Accueil » Erreur idéologique » (Découverte scientifique) L’amour passion, cette pulsion animale
Antiféminisme Aimeles

(Découverte scientifique) L’amour passion, cette pulsion animale

Publié le 4 avril 2017 par Léonidas Durandal à 16 h 17 min

La révolution sexuelle a entériné le règne de « l’amour ». Non pas celui de l’Église catholique qui consistait à aider son prochain, mais celui qui exigeait l’assouvissement des pulsions sexuelles. Pour le progressiste, le sexuel devait forcément entraîner l’amour. Le libre épanouissement des désirs individuels amèneraient l’avènement d’une société juste et bienheureuse. Il fallait partir de soi. Or tandis que dans les débuts, cette idéologie avait la prétention d’agir sur des bases scientifiques seules pour nous amener à la vérité, elle est devenue de plus en plus a-scientifique jusqu’à inventer une théorie comme celle du « genre » pour réussir à se perpétuer. Le « tout-scientifique » a eu pour corollaire la superstition, une de ces religions du mensonge.

Chaque jour, de nouvelles découvertes matérialistes nous montrent à quel point le matérialisme est inapte à guider notre monde. La dernière en date concerne la pulsion amoureuse que je qualifierai de « passionnelle », ce moment où nous allons être attiré très fortement et de manière assez irrationnelle vers une autre personne. Depuis que nous avons des outils pour ausculter l’intérieur du cerveau et plus généralement de nos corps, nous pouvons appréhender la vérité de la vie plus profondément. Ainsi, les progrès en matière d’imagerie médicale démontrent chaque jour combien le fœtus est un être vivant, idée seulement ressentie avant, tandis que les progressistes refusent encore d’accepter cette réalité scientifique, même pour mieux défendre leur idéologie. Leur attitude risque d’être identique pour cette nouvelle découverte due à l’IRM et qui contredit leurs théories les plus simiesques : la passion amoureuse serait un archaïsme des plus primitifs qui nous rapprocherait plus du singe que de l’être humain.

D’où vient le sentiment amour passion от Léonidas Durandal на Rutube.

Ainsi, le désir sexuel, ou l’amour tel que le définissent les progressistes, ne serait qu’une pulsion primitive. Voilà ce qui aurait guidé notre société depuis l’avènement féministe ! Dans ce cadre, il est facile d’expliquer la débâcle sociale actuelle en matière de mœurs. La liberté de suivre nos pulsions n’aurait été qu’un retour à la jungle, faisant de nous des êtres mués par le désir de suivre le premier partenaire présent qui nous offrirait notre dose d’hormones du bonheur (endorphines).

Le dealer féministe nous a vendu son paradis artificiel. Aujourd’hui nous nous réveillons plus dépendants que jamais. Vous remarquerez combien beaucoup de gens dans notre société ne peuvent vivre sans l’idée de cette réalisation sexuelle, combien ils en redemandent alors même qu’elle détruit leur vie, par les divorces, les aventures sans lendemain, la honte. Avec l’âge, le jouir devient pourtant de plus en plus pathétique. Car ce qui peut prêter à illusions avec des corps vigoureux, donne bien vite une image d’horreur absolue, quand par exemple une vieille cherche par tous les moyens à user de son vagin comme d’un phallus, pour « prendre son plaisir » ou quand un homme d’expérience se fait plumer par le moindre jupon passant à sa proximité.

 

Gérer cette pulsion

De nos jours, l’âge du mariage est reculé de plus en plus tard quand ce n’est pas l’âge du premier enfant. Les adolescents sont invités à patienter et à « gagner en expérience ». En attendant un hypothétique engagement qu’ils ont appris à abhorrer, ils sont autorisés à copuler ensemble sous le contrôle incestueux des parents.

Combien « d’adultes » préfèrent que leurs enfants couchent sous leur toit tout en leur fournissant des préservatifs, plutôt que de les voir risquer de vivre leur vie. Ils affirment « mes enfants ne sont pas prêts », reconnaissant ainsi qu’ils ont volontairement reporté leur éducation à plus tard. Ils jugent qu’ils apprendront bien tout seul, l’important étant de ne pas les voir risquer une maternité/paternité précoce avant leur émancipation matérielle, ce qui les obligerait à assumer financièrement l’échec total de l’éducation qu’ils leur ont donné.

Les petits sont alors entraînés dans des histoires sans lendemain qui les cassent affectivement. La sexualité libérée surajoute à la difficulté. Cependant le discours officiel qui leur est tenu est toujours le même qu’avant « Passe ton bac d’abord », les féministes ayant repris à leur compte cette morale ringarde de vieille chouette en la transformant en « La carrière avant la maternité » faisant côtoyer dangereusement l’âge du premier enfant avec celui de la stérilité.

