Accueil » Homme féministe » Comprendre l’homme féministe grâce à la thèse du professeur Jacquemart EHESS
Antiféminisme Aimeles

Comprendre l’homme féministe grâce à la thèse du professeur Jacquemart EHESS

Publié le 30 novembre 2013 par Léonidas Durandal à 15 h 22 min

tardera toujours à venir, quand l’enfer de leur société s’imposera progressivement, lui. Chez ce type de personnes, tout est question de libération, d’idéal, d’utopie, de romantisme, d’adolescence, de pulsionnel, jusqu’au jour où l’individu se retrouve plus enfermé que jamais, seul face à des entités qui le dépassent d’autant plus qu’il a été coupé de toute éducation structurante. Les gens de bien ne devraient pas attendre que leur société s’effondre, en croyant naïvement que ceux là s’arrêteront devant le constat de leur échec. Chez les fous, chez les malades, chez ceux qui font le mal, peu importe comment on les nomme, le désastre justifie d’autres désastres, encore plus grands, jusqu’à l’anéantissement total. Il faut être sain pour revenir sur ses erreurs. Par définition, les malades ne le sont pas.

 

 

 

MASOCHISME SOCIAL DES HOMMES FEMINISTES.

 

 

1 Négation de leur situation sociale objective.

 

 

Ils se disent dominants et sont pourtant assujettis au discours féministe.

 

 

Intellectuellement incapables d’autonomie, ils masquent leur servage en domination. Cette auto-flagellation doit certainement leur permettre d’accepter leur culpabilité d’être des hommes tout en confortant une position qu’ils s’imaginent préférable :

 

« Notre problème c’est qu’on est des mecs. On est superbes, on est fantastiques, puissants et tout…On domine quoi ! »plus loin, ces mêmes hommes féministes dénoncent la « virilité obligatoire » (5)

 

 

Contradictions entre ce qu’ils vivent, ce qu’ils voudraient être, ce qu’ils s’imaginent d’eux, ils ne peuvent se concevoir comme dominés par des femmes dont ils sont les jouets depuis leur plus tendre enfance.

 

 

Ils se disent non soumis au système de domination patriarcale, mais ils font partie de la bourgeoisie.

 

 

Militants féministes de la deuxième vague

 

Agriculteurs 0
Artisans, commerçants et chefs d’entreprise 1
Cadres et professions intellectuelles supérieures 22
Professions intermédiaires 6
Employés 1
Ouvriers 1
Inactifs 5
Dont Étudiants 3
RMI 2
Total 36

 

 

Si le concept de domination patriarcale recouvrait celui de domination des puissances d’argent comment se fait-il qu’il y ait si peu d’ouvriers et d’agriculteurs dans la lutte féministe tandis qu’il n’y aurait tant bourgeois pour la défendre ?

En fait, le combat féministe peut se surajouter au combat d’une caste dominante qui essaie d’imposer au monde sa domination grâce à l’idéologie individualiste. Le combat féministe n’est pas un combat qui s’oppose à une forme de domination. Il est la domination. Celle d’une caste dégénérée qui tente de généraliser ses vices à toutes les autres, et qui a les moyens de sa domination, moyens monétaires et intellectuels.

 

Mal éduqués, abandonnés par leurs parents, les féministes bourgeois sont persuadés que leur situation est normale. Ils appellent domination patriarcale, la domination objective des femmes dans leur milieu, domination qui a abouti au travail de leurs mères quand elles sont devenues assez folles pour cela, à l’abandon des enfants au sein des foyers, et à une soumission totale de “>

Lire la suite

35 Commentaires

  1. Ping de Léonidas Durandal:

    “”Gisèle et Béatrice”, la BD érotique “féministe” qui charrie les pires clichés sexistes”, L’Obs du 05/06/2018.

    Il y a longtemps que je ne m’étais pas autant marré.

    Un mec met tous ses fantasmes en BD. Du coup, pas d’hommes, ou tous débiles. A l’inverse, deux lesbos dont l’une viole l’autre qui finit par y prendre du plaisir.

    En fait, le type voulait produire un truc féministe. Mais il a confondu ses pulsions sexuelles et son idéologie. Ou bien, il s’est sacrément bien fichu de la gueule de son éditeur. Résultat : un bon scénario de porno soft bien antiféministe (dommage que ce soit par défaut).

  2. Ping de Léonidas Durandal:

    “Raphaël Liogier, mâle bêta : “Tant d’hommes sont sexistes sans même s’en rendre compte””, ER du 05/05/2018.

    L’une des très nombreuses contradictions de Raphaël Logier à la fin de cet article dans la dernière vidéo :

    Il défend la libre expression du désir des femmes. En même temps, il demande une rééducation du désir des garçons dès la petite école. Les unes ont le droit de désirer. Les autres doivent être brimés dans leur désir. En fait, le type n’est pas indépendant psychiquement de sa mère. Il est toujours sous son influence symbolique, et il vient nous parler de domination masculine…

  3. Ping de Léonidas Durandal:

    “#MeToo, #BalanceTonPorc… Les hommes se cherchent encore” L’Obs du 10/02/2018.

    Les hommes féministes se cherchent encore et toujours, pas les hommes, ou en tout cas, pas dans cette direction pitoyable.

    “Réaliser qu’on est un privilégié”

    Esclavagistes.

    • Ping de SXA:

      C’est vrai qu’il l’est.
      Des fois, avec les psys, je me demande quand même si nous ne sommes pas tous fous, et si la normalité n’est pas l’exception. Par exemple dans cet article : l’homme hystérique trouve parfois une femme hystérique, et ils sont heureux. Mais que demander de plus ?
      Pour parler plus précisément, je ne crois pas que cette définition de l’homme hystérique recoupe celle de l’homme féministe. L’homme hystérique n’est pas vraiment convaincu de son féminisme. Tandis qu’à mon avis, beaucoup d’hommes féministes sont convaincus de l’être, et certains méritent même qu’on leur fasse crédit de leur croyance, sans pour autant les ranger dans la catégorie des malades psychiatriques. A l’identique, nous avons des femmes féministes réellement malades, et d’autres convaincues, quand bien même, le féminisme devrait être défini, à mon avis, comme une maladie sociale.

  4. Ping de Léonidas Durandal:

    “Au NON des femmes : la parole des femmes harcelées et agressées s’organise”, L’Obs du 30/10/2017.

    Le chevalier maman a encore frappé. Il a demandé à sa mère, à sa femme, à sa copine (sic) et il a pris la décision de sauver les femmes des affreux hommes qui ne lui ressemblent pas.

  5. Ping de Léonidas Durandal:

    “Cantat-Trintignant: “Au nom de Marie”, ELLE répond à l'”obscène” Une des Inrocks”, L’Express du 17/10/2017.

    Là où le progressisme coince. Cette idéologie a besoin des hommes qui ont du talent pour faire sa promotion, et puis dans la réalité, ces hommes ne sont que de fausses idoles. Du coup le féminisme doit manger les donneurs de leçons qui ont assuré sa promotion. Très amusant ce mouvement d’auto-cannibalisme.

    Laisser un commentaire

    Premier commentaire ou VPN ? Le commentaire sera mis en attente de validation

    -

    Votre sexe SVP :

    -

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.