Accueil » Ambiance au travail » (Vidéo) L’obligation du travail salarié pour les femmes
AIMELES Antiféminisme

(Vidéo) L’obligation du travail salarié pour les femmes

Publié le 21 juin 2014 par Léonidas Durandal à 0 h 26 min

Si la vidéo a été désactivée, essayez sur Dailymotion :

L’obligation du travail salarié au féminin. par LeonidasDD

Si les deux vidéos précédentes ont été désactivées, essayez sur Youtube :

31 Commentaires

  1. Ping de Mindstyle:

    Pour qu’un adversaire se range de votre côté, la recette est très simple : Offrez lui plus d’argent et/ou plus de pouvoir. C’est exactement ce qu’ils ont fait avec les femmes en créant pour elles une société qui leur confère des avantages totalement arbitraires. Rien que la solidarité de genre que l’on peut observer dans l’institution scolaire me donne envie de vomir; les garçons sont malmenés alors que les femmes sont encouragées à poursuivre vers un enseignement de qualité, avec une complaisance des enseignantes totalement injustifiée. La seule chose à faire, c’est d’ouvrir les consciences afin que les hommes français renoncent à procréer; il faut que les hommes prennent conscience qu’un véritable courant invisible oriente la famille vers la justice des affaires familiales. C’est une véritable industrie, conçue pour opérer des transferts d’argent et affaiblir les hommes par la voie légale; ces tribunaux amplifient les conflits; sont totalement dévoués à la cause des femmes, ce qui n’est pas étonnant vu que les juges et avocats sont des femmes en majorité pour ce genre d’affaires. Désormais, il faut être très prudent; il faut veiller à ne plus faire d’enfants; tout comme les femmes ont la maîtrise de leur propre corps, nous avons aussi la maîtrise du notre en portant un préservatif de façon SYSTEMATIQUE et ainsi, aucune chance de se faire piéger par un enfant dans le dos. Ainsi, des enfants ne seront plus otages dans des conflits d’adultes, et cela portera un coup au taux de natalité, même si beaucoup de naissances proviennent de personnes issues de l’immigration; mais quand on aura une population exclusivement constituée d’une descendance immigrée, peut-être que l’on ouvrira enfin les yeux. Selon moi, la solution se situe donc au niveau individuelle; il vaut mieux renoncer à toute paternité plutôt que de fonder une famille dans une société qui encourage les séparations et avantage systématiquement les femmes avec ces lois iniques. On ne deviendra jamais père (mais pour moi, un père privé de ses enfants n’est plus un père) mais au moins, on restera des HOMMES qui ont trouvé un moyen de porter un coup au système en ne se faisant pas racketter par cette justice féminisée. Et pour l’utilisation de ce surplus d’argent, je préconise de le dépenser dans des voyages ou des achats à l’étranger pour ne pas contribuer à l’économie française; à un niveau individuel, ça peut paraître assez risible, mais si de nombreux hommes commencent à opter pour ce mode de vie choisi en toute connaissance de cause et parfaitement assumé, ça peut vite faire très mal. Le meilleur bulletin de vote, c’est celui qui se trouve dans votre portefeuille.

  2. Ping de gastirad39:

    A tous: En fait l’origine du féminisme est politique.L’histoire montre que dès que les hommes-citoyens obligèrent par leurs luttes les politiques à accorder le suffrage universel, ceux-ci cherchèrent un moyen détourné de confisquer ce pouvoir. Opposer les 2 sexes fut un excellent moyen de diviser le peuple pour conserver le pouvoir. Surtout que de tous temps, les votantes furent plus nombreuses que les votants. Désormais, en flattant les votantes grâce au féminisme, les politiques sont assurés de manipuler les masses. Observez leur attitude à l’approche des élections, qu’ils soient de droite ou de gauche ou du centre ! Tant qu’il y aura des politicards professionnels pour nous diriger nous ne pourrons échapper à ces manipulations et aux gabegies financières. Il faut réformer notre démocratie en interdisant le professionnalisme politique si nous voulons restaurer l’harmonie entre les sexes.

  3. Ping de observateur:

    Sortir de ce cercle vicieux. Plus facile à dire qu’à faire.

    Cela ne pourra arriver que quand les femmes ou au moins la majorité d’entre elle condamneront ce système de pension alimentaires qui est, a mon avis également, une véritable incitation au divorce.

    La façon dont la garde des enfants est attribuée aux parents joue aussi. Je connais plusieurs cas de femmes qui n’ont gardé l’enfant que pour toucher la pension alimentaire et qui ont mis leur enfant à la porte dès que la pension alimentaire était terminée.

  4. Ping de kasimar:

    Savez vous qui prend le travail pour une libération ? Les futurs cadres et petits chefs qui vont exploiter leurs employés prolétaires du haut de leur diplôme bac + n. Les ingénieurs dont le quota est de plus en plus infime et le profil de plus en plus exigeant. Cet état d’esprit a tendance à pourrir les gens, à rendre les individus concurrents envers eux-mêmes. Au fond de moi je l’ai toujours compris lorsque je galérais à trouver un job en alternance. Le système scolaire et le système professionnel, mais aussi les organismes de formations, les intérims et tout ce qui sert à trouver un boulot, ne le font pas par utilitarisme, c’est à dire donner un boulot en fonction des aspirations, des comptétences et de la personnalité, mais pousse les gens à se concurrencer les uns les autres.Les femmes aujourd’hui parlent plus de libération au travail. Pourquoi ? parce que dans les bureaux d’assurance ou de banque composés essentiellement de femmes en tout cas en grande majorité, leur train de vie est beaucoup plus confortable que dans le reste des secteurs d’activité. Et pour cause : il y aura toujours du boulot dans les secteurs tertiaires. Les usines au contaire licencient à tour de bras et bien évidemment n’embauche pas ou alors très peu.Travaillant dans l’informatique, le secteur commence lui aussi à être touché. C’est un monde de fonctionnaires, de bureaucrates, voilà pourquoi les femmes car bossant plus majoritairement que les hommes dans ces milieux, seront de facto moins touchée par la récession. Pour ma part, je trouve celà ennuyeux de travailler dans un bureau, on n’y bouge pas beaucoup physiquement. Les femmes qui trouvent que le labeur est une libération ne sont pas seulement des bourgeoises, mais aussi des planquées et des privilégiées par le fait d’être une femme. Cette galanterie dont certains trouvent celà machiste, c’est plutôt le contraire, en étant galant, on se fait souvent berner par les femmes. D’ailleurs, il me semble que la galanterie a été inventé par les femmes pour prendre le dessus sur les hommes. Comme quoi il y a quand même des choses que les femmes arrivent à inventer. 

