Accueil » Enfance détruite » Contre la suppression du Bac.
AIMELES Antiféminisme

Contre la suppression du Bac.

Publié le 16 juillet 2013 par Léonidas Durandal à 0 h 00 min

La société du fantasme déteste toutes les institutions qui pourraient la ramener à la réalité. Elle a progressivement vérolé le sens du baccalauréat, en y introduisant des parts de contrôle continu, en « harmonisant » les notes à la hausse entre correcteurs, en faisant passer des consignes en ce sens, en laissant dériver progressivement des notes à des niveaux qui n’ont plus aucun sens. Alors que des institutions politiques se sont servis de « l’augmentation générale du niveau » pour se faire réélire, maintenant qu’il devient ridicule de rendre cet examen encore plus facile puisqu’il faudra le donner à tout le monde pour faire mieux, il s’agit désormais de faire des économies en période de crise en le supprimant purement et simplement. Là encore nos décideurs politiques se servent de nos institutions, les détruisant une à une, plutôt que de les servir. Mais ils ne peuvent agir ainsi, qu’à la condition expresse qu’ils trouvent des relais idéologiques dans la population.

La confusion générationnelle.

 

Je me rappelle d’une époque, où l’un de mes professeurs de la vieille école aurait eu honte de donner la moyenne à plus de 4 élèves dans la classe. Il nous ramenait au niveau réel de nos connaissances. Nous l’aimions parce qu’il ne nous mentait pas. Il ne stigmatisait aucun d’entre nous, mais en valorisait seulement 1 ou 2 à chaque épreuve, appliquant en ce sens les principes éducatifs d’Alain. Qui peut se gargariser de réussir avant de longues épreuves ? Et pourtant aujourd’hui, il arrive que la moyenne de certains élèves dépasse 20/20, et que des élèves se mettent à tricher pour obtenir un examen que l’on donne (Après les fraudes : faut-il supprimer le bac ? », le Monde du 23/06/2011). Notre société aime raconter des histoires à ses enfants, le plus longtemps possible. Certains même devenant adultes croient toujours à ces fadaises, ou bien finissent par les accepter. Dès lors comment s’étonner que tant de personnes entrent en dépression quand on les a obligées à vivre dans le mensonge alors qu’ils voudraient vivre une vie pleine de sens. Aujourd’hui le système scolaire féminisé (« L’école féminisée leur échappe », 19/09/2012) ne supporte plus qu’on mette les enfants face à la réalité. Elle traite des adultes qu’elle appelle des post adolescents comme de petits de moins de 5 ans. L’épreuve du bac me rappelle l’émission de l’école de fans de Jacques Martin où tous les bouchons se donnaient entre eux un 10/10, et quand ils avaient un peu d’esprit critique, un 9/10. Le système scolaire féminisé ne comprend pas qu’on puisse traiter des enfants autrement qu’à l’image de ses petits chéris pré-œdipiens. Il faut savoir qu’une femme verra souvent ses enfants comme ceux qui sont sortis de son ventre, qu’elle aura les plus grandes peines du monde à les considérer comme des adultes. Ils auront 40 ans, ils seront toujours ses petits. C’est aussi ça la beauté d’être mère. Mais donner aux femmes et aux chevaliers maman l’opportunité de généraliser ce genre d’amour interpersonnel en mode de fonctionnement social est proprement monstrueux. Ces femmes perdent leurs enfants parce que toute la société, et plus aucun homme n’a la force de les mettre face aux réalités.

 

 

Des profils psychologiques immatures, une nouvelle classe de domestiques.

