Accueil » Bienfaits relatifs du divorce » De la catastrophe du divorce de masse au mariage pour tous
AIMELES Antiféminisme

De la catastrophe du divorce de masse au mariage pour tous

Publié le 24 mai 2013 par Léonidas Durandal à 0 h 00 min

  • Le divorce n’a pas réglé les problèmes des couples, il les a développés. Multiplication du nombre des divorces.

évolution-nombre-divorce-ministère-justice

  • Le divorce reste majoritairement vécu de manière conflictuelle (de l’ordre de 60% conflictuel/40%amiable en début de procédure) :Malgré l’abandon par la justice de la notion de divorce pour faute, malgré toutes les difficultés d’un divorce conflictuel (coût financier d’un divorce de 1000 euros à l’amiable à plusieurs 10 000 aines de milliers d’euros quand les personnes possèdent des biens, de 3 mois de divorce désormais à l’amiable à plus de 14 mois en contentieux, discriminations envers les hommes), malgré la réforme de 2005 pour encourager au divorce par consentement mutuel, le taux de demande de divorces conflictuels est de :type-de-demande-de-divorce-procedure

Une proportion non négligeable de couples, épuisés par la procédure contentieuse, terminent par un consentement mutuel, ce qui fait que le taux de divorces par consentement mutuel est légèrement majoritaire par rapport aux taux de divorces contentieux à la fin des procédures.

  • Les divorces conflictuels sont de plus en plus longs malgré la loi de 2005 sensée permettre facilement de divorcer.

duree-moy-contentieux-divorce

  • Les familles avec un seul parent qui possèdent la résidence principale sont une majorité dans les cas de séparation. Il n’y a donc aucune parité lors des séparations quant à la résidence des enfants.

residence-prononcee-mère-père

  • Concernant les pensions alimentaires, les mères sont favorisées lors d’un divorce et les pères discriminés (car même si les pères obtiennent la résidence principale, un nombre non négligeable d’entre eux sont redevables d’une pension alimentaire).

pourcentages-pension-alimentaire-pères-mères

  • Moins enclines faire durer leur union, c’est une majorité de femmes qui initient le divorce en contentieux :

demandes-avocats-hommes-femmes

  •  Elles divorcent pour des motifs individualistes (9).
  • Dans des familles monoéduquantes, elles se retrouvent en situation de pauvreté deux fois plus souvent que les autres familles. (5)
  • Les pères finissent par ne plus voir leurs enfants et les voient de moins en moins (8).Après 25 ans en moyenne de séparation entre ses parents, 1/3 des enfants ne voient plus leur père si ses parents ont divorcé.
  • Les conséquences des divorces sur les enfants sont catastrophiques.
    Presque deux fois plus de redoublements pour les enfants de ces familles rien qu’en CP (4), ils sont deux fois moins nombreux à poursuivre leurs études après le bac (ce n’est plus de l’ordre d’une différence 1 à 3% mais de 100%)(4). Une mortalité plus élevée, plus de suicides (2 fois plus nombreux), de troubles psychiatriques (schizophrénie, dépression…), 3 fois plus de chances de mourir d’une overdose… (2)
    Pour Pierre Joxe, plus de la moitié des enfants qu’il a vus devant les tribunaux viennent de ces familles monoéduquantes (6), phénomène confirmé par Sébastien Roché du CNRS (7) et par diverses études aux USA (10).

niv-scolaire-monoparental-enfants

  • A la génération suivante les familles sont de plus en plus fragiles : les enfants de divorcés reproduisent de manière plus conséquente les situations familiales conflictuelles (8). Si le père est issu de parents divorcés, il aura deux fois moins de chance de voir ses enfants, que si ses parents étaient restés mariés.
  • Cela n’empêche pas les gens de considérer, et de plus en plus, le mariage comme une union qui peut être dissoluble au bon vouloir des contractants.

opinion-sur-le-mariage-possibilité-dissolution

Aujourd’hui, ils sont moins de 20% à considérer le mariage comme indissoluble et plus de 50% à le considérer comme un simple contrat qui peut être dissout avec l’accord des parties.

 

 

 Une volonté de masquer la réalité de la part de certains sociologues spécialistes de la matières, certains chercheurs du CNRS, relayés par les médias de masse :

L’étude laCAF de 2000 de LaurentMucchielli, chercheur très présent sur ces sujets, permet de dégager des conclusions obscures en assimilant familles monoéduquantes et familles dissociées. Or « >

Lire la suite

40 Commentaires

  1. Ping de Léonidas Durandal:

    Barack Obama affirme que rien ne remplace un père et favorise le mariage homosexuel :

     

    NDF du 19/06/2013

  2. Ping de Léonidas Durandal:

    Témoignage, point de vue personnel des différences entre mariage religieux et civil :


    NDF du 18/06/2013

  3. Ping de Léonidas Durandal:

    Les pères divorcés soutenus par les AFC :


    AFC 28/05/2013

  4. Ping de Léonidas Durandal:

    Les hommes de pouvoir peuvent avoir des divorces difficiles, ils ne comprennent toujours pas :

     

    8 divorces difficiles du Nouvel Obs du 07/06/2013

  5. Ping de Léonidas Durandal:

    Un ingénieur agronome a 2% de chance de divorcer tandis que certains médecins sont à 40%. Des différences incroyables qui signent surtout une différence de valeurs ou de perception de la femme du métier ou encore d’état d’esprit dans la pratique de son métier. A étudier :

     

