Accueil » Domination féminine » L’image des femmes durant la guerre de 14-18
AIMELES Antiféminisme

L’image des femmes durant la guerre de 14-18

Publié le 11 novembre 2015 par Léonidas Durandal à 11 h 45 min

Ils doivent être rares les crétins qui dans l’histoire ont commencé une guerre à l’approche de l’hiver. Historiquement, elle a toujours débuté après, quand les envahisseurs étaient certains soit de pouvoir se ravitailler grâce à leur récoltes, soit de pouvoir profiter de celles du territoire envahi. Mais l’aveuglement scientiste fut tel en 1914, que la conscription fut organisée alors que les vendanges étaient loin d’être terminées. Les Européens, façonnés par des années de romantisme, vibrant d’amour pour leur patrie pour leur femme pour leur civilisation, allaient partir s’entre-tuer dans des conditions déplorables, la fleur au fusil.

Chaque intellectuel qui a l’ambition de comprendre une société chrétienne, devrait se poser la question de l’interprétation que celle-ci se fait de l’amour. Ce sont les grands sentiments, l’altruisme et la passion pour la raison inclus, qui poussent les gens à commettre des folies. Aujourd’hui, l’amour justifie l’esclavage des femmes et des enfants, l’indifférenciation, l’intolérance au sexe opposé. Pr_tres_et_Clercs_morts_pour_la_France_Notre_Dame_du_Rosaire_St_OuenHier cet amour plein d’orgueil allait décider de l’auto-destruction d’une société unie. La France maçonnique avait pris le pouvoir politique. La France catholique régnait sur les âmes. L’équilibre semblait avoir été trouvé, surtout après l’assassinat symbolique d’un Jean Jaurès par un catho-républicain dépressif plus proche de la Franc-maçonnerie que du Vatican. Et chacun pouvait s’engager vent debout dans le conflit malgré les récriminations du Pape Benoit XV.

 

Se battre pour qui, pour quoi ?

L’amour pour la nation, c’est surtout celle qu’un individu cultive au sein de sa famille. La nation est grammaticalement une femme, tout comme la patrie, une terre sur laquelle naissent les pères. Les hommes, plus que de se défendre, défendent surtout leurs institutions qu’ils identifient au sexe faible, souvent leur mère. Les crimes les plus atroces que les hommes ont pu commettre dans l’histoire, l’ont souvent été par amour, pour des femmes, ou en leur nom. Aucun homme ou presque de notre France féminisée ne saurait se soustraire à cette règle d’assentiment des femmes. En 1914, cette domination de l’imaginaire des hommes par la défense de la veuve et de l’orphelin apparaît de manière flagrante dans la propagande de guerre, affiches et cartes postales.

 

Les femmes financent la guerre de 14-18.

Les propagandistes savent que les femmes détiennent les cordons de la bourse. Sur le front, les hommes leur supplient de leur envoyer de l’argent. L’Etat leur demande poliment de souscrire aux emprunts de guerre. Les femmes vont donner pour revoir les hommes qu’elles aiment, mais aussi par souci de voir grandir leurs enfants dans un pays victorieux.

 

journeedeparis14juillet1915anonyme

« Au profit des oeuvres de guerre de l’hôtel de ville » (1915)

 

fin 001-FRAD047_022Fi0153

« N’oublie pas de souscrire pour la victoire et le retour » (emprunt de la défense nationale de 1915)

 

fin 3f03966r

« Au profit des oeuvre de guerre de l’hôtel de ville »(1917)

 

fin famille trad

« Souscrivez pour la France qui combat et la France qui grandit » (1917)

 

fin _pour_nous_revoir_bienot,_Sousc_-_NARA_-_512451

« Pour hâter la victoire et pour nous revoir bientôt » (Emprunt national 1918)

Les femmes soutiennent les hommes de leurs prières

C’est la caution morale par excellence.

pendant laction la priere

« Pendant l’Action La prière »

 

 

WH42450

« Pour Dieu, pour la patrie »

 

 

WH42461c

« Gardez la foi et l’Espérance que vous donnent les soeurs de France »

 

 

WH42467c

« Pour nos combattants, Doux Seigneur Jésus calmez la souffrance, Des soldats blessés en servant la France »

 

 

WH42538c

« Mon Dieu, exaucez ma prière ! »

 

Les femmes glorifient les hommes prêts à les défendre

Valorisés dans leur rôle, les hommes trouvent leur place en acceptant de mourir pour la mère patrie.

entrée Metz 1918

« Messines acclamant les soldats français faisant leur entrée dans la ville » (8 décembre 1918)

 

entrée Metz 1918

« Metz- Soldats français faisant leur entrée dans la ville escortés par de jeunes Lorraines » (19 novembre 1918)

 