 

D’abord les réalités n’existent plus, puisque l’Etat nous le certifie, les jeunes veulent d’ailleurs devenir fonctionnaires dans leur majorité (RMC du 23/03/2012), et pas pour l’honneur d’exercer tel ou tel métier, mais surtout pour la sécurité. La sécurité est devenu le saint Graal de la société du fantasme. Car le retour à la réalité n’est plus souhaité par des éternels post-adolescents devenus incapables de l’affronter. Seul le secteur privé promeut encore l’idéal d’un amour de la réalité par la poursuite de son propre intérêt, mais il ne faut pas croire qu’il puisse échapper totalement au mirage surtout dans les grosses entreprise. Pour se préserver de l’avenir, il est aussi à noter que les adultes du privé ont créé leurs propres réseaux, où leurs enfants se font embaucher en priorité, ils se cooptent entre eux de manière incestueuse. D’autres font miroiter aux jeunes des évolutions fantasmagoriques, ou les laisse se les imaginer,  tandis qu’ils ne récolteront jamais les fruits de leur implication ou si peu. Ce sera surtout le moyen d’obtenir le plus d’eux à moindre frais. Grâce à un système scolaire mensonger, ces profils psychologiques persuadés de leurs capacités incommensurables et forcément de l’avenir qui s’attache à leur destinée, déclareront facilement à leurs collègues qu’ils « montent en puissance » dans l’entreprise parce qu’on aura fini par leur confier quelques responsabilités dérisoires pour un salaire qui ne l’est pas moins, expression à ce point ridicule et immature qu’elle est rattachée à une sorte de mécanique censée les faire réussir, esprit qui les mettra en compétition avec des collègues avec qui ils devraient coopérer. D’autres, cyniques et entretenus par la société du fantasme dès l’enfance, en feront le moins possible, finiront en dépression, à moitié exclus, tandis qu’une dernière catégorie en petite minorité assurera de manière raisonnable et consciencieuse le travail qui doit se faire. Le déni de la réalité mène les gens à leur perte dans le public ou le privé. Elle les rend malheureux sur toute une vie, leur faisant rejeter leurs conditions objectives de vie au lieu de lutter pour les accepter ou les améliorer. Une nouvelle classe large de domestiques au service de quelques puissants s’est créée sous nos yeux depuis quelques années. Ces gens là croient parce qu’on a flatté leur individualisme d’adolescent. Après quelques années, ils marchent la queue entre les jambes et n’osent plus croire en rien.

 

La suppression du bac, une mesure qui s’attaque directement aux garçons.

 

Aujourd’hui, on essaie de faire croire à ces nouveaux domestiques, que la suppression du bac permettra à leurs enfants de mieux réussir. L’hypocrisie est de mise dans la société du fantasme. Précédemment, en dévalorisant le baccalauréat, on a fait la promotion des mentions (Gabrielle Cluzel « Passe ton bac (avec mention) d’abord », du 02/07/2013). En le supprimant, on uniformisera encore plus le système en permettant aux gosses de riches de profiter de leurs réseaux, en empêchant les garçons hors norme d’accéder aux études supérieures. Oui, si j’écris cet article c’est aussi pour défendre ceux qu’un système entier s’est attaché à écraser (la guerre contre les garçons partie 2, 10/07/2012) tandis qu’ils ont les plus forts potentiels de QI : les garçons (17/11/2012, l’élite française vérolée par la théorie du genre).

 

Aujourd’hui un garçon un tant soit peu intelligent et qui veut assumer sa culture, n’a plus qu’un moyen d’échapper à la dévalorisation de tout un système féminisé : l’examen ou le concours. L’examen court-circuite tous les obstacles qui se sont multipliés pour lui au cours de ces dernières années. Grâce à l’examen, le garçon peut espérer échapper aux notes de comportement, mesure scandaleusement sexiste, mais aussi au non exemple des professeuses femmes, ou encore à un savoir qui privilégie la petite fille sage au détriment de l’esprit brillant, ou encore à la mixité qui le trouble, ou encore aux programmes inintéressants servis pas des fonctionnaires féminisés, ou encore aux dénigrements sous-jacents des hommes dans l’histoire, ou encore aux mesures encourageant les filles dans des domaines qui ne leur sont pas privilégiés, ou encore aux quotas, aux discriminations au recrutement dans les sections en sous-effectifs de femmes, à la moindre exigence dans les matières qu’il maîtrise plus facilement (mathématiques).

