Accueil » Article publié parLéonidas Durandal
AIMELES Antiféminisme

Archives de l'Auteur

Le président actuel de la France, Emmanuel Macron, s’est fait élire sur la promesse de transformer la France en « start up nation ». Ce terme peut se traduire bien mal par « nation au lancement/au démarage ». « Start up » est aussi employé pour les toutes jeunes entreprises prometteuses qui seront les fleurons industriels de demain. L’idée à retenir est que la nation française aurait dû jouer grâce à lui et à son travail, les premiers rôles au plan mondial. Nous en étions aux débuts d’une nouvelle ère concurrentielle, et en mobilisant les énergies de tous les Français, notre pays retrouverait une place de choix parmi les autres. Lire la suite de cet article »

Soyez le premier à laisser votre commentaire

La naïveté d’une majorité de nos contemporains est un des traits les plus saisissants de notre époque. Le port d’un masque inutile dans la rue contre une maladie bénigne, parce que notre gouvernement en a décidé ainsi, de la part de personnes parfois très instruites, illustre assez bien le processus de servitude volontaire à l’oeuvre dans notre société. Mais en a-t-il jamais été autrement ? Les époques de courage et de lucidité ne sont-elles pas dues à de grands peuples, et ces époques ne sont-elles pas rares par définition ? Enfin, ne vivions-nous pas ans l’illusion d’un progrès humain qui était basé sur des promesses scientifiques mensongères et ne sommes-nous pas en train de prendre conscience de notre erreur abyssale ?

Lire la suite de cet article »

Soyez le premier à laisser votre commentaire

(La grande libération #7) La scène

Publié le 29 décembre 2021 par Léonidas Durandal

Pendant qu’il langeait sa fille, Donald observait Caroline du coin de l’oeil. Elle initialisait les algorithmes de rencontre selon différents critères, un partenaire bestial, un intellectuel, un richissime magnat de l’immobilier, une histoire compliquée. A chaque fois, les pourcentages de satisfaction s’affichaient en grand dans la pièce. Non sans une certaine surprise, elle avait pris conscience de son besoin d’être dominée. L’esquisse de la pute idéale avait le profil d’une sorte de barbare, étranger, bénéficiant de toutes les libertés dont elle se refusait les jouissances, à elle, ou à Donald. Brute d’ailleurs, qui l’aurait un peu molestée selon les réponses aux questionnaires psychologiques auxquels elle se soumettait. Elle s’étonna aussi de constater à quel point la demande était forte pour ces profils. Deux mois d’attente pour son nègre violent à grosse bite, mais tout de même gentil. Le centre de prostitution de la ruche peinait à fournir de la main d’oeuvre. Elle formait, importait, favorisait l’immigration d’autres continents, mais les critères sélectifs des femmes de la ruche et la forte demande ne réussissaient pas à combler les besoins. Et Caroline hésitait à sortir des clous en allant sur le marché secondaire. Là, pas de garantie au niveau de l’hygiène. Et une notation incertaine, allant de pair avec un aléa moral dont elle n’avait plus l’habitude dans sa vie de tous les jours. De l’aventure certes, mais avec des garanties. Un amant certes, mais sous contrôle. Tels étaient ses impératifs. Lire la suite de cet article »

Soyez le premier à laisser votre commentaire

En comparant les époques et les civilisations entre elles, pantalons et jupes ont été utilisés par les hommes et les femmes indifféremment. Nos prêtres utilisent encore une robe héritée de l’antiquité. Et je pense que traditionnellement, la question des climats a été fondatrice dans les mouvements de mode. Il est difficile d’imaginer une robe en plein hiver dans les régions polaires sans recouvrir ses jambes d’une sorte de bas qui est l’embryon d’un pantalon. Ainsi le pantalon est-il indissociablement lié au travail en extérieur dans des conditions rudes. La robe longue, boubou ou autre, permet de mieux réguler la chaleur dans les régions chaudes du globe, ou en intérieur. Dès lors pourquoi ces habits se sont-ils sexualisés en occident et comment sont-ils portés ? Alors que les modes de chauffage et de vie ont évolué, la différenciation a-t-elle encore un sens ? Lire la suite de cet article »

6 commentaires. Participez à la conversation

« J‘aurais bien voulu vous voir à leur place », « Ils ont fait du mieux qu’ils pouvaient étant donné la catastrophe sanitaire que nous avons vécue », « Il faut protéger les autres ».

Ces phrases, vous les avez certainement entendues si vous habitez en France. Face à l’épreuve, notre pays semble rempli de personnes pleines de bonnes intentions, de braves gens soucieux du bien collectif. Quelle surprise quand les tenants de la réflexion à droite comme à gauche nous avaient certifié que nous vivions dans une société individualiste ! Lire la suite de cet article »

7 commentaires. Participez à la conversation

#Covid19 : la manif pour tous donne encore raison à ses détracteurs

Publié le 9 décembre 2021 par Léonidas Durandal

Le mouvement de la manif pour tous (MPT) contre la loi Taubira sur les unions de duos homosexuels, a été porté par une bourgeoisie catholique dite de droite. Quand bien même de nombreux Français ne se reconnaissaient pas dans cette sociologie, ils ont suivi cette bourgeoisie, parce qu’ils étaient convaincus que ce combat était juste. Au vu du manque d’engagement militant de cette même bourgeoisie contre les restrictions de libertés publiques liées à la mini pandémie covidienne, il faut reconnaître qu’ils ont bien eu tort. Lire la suite de cet article »

