Accueil » Bienfaits relatifs du divorce » Vous avez voulu le divorce ? Eh bien vendez vos organes maintenant
AIMELES Antiféminisme

Vous avez voulu le divorce ? Eh bien vendez vos organes maintenant

Publié le 12 novembre 2012 par Léonidas Durandal à 0 h 00 min

 

Matthieu 19:8-9 Il leur répondit,

C’est à cause de la dureté de votre cœur

que Moïse vous a permis l’acte de répudiation;

au commencement, il n’en était pas ainsi. Mais

je vous dis que celui qui répudie sa femme, sauf pour

infidélité, et qui en épouse une autre, commet un adultère.

 

 

Une fille-mère espagnole qui occupe illégalement le logement d’un de ses compagnons, a décidé de mettre en vente ses organes sur internet, contre toutes les lois de son pays, pour échapper à l’expulsion :

 

Article du Figaro du 11/11/2012Le Point du 12/11/2012

 

 

La cigale et la fourmi, Monsieur De La Fontaine

 

 La cigale , ayant chanté
Tout l’été,
Se trouva fort dépourvue
Quand la bise fut venue.
Pas un seul petit morceau
De mouche ou de vermisseau
Elle alla crier famine
Chez la fourmi sa voisine,
La priant de lui prêter
Quelque grain pour subsister
Jusqu’à la saison nouvelle
«Je vous paierai, lui dit-elle,
Avant l’oût , foi d’animal,
Intérêt et principal .»
La fourmi n’est pas prêteuse ;
C’est là son moindre défaut.
«Que faisiez-vous au temps chaud ?
Dit-elle à cette emprunteuse.
Nuit et jour à tout venant
Je chantais, ne vous déplaise.
– Vous chantiez ? j’en suis fort aise.
Eh bien : dansez maintenant.»

 

121112organes

 

 

 

Quand on est riche, on se permet tout… si la loi le permet.

 

Ces pauvres folles féministes en sont le triste exemple. Il y a quelques années, la société catholique d’Espagne a décidé de tourner le dos à ses traditions, elle a décidé que ses femmes auraient « l’indépendance » d’hommes qui ne l’avaient pas. Au lieu de renforcer la protection des gens mariés, elle a voulu que celles-là puissent divorcer à leur convenance et reformer des familles décomposées, quand elles le voudraient et comme elles le voudraient. Tant que la société fut riche, elles firent n’importe quoi. Mais voilà, depuis quelques années, le système se grippe. Une inflation masquée sévit, et le chômage augmente. Nos féministes n’avaient pas prévu que nos sociétés s’appauvriraient et l’Etat n’a même plus les moyens de leur folie. Le robinet de l’imposition masculine qui taxe d’abord, les métiers d’hommes, ce robinet est en train de tarir. Les hommes, plus méfiants, commencent à se protéger pour préserver le peu de liberté qui leur reste. Enfin ceux qui sont au chômage ne peuvent même plus cracher au bassinet.

 

Alors, ces femmes cupides qui ont l’habitude qu’on leur cède tout, qui se sont habituées à considérer les hommes de leur entourage comme des sous-êtres humains qui n’auraient pas les mêmes droits qu’elles (lois sur les violences faîtes aux femmes en 2010), celles-là voudraient bénéficier de la même protection dont elles bénéficiaient quand elles étaient encore dans une société traditionnelle. Mais la société libérale n’est pas si flexible que les maris d’autrefois. Cette société libérale, quand elle ne peut plus payer, se bloque. L’Etat prend le relais et fait cracher les hommes, mais les forces vives de la Nation, de moins en moins considérées, ne voient pas pourquoi elles s’impliqueraient autant qu’avant dans le monde du travail. La baisse du taux d’activité des hommes dans notre société moderne n’en est qu’une des nombreuses illustrations. Si on rajoute à cela, les lois oppressives qui expulsent les hommes du domicile conjugal sur simple déclaration d’une femme, vous comprendrez combien ce genre de mesures naïves, ont eu l’effet inverse des problèmes qu’elles avaient la prétention de résoudre : elles ont précarisé les couples, en raidissant de plus en plus les procédures de séparation. Quant aux hommes, il faut désormais les transformer en contribuables esclaves pour que le système continue à tourner, qu’ils soient mariés, compagnons, ou partenaire d’une nuit de ces dames (voir l’affaire Desseigne). Eux, il y a longtemps qu’ils ont vendu leurs organes, et qu’ils se sont suicidés en masse. Mais la société ne s’en est pas préoccupée.

