Accueil » Questions idéologiques » Abattre le (dé)constructivisme ; aux origines de la théorie du genre.
AIMELES Antiféminisme

Abattre le (dé)constructivisme ; aux origines de la théorie du genre.

Publié le 13 février 2014 par Léonidas Durandal à 13 h 54 min

vraiment riche. Et les tyrans au pouvoir n’en sont pas devenus moins amoraux : « Des pauvres vous en aurez toujours avec vous » (Jean 8 12). Une religion ne peut se résumer à nier la création, ni la révélation.  L’égalité, si elle n’est pas religieuse, relève automatiquement du mal et celui qui veut s’inspirer du Christianisme en évacuant l’image de Jésus, en arrive automatiquement à favoriser le mal. Jésus ne peut être repris dans des concepts désincarnés de Sa personne ou du coeur de l’homme à l’intérieur duquel Il agit.  Après 70 années de communisme, les Russes l’ont bien compris et se méfient aujourd’hui de tous ces concepts que l’Occident désirerait bien lui imposer par un retour et un détour théorique surprenant.

 

 

Le retour de la plaie communiste par la France : un travail de mémoire qui n’a pas été mené à son terme. 

 

Les universitaires français n’ont jamais accepté l’erreur intrinsèque communiste. Ils ont toujours voulu croire que les circonstances seules avaient présidé à l’ échec de cette idée, malgré les millions de morts et la multiplicité des pays qui avaient tenté de la mettre en oeuvre . Ils ont poursuivi dans leur déni objectif de la réalité, mais pouvait-il en être autrement puisqu’il s’agissait chez eux non de science pure mais de religion scientiste, et qu’ils n’avaient jamais dû en subir les affres jusqu’au bout. A leur décharge, des générations d’élèves passés par l’école et l’université communistes françaises ne pouvaient que reproduire ce qu’on leur avait appris. Cette idée de reproduction sociale uniformisatrice n’est donc pas morte avec le communisme étatique, elle revient aujourd’hui dans les bagages des études de genre. Ici, la réduction des différences sexuelles à des choix, devient l’impossibilité significative de donner du sens à un corps qui limite l’esprit. Or naître femme ou homme, n’est pas de l’ordre du choix. Cela nous est donné comme contrainte. Et cette différence des sexes produit de l’inégalité. Pour obtenir de l’égalité, les théoriciens du genre doivent nécessairement s’attaquer à cette différence de manière plus ou moins directe. Tout d’abord, ils désirent indifférencier les rôles entre hommes et femmes, en soutenant que cette indifférenciation n’aura aucune incidence dans les rapports humains entre sexes, suggérant ainsi que nous ne sommes pas ce que nous faisons, idée étrange en vérité. Or logiquement, si hommes et femmes accèdent de manière indifférenciés à des emplois, soit ils sont identiques, soit leurs qualités naturelles ont été discriminées. On voit bien ici que la théorie du genre aboutit donc soit à une oppression sociale, soit effectivement à une indifférenciation sexuelle.

 

 

 Déni des constats empiriques.

 

La nature et la culture ne peuvent être déconstruites chez une personne, et la multiplicité des modes de vie culturels entre hommes et femmes, ne peut servir de justification à une déconnexion complète de ces concepts entre eux.  Chez les théoriciens du genre, l’humanité peut être conduite par l’idée d’égalité, une égalité culturelle qui serait hermétique aux différences sexuelles. Le mode de vie des humains ne serait pas une construction autour d’un état de nature, mais pourrait se résumer à une pure élaboration intellectuelle autour de « l’égalité ».  Or toutes nos expériences de vie, toute l’expérience humaine prouve l’inverse. Il faut une bien grande distance avec son corps et l’histoire de tous les peuples de la terre pour ne pas avoir senti l’universelle complémentarité (Judith Butler a des pulsions homosexuelles) et pire, ne pas avoir senti les convergences culturelles très fortes et très nombreuses entre peuples éloignés  concernant les hommes et les femmes. Les quelques différences trouvées de ci de là, ne peuvent absolument pas compenser toutes les concordances extraordinaires (hommes à l’extérieur, femme sur la propriété, rôle maternant des femmes, rôle culturel des hommes, sociétés complémentaires civilisatrices, sociétés féminisées violentes et sacrificielles, homme qui créent, femmes qui reproduisent). Certes, dans l’absolu, tout est possible. Mais se défier à se point de l’expérience humaine, se détacher à ce point de sa propre culture, et croire trouver ainsi une nouvelle vérité, semble plus proche d’une hystérie intellectuelle que d’un raisonnement véridique.

Féminisation et égalité dévoyée.

Dans le concept religieux, de l’égalité naissent les différences. Dans une religion du laïque, les différences et la liberté devraient nécessairement aboutir à l’égalité. Or sous peine d’asservir les êtres, l’égalité ne peut être une fin, elle ne peut être qu’un état comme « >

Lire la suite

34 Commentaires

  1. Ping de Léonidas Durandal:

    "Esther Perel : "L’homme vit sous le règne de son pénis"" Figaro du 19/09/2019.

    Enième grande prêtresse de nos démocraties qui va vers nulle part. 

  2. Ping de Léonidas Durandal:

    "Ivan Jablonka : "Le modèle du «vrai mec» est une prison pour les hommes"" Figaro du 18/09/2019.

    C'est bien connu, les communistes ont libéré tellement de gens dans l'histoire humaine. 

  3. Ping de Léonidas Durandal:

    « Congé parental : les syndicats en appellent à Macron, qui bloque une directive européenne », L’Obs du 03/05/2018.

    Forcer les hommes à se comporter en femmes, forcer les entreprises à perdre en rentabilité pour assurer une mainmise grandissante des femmes sur le marché du travail, il fallait y penser.

  4. Ping de Léonidas Durandal:

    «  »Moisi de stéréotypes », « message aberrant »: le livre « On a chopé la puberté » scandalise », L’Express du 02/03/2018.

    Chassez le naturel… Les filles selon nos assassins marxistes n’ont plus le droit d’être des filles.

  5. Ping de Léonidas Durandal:

    « Le CSA dénonce les stéréotypes sexistes dans la publicité à la télévision », L’Obs du 31/10/2017.

     » les annonceurs montrent « des hommes pour parler d’automobile et des femmes pour parler ‘soin du corps' », résume amèrement le CSA »

    Mon Dieu quelle horreur !

  6. Ping de Léonidas Durandal:

    «  »Division du travail affectif » : en amour aussi, hommes et femmes sont inégaux », Rue89 du 28/05/2017.

    Là où on voit que les constructivistes qui ont la prétention d’étudier des phénomènes dits scientifiques, de manière particulière, sont complètement à côté de la plaque. Dans cette image fanatasmatique des hommes et des femmes, la domination des femmes en matière amoureuse n’apparaît même pas, tout cela par idéologie, tout cela parce que celui qui a la prétention de déconstruire, n’est même pas capable d’observer la réalité telle quel, et cherche surtout à la faire correspondre à ses propres fantasmes personnels.

    Laisser un commentaire

    Premier commentaire ou VPN ? Le commentaire sera mis en attente de validation

    -

    Votre sexe SVP :

    -

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.