Accueil » Femme moderne misérable » Les femmes n’ont jamais aimé les hommes
Antiféminisme Aimeles

Les femmes n’ont jamais aimé les hommes

Publié le 6 janvier 2014 par Léonidas Durandal à 15 h 45 min

La preuve la plus évidente de cette affirmation se retrouve dans l’histoire des arts. Les plus grands mouvements d’œuvres d’art en occident ont été créés par des hommes pour décrire l’amour qu’ils ressentaient envers des femmes dont ils faisaient le portrait élogieux et pour lesquelles ils étaient prêts à tous les sacrifices (Romans de Chevalerie, Amour et femme à la Renaissance, Romantisme), alors que l’inverse n’a jamais été vrai. Les femmes ont eu pourtant l’occasion de s’exprimer, elles ont eu de grands auteurs, elles savent s’exprimer quand il ne le faut pas, mais jamais elles n’ont saisi ces occasions pour exprimer l’amour des hommes parce qu’ils étaient hommes, dans une masculinité transcendée et admirée. Le mieux qu’on retrouve dans la littérature occidentale en la matière, c’est la collection Harlequin. Sans parler de sa valeur littéraire intrinsèque, Harlequin cela ne parle pas vraiment des hommes, mais plutôt des hésitations des femmes. Chevalier servantLes hommes y sont des objets prompts à satisfaire les fantasmes de ces dames, non de vrais hommes. Dans cette collection, les femmes n’aiment pas les hommes tel qu’ils sont, mais tel qu’ils leur conviendraient ou tel qu’ils pourraient leur servir pour arriver à leur réalisation personnelle. Ces hommes ne sont que le fantasme de leur propre miroir. Ils les sauvent de leur narcissisme, de leur côté coincé, de leur envies débordantes ou de leur manque d’argent (et tout cela selon les époques et les caractères) mais ils ne sont en rien faits de chair. Ils ne sont pas réellement aimés.

 

Le manque d’exemples est éloquent.

 

Montrez-moi une seule femme qui ait fait un portrait merveilleux d’homme ! Peut-être trouverez de ci de là, une fille attachée à son papa, ou une Camille Claudel, mais pour une femme de cet acabit, il faudra compter plusieurs milliers d’hommes dans l’histoire. Camille ClaudelLe nombre l’emporte et écrase le moindre doute que nous pourrions avoir sur le sujet. Soit, du passé faisons table rase puisqu’il était soit disant celui de la « domination masculine » ! Mais aujourd’hui, quelles sont ces femmes libérées qui pourraient s’allier et nous faire la description haute en couleur, merveilleuse et amoureuse des hommes et de leurs relations épiques à eux au travers d’un mouvement artistique d’envergure ? Est-ce qu’une seule femme a été capable de se sortir une seule fois dans l’existence entière de toute notre humanité de son narcissisme pour aspirer à un tel travail ? Je n’en ai pas connaissance. Des femmes isolées, peut-être… Par contre combien de portraits de femmes avons-nous produit en tant qu’hommes, combien de tonnes d’écrits, d’huile gâchée, de cordes de guitare usées, d’encres diluées, de mouvements divers et variés pour rendre grâce à la beauté de la femme, aux merveilleux sentiments qu’elles éveillent en nous, à leur caractère et parfois même à leur inconséquence. Tout cela donne un florilège exhaustif de la femme, des femmes, de certaines femmes. Quant au florilège des hommes fait par les femmes, on le cherche encore.

 

En vérité, les femmes n’aiment pas les hommes, elles s’en servent.

 

Elles n’aiment qu’elles-mêmes, et tout cela parce que nous avons été beaucoup trop laxistes en tant qu’hommes. Oui, nous avons toléré que des femmes puissent nous mépriser et nous n’avons rien attendu d’elles en retour. Il va falloir être plus exigeant dans les années à venir si nous voulons apprendre à nous respecter un peu plus. Il est bien beau d’aimer, mais il est aussi important de vérifier que nous le sommes. Exigeons d’avoir auprès de nous, uniquement des femmes qui nous aiment, non des femmes jalouses de leur image et qui ne cessent de vouloir nous monter dessus, non des tigresses inconséquentes et qu’il faudrait fouetter jour et nuit pour obtenir quoi que ce soit, non pas de fausses saintes aux regards mièvres, mais des femmes amoureuses qui seront capables d’écrire des tonnes d’idylles à notre sujet, qui fascinées par notre autorité, nous obéiront au doigt et à l’oeil. Oui, car pour savoir si une femme vous aime, il faut avoir constaté sa totale obéissance. FemmeAu moindre caprice que “>

Lire la suite

Abonnez-vous

Puis validez votre inscription dans votre boîte courrielle

165 Commentaires

  1. Commentaire de Cyrus:

    Bonjour Monsieur Durandal,

    Comment allez-vous ? Avez-vous passé un bel été ? Je vous souhaite une bonne rentrée 2018.

    Je pense ajouter une pierre à votre édifice grâce à cette vidéo disponible sur You Tube et commentée par le youtubeur libéral anglais Sargon of Akkad (c’est son nom de youtubeur) :

    Je serais très curieux de connaître votre opinion sur cette vidéo.

    Cordialement,

    Cyrus

    • Commentaire de Léonidas Durandal:

      Bonjour M Cyrus,

      Je dois avouer que j’ai autant ri que le type en regardant cette vidéo. Le choc des cultures.
      Ce qui me fait dire que cet orthodoxe russe est plus proche de la vérité que l’Occidentale au cerveau lavé, c’est que cette dernière est incapable de comprendre, ni de répondre aux objections qui lui sont portées. Par contre, le couple est très objectif sur la situation qu’ils vivent et aussi de la personne qu’ils ont en face d’eux.
      Du coup, je ne les renverrais pas dos à dos comme le fait le youtubeur. A la différence de la petite idiote de journaliste occidentale, ils ont un discours posé, rationnel, assis sur une réalité. Et eux, ils sont féconds………

      • Commentaire de Cyrus:

        Bonjour Monsieur Durandal,

        Je dois admettre que j’ai moi aussi ri comme un dingue. C’est impossible de ne pas en rire. Néanmoins, le fond demeure sérieux et réaliste. Le monsieur et sa femme ont raison. Quant à la journaliste britannique, vu qu’elle est très belle, je n’hésite pas à penser qu’en changeant de comportement radicalement, elle se trouvera facilement un bon mari.

        La balle est dans son camp, désormais.

        Je vous remercie de votre contribution.

        Cordialement,

        Cyrus

  2. Commentaire de Hancel:

    Les femmes préfèrent peindre les chiens.

  3. Commentaire de chen:

    Salut les freres

    sérieux sans être d’accord avec tout ce que vous dites j’adhère à quasiment 95%

    En fait il faut savoir une chose, et c’est mon cas (mais en tant que rationaliste je ne considère jamais mon expérience personnelle comme représentatif, j’ai besoin ensuite de le valider par des recherches ou des lectures) : plus vous avez connu de femmes dans votre vie plus vous devenez misogynes. C’est incroyable comme au final vous finissez par comprendre comment elles fonctionnent et par le détester.

