à sa position retournée mais « dénuée de soumission, si subtile soit-elle », Emma ne sentit rien venir. Ce n’est que l’acte accompli quand elle jeta un regard à terre et qu’elle vit le condom au mauvais endroit, qu’elle comprit toute l’ampleur de la forfaiture.

Mal baisée, elle en conçut d’avoir été irrémédiablement trahie. Cédric en suivant son instinct de « macho », l’avait « souillée », et désormais, elle faisait face à un « étranger ». Qu’importe qu’elle prit la pilule, cette introduction sans protection lui fit imaginer qu’elle pût tomber enceinte lors d’un acte sexuel, ou même attraper une maladie ! Horrible prise de conscience. Jusqu’ici, par un miracle de technologie, le bout de plastique l’avait préservée de tout questionnement. Elle était pour ainsi dire restée vierge. Cédric, ce criminel, en le retirant, l’avait mis face à un gouffre : l’idée de couple. Il dut prendre la porte de facto et ils ne se reparlèrent jamais plus. Emma raconta son aventure à une de ses amies qui se mit hors d’elle à l’écoute de ce détestable comportement et voulut même aller voir Cédric pour lui parler de la mer. Heureusement, notre victime la retint comprenant peut-être que cette colère cachait mal une jalousie typiquement féminine. 

L’histoire semble se terminer plutôt bien car malgré l’énorme traumatisme subi et surtout les quelques semaines d’abstinence qui ont suivi, Emma aura fini par quitter l’écurie. Depuis elle chevauche en compagnie de nombreux autres partenaires avec qui elle satisfait son goût prononcé pour l’équitation, veillant toutefois à ne plus se faire attraper de travers. Après 5 ans de ballades diverses et variées, Emma nous affirme que la peur est toujours là, irrépressible. La reconstruction sera longue. Avec nos prières, qui sait, peut-être saura-t-elle de nouveau donner sa confiance à un homme, en plus du reste ? 

Comme vous l’aurez peut-être compris, le « stealthing » est un concept puritain qui nous vient de féministes anglo-saxones et faisant partie de ce qu’elles appellent la “culture du viol”. Le “Stealthing” est la pénétration d’une femme alors qu’elle ne s’est pas aperçue que son compagnon n’avait plus de préservatif. Considéré comme un viol au sens premier du terme par nos têtes chercheuses de Columbia, le « Stealthing » omet cependant de considérer la principale victime de cette pulsion : l’homme, puisque 1 : étant donné le contexte, il est à peu près certain de coucher avec une femme de petite vertu qui lui transmettra toutes ses affections passées 2 : si la dite femme, arrivée à un âge critique, tombe enceinte pour avoir de la compagnie dans l’existence, et veut garder l’enfant, notre macho sera bon pour lui payer une pension alimentaire à vie, ce qui, il faut l’affirmer de manière un peu brutale, lui aura coûté bien plus cher que d’aller aux putes. 

Abonnez-vous

Puis validez votre inscription dans votre boîte courrielle

7 Commentaires

  1. Commentaire de Bernard MOREL:

    Bonjour

     

    Je viens de découvrir votre site que je trouve très intéressant et après avoir le sentiment de me sentir de plus en plus  humilié par les femmes, ,je me joins à la lecture de vos commentaires et ne tarderais pas à poster les miens……………

     

    Merci et à bientot

     

     

    • Commentaire de Léonidas Durandal:

      Désormais que j’ai approuvé un de vos commentaires, les autres seront acceptés par défaut par le système de modération. Vous arrivez au moment où je me mets un peu en retrait pour les vacances, mais que cela ne vous empêche pas de commenter si l’envie vous en prend. Je conçois mes articles comme des archives et les commentaires permettent parfois de leur donner du relief.

  2. Commentaire de Lou:

    Ce que je ne comprends pas moi c’est l’intérêt pour un homme de pratiquer le stealthing ? Pourquoi risquer de mettre enceinte une femme avec laquelle vous ne voulez pas vous engagez ? Surtout aux US où il est encore plus facile qu’ici pour une femme de vous extorquer de l’argent grace à l’enfant.

  3. Commentaire de gastirad39:

    Le stealthing est bien la preuve d’une créativité sans limites. Mais surtout celle d’une organisation sans faille du féminisme. Depuis 50 ans, on met en oeuvre les préceptes de Goebbels: “Plus gros le mensonge, plus il passe, à condition de le répéter sans cesse”.

    Dès les années 1970, il a été prouvé à maintes reprises que cette doctrine ne repose sur rien, que ses buts n’ont rien à voir avec la soit-disant “égalité des sexes”. Pourtant, des pouvoirs puissants relancent sans cesse le mythe, à grand renfort de propagandes.

    Quels sont ces intérêts financiers puissants qui soutiennent sans faille le féminisme ?

    Pourquoi ont-ils autant besoin de ce mythe, partout dans le monde ?

    Sans réponses  pas à ces questions, on est condamné à couper sans cesse de nouvelles têtes de l’hydre immonde.

  4. Commentaire de julien le jacobite:

    C’est étonnant, encore un concept venu d’Amérique ou d’Angleterre. Jamais notre bonne presse oligarchique ne se tourne vers l’Est, vers l’Orient, pour savoir comment on y vit sa vie de femme. Pourtant, c’est bien de ce côté qu’elles auraient des leçons à prendre… les hommes aussi bien entendu.

    En faisant l’histoire du féminisme, je me suis aperçu que ce fut toujours ainsi. Dès le milieu du XIXe siècle, les féministes françaises (ou plutôt parisiennes, d’ailleurs) prenaient déjà leurs classes de l’autre côté de la Manche ou de l’Atlantique.

    C’est très logique. Le libéralisme – c’est-à-dire l’égalité de droit – progresse en proclamant, en hurlant partout l’égalité réelle. L’égalité réelle, bien entendu, ne tient jamais ses promesses de bonheur durable ; mais l’humanité dénaturée est désormais réadaptée à la nouvelle féodalité financière.

  5. Commentaire de mindstyle:

    Les féministes font preuve d’une imagination, d’une inventivité, d’une créativité sans limites pour donner libre cours à leur hystérie.

    Bientôt, on aura celle qui reprochera à son étalon de la lui avoir mise dans la ch. au lieu de la lui avoir dans le c. !

    • Commentaire de kasimar:

      Le problème c’est que ce qu’ils inventent est loin de faire progresser la société contrairement à ce qu’ils pensent. En fait il y a deux catégories d’inventeurs ceux qui bâtissent et ceux et celles qui détruisent

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    Abonnez-vous

    Puis validez votre inscription dans votre boîte courrielle