 

Ce cas médiatique inquiétant…

 

Ici, une Espagnole a décidé de mettre en vente ses organes pour susciter l’émoi. Et tout le monde s’émeut. Moi, cela ne me fait ni chaud ni froid. Ca sent tellement la supercherie !

Comment a-t-on pu laisser une enfant à une femme qui était prête à tout pour arriver à ses fins ? Comment se fait-il qu’on l’ait autorisée à rester si longtemps dans une maison qui ne lui appartenait pas ? Comment se fait-il qu’on ne dénonce pas ici, le scandale des familles recomposées, complètement ingérables au niveau juridique ? Finalement les réactions de nombreux journaux face à ce fait divers, sont encore plus significatives que ce fait divers : compassion bête et méchante face à une femme qui ne peut être qu’une déséquilibrée ou une manipulatrice.

 

La cigale féministe a chanté durant des années. Durant des années les autres femmes les ont suivies. On ne les a jamais entendues s’opposer à leurs sœurs. Eh bien maintenant, il faut assumer. Les hommes comme moi, ne veulent plus payer pour un système dont ils sont les dindons de la farce. Ils préféreront que vous les mettiez en prison plutôt que de participer à un système inique. Oui, mettez-nous en prison pour abandon de famille parce que nous n’avons plus les moyens de payer le train de vie de vos femmes indépendantes, cela ne nous fait ni chaud ni froid, de toutes façons, de plus en plus, nous n’avons plus rien à perdre.

 

Il paraît qu’il vaut mieux divorcer que de ne pas s’entendre. Eh bien continuez à favoriser les séparations, et on verra où vous mène votre meilleur des mondes individualiste et libéral.

 

 On verra combien de temps vous tiendrez sans les hommes, puisque vous avez voulu faire sans, et combien de temps vous tiendrez avec toutes ces tapettes dont vous avez fait la promotion, combien de temps elles vous protégeront ces tapettes, et combien de temps vous aurez la force de les soutenir avant de les jeter à la rue. Laissez-moi apprécier le spectacle avec délectation, laissez-moi me lécher les babines en regardant votre cupidité vous pousser jusqu’au bout de votre raisonnement : vendre vos organes par avidité. Laissez-moi rigoler de voir ces journalistes s’émouvoir du fanatisme d’une déséquilibrée et lui trouver des excuses. Excusez-les encore longtemps, maintenez-les dans une forme d’irresponsabilité, allez-y que je rigole, jaune, en voyant votre folie accomplir la destruction de notre société. Non, le monde n’a pas changé, il n’a jamais changé, il ne change pas sous nos yeux. Les statistiques, l’oppression des hommes ne sont que fadaises, et cette femme qui ose vendre ses organes est une sainte femme. Continuez.

 

23 Commentaires

  1. Ping de Léonidas Durandal:

    « Caroline, 32 ans : «Jamais je n’aurais imaginé aller un jour aux Restos du coeur» », Figaro du 17/11/2016.

    Le pire ici, c’est qu’elle saigne deux hommes, deux pères, et qu’elle ne réussit même plus à s’en sortir. Elle doit être très attachée à l’indépendance de la femme. Jusqu’à la mort, ou à celle de notre société.

  2. Ping de Léonidas Durandal:

    « La tragédie des femmes SDFs », Le point du 01/06/2015.

    Ben maintenant que c’est des femmes, on se penche sur les conditions d’accueil, on trouve cela particulièrement inadmissible. Il fallait y penser quand les premiers hommes sont tombés à la rue suite à des séparations et que tout le monde a trouvé cela super, parce « qu’il vaut mieux divorcer que de ne pas s’entendre ».

