Accueil » C'était mieux avant » Tatouages, prénoms bizarres et jeans : le retour du tribalisme
Antiféminisme Aimeles

Tatouages, prénoms bizarres et jeans : le retour du tribalisme

Publié le 25 avril 2018 par Léonidas Durandal à 11 h 46 min

Vos corps ne vous appartiennent plus, ou de moins en moins. Ils appartiennent à vos mères desquelles vous aurez de plus en plus de mal à vous détacher. Du coup, pour vous rassurer, il vous faudra tout un tas de signes sur la peau, qui vous protégeront de « l’extérieur », qui vous sécuriseront. Ils vous permettront, le croyez-vous, de vous construire une identité, en fait une identité que vous cherchez.

Malgré toutes les rationalisations que se donnent ses adeptes, tel pourrait être le résumé je crois, de la pratique du tatouage dans notre monde actuel. Dans les tribus traditionnelles polynésiennes, le tatouage marquait le lien avec les ancêtres. Lui-aussi avait pour but de rassurer les individus mais aussi de les fondre dans une communauté hiérarchisée. Cette dernière fonction est moins évidente dans notre société. Les tatoués semblent se reconnaître entre eux et devoir former culture mais à l’exact opposé des tribus maoris, ils sont d’abord issus de la plèbe. Le tatouage marque donc l’appartenance à un groupe certes, mais à un groupe social de blancs pauvres et peu cultivé, en souffrance.

Entre eux, j’imagine que les tatoués se jaugent et se différencient à l’aune des symboles qu’ils se choisissent, des phrases dont ils se marquent la peau et désormais des empreintes sonores qu’ils y laissent :

 

 

Cependant, de l’extérieur, cette apparente profusion de sens laisse une étrange apparence d’uniformité : même classe sociale, ils semblent tous se fondre dans des repères psychologiques identiques, culte du corps, superstition, rapport à la mère fort, violence à fleur de peau. Dans notre monde féminisé, le nombre de ces profils est en pleine expansion. Le tatouage tend donc à se voir et à s’afficher comme d’une normalité.

Anges de la téléréalité saison 5

Il n’y a qu’à jeter un œil sur les émissions de téléréalité pour voir combien les candidats y sont de plus en plus tatoués, de plus en plus cultureux. Ils font écho à ces actrices de porno qui elles-aussi paraissent de plus en plus tatouées et pour qui le sexe est une manière de retrouver une maîtrise dans leurs relations (probablement suite à des abus).

Aujourd’hui, il est assez facile de repérer une fille instable à ce qu’elle se désigne elle-même, par des tatouages, vous signifiant ainsi qu’elle est mal dans sa peau, qu’elle a eu une enfance difficile, et que si sur le plan sexuel vous pourriez faire des bonds avec elle, ce sera plus difficile en matière sentimentale.

Open cuisses

Des enfants maltraités, des personnes abîmées, des abus, il y en a toujours eu. Ces personnes sont mes semblables. Ce mode d’expression pose un vrai problème à partir du moment où il enferme un individu dans son cri. Or cette manière démonstrative de s’affirmer qui se vit personnellement comme une libération signale au reste du monde un élément pris dans ses propres chaînes, incapable de supporter les règles sociales à cause d’affects débordants. Ce faisant, ce marquage « au fer rouge » freine les possibilités de rédemption mais aussi de mixité sociale.

“famille” Yakuza

Tatoué, vous appartenez à la tribu des instables, vous vous identifiez à la tribu des instables, vous ne sortez pas de la tribu des instables. Tribu des instables qui a aussi tendance à être pauvre. Le marginal se revendique alors comme marginal et fier de l’être, par le tatouage, comme l’illustrent à l’extrême les mafias de Yakuzas. Et s’il veut pas porter ce regard négatif sur lui, la société va avoir tendance à le juger comme tel.

Voilà un des jolis résultats de l’idéologie marxisante bourgeoise. En assimilant culture d’élite à culture bourgeoise, elle a poussé les pauvres à refaire culture seuls, à ne plus appartenir au reste de la société en brisant l’unité des aspirations, et à saboter les fragiles mécanismes d’ascenseur social qui avaient été bâtis à force de bon sens. Aujourd’hui, le bourgeois se repaît de la sous-culture du pauvre qui agit en lui de manière ambivalente, sous forme de répulsion attirance. Le bourgeois déteste le rap, il est fasciné par le rap. Pourquoi pense-t-il, les pauvres n’auraient pas le droit de se tatouer ? Mais quand il voit une personne tatouée, il sait très “>

Lire la suite

26 Commentaires

  1. Ping de Léonidas Durandal:

    "En Haute-Garonne, une forêt funéraire écologique" Le Monde du 01/11/2019.

    Une forêt de cendres et de cercueils. Très ragoûtant. Le plus inquiétant ici, c'est l'effacement de la sépulture, un retour en arrière de quelques dizaines de milliers d'années. 

  2. Ping de Léonidas Durandal:

    "Angelina Jolie : "À la fin de mon couple avec Brad, je ne me reconnaissais pas"" Figaro madame du 03/10/2019.

    C'est surtout Brad Pit qui était méconnaissable, physiquement. 

    D'ailleurs en parlant de matriarcat sauvage : "Ma vie entière et mes choix conditionnent la vie de mes enfants.", Le journaliste : "tout le monde s’est levé et vous a encerclée gentiment, dans un silence total, juste pour vous approcher. Vous aviez l’air d’une sainte…"

    Et le pompon pour la fin, un massacre en bon et due forme :

  3. Ping de Léonidas Durandal:

    "Au Canada, un rapport alerte sur le « génocide » des femmes autochtones" Le Monde du 04/06/2019.

    Donc, désormais l'inadaptation des chasseurs cueilleurs dans une société de l'informatique, serait dû aux hommes évolués….

  4. Ping de Léonidas Durandal:

    “VIDÉO – Polémique sur le prénom d’Hapsatou Sy : Eric Zemmour se défend sur LCI”, LCI du 17/09/2018.

    Je ne sais pas pourquoi j’avais oublié de noter cette polémique dans les archives de mon article.

  5. Ping de Léonidas Durandal:

    (Vidéo) “DANS LA PEAU D’UN CHARGÉ ! J’AVOUE TOUT ! Spécial 70k”, Marvel Fitness chanel du 12/08/2018.

    Laisser un commentaire

    Premier commentaire ou VPN ? Le commentaire sera mis en attente de validation

    -

    Votre sexe SVP :

    -

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.