    J’en suis à penser qu’elles ne changeront JAMAIS.

    C’est simple : si Jésus est l’incarnation de Dieu sur terre, la femme est le clone parfait de Narcisse. Léonidas a parfaitement raison mais il a oublié une chose : si l’homme a magnifié et honoré la femme dans ses écrits, ses poèmes, sa littérature, ses tableaux, ses musiques (ce qui bien sur a conforté la femme dans sa vision narcissique d’elle même), la femme qui désormais écrit, peint, photographie, ne le fait que pour elle même !

    Matez juste les oeuvres des femmes : littéraires, photographiques, picturales, ce ne sont que florilèges de femmes ! ELLES NE PARLENT QUE DES FEMMES ! QUE D’ELLES MEME !

    Sérieux cette observation alors que j’étais déjà bien remonté contre elle je l’ai fait récemment. Elles sont absolument rétives à l’alterite. Des boules narcissiques qui sures de leur betise veulent plier tout le monde  leur vision qui de toute facon tourne autour d’une et unique chose : le couple lieu d’expression de son narcissisme car elles ne voient en l’homme qu’un miroir dans lequel elles peuvent se refleter.

     

    C’est la raison essentielle de la profonde crise des couples : comme l’homme ne peut répondre a leurs exigences immatures (he oui je fais partie de ceux qui disent que c’est la femme qui est immature et elle l’est A VIE car elle aime comme une adolescente de 150 ans même quand elle en a 40 et non le contraire comme on ne cesse de le ressacer pour encore rabaisser insulter les hommes), comme l’homme refuse inconsciemment (car ce n’est pas dans sa nature) d’être le petit toutou a sa chérie, le miroir éternel et de toute facon même pas en fait, comme l’homme aime SIMPLEMENT, sainement, sans prise de tète, spontanément, sans pressions, sans exigences immatures et contradictoires  ça finit dans 80% au clash.

     

    Tant que la femme n’aura pas compris que l’homme est homme, qu’elle n’ pas à le changer elle ira de souffrance en souffrance.

    de ce point de vue Léonidas a raison : la femme n’aime pas l’homme et elle ne l’a d’ailleurs jamais aime.

     

    rappelez vous ces deux maximes :

    la femme passe la moitie de sa vie à chercher l’homme parfait (en fait selon l’image qu’elle désire) et l’autre moitié à vouloir le changer.
    le malheur dans les relations amoureuses c’est que l’homme veut que sa femme soit la même que lors de sa rencontre et elle change alors que la femme veut que l’homme change alors qu’il reste le même

     

    enfin dernière maxime, pour répondre à cette obstination du mariage du couple et des enfants, d’Oscar Wilde je crois : le mariage est la dernière aventure des lâches.

     

    ps : je voudrais m’inscrire dans votre blog

    • Commentaire de Léonidas Durandal:

      Pour l’instant, je n’ai organisé des inscriptions que pour l’infocourriel mensuel. Normalement, une fenêtre pop up de renseignement de courriel s’est ouverte quand vous avez dû vouloir fermer la page de l’article. Sinon, allez sur la page d’accueil et tout en bas, vous avez la possibilité de vous inscrire à la lettre d’information mensuelle. Etant donné que je viens juste d’envoyer celle avant les vacances, vous devriez recevoir la prochaine début novembre.

      Si vous voulez pouvoir intervenir directement, comme j’ai validé votre message, vous devriez pouvoir le faire par la suite, à moins que vous utilisiez un VPN… ou que vous nous transmettiez trop de liens à la fois dans un seul message.

      Pour faire suite à votre réflexion, dans le camp nationaliste une grande partie des intervenants conseillent de choisir une femme… à l’étranger.
      Moi-même, je dois avouer que c’est une femme étrangère qui m’a remis le pied à l’étrier à un moment où je doutais de moi. Et je n’ai jamais eu l’habitude de douter de moi.

      J’ai l’impression qu’en ce moment, beaucoup de femmes françaises organisent le manquent, la misère sexuelle, d’autant plus qu’elle n’ont pas grand chose à proposer.

      Vous avez certainement raison en parlant de narcisse. Mais je voudrais vous faire réfléchir sur un point. Si les femmes se voient en nous comme dans un miroir, quelle image laide d’hommes nous sommes devenus… Bien des hommes je crois, refusent de s’imposer, d’assumer leur rôle d’homme. Du coup, nous avons les femmes que nous méritons qui nous écrasent collectivement, et individuellement. Il faut se battre pour obtenir un monde meilleur. Voilà ce que les femmes m’ont obligé à comprendre.

      • Commentaire de chen:

        En fait le narcissisme indécrottable qui caractérise les femmes est ambivalent :

        elles veulent a la fois des mecs qui soient serviables, leur disent 15 fois dans la semaine qu’ils les aiment, qui montrent leurs émotions (évidemment a leur égard), qui s’occupent des enfants (en fait qu’ils les gardiennent), fassent les couches, la vaisselle, qu’ils aient un cote “féminin”, qu’il soigne son aspect (crèmes, cosmétiques, vêtements féminisés, mode du métrosexuel), sensible, qu’il pense moins a l’extérieur (boulot), mais quand elles l’ont : quel manque de virilité. Elles vont alors tempérer : il faut qu’ils montrent ses émotions mais pas trop, qu’ils lui disent je t’aime mais pas trop, qu’il soit présent mais pas collant, qu’il soigne sa personne mais qu’il ressemble quand même a un mec, bref elles choisissent eux même le tempo, la fréquence et l’intensité. Tout le monde doit se plier à cette espèce d’injonction du “juste milieu” indefinissable qu’elles ont défini ELLES MEME sans trop savoir ou il se situe en fait. L’ambivalence est la : elles sentent sourdement qu’elles ne peuvent se mirer qu’après d’un “vrai homme”. Et ces injonctions contradictoires et impossibles a assouvir sont la cause à mon avis de la crise des couples, de la hausse absolument ahurissante des divorces (initiées a 80% par les femmes).

