Accueil » Femme moderne misérable » Elles ne connaissent plus rien à leur corps, ni à l’amour
Antiféminisme Aimeles

Elles ne connaissent plus rien à leur corps, ni à l’amour

Publié le 24 juin 2014 par Léonidas Durandal à 17 h 58 min

Je comprends parfois les hommes qui veulent conserver leurs images d’Epinal sur les femmes. Les fantasmer est toujours plus agréable que de les mettre à nu. Laisser planer le mystère maintient dans un confort sentimental et intellectuel satisfaisant qui renvoie beaucoup d’entre nous à l’âge où inconscients et heureux, ils étaient dans les bras de leur mère. Nous nous plaisons à penser la fragilité de la part des femmes, ou la beauté, mais rarement la bassesse ou même la simple médiocrité. Quand les femmes sont à la hauteur de ce que nous attendons d’elles, nous trouvons cela normal. Mais quand elles trahissent trop fortement cette image de perfection, nous voilà déstabilisés. Alors mieux vaut ne pas voir.

Les bijoux ont été interdits à certaines périodes de la Rome antique.

Les bijoux ont été interdits pour les femmes à certaines périodes de la Rome antique.

 

Durant les périodes de décadence, plus les femmes s’abaissent, plus elles ont intérêts à préserver le mystère sur ce qu’elles sont devenues, plus elles jouent de leur corps, et plus nous avons intérêt à fermer les yeux pour pouvoir les aimer encore. Enfin quand la débâcle est là, elles peuvent s’exprimer sans crainte. Les hommes qu’elles ont faits naître sont devenus des animaux domestiques, et rien de ce qu’elles pourront dire ne les détournera de leur esclavage sexuel.

 

Nous vivons une telle débâcle.

Après 40 années d’un silence extraordinaire, certaines femmes françaises commencent à nous parler ouvertement, par exemple en matière de pilule contraceptive, de leurs pensées profondes. Enfin, « nous » parler. A en parler entre elles au grand jour, sans se préoccuper plus que cela du regard halluciné qui pourrait être celui d’un homme en les entendant. Entre-temps, elles ne se seront pas posées de questions sur le bien fondé de ce moyen avant que les hommes de notre pays ne fussent entièrement asservis. Et elles auront consenti au sacrifice de centaines de milliers d’entre elles pour la cause (1). Elles auront payé le prix de la mort et du silence, jusqu’à ce que nous en arrivions à être indifférents en tant qu’hommes à ce genre de suicide.

Maintenant que nous sommes devenus des animaux, maintenant qu’elles ont réussi à contrôler médiatiquement le scandale, en parlant de la dangerosité de la pilule de 3ème et 4ème génération (5) tout en omettant de discuter de ces pilules de 1ère et 2ème génération qui avaient bien plus d’effets sur leurs corps, elles lâchent enfin le morceau (2, 3). Et de quoi témoignent-elles dans ces articles de Rue89 largement relayés ?

 

La pilule contraceptive détruit le corps des femmes.

 

Saignements, dérèglements divers et variés, prise de poids, acné,acne-treatments influence sur le comportement, nausées, ces effets secondaires seraient largement répandus, mais plus encore, il ne faut pas être le dernier des imbéciles pour comprendre que la stérilité de certaines femmes aura pu en découler (4). Je sais, ce n’est qu’une question de bon sens, mais s’attaquer à son système reproductif et croire qu’il n’y aurait pas d’incidence sur sa fécondité me semble avoir été d’une naïveté incroyable voire coupable.

 

Les femmes préfèrent leur impunité à l’intégrité de leur corps.