 

Vous vous êtes parfois demandé d’où venaient ces garçons qui créaient de grandes entreprises, faisaient aboutir de grands projets, alors qu’ils avaient été précédemment exclus du système scolaire ? Ils sont le petit nombre qui s’en est sorti après avoir été humilié par tout une instruction nationale féminisée parce qu’ils étaient trop fiers pour accepter d’être rabaissés intellectuellement et moralement. Bien entendu, il est facile de dire qu’ils ont leur chance en dehors de l’instruction nationale en montrant les réussites brillantes de quelques uns. Cependant, ces quelques exemples sidérants ne doivent pas nous faire oublier que pour un ou deux génies dévalorisés qui réussiront de manière exceptionnelle malgré ce système castrateur, il y en aura des centaines de milliers qui auront été tant écrasés, que ceux-là ne seront jamais à leur place dans la société, qu’ils ne s’en sortiront peut-être jamais, qu’ils n’auront pas l’instruction à un niveau assez élevé pour pousser leurs projets encore plus loin, qu’ils seront à jamais des « indépendants » tandis qu’ils devraient diriger ces grandes organisations devenues des parasites sans eux. L’exemple sidérant des réussites individuelles d’hommes en dehors de toute instruction nationale est surtout le signe d’une époque décadente, d’une instruction nationale qui échoue à un point qu’elle exclut ses meilleurs éléments par idéologie, parce qu’il faut valoriser ces dames avec leur mentalité d’employées de bureau, envers et contre tout, parfois de pauvres idiotes qui favoriseront leur carrière au détriment de leur famille et qui se réveilleront bien tard, sans le sous et stériles, ou mères intéressées qui plomberont l’entreprise pour qui elles travailleront, ou encore femmes lucides qui ménageront le choux de leur travail et la chèvre de leur famille sans jamais réussir vraiment, ni l’un, ni l’autre. Ainsi tout un système dépense la plus grande énergie possible pour monter au pinacle des femmes qui échoueront systématiquement à devenir des femmes, ou qui singeront des hommes parce qu’on aura voulu leur appliquer des critères de réussite masculin élevé dans leur métier, et qui dans le pire des cas, n’atteignant jamais le niveau d’un homme,elles se mettront en tête d’écraser tous ces rustres du sexe opposé, représentants de la domination patriarcale, l’exemple typique étant la professeuse de sociologie, et parfois même la professeuse tout court.

 

 

Des femmes qui doivent être à leur place et non pas prendre toute la place.

 

Je ne conteste pas qu’il y ait des femmes qui méritent leur place, qui soient intellectuellement brillantes, et qui auront su ménager leur vie de famille et leur vie professionnelle, ou qui sauront s’impliquer avec mesure dans des métiers qui ne demandent que ça. Mais celles-là, bourgeoises infâmes quand elles veulent généraliser leur exemple souvent très particulier, ne doivent pas oublier qu’une très grande majorité de leurs soeurs devront se concentrer sur un domaine unique de réussite pour avoir une chance d’être épanouies : sur les bons soins qu’elles donneront à leurs enfants et à leur mari (tout comme un homme ne doit pas oublier qu’il travaille pour sa famille). Les tromper sur ce point c’est les avoir jeté dans la misère comme il semble que ce soit le cas pour un nombre croissant d’entre elles dans une société qui a fini par ne plus avoir les moyens de sa folie sexiste et matriarcale malgré son immense richesse. C’est aussi avoir jeté de nombreux hommes à la rue en les coupant du sens de leurs efforts, ou en finançant des emplois féminins de bureaucrates tandis que notre économie avait plutôt besoin d’esprits d’initiative masculins pour se développer.

 

130716bac.jpg

 

Renforcer le niveau d’exigence au bac.

