Accueil » Article publié parLéonidas Durandal
Antiféminisme Aimeles

Archives de l'Auteur

Jamais il n’y a eu autant de femmes députés. Jamais nous n’avons vu autant d’expertes sur les plateaux de télévision, expertes qui débattent avec ces nouvelles députés, parfois entre elles. Jamais il n’y a eu si peu d’autorité. Jamais depuis bien longtemps n’avons-nous été proche de la dictature, voire de la tyrannie. C’est un invariant de notre histoire. Laissez la place à des femmes surprotégées, vous obtenez des sourires narquois, un président séduisant, tandis que vous devez admettre que la jeunesse serait une qualité pour gouverner ! Le petit chéri de ces dames, élu par une majorité de femmes, a pourtant bien du mal en ce moment. Car l’autorité n’est pas une question de sourire, ou même de posture. Elle est le fait d’un peuple qui l’accepte. Raisonnement incongru pour un progressiste qui exerce le pouvoir sans conscience puisque la nature lui en a donné le droit, nouveau païen. Lire la suite de cet article »

Pages : 1 2 3

Soyez le premier à laisser votre commentaire

Candidature au poste de chargé d’égalité hommes-femmes

Publié le 11 décembre 2018 par Léonidas Durandal

Madame la responsable du recrutement, Lire la suite de cet article »

Pages : 1 2

5 commentaires. Participez à la conversation

Le cerveau des femmes est plus petit à cause des féministes

Publié le 10 décembre 2018 par Léonidas Durandal

La seule explication des féministes concernant la moindre taille du cerveau féminin (10%), pour l’instant, est celle d’une Catherine Vidal qui argue de sa plasticité pour affirmer que son volume ne présume en rien de notre intelligence. Faut-il le rappeler, cette femme est “chercheuse” au CNRS, donc l’élite de la science subventionnée dans un pays où l’état décide de l’orientation de la grande majorité des recherches.  Lire la suite de cet article »

Pages : 1 2 3 4

1 commentaire. Participer à la conversation

Les peuples vertueux ont de grands chefs

Publié le 26 novembre 2018 par Léonidas Durandal

Dans notre monde où toute forme d’opposition crédible aux puissances d’argent/étatiques semble avoir été décapitée, trouver une réponse à cette question devient cruciale : qu’est-ce qu’un chef ? Lire la suite de cet article »

Pages : 1 2 3 4

1 commentaire. Participer à la conversation

Récit d’un blocage des routes le 17 novembre 2018

Publié le 18 novembre 2018 par Léonidas Durandal

Je n’ai pas encore eu un orgasme lorsqu’un de ces richards qui ne paye aucune taxe sur le kérosène lorsqu’il prend (souvent) l’avion, a été bloqué par nos troupes après avoir affiché son mépris de notre mouvement. Lire la suite de cet article »

Pages : 1 2 3

48 commentaires. Participez à la conversation

(Commémoration novembre 1918) Morts pour rien ?

Publié le 11 novembre 2018 par Léonidas Durandal

Ainsi, selon notre président Emmanuel Macron, les Français seraient morts pour rien, victimes d’une inévitable lutte fratricide entre systèmes pervers. L’Europe d’aujourd’hui construirait une paix que l’existence des nations rendait impossible.De cette époque, il ne resterait que la mort et la désolation issues d’erreurs à ne plus jamais répéter. Lire la suite de cet article »

Pages : 1 2

3 commentaires. Participez à la conversation

Nous sommes tellement riches

Publié le 6 novembre 2018 par Léonidas Durandal

Nous sommes tellement riches que nous ne pouvons plus accueillir nos aïeux sous notre toit. Il faut qu’ils crèvent seuls chez eux ou que nous les placions en maison de retraite, là, loin de leurs enfants, de leurs voisins, de leurs rituels, de leurs amis qu’ils ne reverront plus jamais, au milieu d’inconnus soucieux de leur salaire, de leurs enfants, de leur smartphone, de leur petite vie médiocre, étrangers à leur sort. Le pire dans tout cela, c’est que la prochaine génération ne pourra même pas se payer ce luxe là. Lire la suite de cet article »

Pages : 1 2 3

9 commentaires. Participez à la conversation

Jonathann Daval

Publié le 31 octobre 2018 par Léonidas Durandal

Elles l’ont eu leur homme qui exprimait ses émotions. Malheureusement, il s’est retourné contre sa compagne et l’a étranglée, à l’image d’un Bérenger Brouns ne supportant plus sa maîtresse. Oh, Jonathann Daval s’est bien privé de battre cette hystérique. Les féministes le lui avaient dit. S’il esquissait le moindre geste, c’était la prison, la perte de ses biens, la perte des siens, l’opprobre publique. Alors il s’est retenu, retenu, et encore retenu, tachant de rester dans l’expression correcte de ses sentiments. Et après son forfait, il a menti comme un arracheur de dent, comme un homme politique qui cherche à se faire élire, pour rester dans l’acceptable. N’empêche que ces émotions, tellement valorisées par notre société féminisée, l’ont emporté. Et Alexia avec. Lire la suite de cet article »

