Accueil » Retour sur nous » L’espèce protégée Charliemouton
Antiféminisme Aimeles

L’espèce protégée Charliemouton

Publié le 12 décembre 2015 par Léonidas Durandal à 15 h 05 min

Le Charliemouton prospère dans les sociétés animales où l’État a de grands pouvoirs et donne de quoi brouter aux citoyens pour qu’ils s’habituent à leur servage. Nourri au grain dès sa plus tendre enfance, le Charliemouton n’a pas de père ni de mère. Il est né de la fonction publique à coup de subventions. Plus tard, il a été à l’école de la République qui lui a appris le vivre ensemble. Plus tard, il a probablement trouvé un emploi dans la fonction publique. Ce corniaud là, vous comprendrez aisément pourquoi il est toujours d’accord avec l’idéologie d’État.Mais, s’il est artisan, il doit quand même se la fermer parce que bon nombre de ses clients sont de la fonction publique. S’il est employé, il doit faire également pareil par peur des sanctions. S’il est cadre, il ne faut pas qu’il froisse ses subordonnés, ni la direction qui n’aime pas les vagues. charliemouton5S’il est pauvre, il reçoit ses subsides de l’État. Il ne peut donc l’ouvrir et bêler autant qu’il voudrait. Cela devient même une seconde nature chez lui. Tant qu’il garde ses illusions, il continue à croire aux mensonges qui sortent tout seul de sa bouche car prendre de la distance avec sa croyance ce serait risquer de perdre : son emploi, ses clients, sa religion, ses amis, sa famille qui sont tous aussi Charliemouton que lui. Or le Charliemouton qui se fantasme comme un grand résistant ne peut se payer ce luxe.

 

L’alimentation du Charliemouton.

Comme je l’ai déjà évoqué, le Charliemouton broute les allocations, puis il broute à l’école, puis au travail mais pas seulement. Vous pourriez vous imaginer qu’arrivé chez lui, il peut alors développer une pensée autonome. Pas du tout. Là il allume la télé, et il se remet à brouter. Il parle avec sa femme qui veut toujours plus de confort, et le voilà qui doit se faire tondre d’autant, et donc brouter en conséquence. charliemouton7Il essaie d’éduquer ses enfants intelligemment. Mais ils ne le respectent pas. Normal, toute la journée, il broute, et il est difficile de leur faire croire qu’écouter va les rendre heureux, lui qui rentre si fatigué de son broutage. Alors il finit par leur céder tout. Ils seront bien assez punis en devant brouter plus tard. Alimenté et alimentant, le Charlimouton croit se servir du système qui le nourrit et ainsi lui échapper, il pense exercer sa profession avec conscience et en toute liberté, tandis qu’il est son propre reflet, celui d’un système médiocre.

 

 

Le bon rapport qualité prix du Charliemouton

La contre-partie du broutage à gogo c’est d’accepter de se faire tondre de temps en temps. Régulièrement, le Charliemouton passe à l’étrille. A la fin du mois, le berger vient le voir et lui retire le trop plein de laine qu’il a sur le dos, à lui et à tous ses copains Charliemoutons : Charges sociales, assurance maladie, impôts sur le revenu, TVA… Sans laine, il lui faut vite revenir à la maison, prier pour que l’État lui donne de quoi continuer à brouter et à se chauffer.

L’État quant à lui, choisit de redistribuer en fonction de la position de chacun dans le troupeau. D’abord aux Charliemoutons à son service (plutôt des fonctionnaires femelles), puis aux Charliemoutons en charge de la reproduction ou en arrêt maladie parce qu’elles vont mettre bas et qu’elles doivent donner du lait à leurs futurs petits Charliemoutons, puis aux Charliemoutons à la retraite, principalement femelles et qui veulent finir de paître tranquillement à la fin de leur morne existence, enfin à tous les Charliemoutons qui n’ont pas de fonction dans le troupeau mais qui sont très dangereux parce qu’ils n’auraient rien à perdre sans les subsides du berger.

 

Vous l’aurez compris, le Charliemouton à qui l’on prend le plus de laine est plutôt de couleur blanche, il a plus de 50 ans et il ne fréquente que des Charliemoutons femelles. charliemouton8Et pour cela, il est culpabilisé autant que possible d’être ce qu’il est. Car plus un Charliemouton est gros et productif, plus il est un concurrent sérieux pour l’État. Il n’est donc pas perçu comme une chance mais comme un danger. Il pourrait se transformer en loup de la finance et négocier directement les conditions de sa liberté. Il ne serait plus Charliemouton. Il ne pourrait plus être tondu aussi facilement.

 

Lire la suite

33 Commentaires

  1. Ping de Léonidas Durandal:

    “Comment la domestication a ramolli le cerveau des lapins”, L’Obs du 26/06/2018.

    Ceci expliquant cela. L’espèce domestiquée est conne, fragile physiquement, et n’a peur de rien. Le charlimouton quoi.

  2. Ping de Léonidas Durandal:

    (Vidéo) “FAUT-IL INTERDIRE FRIENDS ??? (Reportge)”, David de la chaîne Ganesh2 15/01/2018.

  3. Ping de Léonidas Durandal:

    2011 : A l’euro pride de l’homosexualité, Lady Gaga veut une révolution de l’amour !

    source : Nouvel Observateur du 12/06/2011 :     link

    Moi-aussi : que les hommes et les femmes apprennent à s’aimer dans la différence!