 

artilleur couple armée 14 18 guerre

« Pour connaître le vrai bonheur, il faut aimer un artilleur »

 

Graine de poilus gosses héroïques

« Graine de poilus », « Le gosse héroïque »

 

 

gloire_aux_vainqueurs Alsace 14 -18

« Gloire aux vainqueurs »

 

 

escarmouche 14 18 guerre

« Escarmouche d’Amour, C’est charmant un beau militaire, Il est aimé et l’on en fait pas mystère »

 

 

Unis par la pensée 14 18

« Unis par la pensée »

Les femmes/enfants soutiennent les espérances de victoire des hommes à travers les difficultés

Les femmes font preuve de compassion pour le sacrifice du soldat. L’enfant du soldat s’identifie à son père. Tout est fait pour que l’homme souscrive à la guerre et soit soutenu moralement par sa famille. L’imaginaire des citoyennes restées à l’arrière est nourri de douces illusions romantiques. Le soldat lui, voit déjà le monde avec plus de circonspection. L’un de mes ancêtres rentrant de la guerre après des années d’épreuves, a été accueilli par l’un de ses fils habillé en soldat. Les femmes de la famille étaient persuadées qu’elles allaient lui faire plaisir. Pour toute gratitude, le petit s’est pris une grande bouffe dans la figure.

Dans la société républicaine de l’époque, de la conscription obligatoire, il fallait bourrer le crâne des citoyens pour qu’ils aillent se faire tuer au nom de convictions qui n’étaient pas les leurs. Il fallait jouer sur l’attachement qu’hommes et femmes avaient les uns pour les autres pour les faire tenir (2). Heureusement depuis, l’armée est redevenue professionnelle. Et si l’on peut regretter la disparition d’une institution qui homogénéisait la France, il ne faut pas se plaindre de voir des gouvernements ramenés à la réalité quand ils sont contrains de lever des fonds au milieu de crises dont ils sont à l’origine, tandis qu’auparavant ils pouvaient engager la vie de civils innocents.

l'ange tutélaire infirmière soutien guerre 14 18

« L’ange tutélaire/ L’espérance sera ton refuge »

 

 

Sous les plis du drapeau Alsace Lorraine guerre 14 18

« Désormais votre vie Alsace et Lorraine, Sous les plis du drapeau «  » et sereine »

 

 

oiseau de france espérance bonne soeur infirmière guerre 14 18

« Regarde c’est un oiseau de France, Il nous apporte à tous l’espérance »

 

 

Nos prières pour toi carte postale

« Mes prières pour toi »

 

 

Les orphelins bonne soeur

« Les Orphelins/ Si demain je viens à mourir, soeur, daignez les secourir »

 

 

poème de soldat carte postale guerre 14 18

« Lis le doux secret dont mon âme est fière, Je donnerai pour toi ma vie entière ! »

 

 

a louvrier de lavictoire L Sabattier

« A l’ouvrier de la victoire » (L Sabatier)

 

 

Absent aimé veillées guerre 14 18 correspondance

« En pensant à l’absent/ En relisant tes mots aimés, Moins longues paraissent les veillées »

 

 

tout voeu s'exprime en temps de guerre par un salut militaire

« Tout voeu s’exprime en temps de guerre par un salut militaire »

Les femmes/enfants  grimés en hommes pour soutenir les soldats

La soldatesse fait honte au guerrier, de bien des manières. Elle le culpabilise de ne pas avoir assez de courage. Elle reprend symboliquement une place virile inoccupée. Elle défend le fort et fait appel en lui à de grands sentiments aveugles. En somme, elle brise un tabou pour mieux exalter les hommes dans leur masculinité et les pousser au combat, mais parce que sous-entendu, ils sont jugés trop mous.

Il ne faut pas se réjouir de temps où des femmes participent à une telle mascarade, car ce sont des temps où les hommes sont démissionnaires, manipulés et où une société hyper-féminisée se croit tout permis.

cpa_jeanne_d_arc

« Pour toi qui délivra la France, Protège-nous de ton épée, Pour raffermir notre espérance, Au seuil de la grande épopée ! »

 

L’oeuvre de guerre, c’est faire l’effort de reprendre le travail traditionnellement accompli par les hommes. Pas certain que les femmes de l’époque y ait vu une quelconque libération…

Oeuvres de guerre, femme labourant un champ timbre guerre 14 18

« Oeuvres de guerre »

 

 

poulbot_francisque-plakat_les_gosses_dans_les_ruines guerre 14 18

« Théâtre des arts/ Les gosses dans les ruines »

 

 

serrez vos rangs 1913 livre propagande

« Serrez vos rangs » (Aristide Bruant 1913)

 

 

femme en guerrière 14 18

« France, la liberté ou la mort » (traduit en Anglais)

 