Pages : 1 2

5 commentaires. Participez à la conversation

Il y a peu, j’ai croisé une femme sur mon chemin qui m’a invité à abuser d’elle. Je ne vous dirai pas comment, ni en quelles circonstances, mais cette invitation m’est restée en mémoire. En y réfléchissant plus profondément, je me suis rappelé que ce n’était pas la première fois. En fait, je n’avais jamais pris au sérieux ce genre de proposition, raison pour laquelle je n’en avais jamais fait grand cas dans mes articles. Mais un énième fait divers m’a éclairé. Lire la suite de cet article »

Pages : 1 2 3 4

5 commentaires. Participez à la conversation

(Film) « Kingsman » ou l’évolution du discours progressiste

Publié le 17 octobre 2018 par Léonidas Durandal

L’inclusivité est le maître mot du discours progressiste actuel. La folie de l’arbre de la connaissance du bien et du mal, excusez-moi, la science déifiée, offrant des perspectives sans limites, le jeu du mal consiste désormais à faire entrer toute l’humanité sous une même bannière. Cette fausse fraternité issue d’un culte matérialiste immanent ne peut laisser personne sur le bord de la route, sauf les méchants qui la refusent, bien entendu. « Nous sommes les gentils, et ceux qui n’adhèrent pas à notre foi de gentils, sont forcément des méchants » semble ânonner  le matérialiste. Derrière cette maxime simpliste se cache pourtant tout un discours complexe difficile à décrypter, séduisant, bien élaboré qui se diffuse dans la société. « Kingsman » est un des exemples les plus réussi d’une telle entreprise. Ce film de 2015 retravaille tous les codes du film d’espionnage pour délivrer un discours progressiste très élaboré. Lire la suite de cet article »

Pages : 1 2 3

Soyez le premier à laisser votre commentaire

(Film 2017) Loveless, Faute d’amour

Publié le 16 octobre 2018 par Léonidas Durandal

La traduction française du titre de ce film en dit long sur les hésitations de notre doxa. L’expression « faute de » désigne une absence. Mais « Faute d’amour » peut aussi signifier un amour qui serait fautif. Lire la suite de cet article »

Pages : 1 2

Soyez le premier à laisser votre commentaire

300

Publié le 15 octobre 2018 par Léonidas Durandal

Les morts se relèveront. Les figures du passé se feront connaître. Les courageux enterrés là sortiront une main de terre. Leur corps entier se soulèvera puis se dirigera vers le champ de bataille. La terre tremblera.

300 garçons marcheront à travers les brumes. Venus de partout, ne se connaissant pas, ils se rassembleront en un point donné, à une heure fixée par leur chef. Inébranlables et silencieux. Le passage sera interdit. La frontière à nouveau gardée. Et face à leur irrésolution, la confiance de l’ennemi sera brisée. Leur présence, leur calme apparent, leurs certitudes enfouies, cela seul suffira.

Pour se reconnaître, ils arboreront un bandeau noir noué autour du bras. Ce sera un signe de deuil. Ils se remémoreront ainsi leurs ancêtres bafoués, leurs pères dénigrés, leur pays saccagé. Et rien ni personne ne pourra les arrêter.

300 suffiront à renverser des décennies d’oppression. A 300, ils feront plier le genoux à des millions.

Pages : 1

1 commentaire. Participer à la conversation

Des campagnes contre les violences sexistes dirigées uniquement contre les hommes. Contre les hommes blancs. Et dedans, le bon nègre est toujours gentil ! Une vraie caricature. L’homme blanc, il a le dos large mazette. Jusqu’à nourrir de grosses salopes qui se permettent de lui cracher à la gueule.  C’est la dernière invention du gouvernement et de nos élites indifférenciées. La violence matriarcale revient plus forte que jamais pour éradiquer du masculin, ou provoquer une réaction en lui, je ne sais plus bien. Lire la suite de cet article »

Pages : 1

2 commentaires. Participez à la conversation

Le SUV et la femme

Publié le 3 octobre 2018 par Léonidas Durandal

Elle trône sur son siège, regardant de haut la circulation environnante, sûre de son fait, attachée à l’illusion d’être en sécurité que lui ont vendue quelques marchands perspicaces. Comment reprocher aux vendeurs de voitures d’avoir trouvé le bon filon ? Leur métier est de vendre. Ils n’ont fait qu’exploiter une des nombreuses failles narcissiques de ces dames dont l’une consiste à dominer, à écraser, à se situer en haut d’un siège et de trouver cette position normale en ce monde. Lire la suite de cet article »

Pages : 1 2

7 commentaires. Participez à la conversation

PMA ou l’insémination des vaches

Publié le 27 septembre 2018 par Léonidas Durandal

Le changement, c’est maintenant. Vous vous rappelez, le slogan de François Hollande ? Mêmes mesures qu’’Emmanuel Macron, mêmes « avancées », mêmes ratages. Lire la suite de cet article »

Pages : 1 2

8 commentaires. Participez à la conversation