Ce dogme permet d’augmenter la croissance économique grâce aux petites soldatesses du libéralisme, et encore, plutôt à la première génération. Par contre, du côté des familles, c’est net, l’implosion gagne. Loin d’être devenus expérimentés, beaucoup de jeunes sont plus immatures que jamais. Ils « >

Lire la suite

Pour recevoir l'infocourriel mensuel

Dernière étape : Cliquez sur le courrier qui va vous être envoyé pour valider votre inscription

11 Commentaires

  1. Commentaire de Léonidas Durandal:

    «  »Le secret des couples qui durent ? L’égoïsme partagé ! » », L’Obs du 02/03/2018.

    Pourquoi @Lou va réussir son couple (:))

  2. Commentaire de Léonidas Durandal:

    (Audio) « Les couilles sur la table : L’amour c’est pas pour les garçons »

    Conclusion : les femmes dominent le monde des sentiments, mais c’est à cause de la domination patriarcale. Pourquoi sont-ils si bêtes en faisant tant de constats plein d’intelligence ?

  3. Commentaire de Alexandre:

    Cette perdition, cette insatisaction est consubstancielle au capitalisme…

    J’ai 35 ans et n’ai aucun probleme pour trouver des femmes avec qui avoir des histoires. De ce que j’ai pu voir, autour de 30 ans, elles se sentent à peu près toutes trop jeunes pour avoir des enfants. Dans le même temps elles ne disent pas non pour avoir un chat ou un chien, comme des mamies précoces…

    Consommer, sortir, s’abrutir avec des loisirs vains et puis être vieille d’un coup. Le temps ne fait pas de cadeaux aux femmes.

  4. Commentaire de kasimar:

    « Il faut dire que notre chère idéologie féministe a poussé en ce sens, mettant les hommes entre le marteau de la déconsidération sociale, et l’enclume du juge aux affaires familiales. »
    Eh oui, n’oubliez pas les nombreux divorces ou les nombreux hommes soumis à leur compagne dans une société gynarchique, où tenir tête à sa femme vous reviendrait au mieux à recevoir des regards réprobateurs d’un environnement sevronné au féminisme depuis plusieurs décennies, au pire à finir en garde à vue. Sans parler de la majorité des femmes qui mentent sachant que les tribunaux seront toujours en leur faveur peu importe de quel côté serait située la culpabilité, encore pire si l’homme est réellement coupable. Mais je ne crois pas que l’homme puisse prendre le risque d’être coupable, je crois que la plupart du temps, face à une crise d’hystérie, une dévalorisation sociale, un monde où chaque être peut être un ennemi potentiel, où l’humain n’a jamais été aussi oppressé, l’homme finit par péter les plombs et commets un drame. Après peut-être certains hommes sont brutaux, c’est envisageable, mais si l’on se voile la face en considérant que la femme est une victime par définition et consentante, on ferme la porte à un éventuel consensus , et par conséquent à une volonté des hommes de se marier

    De notre côté, nous pourrions demander un contrat de mariage protecteur

    Ce sera la base de ma future union, si je trouve une personne adéquate, si Allah SWT Veut

  5. Commentaire de François ALLINE:

    Léonidas dit : « La sexualisation à outrance/la « libération » sexuelle ayant contribué à avancer l’âge de la puberté de plusieurs années (la pollution de l’environnement par les hormones n’y étant pas étrangère), l’âge de l’engagement ayant reculé, l’adolescence s’éternise contraignant des adultes formés à ne jamais vivre leur vie jusqu’à avoir la chance de remplir toutes les conditions que la société exige subrepticement d’eux »

    Certes, et il est intéressant de constater que l’âge des premiers rapports n’a pas baissé tant que ça en 1/2 siècle…. sauf pour les filles !

    http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2014/07/29/01016-20140729ARTFIG00102-dix-sept-ans-l-age-de-la-premiere-fois.php

     

    • Commentaire de Léonidas Durandal:

      Oui, c’est une des idées que je n’ai pas introduite mais qui me fait réfléchir depuis longtemps. En vérité, c’est très étrange.