 

tambour musique 14 18

« Journées de Saine et Marne de 1917 »

Les femmes personnifient la nation

bonnet frigien France 14 18

alliance france russie 14 18

« A l’horizon paraît déjà l’aube de la victoire » (alliance France-Russie)

 

 

cpa_14_18_perso6

« Je défends mon drapeau et ma chère patrie; Et toi, noble femme qui me sauvas la vie. »

 

 

Alsacienne drapeau français

« Enfin sont revenus les beaux jours d’espérance, Mort au sombre kaiser et gloire à notre France »

 

 

Lorraine drapeau français

« Teuton qui croyait n’avoir qu’à la prendre, Tu vois que la France a su se défendre »

 

 

l'alsacienne drapeau français

« L’Alsace au drapeau « Cher drapeau, sois béni, car avec confiance, Nous attendions par toi notre délivrance »

 

 

France Alsace guerre 1914 1918 embrassades

propa_allaince_sacree_reduit

« L’alliance sacrée pour le droit »

 

 

propa_alsace_et_france_reduit

« Alsace, la France veut ta délivrance »

 

 

russe france 1915

« La Sainte Alliance » (France Russie 14/15)

 

 

frontière guerre alsace lorraine

« Chère soeur, nous voilà »

 

 

Les femmes personnifient des nations étrangères amies opposées à la brutalité de l’homme

Neutralité du luxembourg guerre 14 18

Sur la neutralité du Luxembourg

 

 

femme battue guerre 14 18

« La peur des coups : ‘Comprenez bien, c’est vous que j’aime mais il y a des moments où je préférerais vous mécontenter plutôt que lui, parce qu’en galant homme, vous me bouderiez seulement, tandis que cette brute là me casserait la figure.' »

 

 

la grande famille angleterre usa france

« La grande famille »

 

 

Allemagne étrangle France

« il n’y a pas plus aveugle que celui qui ne veut pas voir »

Les femmes personnifient la nation en danger aussi à l’étranger

Joan_of_Arc_WWI_lithograph2 1918

Jeanne d’Arc sauva la France : « Femmes d’Amérique sauvez votre pays en achetant des timbres d’épargne émis par le département du trésor américain »

 

 

be patriotic 1918

la brute allemande this mad brute

« Détruisez la bête folle Enrôlez vous dans l’armée américaine »

 

 

marseilles emprunt femme

En occitan : « 5ème emprunt national Banque locale et régionale de Marseille. (traduction approximative) « Soutenez la victoire en nous apportant () argent à l’emprunt de la PAS ! » »

Les femmes/enfants plébiscitent les hommes jusque dans la mort

En Islam, la récompense du croyant, ce sont les vierges parait-il. Ces idées traversent aussi notre civilisation. La femme sert de récompense au défunt, elle honore le mort, et fortifie les vivants. Les hommes peuvent aller mourir en martyre en leur nom, sûrs que leur sacrifice restera dans les mémoires et que leur tombe sera fleurie (ça, c’était avant).

1924 momument au morts de perpignan

Monument aux morts de Perpignan

 

 

cpa_14_18_perso5

« Repose-toi héros, brave et vaillant soldat, Ton rêve est accompli après ce dur combat »

 

 

cpa_14_18_perso7

« Gloire aux nobles dévouements »

 

 

cpa_nous_entrerons_dans_la_carriere

« Nous entrerons dans la carrière, Quand nos aînés n’y seront plus »

 

 

cpa_un_soldat_n_a_pas_peur

« Aspire vite et fort, un soldat n’a pas peur ! , Cela va te donner de l’énergie au coeur ! ».

 

Derniere vision George scott

WH42566c

« Au seuil de la cathédrale, Pour la patrie »

Le passif accumulé par les femmes est lourd, celui des hommes l’est encore plus

Notre nation vivait déjà à crédit sur l’idée de progrès et d’amour. Le progrès devait nous libérer par une victoire rapide. En fait, la boucherie n’a presque plus eu de limites. Quant à l’amour qui liait hommes et femmes de cette époque, il a été perverti par des manipulations politiques rendues nécessaires par les circonstances idéologiques. Le réveil n’en a été que plus brutal. Quand les hommes sont revenus de la guerre, après 4 ans, ils n’ont plus souscrit au mensonge. Cette blessure s’est inscrite en leur coeur et nous a été transmise jusqu’à aujourd’hui. Elle a miné les rapports hommes-femmes, miné le contrat social, miné notre Eglise, nos idéaux, nos institutions, permis à une autre médiocratie de se développer.

Manipulés à mourir inutilement, les hommes n’ont pas résisté au désir de se laisser-aller. Quant aux femmes, elles ont comblé un vide que les hommes n’avaient plus la force d’occuper. L’Eglise, elle, s’est résignée à un pacifisme béat.