         

        Pour le reste tu as  tout à fait raison  Leonidas mais il faut y ajouter à mon avis plusieurs aspects :

        la justice, la société aujourd’hui sont entierement organisés désormais vers l’oppression des hommes
        des lois ont êtes votées par des HOMMES et c’est cela qui me dépasse : que l’on reconnaisse une injonction à une certaine justice, je le concède, car l’homme est juste (c’est l’un des attraits de sa personnalité, aussi bien décrite d’ailleurs dans la psychanalyse, que dans les vieux mythes fondateurs des civilisation (père détenteur de la LOI), mais qu’on en soit allé a carrément inverser, je n’arrive toujours pas à percuter comment c’est possible : il y’a eu donc clairement trahison.
        l’homme est désormais isolé, cerné de toute part :  la loi est contre lui, la société est contre lui, l’éducation nationale est contre lui. Et s’il fait l'”imbécile” ce seront des agents mâles en uniforme qui viendront le chercher. Facile…

        même si je crois que la nature féminine ne changera pas (et personnellement je ne le désire même pas en fait, moi je suis prêt à aimer une femme comme elle est, je lui demande juste de m’accepter tel que je suis, de ne pas chercher à me changer, me transformer en une espèce de larve féminisée ou je ne sais quoi) je suis par contre convaincu qu’il existe des stratégies de lutte :

        dans le domaine public, diffuser les idées anti feministes, ou “masculinistes”
        dans le domaine privé : être intransigeant

         

        pour ce second aspect il y’a, à mon avis, trois tactiques (et j’en ai choisi une)

        aller en effet chercher une femme parmis les contrées ou elles sont encore au moins conscientes du rôle de chacun
        vivre une vie de moine (un peu comme les mtgow au Canada ou aux usa, si je me souviens bien de l’expression)
        laisser venir les femmes à vous et à la moindre incartade : chao baby va trouver un mouton ailleurs.

        j’ai opte pour la 3eme et crois moi ça leur fait bizarre : tiens, lui il réagit !

         

        et je fais ça sans violence, sans haine. Par contre c’est définitif.

         

        Quand à mon avis (mais je peux me tromper) ces deux stratégies seront adoptées, revendiquer intelligemment, avec la tempérance, l’esprit de justice et le courage qui caractérisent les hommes et se comporter en mâle dans le prive (sans oppression car l’homme n’est pas un oppresseur, en fait il n’est à mon avis même pas un violent : mais il est capable de violence, nuance) alors narcisse (il restera, car les femmes  sont narcissiques de manière quasi naturelle je crois) tombera le voile qu’elles ont devant les yeux et la enfin elles regarderont autre chose que leur petit nombril. Car c’est simple : a 40 ans elles vont juste se retrouver en cohortes de célibataires aigries et la pour elle c’est la flippe.

        Pour le moment on en est encore à l’accusation quasi réflexe des hommes : ils sont lâches (selon leur définition de la lâcheté), ils sont égoïstes (selon leur définition de l’égoïsme encore, car je suis persuade que si l’abbé Pierre avait été marie, il aurait pu tomber sur une femme le traitant de ce qualificatif), ils ne s’engagent plus les salauds, ils enchaînent les conquêtes, ils sont immatures toute leur vie etc etc. Bref encore une fois tout est de leur faute., Plus  leurs griefs sont nombreux et puissants plus ils montrent en fait leur désarrois et leur souffrance.

        Je reste absolument persuadé que le féminisme a fait plus de mal aux femmes qu’aux hommes en fait, qu’elles sont au final plus perdues que les hommes (le “marché sexuel” s’étant en fait considérablement ouvert aux hommes). Mais certaines femmes commencent a se rendre compte qu’elles sont allées beaucoup, beaucoup trop loin. Ca commence donc a bouger un peu.

         

        ps  : je ne suis pas “natio” et je crois aussi que ce genre de combat dépasse désormais les nationalismes.

      • Commentaire de Manuela:

        Ah merci.

        Je dirais que nous sommes plutôt comme des buvards. Nous nous imprégnons de votre personnalité…

        J’ai une maxime moi aussi “les hommes sont comme les melons, il faut en tâter cent pour en avoir un de bon.”

         

        • Commentaire de Léonidas Durandal:

          Ne me dites pas à quel niveau vous les palper pour savoir à qui vous avez à faire…

        • Commentaire de chen:

          La preuve de votre arrogance (que veut dire “un de bon” ??? quelle prétention sérieux…) et de votre exigence au delà du possible (tout cela est lié en fait). Et vous arrivez à 40, seule et aigrie.

           

          Bref l’introspection c’est vraiment pas votre fort en fait.

          • Commentaire de Manuela:

            Un de bon? Je suis tentée de dire mon mari mais il a comme moi pas mal de défauts…

             

          • Commentaire de je sais plus mon pseudo:

            Chen,je voulais te remercier car en lisant tes écrits avant hier j’ai pris conscience d’un comportement que j’avais envers mon mari ,exactement que tu décrivais ,qu’il me disait parfois(rarement) mais que je comprenais pas j’avais pas conscience.

             

            Bref une réelle prise de conscience pour le coup.

            Dieu a ses moyens pour nous rendre meilleure.

            Je te dis cela car je pense que cela peut faire plaisir ,donc encourager à continuer à dire les choses avec amour bien sur,savoir qu’on a aidé les autres avec certains mots qui a raisonné en une autre personne.

             

  4. Commentaire de Traps:

    Bravo, tu as bien mis en evidence la difference entre la femme et l’homme.. Tu as tout à fait raison, et je partage le meme point de vue !!

  5. Commentaire de Léonidas Durandal:

    “L’émouvante lettre de Laeticia à Johnny”, Midi libre du 06/12/2017.

    Mon homme n’est plus“… depuis Edith Piaf nous n’avons pas entendu beaucoup de femmes françaises parler ainsi.

    Elle ressemble à des Clara Schumann qui sont de vraies amoureuses. Mais laissons parler notre écorché vif à son propos :

    “La famille que je n’ai jamais réussi à construire, Laetitia me l’a donnée. Mes enfants adoptés sont mes vrais enfants, à l’égal des deux autres. Mon rêve a toujours été : une grande maison, une grande table, et tout le monde autour de la table.”

    Cet enfant abandonné aura réussi à vaincre la fatalité dans laquelle tant de nos jeunes sont aujourd’hui volontairement plongés. Il a conquis le plus important pour un homme, la croix rivée autour du cou.

    • Commentaire de Manuela:

      Mariages réussis

      ou « Marriage of true minds »

      Ce sont les mariages fondés sur l’estime, la gratitude, l’affection, le respect mutuel, où les questions de fortune, de rang, de titre passent en second : « L’aimez-vous assez ? […] Êtes-vous certaine, vraiment certaine d’être heureuse avec lui ? […] Rien n’est pire que de se marier sans affection » dit Jane en apprenant que sa sœur s’est fiancée à Darcy. Mrs Gardiner les appelle des mariages « judicieux » (prudent).

      On peut ranger dans cette catégorie le mariage des Gardiner. Les qualités personnelles d’Edward Gardiner, sensible, agréable, cultivé, bien élevé (« gentleman like »), et de sa femme, aimable, intelligente et élégante, ainsi que les relations affectueuses qu’ils ont avec leurs nièces, en font un couple heureux, et aussi un modèle pour Jane et Elizabeth, qui voient que le bonheur dans le mariage est non seulement désirable, mais réalisable.