  3. Ping de Léonidas Durandal:

    « L’émouvant témoignage de Jade, une prostituée », Figaro du 04/02/2015.

    Pauvre prostituée, assez belle pour se faire troncater pour de l’argent, mais pas assez belle pour garder le père de ses deux enfants ? allez, à d’autres…

  4. Ping de Léonidas Durandal:

    Elle se prostitue sans en parler à son mari pour payer un traitement sensé améliorer le développement intellectuel de son enfant autiste :

     

    Article du Figaro du 10/12/2012

     

    Jusqu’où ira la cupidité, la folie et l’aveuglement ? Elle ferait mieux d’aimer son enfant tel qu’il est.

  5. Ping de Léonidas Durandal:

    La représentante des familles monoparentales demande l’ouverture de crèches en horaire décalé, et d’autres mesures pour le recouvrement des pensions alimentaires (dont 30% ne seraient pas versées selon ses chiffres truqués).

    En plus de la prison pour abandon de famille, en plus de l’aide gratuite de la CAF, de la possibilité de saisir un huissier sans décision juridique, en plus des saisies sur salaire pour les pères, je ne vois pas bien ce qu’elle pourrait demander de plus à part la peine de mort.

    Une façon pour cette femme de vivre toujours plus en parasite sur le dos des pères…


    Article du Figaro Madame du 15/11/2012

  6. Ping de Léonidas Durandal:

    Article du Nouvel Observateur du 13/11/2012

     

    Elle explique au quotidien « El Mundo » avoir « d’abord mis en vente un rein » et « maintenant proposer aussi les cornées de [ses] yeux, un de [ses] poumons, un morceau de [son] foie », etc.

     

    Et la tête alouette ? Elle n’aura plus de problèmes pour se loger.

  7. Ping de gentilBabar:

    Moi si j’étais une femme, je préfèrerai encore faire le tapin, mais comme çà je garderai mes organes!

    Cette femme est elle au courant que ses organes lui sont utiles pour vivre, et que plus t’en enlèves, et moins t’as de chances de survivre?

    hum?

    C’est comme le type qui se suicide parce qu’il en a marre de son travail d’esclave, il a raison oui et non, c’est une vue de l’esprit, faut s’bouger, y’a pas de fatalité, faut juste partir de là et retrouver ses repères… et arrêter de gémir et de se soumettre à cet empire de la déshumanisation! pouah!

  8. Ping de kasimar:

    Je suis d’accord avec vous sur le fait que divorcer d’une femme sur un coup de tête est un péché. Mais (car il y a un mais) en dehors de l’adultère , nous sommes tous d’accord là dessus il n’y a aucune excuse, si la femme se révèle être une impudique et/ou une hypocrite, ou une femme qui veut « écraser » son homme et endosser le pantalon, faut il se condamner toute sa vie à vivre avec une telle pourriture, ou bien doit on divorcer pour le bien de tous ?

    Autant je suis d’accord qu’il ne faut pas divorcer à la légère, autant si l’on suit vos conseils, on a tout intérêt à choisir méticuleusement sa femme sous peine de se condamner à vivre avec une personne qui ne nous correspond clairement pas.

    Et ce n’est pas parce que une femme paraît vertueuse qu’elle l’est naturellement.

    En tout cas monsieur Leonidas, vous ne me motivez pas à prendre une épouse 

  9. Ping de mon nom.:

    J’étais dirigeant de deux entreprises, propriétaire d’une grande maison.

    Après ma séparation, j’ai été condamné a 6 mois fermes pour défaut de paiement de pension alimentaire a une ex pour mon fils qu’elle minterdisait de voir et même d’appeler au tel.

    Aujourd’hui, j’ai tout vendu, je suis au RSA, je ne paye aucune pension et je devellope mes affaires a l’étranger et vie de mes rentes.

    Du coup cette ex travaille comme femme de ménage dans le froid du nord pendant que je me ruine en ecran total a bronzer sur les plages du sud.

    Laisser un commentaire

    Premier commentaire ou VPN ? Le commentaire sera mis en attente de validation

    -

    Votre sexe SVP :

    -

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.