 

Dans le premier témoignage de Rue89 (2), l’étudiante en arrive à faire adopter à son partenaire la méthode contraceptive dite du retrait au moment du coït. Dans le deuxième témoignage, une autre étudiante lui répond d’un ton maternel et condescendant que ce genre de contraception peut aboutir à un infanticide par avortement. Or, Julie, la première étudiante, peut-elle l’ignorer ? Les femmes sont largement informées sur le sujet. D’ailleurs dans l’article, elles le reconnaissent toutes avec force détails (présence de spermatozoïdes avant éjaculation, risques, etc…). Ici, il ne s’agit donc pas de contraception mais de contrôle dans la relation. D’ailleurs la contraception par préservatifs est écartée à chaque fois pour des raisons fallacieuses (séparation entre les partenaires, prix…). Seule la vasectomie resterait acceptable pour ces dames (6), alors que pour l’homme, cette contraception représente une forme ultime de mutilation. Les femmes le savent très bien, raison pour laquelle, elles n’ont pas de remords à la proposer. En fait quand l’homme contrôle la contraception, la femme perd de « >

Lire la suite

Pour recevoir l'infocourriel mensuel

Dernière étape : Cliquez sur le courrier qui va vous être envoyé pour valider votre inscription

74 Commentaires

  1. Commentaire de Léonidas Durandal:

    « Les produits ménagers plus toxiques que les cigarettes ? », Le Point du 19/02/2018.

    Beaucoup n’arrivent pas à s’occuper de leur maison mais pas de problème, elles ont la prétention de réussir dans le monde professionnel.

    • Commentaire de Manuela:

      Même le vinaigre blanc, le bicarbonate et le savon noir?  On est pas obliger d’adhérer au Cilit Bang.

      • Commentaire de Léonidas Durandal:

        C’est tout de même assez récent cette prise de conscience. Encore aujourd’hui dans ma famille, l’eau de javel n’est pas toujours utilisée avec parcimonie : il faut que tout soit pur, bien lavé, sans microbe, ce qui est une obsession typiquement féminine : pas de tache, pas de défaut. La propreté est aussi affaire d’acceptation des bactéries et j’ai constaté que de nombreuses femmes de mon entourage avaient un problème avec ce principe. D’ailleurs, les marchands n’auraient pas aussi bien vendu leurs produits sans pouvoir jouer sur de tels ressorts.

        • Commentaire de Manuela:

          C’est vrai,  je ne suis pas une maniaque de ce genre j’aime la propreté mais je ne suis pas cinglée en dépit de mes origines portugaises ahah. Les produits ménagers ça coûte une blinde et franchement ce n’est pas parce qu’il sont cher qu’ils sont efficaces.

          Les bactéries sont utiles elles permettent aux fromages de s’affiner, et ça immunise en plus.

  2. Commentaire de Léonidas Durandal:

    «  »De l’éducation des femmes » : la réponse de Laclos au « droit d’importuner » », L’Obs du 14/01/2018.

    Ce qui est le plus étonnant dans cet article, c’est la méconnaissance des femmes et de leurs aspirations. Tout est plaqué sur le désir masculin, la référence à Charles de Laclos en ce sens est significative.

    Dans les « liaisons dangereuses », faut-il le rappeler, la femme machiavélique prend le dessus sur l’homme pourtant machiavélique…

  3. Commentaire de Léonidas Durandal:

    « Souffrant d’endométriose, Enora Malagré décide de se faire retirer l’utérus », L’Express du 28/12/2017.

    Supprimer la question, comme cela il n’y a plus de problème.

  4. Commentaire de gastirad39:

    Léonidas:

    Longtemps la propagande féministe a refusé de publié les « dégâts collatéraux de la pilule  » sur le corps des femmes. Pour certains les cancers du sein seraient dus à celle-ci. Mais l’autre dégât, bien pire, c’est la défiance de plus en plus évidente des hommes envers les femmes.

    Comment faire confiance  et AIMER  une partenaire qui a tous les pouvoirs ? Voilà le contenu de la Boîte de Pandore féministe !

  5. Commentaire de Léonidas Durandal:

    «  »J’ai arrêté la pilule pour voir à quoi ressemblerait mon corps sans » », L’Obs du 08/09/2017.

    Tout simplement impressionnant comment les femmes ont pu se bourrer d’hormones comme des vaches avec de tels effets, simplement pour pouvoir dominer les rapports amoureux.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    Pour recevoir l'infocourriel mensuel

    Dernière étape : Cliquez sur le courrier qui va vous être envoyé pour valider votre inscription