      De même, la sage et sensible Jane Bennet trouve le bonheur en épousant l’aimable Charles Bingley. Elle est consciente que son mariage avec un homme qu’elle aime et qui l’aime est un immense bonheur « qu'[elle] ne mérite pas », et qu’elle répond aussi aux vœux de sa « chère famille » en assurant sa sécurité financière. Mais ce mariage est tout de même terni par le sentiment que la discrétion de Jane et le caractère trop influençable de Bingley ont failli les séparer pour toujours.

      Le mariage d’Elizabeth et Darcy est le plus brillant. Romanesque, et d’apparence peu réaliste, il a des aspects paradoxaux. C’est « une union convenue, qui tout à la fois bouleverse les codes sociaux et conforte les conventions de la comédie sentimentale ». Le choix d’Elizabeth est un choix libre, un « bon » choix, qui n’est pas « intéressé », dicté par des impératifs économiques (sinon elle aurait accepté d’épouser Darcy dès sa première demande) mais « judicieux », parce qu’elle a appris à chérir un homme digne d’être aimé à cause de ses qualités morales et personnelles. Darcy éprouve pour elle un amour passionné qui le pousse à transcender les barrières sociales et le qu’en dira-t-on, et à réformer son comportement pour conquérir son affection. En épousant Elizabeth, il rompt avec les règles de la société traditionnelle, puisqu’il s’allie à la société commerçante représentée par les Gardiner, « pour qui, comme sa femme, il éprouvait une réelle affection », et Elizabeth, en l’épousant, transcende son dilemme : elle trouve son épanouissement personnel dans un mariage d’argent extraordinairement avantageux. Ce mariage a quelque chose de subversif, et en même temps de tout à fait conventionnel puisque, en dépit de son indépendance d’esprit, Elizabeth, en fille responsable, se marie au-dessus de sa condition, et assure sa sécurité financière et son ascension sociale.

      En montrant sa préférence pour des mariages fondés avant tout sur l’affection mutuelle, Jane Austen affirme que les mariages heureux sont possibles, mais qu’ils demandent intelligence et maturité émotionnelle

      • Commentaire de Léonidas Durandal:

        En même temps, Jane Austen ne s’est jamais mariée ?
        C’est toujours l’ironie de l’histoire. JJ Rousseau qui fuit sa famille etc… les cordonniers sont toujours les plus mal chaussés. Invariant de l’humain qui nous appelle à tant d’humilité.

        • Commentaire de Manuela:

          Dans ces cas là un prêtre non plus et pourtant il nous donne bien des conseils.

          Oui les cordonniers sont toujours les plus mal chaussés et pour ce sont toujours les premiers à donner des leçons.

  6. Commentaire de AimerLesAutres:

    Salut, (je suis une femme )je comprends pas pourquoi tu dis qu’une femme doit montrer son obéissance totale en preuve d’amour pour lui?pour moi rien à voir.mais bon j’attends tes explications.

    Non la femme aime les hommes en tout cas on essaie d’aimer notre mari du mieu qu’on peut.

    Pour moi chaque personne sur cette terre à le même but au final aimer,donner sa vie aux autres,aider ,abnégation de soi et on est tous dans le même panier homme comme femme on est trop souvent orgueilleux et égoïste. On a tous le même but. Et aimer vraiment vient que de Dieu et uniquement de Lui quand on aime c’est Lui en nous,heureusement que Dieu a déverse son amour sur l’humanité ,il faut faire passer l’autre avant soi et tout donner a Dieu et qu’on laisse agir l’Amour,Son Lui qu’il nous a donne, il faut renoncer a soi meme.quand je dis le vrai Amour je dis aimer sans rien attendre en retour.

    Homme comme femme nous sommes faibles,trop égoïste, trop de défauts.

    Ça a rien à voir avec le clivage homme -femme je trouve?

    Après je sais pas si t’es croyant ou pas(mais il me semble que oui en parcourant vite le site même si je viens de le decouvrir) ou t’as peut être pas la même vision de Dieu que moi donc ce que je dis n’à peut être pas de valeur pour toi.

    Peut-être que tu as changé d’avis  avec le temps …

    • Commentaire de Léonidas Durandal:

      Il suffit de vous répondre par vos propres mots :

      A la question : “pourquoi tu dis qu’une femme doit montrer son obéissance totale en preuve d’amour pour lui?”
      Votre réponse : ” ,il faut faire passer l’autre avant soi et tout donner a Dieu et qu’on laisse agir l’Amour,Son Lui qu’il nous a donne, il faut renoncer a soi meme.quand je dis le vrai Amour je dis aimer sans rien attendre en retour.”

      Conclusion : mettez vos idées en pratique. Je suis croyant, mais je constate que beaucoup de mes frères et soeurs vivent dans un monde irréel où leurs actes et leurs idées sont déconnectées. Tel est votre cas. Dieu a institué des différences extraordinaires entre hommes et femmes. Là encore, cela semble vous échapper. Conclusion : redescendez sur terre à l’instant même.

      • Commentaire de AimerLesAutres:

        C’est pas faux ce que vous dites,pour les paroles et les actes etc etc mais j’essaie de les mettre en pratique bien entendu avec mon mari.d’abord il y a la pensee,l’intention et les actes, plus dur,s’en suivent avec l’aide de Dieu. D’ailleurs cela peut vous étonner mais mon mari est plus féministe que moi je trouve,je pense pas qu’il aimerait que je lui obéissent aveuglement ,quand je suis pas convaincu il fait un débat et essaie de me convaincre avec la raison et la logique et il prend en compte ce que je dis et change parfois.Après si on est toujours en désaccord bien sûr que je pense qu’il doit avoir le dernier mot mais c’est rare très rare.

        • Commentaire de Léonidas Durandal:

          Eh bien voilà, l’amour a vaincu.

          • Commentaire de AimerLesAutres:

            Je lis votre blog depuis hier et aujourd’hui il est tout simplement magnifique il dit des choses vrais en y reflechissant si vous avez des articles pour réussir sa vie de couple,rendre heureux son mari,enfant etc…certains conseils faites aux femmes,je veux bien.

            J’ai parlé avec mon mari de certaines idées évoqués ici,il me répond par tout un discours et reformule certaines pensées que vous dites alors qu’il a pas lue votre blog c’est sur, analyse la société de manière bluffante. Il m’à bluffé vraiment ,bon je sais qu’il est très intelligent ,que j’ai le mari idéal,non il fait vraiment réfléchir, c’est vraiment un homme construit sur lequel on peut compter,bien dans  sa tete. Il est kabyle theiste/ chretien qui aime Dieu et veut le servir et à pas été élevé en France et je pense que ça change tout.j’ai pas d’origine etrangere et j’étais  feministe avant mais j’ai bien changé depuis que j’ai donné ma vie à Dieu.

            Juste je vous remercie et continuez votre blog.merci je vais encore chercher pour voir si vous donnez d’autres conseils pour les femmes.