Je voudrais bien que l’idée de nation et d’Eglise reviennent dans notre pays. Seulement comment faire quand le mensonge est partout ? Les Français se souviennent que ces institutions ont été perverties. Ils en gardent un ressenti profond. La faiblesse des hommes n’est pas plus une solution que leur illégitimité. Nous ne comblerons pas nos lâchetés intellectuelles et morales passées par encore plus de médiocrité. Et les progressistes maçons inconscients d’hier qui ont permis la catastrophe ne sont pas plus dignes de confiance que les progressistes d’aujourd’hui qui vivent vierges de toute culpabilité. Ce sont les mêmes. Leurs idées continuent à miner notre France, la pousse à la féminisation, tout comme elles l’ont poussée à une guerre injuste et mal menée, ces deux mouvements s’alimentant l’un l’autre. Depuis bien plus de 200 ans en France, le mensonge et l’erreur sont progressistes en France. Ce n’est pas un hasard. Aucun pays ne se construit sur du sable.

La propagande de guerre se poursuit

La propagande de guerre n’est pas terminée. Elle se poursuit de manière différente. Avant nous étions poussés à la guerre par amour des femmes. Et les femmes poussées à admirer les hommes prêts à se sacrifier pour elles. Aujourd’hui, les progressistes de type féministe nous culpabilisent pour continuer à nous diriger. L’histoire est passée au crible des études de genre, qui tentent de montrer la guerre du point de vue féminin seul, comme si hommes et femmes n’étaient pas liés dans l’horreur, et comme si nombre d’hommes ne répondaient pas d’abord à l’appel des femmes (1). Non seulement, nous aurions payé un prix énorme pour presque rien, mais en plus, ce serait les femmes qui auraient réellement souffert.


Refaire l’histoire

552388-finnele4Ainsi, nombre d’articles paraissent, du plus innocent « Anne Teuf : «Mon blog raconte en BD la vie de ma grand-mère pendant la guerre de 14-18» », au plus engagé « J’ai Testé les femmes en 14-18…les oubliées de l’effort de guerre ! », en passant par des articles plus généraux « Ces femmes qui ont pris les armes en temps de guerre », ou carrément des fictions mettant en scène nos fantasmes contemporains « BD : La guerre de 14-18 sous un angle différent… Mauvais genre ? »;

exposition 14 18 sud oues 06 03 14En cette première année du centenaire de la grande guerre, nombre d’expositions ou d’émissions sur le sujet ont porté sur les femmes sous prétexte qu’on parlerait toujours assez des hommes. Sauf que le vrai travail, celui de la responsabilité réelle des hommes et des femmes de ce pays n’a pas été fait. Non pas un travail de pleurniche mais de remise en cause de nos croyances passées. Personne ne veut creuser car elles ressemblent beaucoup trop à nos croyances actuelles et que nous ne voulons pas nous remettre en question. Les initiatives féministes présentes nous permettent de perdurer dans l’erreur. Elle ont été relayées à tous les niveaux, aussi bien par les journaux provinciaux que par France Culture qui a consacré une semaine complète autour du 11 novembre 2014 sur le sujet (« Les femmes et la grande guerre », novembre 2014). L’homme semble absent de cette première année de commémoration. A l’inverse que de femmes victimes, émancipées, et d’hommes féminisés.Affiche-femmes-debout0

L’histoire des hommes

Nous ne nous sortons pas de l’illégitimité des hommes à cause de femmes qui occupent toute la place, hier comme aujourd’hui. Pourtant ces hommes auraient bien eu des opinions à formuler, eux qui ont été enfermés dans leur rôle de chevaliers servants, dont une patrie incompétente a versé le sang à flots, patrie qui a favorisé l’immigration pour les remplacer.  Ces hommes pourraient être reconnus, célébrés, et compris dans leur scepticisme. Notre société a besoin de leur expérience, et non de l’utopie progressiste de toujours qui nous précipite dans des conflits sans fin, directs ou indirects. Le féminisme est une guerre larvée qui nourrit l’institution de moins en moins au service des femmes, et de plus en plus au service d’elle-même, temps de crise oblige. Ce progressisme est à l’origine des mouvements de crise réguliers qui reviennent dans notre société et nous plongent dans l’horreur (aveuglement féminisé de 14-18, pacifisme de 39-45, dégénérescence actuelle). En France nous ne vivons pas la fin de l’histoire, mais son refus. 

 

1 « Le donneur d’ordre femme », Aimeles du 03/11/2015.

2 « L’amour entre hommes et femmes durant la guerre de 14-18 » Aimeles du 11/11/2014.

Laisser un commentaire

Premier commentaire ou VPN ? Le commentaire sera mis en attente de validation

-

Votre sexe SVP :

-

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.