    (ah ! vivement qu’elle soit aussi vieille et moche que Madona).

  4. Ping de gastirad39:

    Léonidas: Encore un excellent article sur slate.fr: http://www.slate.fr/story/112705/charlie-hebdo-sideration-sans-sursaut Un an après, les Charliemoutons sont sidérés … mais amorphes !

    • Ping de Léonidas Durandal:

      Pourtant, on sent un brin de révolte dans cet article très bien écrit. Ouf, je respire en le lisant. Le constat pitoyable de notre niveau de conscience politique est mené. Le problème pour cet auteur, bureaucrate de gauche : comment vivre en accord avec son aspiration. Cela me semble difficile. A la limite de l’incohérence. A voir s’il est aussi bon à critiquer qu’à proposer des solutions.

  5. Ping de gastirad39:

    Lèonidas: Voici un excellent article sur l’usage de la peur en politique.

    http://www.slate.fr/story/112263/exercer-peur-politique

    “Car en politique, la peur est avant tout instrumentalisée, utilisée à des fins qu’il faut sans cesse décrypter. Quand des dirigeants nous disent «Ayez peur, nous nous occupons du reste», Patrick Boucheron en appelle à la «vigilance», en tant qu’historien, mais surtout en tant que citoyen. Quand les gouvernants mettent en place une «politique de la peur», Corey Robin rappelle qu’un tel programme passe avant tout par des institutions qui structurent cette peur et nous disent de qui avoir peur et comment. …Le renforcement des mécanismes de contrôle, des procédures d’exception, les discours de prudence et d’incitation à être «attentif ensemble», tout cela ne va pas de soi et doit sans cesse être questionné.”   Et aussi: http://www.slate.fr/story/96871/peur-collective

    Pour le cas de Charlie Hebdo, le mécanisme de création de l’identité par la peur est manifeste. La réponse «je suis Charlie», avec cette affirmation du «je», est affirmation de l’identité personnelle, fait valoir le chercheur Nicolas Roussiau, professeur de psychologie sociale à l’université de Nantes et qui a dirigé l’ouvragePsychologie sociale de la religion. Et c’est aussi l’identité sociale qui est brandie, lorsque le groupe affirme «Nous sommes tous Charlie».

    «Il faut que l’autre soit rejeté hors du cadre de référence. Cloporte, cafard… On s’autorise toutes les horreurs», explique le professeur d’histoire contemporaine Frédéric Chauvaud. 

    • Ping de Léonidas Durandal:

      Pour qu’un tel mécanisme de peur ait de l’emprise sur les citoyens, il faut d’abord qu’ils aient été entièrement féminisés dans leurs familles. Imaginez quelle serait la réaction d’un homme sûr de sa position prêt à se défendre, si on lui parlait d’attentats : nulle. Par contre, perméable aux émotions de sa femme, il en vient à accrédité la parole de nos gouvernants.

      • Ping de gastirad39:

        Léonidas: Le féminisme n’est rien d’autre qu’une peur collective ciblant les femmes  et qui est distillée par nos politiques par petites doses depuis un siècle et demi, mais surtout depuis 1971 date de l’invention de la création monétaire illimitée aux mains des politiques. Cette création a permis de financer le féminisme, sans éveiller l’attention des hommes. Mais elle entraîne la paupérisation inexorable de toutes les sociétés féministes.

  6. Ping de Léonidas Durandal:

    “VIDEO. A Berlin, des réfugiés distribuent des fleurs pour faire oublier Cologne”, L’Express du 12/01/2016.

    Apparemment l’espèce Charliemouton prospère également en Allemagne.

  7. Ping de gastirad39:

    Léonidas: Je ne vois pas de haine dans mes propos. Y-a-t-il de la haine à vouloir prévenir une catastrophe qui nous menace tous ? Je me vois plutôt comme un médecin qui cherche à guérir la maladie, potentiellement fatale, qui ronge notre corps social. Ce médecin peut-il haïr ses patients ? Quant aux parasites, les empêcher de nuire signifie-t-il forcément les détruire ? Ne peut-on pas leur confier d’autres tâches plus positives ? Nos parasites font croire qu’ils sont forts utiles. Peut-être le croient-ils eux-mêmes ? Est-ce les haïr que de les détromper en révélant les mécanismes de la tromperie ?

    • Ping de Léonidas Durandal:

      Non non, mais je vous vois bien les renvoyer à la campagne pour leur apprendre le travail honnête.

      • Ping de gastirad39:

        Léonidas: Ca a déjà été tenté … Sans grand succès à long terme ! Il serait plus simple d’interdire à toute personne de devenir parasite Poly-Tique professionnelle en refusant de la rémunérer. Ces personnes seraient alors obligées de gagner leur vie en exerçant une véritable activité. Pourquoi pas escroc pro ? L’avantage serait qu’alors ces personnes ne ruineraient que des particuliers,  en nombre limité, et assez peu de temps. Au lieu de ruiner des pays entiers pendant des décennies grâce à leur position de pouvoir. (Je pense à NOTRE DETTE, ou aux manipulations monétaires entre autres)

    Laisser un commentaire

    Premier commentaire ou VPN ? Le commentaire sera mis en attente de validation

    -

    Votre sexe SVP :

    -

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.