 

Loin de devoir être supprimé, il est temps que le bac redevienne un vrai examen, sélectif, voire très sélectif. Il est temps que les quelques dirigeants féminisés prennent conscience du mal qu’ils font à notre société en voulant le supprimer et qu’ils reviennent à la réalité. Nous n’aurons peut-être pas toujours les moyens de soutenir nos fantasmes de féminisation. Quand bien même réussirions-nous à vivre en dehors de toute réalité, et à sacrifier tous nos moyens économiques à cette fin, il nous faudrait revenir à plus de mesure pour retrouver une vie saine et qui ait du sens. L’examen participe à cela. Il est le rituel social qui permet à l’élève de se confronter à l’exigence sociale. Que l’élève échoue à cet examen ne veut pas dire qu’on ne l’intégrera pas socialement. Cela doit seulement vouloir dire qu’il n’est pas apte à exercer des fonctions liées à la culture et à la réflexion. Cette attitude n’a pas besoin de s’accompagner de mépris. Chacun a une place aussi importante dans la société quel que soit les fonctions qu’il exerce. Cependant, tout le monde, ne peut pas exercer toutes les fonctions, surtout de nos jours où la société fait naître des individus instables en brisant les familles. Si aujourd’hui, les dernières personnes à s’exclure de ce système sont celles-là même qui sont plus intelligentes que la moyenne, il faudrait que notre instruction nationale se pose des questions, à savoir si elle n’abaisse pas le niveau scolaire moyen par des exigences toujours plus basses, et ainsi produirait un fantasme de réussite généralisé auprès d’un troupeau de plus en plus médiocre à cause duquel la société ne se réveillera peut-être même pas après un effondrement général.

12 Commentaires

  1. Ping de Léonidas Durandal:

    "Baccalauréat 2021 : les épreuves de spécialité annulées au profit du contrôle continu" l'obs du 21/01/2021.

    Un bac en contrôle continu n'a aucun sens. Les professeurs qui reculent les échéances depuis des années et font baisser le niveau, sont poussés à le donner pour augmenter leurs taux de réussite, quelque soit le niveau des élèves. Résultat l'année dernière, un taux de réussite de 96% déjà. Avec la généralisation de ce dispositif, c'est tout le système scolaire qui s'effondre. 

  2. Ping de Léonidas Durandal:

    "Les candidats des lycées réputés noter «sévèrement» seront-ils désavantagés au bac?" Figaro du 19/06/2020.

    Dans le cas très improbable où ils arriveraient à harmoniser les notes, les meilleurs élèves de France seraient forcément rabaissés à un niveau moyen. Tout est mauvais dans cette démarche égalitaire étatiste. 

    • Ping de Hancel de sexe male:

      « Dans le cas très improbable où ils arriveraient à harmoniser les notes, les meilleurs élèves de France seraient forcément rabaissés à un niveau moyen. »

      Vous avez raison de dire ça. Un professeur, je ne sais plus qui ni dans quel pays (faut chercher l’étude sur internet), a fait l’expérience de donner à chacun de ses élèves la note moyenne de la classe au nom de l’égalité. Au bout de quelque temps, les bons élèves ont commencé à travailler de moins en moins bien et le niveau de la classe a chuté. Résultat : l’égalitarisme tire vers le bas.

  3. Ping de Léonidas Durandal:

    « Histoire au lycée : opacité, régression et ennui profond au programme », Libération du 10/10/2018.

    Les élèves vont paraît-il s’ennuyer sans l’histoire des femmes et de l’immigration. C’est tellement chiant la vraie culture. Et puis, les élèves ne sont-ils pas à l’école pour s’amuser !

  4. Ping de Léonidas Durandal:

    « Blanquer a tranché : plus que quatre épreuves au bac en Terminale », L’Obs du 28/01/2018.

    40% en contrôle continu : les notes des lycées pourris seront sur le même plan que les notes des bons lycées. Les élèves scolaires (obéissants) seront privilégiés sur tous les autres profils.

    60% pour le grand oral : les minorités, les gauchistes seront favorisées par des examinateurs compatissants.

    Ou comment se tirer une balle dans le pieds pour éviter d’assumer les mauvaises décisions de ces dernières décennies.