          • Commentaire de Léonidas Durandal:

            Merci pour tout.

    • Commentaire de chen:

      euh….

      il y’a comme une grosse contradiction dans cette phrase (et même deux en fait) qui semblent donc montrer que vous abondez dans le sens de leonidas sans même vous en rendre compte (trahison de votre pensée ?) :

      “Non la femme aime les hommes en tout cas on essaie d’aimer notre mari du mieu qu’on peut.”

       

      il faudra m’expliquer deux choses :

      comment le “en tout cas” peut il confirmer que vous aimez les hommes car sémantiquement il vient en opposition et l’objet en est votre mari

      comment le “on essaie d’aimer votre mari” demontre :

      1) que vous aimez votre mari (si vous essayez c’est que vous n’y etes pas encore parvenue)

      2) qu’aimer votre mari est synonyme d”aimer les hommes” ?

  7. Commentaire de gastirad39:

    Anne et Johanna

    Quel déferlement féministe : un vrai catalogue de poncifs poussiéreux, mités jusqu’à la moelle. Surtout Anne ! J’évite de répondre  à des inepties, mais là tant de bêtise naïve me sidère.

    Apprenez que la violence des hommes est souvent gérée par des femmes (police, armée, ou même malfrats). Que les femmes initient souvent les violences conjugales  et dominent actuellement totalement les hommes dans les couples, voire socialement (les 4/5 des décisions d’achats sont prises par des femmes sans consulter leurs maris-compagnons). Dire que des femmes rendent certains hommes esclaves n’est pas exagéré et si ce n’est pas général, c’est dû au bon sens des femmes refusant d’appliquer toute l’étendue des lois actuelles.

    En fait, le féminisme fut inventé par des hommes philanthropes, puis récupéré par des hommes  politiques (dont Lénine) uniquement pour contrer la démocratie, qui fut brièvement masculine. Des lois féministes furent votées dès le 19 ième siècle par des assemblées totalement masculines.

    Voilà qui explique l’enthousiasme actuel des Politiques pour le féminisme. Enthousiasme dont de plus en plus de femmes se méfient et dont elles commencent à voir les poisons     (crise du mariage,  hiver démographique…)

    Johanna, j’ajoute que le « shaming » des hommes ( raisonnements absurdes et parano …) est passé de mode. Je ne doute pas de votre « amour » pour nous pauvres bêtes,  mais sachez que les lois féministes en sont venues à tuer la confiance des hommes envers elles.

     

    Comment aimer sincèrement une femme à qui les lois donnent le pouvoir de vous détruire socialement ?

    • Commentaire de Manuela:

      Bonjour à tous je me permet d’intervenir, j’ai repris le travail et je m’aperçois qu’en 3 ans d’arrêt les situations n’ont fait qu’empirer.

      Plusieurs pères de famille ont tenté de se suicider, un a réussi d’ailleurs. Triste constat dans un village d’à peine 2000 habitants.

      Des femmes qui maigrissent grâce à la chirurgie (très en vogue actuellement) et qui dégage leurs maris une fois le résultat obtenu.

      Une cas sociale vient à peine de quitter son mari (leur dernier enfant à 4 ans) elle a retrouvé quelqu’un et est déjà enceinte du 5 ème . En tout les cas je reste sidérée par la rapidité à trouver quelqu’un après une séparation surtout avec le nombre de gosses à charge.

      On m’a sorti encore une fois que les enfants se sentent mieux après un divorce… J’ai un petit garçon de 6 ans qui a des parents séparés qui se font une guerre incroyable, le gamin est très mal évidemment, il a dit à des collègues que si sa mère retombait enceinte son père la tuerait, charmant n’est ce pas?!? Elle est justement enceinte de son nouveau compagnon, pauvre enfant.

      Je m’arrête là je sinon je finir par devenir misogyne 🙂

       

      • Commentaire de Léonidas Durandal:

        Dans nos raisonnements, nous devrions éviter de dissocier les hommes et les femmes.
        Les hommes qui engrossent de telles traînées ne valent pas beaucoup mieux.
        Si cela a toujours existé, le problème, c’est effectivement cette médiocrité qui s’installe et contre laquelle personne ne semble vouloir se rebeller. Nous sommes dans un monde où les gens ne vivent pas directement les conséquences de leurs actes. Ils payent plus tard, en différé. Cela les conforte dans leurs erreurs. Un des nombreux mensonges de notre société.

        • Commentaire de Manuela:

          Je suis d’accord ce n’est pas du tout ce que j’ai voulu dire je ne prends aucun parti je sais très bien que ces hommes ne valent pas mieux.

          Le problème c’est aussi que les bobos ont besoin de cette misère pour prospérer.

        • Commentaire de François:

          Pour rebondir sur ce problème de gamins faits sans responsabilité, je suis revenu de soirée des 40 ans d’une amie, et je me suis fait aborder deux fois. La chance me direz-vous ? Ouais ben, à voir !

          La première, M. , se dit – et je la crois sincère en plus – une amie. Belle femme, la quarantaine sans enfant (j’en ai 36), mais acharnée à en faire un. Ayant eu de nombreux amants, jamais casée – la “femme libérée moderne progressiste”, on se comprend. – mais depuis que la maturité arrive, cet acharnement à faire un gosse dans l’urgence l’a menée à de véritables drames (2 fausses couches avec 2 mecs différents, et un avortement à cause d’un cinglé). Je l’aime bien, je discute avec elle, mais comment lui faire comprendre que j’ai bien compris qu’à peine le test de grossesse positif obtenu, elle me larguera, me volera mon gosse, et ne se souviendra de moi que pour la pension alimentaire qui lui assurera son “indépendance”. Ce que je trouve hallucinant, c’est que malgré tout, elle n’est pas mauvaise, vraiment pas, juste aveuglée par son égoïsme. Le pire, c’est que malgré tous ses malheurs, elle s’accroche à ce désir de procréer (que je crois plus motivé par la garantie d’un revenu, – mère célib isolée, pension alimentaire – que par un innocent et légitime désir d’enfant) au détriment de sa santé, physique et mentale. Qu’il est dur de faire comprendre aux autres leur inconséquence sans les détruire ou les rabaisser. J’aimerais la protéger malgré elle, car je l’aime bien malgré tout.

          La deuxième – plus drôle -, mariée, 4 enfants ! et pourtant, l’infidélité lui fait pas peur ! Purée ! Et le type dans tout çà si j’avais accepté. Remarquez, pas sûr que les gosses soient (tous) de lui. Moi, m’occuper de gosses qui sont pas les miens, des clous ! Quatre en plus !