      • Commentaire de L\'Abbé Tymon de Quimonte:

        Cher Durandal, cela ne vous parait étrange que parce que sur ce chapitre, celui de l’Éros, vous commettez une erreur de fond.  Vous décrivez comme libéralisation sexuelle ce qui ne fut que misère et répression sexuelle anti-masculine.
        En réalité, l’utopie de la libération sexuelle a été battue en brèche par le féminisme. La CIA et tous les secteurs décisionnels de l’impérialisme américain ont promu le féminisme pour contrer le désir de « révolution sexuelle ». Le féminisme a ouvert sur la pornographie qui est le plus complet avilissement des hommes, dans un renversement fondamental, les serial-loveuses comme type de prédateur libre, cependant qu\’il ne reste au jeune mâle que la domestication en cou-couple, ou la masturbation en regardant d\’autres mâles posséder leurs sœurs raciales.   

        La défense du rôle du Père, du Mariage, en tant que sacrement et en tant qu\’institution, est un chapitre très nécessaire, dans le grand livre de la lutte contre le féminisme. Mais dans le chapitre de l’Éros, de l’amour physique, le féminisme a fait perdre au mâle toutes ses places fortes, ce dernier a subi un incroyable recul de sa position, qui équivaut à une émasculation psychique.  Finalement le féminisme est l’histoire de la capitulation sexuelle des mâles blancs.
        C’est dans cette optique que j’ai commis L’Enfer de Don Juan, le dernier livre de Félix Niesche que je me permets de vous présenter.  Il a laissé la parole au plus grand maître ! Il pense et parle librement, aisément, sans entraves. Il ne porte pas le poids des chaînes féministes. 

        • Commentaire de Léonidas Durandal:

          Je me permets de corriger. La libération sexuelle a été encouragée par la CIA comme le montre cette interview de Gloria Steinem que j’ai traduite pour l’occasion, ou ces deux articles sur le Reader’s digest qui était infiltré par la CIA (Article 1 et article 2). Cela correspond aussi aux travaux de Marion Sigault sur Alfred Kinsey reprenant en cela le travail d’une Américaine qui avait déjà dénoncé la forfaiture.

          Mais revenons sur le fond. Je crois savoir ce qui vous dérange : le fait que l’Eros ait vécu ses meilleurs moments grâce à l’Eglise catholique. Comme pour le reste, supprimez l’Eglise, vous supprimez la transgression qui crée décuple le plaisir des libertins. Point de prudes, plus de chastes, et encore moins de vierges sans Eglise catholique. Dès lors, le vrai séducteur perd pieds. Il ne lui reste rien à conquérir, rien à déflorer, si ce n’est retrouver le chemin de son Eglise.

          Le féminisme a donc tué l’Eros masculin, nous sommes d’accord, mais de manière indirecte en tuant la morale chrétienne, et en sombrant dans l’hystérie qui comme chacun le sait n’est qu’une volonté non assumée d’être violemment baisée. Il n’y a pas de plus grand Eros que celui donné par notre Eglise, car rien n’a prise sur elle, surtout pas les corps qui s’avachissent tandis que la foi peut gagner en profondeur avec l’âge. Evidemment, la période grecque à laquelle vous faite référence à travers ce concept d’Eros, est remplie d’une nature épanouie. Mais l’Eglise catholique va plus loin. Elle nous offre des extases comme celles de Thérèse d’Avila, Elle nous offre des prostituées qui nettoient les pieds de Jésus avec leurs cheveux enduits de parfum, Elle nous offre et malheureusement je dois l’écrire, une forme de laxisme face à l’adultère, et beaucoup d’autres plaisirs plus chastes. L’Eglise est pour le gourmet. Quand elle règne, les libertins en mangent les miettes. Quand le féminisme gagne, le plaisir s’évanouit d’où un désappoint des libertins que je peux comprendre.

          • Commentaire de L\\\'Abbé Tymon de Quimonte:

            Merci de votre réponse.  Je me permets de corriger : le féminisme a été encouragé par la CIA, nullement la \ »libération sexuelle\ ». La CIA a castré le mouvement révolutionnaire. Gloria Steinam dénonçait la domination des \ »mâles Blancs\ », nullement du Capital ! Femme, lesbienne, d\’origine juive, elle se prévalait d\’une condition triplement opprimée.  A cette même époque Marion Sigaut entrait au Kibboutz.
            Si je souscris à votre apologie de la Vieille Eglise, il me semble qu\’avec Vatican II et la démocratie chrétienne, tout change.  Mon livre n\’est pas une apologie du libertinage, mais une critique du féminisme en dehors du moralisme.

          • Commentaire de Léonidas Durandal:

            Tout change avec les catholiques qui ne se battent pas pour leur Eglise et la fuient.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    Pour recevoir l'infocourriel mensuel

    Dernière étape : Cliquez sur le courrier qui va vous être envoyé pour valider votre inscription