  5. Ping de Léonidas Durandal:

    Un prof se suicide pour dénoncer, entre autre, la baisse du niveau au bac :

    Midi Libre 04/09/2013 

  6. Ping de observateur:

    Conséquence probable de la féminisation de l’enseignement: l’éducation nationale n’arive plus à recruter de prof de maths: http://www.ouest-france.fr/education-nationale-la-moitie-des-postes-de-profs-de-maths-non-pourvus-2484613

  7. Ping de observateur:

    Le niveau des élève est devenu tellement mauvais que les élèves font une pétition pour réclamer la baisse du niveau du bac. http://www.ouest-france.fr/bac-trop-dur-les-maths-40-000-lyceens-signent-une-petition-2640042

  8. Ping de kasimar:

    Lorsque j’étais bachelier, le bac je l’ai obtenu en ayant redoublé, car n’ayant rien fichu la première année. Il n’y avait eu que deux filles à l’époque, car je vivais en milieu plus rurale qu’actuellement, je n’avais donc pas eu l’occasion de voir des filles dans une section plutôt masculine à cette époque et cet endroit à savoir le baccalauréat scientifique. Certains arrivaient à bien s’en sortir en étant copain copain avec les redoublants et aussi perturbateurs et méprisant les premiers de la classe, c’est à dire les intellectuels de service, ces derniers étaient tout même très bon en sport, et arrivaient parfaitement à apprivoiser les charognards de cette époque en rentrant dans leur jeu et étant tout autant désagréable envers les premiers de la classe. Malgré celà, ceux qui voulaient s’en sortir de façon honnête tout en étant soi-même, ce qui était mon cas, devait être confronté à ces gens méprisants et jaloux de ceux suceptibles, car moi à cette époque je n’étais pas capable de jouer les faux derches, donc j’ai choisi de jouer le cancre et de rater volontairement le bac, qui sait si je l’aurais eu si j’avais eu la patience d’affronter cette situation.

    Je l’ai eu du premier coup l’année suivante, mais quand je vois que des filles arrivent à l’avoir avec mention et des midinettes, des filles qui font plus cruches qu’intello pourtant !

    En fait pour réussir il faut  se rabaisser dans sa dignité, et ça je l’avais pressenti à l’époque même si j’étais trop jeune pour le comprendre, c’est une façon de dire que l’école s’est féminisé si vous voulez, mais j’y vois plus une jungle depuis que l’autorité tutoriale des professeurs est tombée. C’est peut être une des raisons pour lesquelles les filles réussissent, plus fourbes que nous en général. Ceci n’empêche pas que certains ont réussi à l’avoir et avec mention « très bien » malgré la souffrance que leur ont fait enduré leur camarade. Où est passé l’époque où on s’inclinait devant la supériorité de l’adversaire, y a t il qu’au Japon que l’on peut retrouver celà ?

    Ensuite lorsque j’étais dans les études supérieures à part quelques mois en fac c’était toujours à peu près pareil, sauf en première année de BTS. J’ai remarqué qu’il fallait aussi se soumettre au système pour tirer son épingle du jeu et par conséquent perdre de sa dignité masculine. C’est pourquoi j’ai du faire un séjour militaire par la suite de quelques mois en dépit du contact perdu avec mes proches en désaccord avec mon projet, afin de retrouver cette virilité inaccessible. Puis de retour de l’armée et heureusement en ayant retrouvé mes proches, j’ai repris une formation enun an en BTS, j’ai constaté à nouveau que rien n’a changé dans le système scolaire, il y avait toujours les charognards redoublants qui ont choisi la formule courte, les plus bosseurs et un ancien ami qui était pourtant un bon élément mais a abandonné définitivement sa formation pour bosser en superviseur. Là je voulais obtenir mon diplôme, je me lachais au maximum, et par conséquent je devenais la tête de turc des charognards. Et pourtant j’étais bien plus âgé et expérimenté que ces derniers.

    En fait j’ai ressenti que l’école n’encourageait pas à émasculer les jeunes hommes, et l’archétype des comportements féminins qu’attendent les professeurs tel que vous le décrivez existe bel et bien. Sauf qu’il y a toujours les perturbateurs : fêtards, méprisants, cyniques, assez métrosexuels dans leur comportements (je parle des derniers décrits).. signe de l’échec de la mixité qui se passait pourtant entre hommes. J’ose même pas imaginer ce que ça donne en mélangeant ces groupes à des groupes de filles elles aussi très diversifiées.

    Laisser un commentaire

    Premier commentaire ou VPN ? Le commentaire sera mis en attente de validation

    -

    Votre sexe SVP :

    -

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.