Accueil » Homme en lutte » Alerte enlèvement : soutenir ce père en fuite (et les autres)
Antiféminisme Aimeles

Alerte enlèvement : soutenir ce père en fuite (et les autres)

Publié le 19 octobre 2016 par Léonidas Durandal à 17 h 53 min

Il y a 9 jours, un père divorcé se faisait enlever son fils en pleine rue par des sbires de la mère venus le chercher en voiture. A l’occasion, point de photos de la mère ni de l’enfant dans nos journaux, point d’alerte enlèvement. alerteMais aujourd’hui, c’est un homme qui a voulu reprendre son enfant, et là, c’est une toute autre histoire. Non seulement des photos ont été largement publiées dans la presse, mais l’alerte enlèvement a été déclenchée.

Ce système qui permet de retrouver trace d’enfants kidnappés est aussi un formidable outil de stigmatisation des pères. Car il ignore volontairement, que dans la majorité des cas, l’enlèvement d’enfants est le fait d’une mère qui a déjà la résidence principale de ses enfants. En termes juridiques, cela s’appelle une non représentation d’enfants. Or là, foin d’alerte enlèvement. Ces infractions ne sont pas dénoncées, et n’ont été que récemment sanctionnées quand il s’agissait de femmes, sporadiquement. L’impunité est de mise. Par contre, si un homme ne remet pas ses enfants, il est immédiatement poursuivi, traqué, et arrêté comme l’a été Serge Charnay au vu et au su de tous. Même sans dispositif « alerte enlèvement », il est alors privé de ses enfants pour plusieurs années. Sans parler de ces procédures qui lessivent n’importe quel père normalement constitué et le discriminent, s’il a l’audace de vouloir s’opposer à une femme. Ceux-là se feront étouffer dans le silence le plus complet. Seule surnagera l’image de ces pères désespérés dans nos journaux télévisés qui seront présentés comme des ogres pour leurs enfants, tandis qu’ils auront seulement été trop lucides sur la machine de contrôle à leur égard.

Certes les alertes enlèvement concernent aussi des femmes, mais elles sont surtout l’arbre du sensationnalisme qui cache la forêt de la stigmatisation des hommes. Elles sont déclenchées quand paraît-il l’intégrité physique de l’enfant serait en danger. Soyons clairs, je ne sais pas pour les femmes, mais les pères qui voudraient tuer leurs enfants, ne prendront pas la peine de les enlever. Et s’ils l’ont jamais fait, c’est justement poussés à bout par des autorités féroces à leur égard. La soi-disant solution de l’alerte enlèvement alimente le trouble et plus généralement légitime la violence à l’encontre des hommes. Car quand il est de notoriété publique que la loi est largement bafouée par des femmes, si elle ne leur convient pas, ce dispositif apparaît pour ce qu’il est : d’un côté comme un système de mise à l’index des hommes et à l’inverse comme une autre de ces usines à bonne conscience en association à un système qui laisse faire le plus fort, ici les femmes.

Les zones de non droit ne concernent pas uniquement les banlieues pleines de filles-mères dépassées, ou notre école maternisée, mais aussi tout un pan de la justice familiale qui ne veut pas donner aux hommes une once de pouvoir pouvant être assimilée à une quelconque forme de « domination patriarcale ». En ce sens, ce terme sert maintenant à définir la moindre prérogative octroyée à un homme, qui ne doit plus en avoir, dans la famille, et de plus en plus dans les institutions publiques. Le concept de « domination patriarcale » permet surtout de contrôler les hommes, par les relais idéologiques des violences conjugales, harcèlements ou autres agressions sexuelles, par exemple. En général, ces « violences » ne sont sanctionnées que dans un sens. Grâce à elles, les hystériques, les allumeuses et les frustrées se payent de leur maladie sur le dos d’hommes dépassés tout en commettant leurs crimes avec la conscience vierge de toute culpabilité. Les chevaliers maman sont là pour veiller au grain et vérifier que les hommes conscients seront toujours mis en minorité face à un groupe de féministes plus soudées, et surtout détentrices de tous les leviers institutionnels et médiatiques. D’ailleurs pour cette alerte enlèvement, la polémique hypocrite sur la négritude de l’inculpé a pu cacher le sort qui était fait aux hommes en général, pour se déplacer sur la défense des minorités. Diviser pour mieux régner. En effet, personne ne s’est interrogé sur ce papa attentionné selon la photo même fournie par les autorités et qui a emmené un enfant de 4 mois seulement. Agit-on ainsi sans raisons ? Je ne le crois pas.

alerte-enlevement

Soutenir les hommes en fuite, dont personne ne sait quel crime ils ont commis au moment de l’alerte enlèvement est donc un devoir. Comme dit notre “>

Lire la suite

18 Commentaires

  1. Ping de Léonidas Durandal:

    “Enlèvement du petit Tizio : son père parle d’un “pur geste d’amour””, L’Obs du 17/01/2018.

    Et voilà l’affreux monstre enleveur d’enfant qui s’exprime. Il ose dire qu’il aimait son enfant ! Un père qui aime son enfant ahahahah !

  2. Ping de Léonidas Durandal:

    “Enlèvement du petit Tizio: les gardes à vue du père et de l’oncle prolongées”, L’AFP du 07/01/2018.

     “Les gendarmes vont chercher à comprendre les intentions du papa.”

    Babtou étrange ne sait plus ce que c’est que d’avoir des enfants.

  3. Ping de Léonidas Durandal:

    “#ALERTE ENLÈVEMENT Fin de l’Alerte Enlèvement, le bébé retrouvé sain et sauf”, L’Obs du 06/01/2017.

    Soit disant, l’enfant était en danger de mort. Bien entendu, il a été retrouvé en parfaite santé.

    La fausse information a eu deux objectifs : renforcer la traque. Et permettre de la couvrir légalement. Je m’explique. En théorie, hommes et femmes bénéficient d’une égalité parentale. Le père avait le droit de prendre l’enfant, autant que la mère. Mais le système est parfaitement inique envers les hommes, et il a trouvé le moyen de récupérer l’enfant en dehors de tout cadre légal. Il y a réussi dans l’indifférence générale, sauf celle du père qui a eu une réaction admirable à cette occasion. Malheureusement avec cette bande de salopards, il ne pouvait qu’échouer.

  4. Ping de gastirad39:

    Encore un enlèvement qui n’en est pas un. Sur les 21 depuis 2006, on aimerait savoir combien ont été commis par des femmes, combien étaient de simples retards, combien se sont terminés tragiquement et pourquoi …

    Cet article est une pure propagande destiné à diaboliser les pères. Aucune enquête approfondie sur les causes (80% des droits de garde aux mères) et les conséquences de l’inégalité flagrante des droits familiaux entre les 2 sexes.

    Dormez braves gens, le Meilleur des Mondes est En Marche !

    Laisser un commentaire

    Premier commentaire ou VPN ? Le commentaire sera mis en attente de validation

    -

    Votre sexe SVP :

    -

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.