          Et voilà, ces deux exemples résument tout ce que je rencontre depuis 5 ans, mère célibataire, mère célibataire, mère célibataire, mère célibataire, ad nauseam. Ou alors, un gamin, tout de suite, puis dégage ! Je comprends que les hommes soient seuls, et qu’ils sont prêts à l’inconséquence de faire un enfant pour éprouver ne serait-ce que quelques minutes d’un ersatz d’affection. Mais réfléchissez ! Le mec que vous faites cocu, vous allez le détruire, et en plus il peut se venger violemment ! (Moi, c’est ce que je ferais !) Quant à faire un gamin qui vous sera enlevé de suite, que deviendra-t-il/elle ? Quel comportement aura-t-il ? Si c’est une fille, la retrouverez-vous sur Canal le samedi soir, parce qu’elle a imité sa mère et dépassé le maître ? Si c’est un homme, le retrouverez-vous camé ? Et vous n’aurez rien pu faire ! Rien ! Et cerise sur le gâteau, on vous aura fait payer le prix fort en pension alimentaire, comme si vous avait rendu service ! Mensonge de société peut-être, mais cynisme, là sûrement.

           

          • Commentaire de Léonidas Durandal:

            Faire un enfant offre le plus grand trésor à nos contemporains malades : ne plus avoir à se poser de questions sur le sens de leur vie.

          • Commentaire de Anne:

            Vous voulez vous faire paraìtre de pauvres hommes à qui on enlèvent leurs enfants.

            Je connais pleins de femmes ou leurs compagnons sont partis la queue entre les jambes dès qu’elles étaient enceintes.

            D’autes qui ont voulus avoir la garde mais qui n’ont jamais pus gérer, vous n’êtes pas fait pour ça!!

          • Commentaire de Léonidas Durandal:

            Nous sommes faits pour être respectés. Ce n’est pas parce qu’une femme devient grosse qu’elle a tous les droits.
            Nous ne sommes pas faits pour materner, effectivement. Par contre, les enfants avec nous, deviennent beaucoup plus débrouillards qu’avec une femme. Il n’y a qu’à voir l’échec des enfants au milieu de lesbiennes et l’échec au milieu d’un duo de gay pour comprendre.

          • Commentaire de Manuela:

            Plus débrouillards, mouais ça dépend du point de vue…

            En parlant de grosse apparemment il y’a un livre qui est sorti sur la grossophobie.

          • Commentaire de François:

            Réaction à : “Faire un enfant offre le plus grand trésor à nos contemporains malades : ne plus avoir à se poser de questions sur le sens de leur vie.”

            Touché ! Je crois que c’est précisément çà ! Concernant cette amie acharnée à faire un gosse, elle m’avait abordée ce jour-là, car elle souffrait de sa situation, et essayait de me faire comprendre ce concept qu’elle m’a martelé : “se réaliser soi-même, se réaliser soi-même, …”, concept qu’elle avait manifestement beaucoup de mal à réaliser. Elle s’en sentait publiquement humiliée. (Pas à mes yeux en tous cas)

            S’en est suivi une discussion où j’essayais de lui faire comprendre – vainement – mon point de vue, fort différent du sien, et trop complexe. “Se réaliser soi-même”, çà veut dire quoi au juste ? Tout cela m’a l’air vraiment épuisant, car impossible au vu des standards modernes actuels, qui sont des chimères …

    • Commentaire de Anne:

      Je maintiens ce que j’ai dit et de nouveau il n’y a aucun signes de féminismes..ce n’est que la vérité.

      Vous vous croyez supérieurs juste parce-que vous avez une (excusez-moi)  bite entre les jambes, vous fermez les yeux sur ce que les femmes subissent parce-que ça vous arrange..ouvez les!!

      • Commentaire de gastirad39:

        Anne: Multiplier les commentaires sans apporter d’ arguments c’est faire  preuve d’obstination; pas d’intelligence. Les “on-dits” citant des cas individuels sont sans valeur, les slogans naturalistes injurieux (“bite …) ne prouvent que la vulgarité…

        Je vous retourne votre commandement: “Ouvrez les yeux et fermez la gu….le afin de mieux observer les réalités d’aujourd’hui. Lisez donc d’autres écrits féminins qui sont non féministes, voire anti-féministes.

      • Commentaire de Manuela:

        Qu’est ce qu’elles subissent de plus et/ou pire que les hommes?

  8. Commentaire de Johanna:

    Je suis une maniaque du féminisme, principalement parce que je veux que l’amour existe purement.

    Si les femmes ne dépeignent pas autant les hommes dans l’art c’est parce que la sexualité se vit différemment, en tant que femmes elle est concentrée sur nous, nous SOMMES le plaisir ahah, l’homme nous fait plaisir en allant en NOUS :D. En revanche dans la littérature il y a les mêmes portraits d’amoureux, vous n’avez qu’à lire, Madame de Stael par exemple !

    Vous déconnez complètement mais c’est pas grave, vous êtes pardonné puisque c’est l’amour qui vous donne des raisonnements absurdes et paranoïaques, mais tout le monde va pas le voir comme ça

  9. Commentaire de Anne:

    Messieurs

    Vous récoltez ce que vous avez semés, nous étions vos compagnes et vous nous avez bafoués, violés, torturés, cachés, mutilés, dominés…….

    • Commentaire de Léonidas Durandal:

      Quelle haine.
      Apprenez à aimer, après vous pourrez donner des leçons.
      Nous avons semé la tolérance, nous récoltons l’abus.

      • Commentaire de Anne:

        Quelle tolérance?

        • Commentaire de Léonidas Durandal:

          La galanterie, les femmes et les enfants d’abord en cas de catastrophe, quasi aucune femme laissée à la rue, aucun crime de puni ou presque s’il s’agit d’une femme (assassinat de bébés ou autres), enfants laissés à la femme en cas de divorce automatiquement et à toutes époques, femmes malades dérangées psychiatriquement laissées en liberté parce que’elles sont mères, parce qu’elles sont épouses, parce qu’elles sont je ne sais quoi, tout et n’importe quoi en fait, pour leur servir d’excuse. Voilà où nous a mené notre tolérance : à l’ingratitude et à l’oppression.

          Mais vous devriez plutôt vous pencher sur votre haine, ce serait plus productif.

          • Commentaire de Lolo:

            Faut changer de sexe, Leonidas, votre salut passe par là. Ainsi vous ne seriez plus la victime d’un odieu complot international. Et bien évidemment changer d’orientation sexuelle, cela va de soit.

            Ainsi tous vos problèmes existentiel disparaîtront et vous deviendrezle roi du monde!

             

            De rien, inutile de me remercier, je suis sensible devant tant de souffrance?

          • Commentaire de Anne:

            Et vous pensez que votre “galanterie” qui n’existe plus d’ailleurs, vous pardonne pour tout le reste?

            Ce n’est pas de la haine c’est la vérité, dites moi le contraire?

          • Commentaire de Léonidas Durandal:

            Vous êtes remplie de haine et vous faites de votre haine, une cause politique.