  5. Ping de kasimar:

    @Laetitia Oui mais comment sortir de cet Enfer? 

  6. Ping de Laetitia:

    @Mindstyle:Tout ça est bien triste finalement ,mais il ne suffit pas de pleurer sur le lait renversé il est grand temps de sortir de ce cercle vicieux! 

  7. Ping de Mindstyle:

    Lorsque l’on est salarié et que l’on démissionne de son emploi, on a en principe pas droit aux allocation de chômage. Pourquoi donc une femme qui demanderait le divorce aurait donc droit à une pension alimentaire alors qu’elle porte un coup dur à l’équilibre familial ? Je ne comprendrai jamais cette injustice et tant que les lois iniques et la justice féminisée continueront à favoriser les femmes de façon aussi injuste et arbitraire, je ne matérialiserai pas mon engagement en faisant  des enfants, ou en me mariant. Il y a désormais trop de risques; je préfère encore garder mon amour propre et rester célibataire ou en relation libre plutôt que de m’engager. Par ailleurs, je vomis le discours féministe pétri de pata-psychologie qui nous dit que pour des raisons psychologiques, les hommes auraient aujourd’hui « peur de l’engagement ». Laissez moi rire; il n’y a pas plus engagé qu’un homme; par qui ont été réalisées les plus grandes découvertes, les plus grandes oeuvres, si ce n’est par des hommes profondément engagés ? La vérité, c’est que les tribunaux aux affaires familiales sont des antichambres qui permettent le transfert de l’argent gagné par l’homme vers les femmes qui iront dépenser tout ce pognon de manière totalement irraisonnée.Ca n’est pas pour rien que les torchons féminins ont une page sur deux remplie de publicité pour les amener à acheter tout et n’importe quoi. Cette société a besoin de consommateurs et elle a créé les structures (les tribunaux aux affaires familiales) pour canaliser l’argent de ceux qui le gèrent bien vers celles qui le gèrent mal. Ne vous faîtes pas d’illusion; les femmes sont informées de leurs droits et de leurs privilèges; et il faut bien que les JAF et les avocatEs spécialisées en droit de la famille aient des dossiers à traiter !!! Tout ce petit monde ne peut pas vivre s’il n’a pas de dossiers et de papas à pourrir pour justifier sa fonction; une fois que l’on a réalisé cela, on comprends dans quelle société nous vivons.

  8. Ping de Léonidas Durandal:

    @Laetitia : Il y a beaucoup de rancœur chez les hommes qui parlent comme cela à leur femme, peut-être aussi de l’avidité (les hommes ne sont pas exempts de défauts, loin de là). Il est certain par contre, que le discours féministe a bien contribué à opposer hommes et femmes. Après le féminisme, il était impossible qu’ils s’entendissent. En effet, soit les femmes restaient au foyer et étaient protégées par les lois. Soit elles allaient travailler de manière salariée et elles étaient toujours protégées spécialement par les lois, tandis que les hommes, eux, voyaient leur statut déchoir, en étant toujours moins protégés à situation égale avec les femmes. Il valait donc mieux que leur femme travaillât.Il faut bien distinguer donc deux cas : la femme qui honnête a choisi de privilégier sa famille et qui a été normalement protégée par les lois. Et la femme qui a voulu jouer sur les deux tableaux tout en profitant d’une protection spéciale à l’identique de celles qui étaient femmes au foyer. Ces deux espèces de femmes n’ont rien à voir les unes avec les autres. Les unes ont tenu leur couple et se sont faites parfois quittées comme des malpropres, j’en ai rencontrées. Elles ont donc été sanctionnées pour leur dévouement, ce qui est proprement inadmissible. Les autres, majoritaires, il faut le dire, se sont servies des lois pour satisfaire à leurs pulsions malsaines. .Si on mélange ces deux cas, on tombe dans la caricature, et dans la haine de l’autre sexe. Voilà le danger dans lequel il ne faut pas tomber en tant qu’hommes.

  9. Ping de gastirad39:

    Laetitia: Vous voyez juste. Et c’est pire encore que cela ! Car pour un homme moderne qui a compris comment fonctionne la « femmille moderne », une femme au foyer est un danger !Un danger qui risque de lui coûter très cher en cas de divorce ! Hors 80% des divorces sont initiés par les femmes et à Paris il y a 1 divorce pour 2 mariages.

  10. Ping de Laetitia:

    Encore une fois vous tapez juste et là où ça fait mal! J’ajouterai que les jeunes hommes sont maintenant eux aussi contaminés par l’idée que si une femme ne veut pas travailler c’est une faignace qui veut parasiter son mari (phrase entendue de mes propres oreilles)!