    Figaro du 21/02/2014

  6. Ping de Léonidas Durandal:

    Pour éviter de voir la réalité sociale, casser le thermotmètre : l’Etat envisage un projet où les couples en séparations ne passeraient plus du tout devant le juge :

    Figaro du 02/01/2014

    Les associations de pères seront contentes. La justice est asphyxiée, c’est un moyen de faire des économies. Mais au final, cela détruira d’autant plus la notion d’engagement entre hommes et femmes et il n’est pas certain que cela règle les cas conflituels. Bref…

  7. Ping de Léonidas Durandal:

    Divorce à l’international, la situation catastrophique :

     

    Figaro du 05/12/2013

  8. Ping de Léonidas Durandal:

    Témoignage d’une fille de 23 ans dont les parents divorcent. La souffrance qu’on soit vieux ou jeune est la même. Cependant, ce qui est encore plus intéressant dans l’article, ce sont les commentaires. Regardez la bien pensance et l’égoïsme du public de Rue89 : d’une manière ou d’une autre, il n’est pas normal que cette jeune fille souffrit. Chacun y va de sa remarque blessante. Voilà la société du divorce dans toute sa splendeur, une société ou chacun pense à se gueule et écrase même celui qui a des ennuis :

     

    Rue89 du 17/06/2013

  9. Ping de Béatrice Berthelage-H:

    Bonjour.Je pense que les pères ou les mères ou les parents ensembles qui veulent revivre avec leurs enfants qui ont été kidnappés et qui sont prisonniers loin des gens qu’ils aiment,doivent prier le Seigneur Jésus-Christ,c’est notre seul véritable ami fidèle,c’est notre avocat gratuit,c’est notre Sauveur, c’est le Dieu tout puissant,le père céleste qui aime ses enfants,c’est le juge suprême qui jugera les méchants,il les condamnera à la souffrance éternelle. J’adore Jésus-Christ,je lui fais confiance,même si en ce moment je souffre beaucoup loin de nos trois fils. Je n’ai aucune confiance dans la république impie (coupeuse de têtes) ses parlementaires,ses lois,ses procureurs,ses juges,ses gens armés agressifs,ils n’aiment pas le peuple,ils détestent les français et les familles pauvres,mais ils aiment les riches,ils cirent les chaussures des riches qataris et des chinois,pour avoir leur argent.Ils détestent la seule vraie justice juste qui est bénéfique pour les innocents,la justice de l’évangile de Jésus-Christ le Roi des rois,le Rédempteur. Leurs lois pourries,sataniques, et eux mêmes, disparaitront pour toujours; mais Jésus et ses élus saints vivrons au paradis éternellement dans la joie parfaite,le bonheur paradisiaque.C’est mon espoir qui me fait vivre! Amicalement vôtre. Madame Berthelage-H

  10. Ping de gastirad39:

    Bravo pour cette somme sur le divorce!

    voici un texte publié sur DDF ki analyse le rôle de l’Etat fémino dans l’explosion des divorces

    « Dans le divorce fémino, l’Etat organise la spoliation du père producteur, au profit de la mère gérante du personnel (les enfants).

    Le principe est simple… et ses effets pervers évidents !

    A la dissolution de l’entreprise Mariage, l’Etat fémino, applique l’égalité des  sexes et oblige les partenaires à partager les biens à 50/50( et en fait même à 60 ou 70% pour la gérante des enfants et 40 ou 30% pour le père producteur.)

    L’Etat fémino, fait juste l’impasse sur l’ORIGINE des BIENS.

    Ce qui est contraire à tout droit commercial et à l’équité !

    Un partage équitable devrait tenir compte de la provenance des biens et rendre à Pierre, ce qui ki lui appartenait au départ ou k’il a acquis par son travail.

    De plus, cette égalité imposée à la fin de l’entreprise Mariage, l’Etat fémino n’a jamais cherché à l’appliquer ni au départ, ni dans son fonctionnement.

    Ainsi, en  40 ans de féminisme triomphant, le partage des tâches familiales n’a guère évolué.

    Aux mères, le travail partiel ou aménagé, les métiers choisis pour être disponible (fonctionnaire !) …

    Aux pères, les heures sup, la rentabilité et le stress… et l’apport de 60% des salaires.

    L’Etat fémino n’a RIEN fait pour favoriser une égalité de fait entre époux. Au contraire, il a créé des millions d’emplois de fonctionnaires-femmes  et incité les patrons à créer des emplois « spécial femmes »

    L’Etat fémino a donc favorisé une sphère femmiliale, totalement centrée sur la femme. Il y a une concentration ahurissante de femmes dans tous les domaines touchant aux enfants (crèches, écoles (dont la maternelle), social, santé (pédiatrie) justice … Et cette concentration va croissant ! (Des féminos parlent de ségrégation sexuée croissante)

    Loin de favoriser l’égalité des sexes, l’Etat fémino travaille à exclure les hommes de ces domaines !

    Dès lors, au moment du divorce, les jeux sont faits. La mère a toutes les cartes en main. Le père n’a plus k’à espérer k’elle ne cèdera pas à l’ivresse du pouvoir absolu. Ce qui n’est pas gagné, car les sectes féministes travaillent à saper sans cesse davantage l’égalité des sexes, au profit des femmes, avec la complicité de l’Etat fémino, de sa police et de sa justice.

    Conséquence : les mecs fuient tout engagement, le mariage et même les enfants !

    Au grand désespoir des nanas non casées, qui ne comprennent pas ce qui se passe !

    Question : QUI est le grand gagnant dans ce jeu de dupes ?