    • Commentaire de François:

      Un conseil que je me permets de donner en réaction à cette affirmation péremptoire (que l’on m’a servie plus d’une fois dans ma vie):  “Vous nous avez bafouées, violées, torturées, cachées, mutilées, dominées”. Contrairement à Gastirad39, je n’y vois pas (que) une naïve bêtise (et méchante au passage) mais aussi un mensonge éhonté. Les hommes de votre famille et ceux que vous avez connus étaient-ils les monstres que vous dépeignez ? Sérieusement ? Et s’ils étaient ainsi au moyen-âge par exemple, croyez-vous vraiment qu’une telle société de psychopathes aurait pu se reproduire et arriver jusqu’à aujourd’hui ?

      Mon conseil donc : gardez-vous d’utiliser le mensonge comme un allié, car il est l’allié le plus dangereux qu’il soit. Une image pertinente serait (que vous y croyiez ou non) ceux qui ont commerce avec un démon. Il est un allié immédiat et profitable – au début – mais rapidement son intelligence, supérieure à la vôtre, vous subjugue et vous lui appartenez.

      Dans le cas du mensonge, il permet de remporter une victoire rapide et simple. Mais :
      – premièrement : son pouvoir s’émousse avec le temps, car si le menteur se perfectionne, sa victime qui reste véridique et pratique la vérité développe aussi ce que j’appellerais le “discernement des esprits”, à savoir qu’elle sait de manière presque infaillible, reconnaître à des mimiques, des expressions, des détails, le menteur. Le mensonge est donc détectable.
      – deuxièmement : et c’est là le plus sérieux. La pratique du mensonge obscurcit le discernement, à un point tel qu’à la longue, le menteur (qui vit dans un monde mensonger) est perdu et ne PEUT PLUS distinguer le vrai du faux, la justesse de l’erreur. Et si vous continuez ainsi, malgré toute l’habileté que vous pourrez développer, vous accorderez inévitablement votre confiance aux manipulateurs, et la refuserez à ceux qui vous veulent du bien. Et cela ne vaut pas seulement dans les relations de couple, mais aussi dans la politique, la société, les relations au travail, avec les amis, la spiritualité, etc…

      Vous parlez d’amour : J’ai remarqué une chose. Rares sont les personnes qui aiment !  Beaucoup de gens parlent d’amour mais ils me font penser en réalité à l’image suivante : un aveugle de naissance, qui vous dirait avec assurance : “le ciel est bleu, l’herbe est verte, le sang est rouge, …” Toutes choses vraies par ailleurs. Mais comment le sait-il, lui, aveugle de naissance ? Pardi, parce qu’il l’a entendu dire et donc il le répète. Pour autant, et c’est là l’important, cela ne fait pas SENS en lui. Il ne SENT pas la couleur, ne l’éprouve pas, car ses yeux sont défaillants. Il en est de même de l’amour, beaucoup en parlent avec grande justesse, mais comme pour l’aveugle de naissance et la notion de couleur, cela ne fait pas SENS en lui. Dans la Bible (désolé pour les athées de cette référence religieuse, mais elle sert mon propos), l’homme/femme mauvais est rarement mentionné par les mots “méchant” ou “mauvais”, mais beaucoup plus souvent par les mots “aveugle”, “insensé”. On retrouve la notion de SENS et conséquemment d’ORGANE de perception.
      On peut appliquer aux promoteurs du féminisme cette citation : “Ce sont des aveugles qui conduisent d’autres aveugles, ils tomberont tous dans la fosse !” (Pour traduire : “aveugle à l’amour, ils entraînent avec eux d’autres aveugle à l’amour, et finiront tous sans amour”) L’image de l’aveugle est pertinente, car l’amour est question de sensation. Il manque la perception du sens, parce que l’ORGANE permettant de ressentir, d’éprouver l’amour, – le cœur – n’est pas présent, ou alors considérablement atrophié. J’entendais notre acteur Michel SERRAULT, qui disait un jour sur un plateau télé :

      “Vous savez, le coeur se muscle, pour aimer, il faut le muscler. Commencez donc à aimer, d’abord de petites choses pour le muscler. Aimez même le pinard pour commencer !”

      Sinon, vous n’aimerez jamais personne, parce que la charge sera trop lourde à porter, pour un coeur faible et peu musclé, surtout face aux défauts de l’autre !

      Amour, vérité, deux notions abordées dans ce dialogue, et qui nécessitent tous deux, un TRAVAIL, un EFFORT. Car pour éprouver l’amour, et reconnaître la vérité, il faudra d’abord les PRATIQUER. Certains disent “l’amour est souffrance”, c’est vrai, car il faut muscler son coeur, et comme pour n’importe quel muscle, il faudra transpirer, souffrir. J’aime bien cette définition de l’amour : l’amour vrai veut le bien de l’aimé. Eh non, l’amour n’est pas multiplier les partenaires sexuels, pratiquer le métissage ou le lesbianisme à la mode (vous rendez-vous compte que ce sont les procédés les plus humiliants et castrateurs sur vos hommes ?!), ou se donner au plus minable que l’on rencontrera en espérant le rendre meilleur (Lui accordant vos faveurs, vous le confirmerez dans sa voie et il deviendra seulement un méchant +++.)

       

    • Commentaire de Manuela:

      Donc le féminisme nous permet de nous venger c’est ça?

    • Commentaire de Xiep:

      Un  bébé est tué AUJOURD’HUI toutes les 4 minutes en France par sa mère. Alors les prétendus crimes passés….

      N’oublions pas qu’au cours de l’histoire, la plus part des tyrans étaient des pantins entre les mains de leurs femme. Au 20e siècle, c’est mesdames Ceaucescu, Duvallier, Marcos, Franco, Mao, Pinochet qui ont prit les décisions capitales. Et dans le passée, Poppée, Marie-Antoinette, La Pompadour, Isabeau de Bavière, Catherine de Médicis, la Tsarine Catherine (qui fit tuer mari et fils), Irène (qui creva les yeux du sien)….

      Comme disait l’officier allemand dans La Grande Vadrouille : “Dans ménage, mari toujours porter culotte, meme quand culotte être trop large pour lui !”

       

  10. Commentaire de Cris:

    Lhomme de nos jours essaye de plus en plus de fuir la femme, il faut avouer que les femmes c’est des vraies vipères et cela est depuis la nuit des temps c’est pas la femme qui a changé cest juste que que la mixité à permis aux hommes de pénétrer le monde des femmes et les voir tel qu’elles sont et connaître leurs vrais visages

     

     

     

     

    • Commentaire de chivrac marc:

      la femme est menteuse,tricheuse et dissimulatrice. Avec un homme elle recherche la sécurité et en plus il faut qu’il soit élégant ,actif, prévenant, docile,soumis,et dès qu’il se rebelle il doit prendre ses valises et la porte. En ce qui me concerne je préfère la solitude du moine. Ne pas avoir à subir l’autoritarisme des femmes. Au début elle joue le grand jeu pour attirer sa proie et ensuite le détruire. AUCUNE CONFIANCE DANS LES FEMMES; ELLES SONT DANGEREUSES

      • Commentaire de Mindstyle:

        Dangereuses et sournoises.