4 commentaires. Participez à la conversation

Durant les années 70, le mouvement hippie a tenté de mettre en place une société alternative. Cette idéologie reprochait aux sociétés occidentales leur consumérisme et même je dirais, leur rationalisme, auquel ses adeptes opposaient une vision poétique et affective de la vie. Un monde de bisounours dirions nous de nos jours, fait de paix et d’amour. Lire la suite de cet article »

Soyez le premier à laisser votre commentaire

Le pucelage du coeur

Publié le 20 novembre 2021 par Léonidas Durandal

Le pucelage des femmes est physique. Le jour où une femme donne sa virginité à un homme, elle accomplit plus qu’un simple acte sexuel. La voilà qui initie son cycle d’actes féconds, qui seront très limités au cours de sa vie. La femme ovule une 12aine de fois par an. Elle sera féconde durant une 30aine d’années. Soit une carabine à 360 coups, dans le meilleur des cas, et qui ne pourra jamais être rechargée. En sus, chaque acte sexuel « au bon moment » ne lui permettra pas forcément de « tomber enceinte ». Au contraire, faudra-t-il qu’elle ait plutôt un partenaire régulier pour maximiser ses chances de ce côté là, un partenaire fidèle qui non seulement pourra l’engrosser, mais de surcroît la soutiendra matériellement ou affectivement. Lire la suite de cet article »

18 commentaires. Participez à la conversation

Aux origines du suicide occidental : le laid

Publié le 9 novembre 2021 par Léonidas Durandal

En 2010, j’avais dénoncé le suicide collectif dont nous nous rendions coupables en occident. 11 ans après, je crois avoir cerné les origines de ce suicide, et je vais agrémenter mon précédent constat. Lire la suite de cet article »

15 commentaires. Participez à la conversation

Toutes les personnes démunies face à l’ogre oligarchique/étatique, l’attendaient. Un bon documentaire qui dénoncerait la corruption de nos élites, et qui soulèverait les masses à leur encontre. J’espère bien que ce ne sera pas « 1 sur 5 » de Karl Zéro. Lire la suite de cet article »

8 commentaires. Participez à la conversation

(Roman) La grande libération #6 : Un papa parfait

Publié le 28 octobre 2021 par Léonidas Durandal

Après deux années de mariage, le corps de Donald avait commencé sa mue. Caroline l’avait bien nourri. Et puis, elle le câlinait en se serrant contre lui, lui passant la main dans les cheveux, ce qui le détendait plus que tout. Donald se blottissait contre elle et se laissait aller à la rêverie, une rêverie toute enfantine, pleine de sucre et de miel. La fécondation était régulière et leurs hormones les rappelaient à la tâche. Mécaniquement ils se mettaient en branle, variant les positions au gré de leurs envies. Caroline veillait toutefois à maintenir l’interdit. La ruche lui avait appris qu’elle ne devrait jamais tout donner à Donald pour qu’il conserve un niveau d’excitation optimum. Et Donald, toujours moins imaginatif, se donnait toujours plus à sa belle. Elle le vidait avec minutie après qu’il eût atteint le niveau d’érection optimal. Lire la suite de cet article »

4 commentaires. Participez à la conversation

Le plus gros baiseur que je connaisse est paysan. Et quand je dis paysan, je ne veux pas dire par là qu’il est agriculteur ou industriel à la tête d’une immense exploitation qu’il gérerait grâce à une dizaine d’employés. Loin de là. Il vit à l’ancienne sur une propriété moyenne qu’il gère seul dans un des coins les plus reculés de France. Lire la suite de cet article »

1 commentaire. Participer à la conversation

« Vous connaîtrez la vérité et la vérité vous libérera. » Jean 8, 32

 

Cette tendance est extrêmement inquiétante et explique bien des choix sociaux ahurissants de notre époque. Les analystes de gauche accusent le pouvoir des grandes entreprises qui lobotomiseraient des masses de citoyens devenus consommateurs. Les analystes de droite pointent du doigt un état adipeux et obèse incapable de se mouvoir qui empêcherait une vraie création de richesse. Seulement au-delà des débats officiels et de spécialistes, regardons ce que les uns et les autres pratiquent au quotidien, quelles sont leurs revendications et à quoi aboutissent-elles pratiquement dans notre société. Lire la suite de cet article »

13 commentaires. Participez à la conversation

Cet article n’est pas le seul témoignage de jeune garçon qui couche avec de nombreuses filles sans se poser la question de ses propres aspirations. Il semble être plutôt insatisfait d’une telle situation mais ne va pas plus loin dans sa recherche, ni dans son questionnement. Les filles sont devenues des salopes. Elles couchent trop vite à partir du moment où l’homme reste discret concernant ses ébats. Et il en profite pour satisfaire ses pulsions. Point à la ligne.
Lire la suite de cet article »

4 commentaires. Participez à la conversation

Ah ce pays qui manque de femmes en politique et que tout irait mieux dans le meilleur des mondes s’il y en avait plus et que ça changerait le monde pour plus d’égalité et donc de bonheur. L’Islande elle, oui l’Islande, ce grand pays de 300 000 habitants, vient de voter pour une majorité de députés femelles. L’Islande, oui madame, entre deux défauts de paiement, une économie de bronze-culs (emmitouflés), une manne énergétique providentielle et des mœurs de babouins entre hommes et femmes, c’est l’avenir de la France. Enfin selon la presse de gauche qui comme chacun le sait au vu des résultats de son camp, s’y connaît très bien en économie et en avancées familiales. Ce pays rejoint donc Cuba, le Nicaragua et les Emirats arabes unis dans la composition d’un parlement à majorité féminine. Là-aussi, que des exemples réussis de développement socialiste et de démocratie. Lire la suite de cet article »

9 commentaires. Participez à la conversation