Accueil » Ambiance au travail » Philippe Candeloro et Nelson Montfort victimes des attaques khmers roses
Antiféminisme Aimeles

Philippe Candeloro et Nelson Montfort victimes des attaques khmers roses

Publié le 27 mars 2014 par Léonidas Durandal à 13 h 29 min

Nous voici revenus aux temps de l’ORTF et de sa censure morale. Sauf que cette fois, la chape de plomb est en provenance directe de ceux qui ont combattu toute forme de censure morale dans la société, nos chers 68ards. Mais l’hypocrisie ne s’arrête pas là. Quand au début des années 60, l’interdit trouvait sa justification dans la transmission d’une culture, d’une morale personnelle et pour faire progresser la science, aujourd’hui, il s’agit plutôt de préserver les intérêts d’une caste devenue omnipotente, celle des femmes. Quant aux héritiers de 68 qui étaient prêts à légitimer toutes les pratiques sexuelles, dont la pédophilie (8), voilà leurs descendants qui en sont venus à vouloir censurer la moindre allusion grivoise qui porterait atteinte à ces dames.

D’une féminisation de gamins où tout est permis au contrôle puritain des femmes.

Partout où elles passent derrière les hommes, l’herbe ne repousse pas. Le gazon y est maudit. Par leur attitude de petites filles sages, elles ont fait de l’école, un lieu chaleureux. Résultat des courses, cette école ne vaut plus rien et l’ambiance y est de moins en moins chaleureuse. Dans la magistrature, la justice est devenue progressivement une justice personnelle qui doit juger au cas par cas. Résultat, la justice et le système social est embourbé dans ses contradictions et son impuissance, plus autoritaire que jamais. Dans le milieu médical, les personnes dévouées d’antan sont devenues progressivement des fonctionnaires. Idem chez les professeurs. La moindre parcelle de pouvoir est traquée et annihilée car l’une des caractéristiques confondantes de ces dames, c’est leur pouvoir de rétorsion envers les têtes dures qui bousculent leurs positions. N’approchez pas, au risque de vous faire piquer et d’avoir une meute des hyènes derrière le paletot. La prise de risque est leur cible. Elle n’est pas dans leur culture, leur est étrangère, et elles la jugent dangereuse. Il leur faut l’éliminer. Et surtout éliminer ceux qui la promeuvent : les hommes les plus compétents.

Elles ont aussi leurs cerbères, de jeunes puceaux de la cervelle qui avancent en première ligne et qui sont chargés de faire le sale boulot. Car l’une des stratégies principales des chefs honteux c’est et ce sera toujours : rester à l’arrière et envoyer la chair à canon en première ligne.

 

Le bâillon.

En ce moment, elles ont décidé de faire taire la France (7). Depuis la loi sur l’égalité, elles contrôlent encore plus les médias publics, consentants de toutes les façons, mais aussi, elles ont donné des indications et des pouvoirs au CSA pour qu’il sanctionne les récalcitrants. Et quand cela ne suffit pas, elles déclenchent une guerre médiatique contre les derniers rebelles.

 

La cabale contre deux présentateurs de télévision jovials.

Philippe Candeloro et Nelson Montfort étaient dans la cible du viseur du politiquement correct depuis longtemps, les jeux olympiques était l’occasion rêvée pour les enfoncer (4). C’est un certain Clément Guillou de Rue89 (1) qui a sonné la charge, s’attaquant dès le début des jeux de Sotchi à Daniel Bilalian, coupable, on le saura après, de ne pas avoir promu assez vite les jeunes loups de la chaîne publique (2).  Puis le CSA a pris le relais (5). Actuellement, les magasines people, Libération et Rue89 sont en train de finir le boulot (2, 3). Il faut dire pour ceux qui ne le savent pas que Rue89 est originellement une excavation de Libération, ceci expliquant peut-être cela. La petite caste incestueuse cherche à dénigrer ces présentateurs populaires aux yeux du public et à les faire passer pour infréquentables parce que sexistes, tout en nous vendant leur idéologie puritaine.  Car des dames se seraient plaintes à mot couverts… A leur suite, la société des journalistes du service des sports aurait demandé des explications à Daniel Bilalian. On croit rêver : l’employé qui demande des comptes au patron ! On n’en saura pas plus. Par contre pour arriver à leur fin, on comprend bien comment ils ont pu créer de toute pièce des dissensions au sein de la rédaction sportive, voir à un plus haut degré hiérarchique. Tout a été mis en œuvre pour que les mensonges soient crus et que l’exemple de nos deux animateurs serve aux autres petits présomptueux qui voudraient suivre le même chemin.

 

Pierre

Pierre Salviac « >

Lire la suite

Pour recevoir l'infocourriel mensuel

Dernière étape : Cliquez sur le courrier qui va vous être envoyé pour valider votre inscription

5 Commentaires

  1. Commentaire de Léonidas Durandal:

    « Le Principe du Vagin » Homme libre du 06/11/2016.

  2. Commentaire de Léonidas Durandal:

    Les Khmers roses attaquent une réunion pacifique de couples qui cherchent à se retrouver. Tout un symbole :

    « La partialité du courrier après une agression féministe », L’homme Libre du 17/10/2014 

  3. Commentaire de Zorro le renard:

    Jusqu’où ira la bêtise féministe et alliée ? … 

  4. Commentaire de Léonidas Durandal:

    Pour la coupe du monde, la FIFA doit retirer de son site internet ses recommandations politiquement incorrectes pour les touristes qui viendrait au Brésil :

    Rue89 du 29/03/2014

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    Pour recevoir l'infocourriel mensuel

    Dernière étape : Cliquez sur le courrier qui va vous être envoyé pour valider votre inscription