        Au début, la machine à vendre du rêve fonctionne à plein régime mais dès que l’homme s’engage au plan matériel (cohabitation, achat immobilier commun, mariage, naissance d’enfants), le masque tombe et l’homme doit subir un démon au quotidien.

        Mais même en étant célibataire, je dois subir l’autoritarisme de femmes avec qui je n’ai aucun lien de subordination hiérarchique (je pense à une assistante de direction complètement cinglée qui parfois me parle comme si elle était ma supérieure); je constate bien que l’homme libre que je suis est mal vu, car libre justement, qui vit pour lui, qui travaille pour lui, qui a son temps pour lui et pas pour une femme qui lui empoisonnera le corps et l’esprit.

        Mais ceux qui sont mariés, avec des enfants, qui sont soumis à leur femme au quotidien acceptent facilement que les femmes au travaille leur parlent sur un ton autoritaire ou leur donnent carrément des directives alors que pourtant, ils ne sont pas censés être leurs subordonnés.

        Et je préfère vivre seul dans un studio plutôt que dans un grand appartement empoisonné au quotidien par une femme qui distillera son venin en permanence.

        Les femmes contemporaines sont morbides; ce ne sont que des trous noirs qui vous aspirent, vous vident de votre énergie, de votre optimisme, de votre idéal. Elles vous tirent vers le bas, encouragent la médiocrité; donc la solitude choisie est parfois la meilleure alliée.

         

         

        • Commentaire de Léonidas Durandal:

          De plus en plus, je ne laisse rien passer. Je crois que ce serait aussi leur rendre service de les empêcher de se laisser aller. Elles ne grandissent qu’à hauteur de ce que nous les éduquons. Voilà aussi la question qui est une question militante et pas simplement de constat. Bon, je dois avouer que je me suis justement mis dans une position où je n’ai pas à subir leur folie, et leur contrôle… mais que même dans ma situation, c’est parfois difficile. C’est comme une traque qu’elles savent organiser. Tout le système est fait pour qu’aucun comportement qu’elles ne veulent pas tolérer soit poursuivi et éradiqué. C’est ce que j’ai voulu décrire dans “l’effet ruche”. Elles sentent un homme libre à des kms, et cherchent à le soumettre en usant de leurs plaintes et de leurs manigances, justement parce qu’il est le seul qui pourrait mettre un terme à leur folie. Et aujourd’hui qu’elles sont dans le monde du travail, un homme normal n’a tout simplement de lieu où pouvoir s’épanouir. C’est assez sidérant. C’est pour cela que lorsque je peux m’en taper une, et je ne parle pas ici de sexe, je l’écrase, vraiment. Dès que je repère une de ces connasses dans la société, je fais exprès de lui pourrir le quotidien. Je m’en fais un devoir. Et je crois que si beaucoup d’hommes agissaient ainsi, nous ne vivrions pas la tyrannie douce actuelle. Elles ne sont pas si nombreuses à être des putains intraitables. La plupart ne font que suivre le gros de la troupe et profitent du système que les reines de la ruche contrôlent. Il y a même des femmes normales, encore. Mais les harpies font des dégâts considérables dans la société. Ce sont elles qu’il faut repérer et mater. Il faut envisager ces femmes là comme des putching balls sur lesquelles s’exercer. Le reste du troupeau suivra car il ne fait que profiter d’un laxisme extraordinaire des hommes.

          • Commentaire de Pauvreconsentimental:

            Entièrement d’accord avec les commentaires de Chivrac, Mindstyle et Leonidas.

          • Commentaire de Payet:

            <<“C’est pour cela que lorsque je peux m’en taper une, et je ne parle pas ici de sexe, je l’écrase, vraiment. Dès que je repère une de ces connasses dans la société, je fais exprès de lui pourrir le quotidien. Je m’en fais un devoir. Et je crois que si beaucoup d’hommes agissaient ainsi, nous ne vivrions pas la tyrannie douce actuelle”.>>:ET VOUS AVEZ RAISON!

             

        • Commentaire de Léonidas Durandal:

          Ma matinée d’hier : j’entre dans une grande surface pour déposer un colis. La femme à l’accueil me reproche de l’avoir fermé, mesure anti-terroristes que j’aurais dû connaître selon elle. Puis à la caisse, je suis le premier client d’une de ces dames, mais comme elle doit me faire de la monnaie sur un billet de 50 et qu’elle n’en a pas mis assez de billets de 20 euros dans sa caisse, elle me reproche de payer avec ce qu’elle appelle un “gros” billet (la rigolade). Puis je vais à l’hôpital pour un examen. La manipulatrice n’en fait qu’à sa tête, si bien que l’examen est à moitié raté par sa faute. J’ai bien essayé de la raisonner, mais impossible. Elle avait forcément raison et n’avait apparemment jamais tellement réfléchi à ce qu’elle faisait.

          J’ai rarement l’impression d’être un client avec une femme. Tout leur est dû. Nous devons être à leur service. Elles ne comprennent rien en matière de compétences professionnelles.

          Par contre, pour être honnête et compléter le tableau, cette même matinée, quand j’ai demandé de l’aide et/ou des renseignements à 3 secrétaires, elles m’ont aidé de bonne grâce. L’une d’elle a même pris du temps sur son temps travail alors qu’elle n’avait pas à le faire.

          Le fil rouge est celui-ci : elles étaient toutes flattées de pouvoir aider, mais pas de faire leur travail.
          Le pouvoir chez une femme, c’est le contact. Le pouvoir chez un homme, c’est son métier.

          • Commentaire de Payet:

            Bonjour,il est vrai qu’il faut vous remercier d’avoir eu le courage de posté cette article et de mettre le doigt sur des VÉRITÉS pareils lol lol! Mr Léonidas.Je suis tout à fait d’accord avec ce que dénonce votre article.Mais vous savez,moi je dit qu’il y a environ 30% des hommes seulement(voir moins) qui verront votre article(votre article qui certainement élargiront leur ouverture d’esprit en ce qui concerne leurs visions des femmes).Les 70% restant ont malheureusement encore les yeux “obstrués” par leurs vision de “femmes belles et innocentes”. C’est vraiment dommage! Moi je dit que vous devriez privilegier d’autre terrain autre qu’internet, exemple: créer un livre aussi,sa touchera déja plus(+) de public.{En plus vous avez de l’esprit!}.

          • Commentaire de Léonidas Durandal:

            Cela fait des années qu’on me le dit.
            Mais j’ai bien assez de lecteurs.
            Par contre, je manque cruellement de militants.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    Abonnez-vous

    Puis validez votre inscription dans votre boîte courrielle