Accueil » Domination féminine » Le handicap public des femmes
Antiféminisme Aimeles

Le handicap public des femmes

Publié le 15 mai 2014 par Léonidas Durandal à 14 h 27 min

L’incident qui vient d’arriver au FN sur la question de l’esclavage est parfaitement symptomatique de femmes qui ont une conception de la politique inférieure à celle des hommes. De surcroît, le degré d’excellence exigé en ce domaine ne leur laissera jamais aucune chance de s’épanouir pleinement dans leurs différences intrinsèques. Car au moment crucial d’agir pour le meilleur, elles auront souvent tendance à dévoyer le sens de la gouvernance en gérant les affaires publiques comme des rapports personnels. Si les Français de plus en plus féminisés, trouvent cela normal, la situation de la France n’est pas prête à s’améliorer. Cet état d’esprit inopérant ne peut présider de manière durable à nos destinées sans engendrer son lot de conséquences néfastes : suicides, dépressions, tribalisation.

Rappel des faits.

Franck Briffaut, maire FN nouvellement élu à la mairie de Villers-Cotterêts décide de ne pas participer à la commémoration de l’esclavage prévue le 10 mai 2014 sur sa commune et ceci afin de ne pas alimenter la sur-culpabilisation mémorielle actuelle du peuple français (1).
Tollé général dans l’opposition, et on le comprend. On ne peut attendre de la tendresse de ses ennemis politiques. BriffaultLà où le bât blesse c’est lorsque dans son propre camp, les femmes de son parti dénoncent la manière dont il a communiqué sur l’événement. Marion Maréchal-Le Pen s’exprime ainsi le 12 mai sur I-télé : « Personnellement, je vous le dis, je trouve que ce qu’il a fait est stupide. À la limite, c’est plus intelligent de faire un discours politique intelligent lors d’une commémoration plutôt que de susciter ce genre de polémique. (…) D’ailleurs il ne remet pas en cause l’existence-même de l’esclavage. »
De son côté, Marine Le Pen déclare dimanche sur BFM TV que Franck Briffaut aurait dû se servir de cette manifestation pour « dénoncer l’esclavage actuel » pratiqué au Qatar : « Le président de la République s’honorerait à rompre les relations avec le Qatar, petit pays par la superficie mais grand pays par l’esclavage ». Revenant à Franck Briffaut, elle note toutefois qu’« il n’a pas interdit la commémoration, il n’a pas voulu y participer ».

L’intelligence féminine au service d’une cause dévoyée.

Je suis assez admiratif de ce pouvoir des femmes d’arrondir les angles, même pour faire passer les idées les plus difficiles à accepter. Cet art a pour objet de consolider les liens familiaux et appliqué dans l’intime, il est payant : on peut se dire les choses sans trop de heurts. On ménage les susceptibilités. On respecte les cœurs.
Seulement nous ne sommes pas dans un cadre familial mais dans un cadre public. Or dans ce cadre, cette façon d’arrondir les angles devient vite évanescence. Elle dilue le message jusqu’à ce qu’il n’en reste plus rien. Elle participe au politiquement correct typiquement féminin que nous connaissons actuellement. En effet depuis que le droit de vote des femmes majoritaire s’est imposé dans notre pays, il a fallu composer en politique (10). Se montrer trop agressif est juste devenu intolérable. Faire preuve de violence, carrément inacceptable. Et toutes les manières de diriger des hommes sont progressivement passées à la trappe. Or, pour guider un pays, il faut parfois marquer des coups d’arrêt et ne pas prendre de pincettes. Seuls des hommes peuvent comprendre et accepter ce genre de démarche sans verser dans la lutte affective.

Franck Briffaut a eu raison dans le fond.

On ne peut perpétuellement commémorer l’esclavage, le meurtre de nos cultures régionales, la répression sur les pauvres, le génocide chouan et toutes les autres erreurs politiques que nos ancêtres ont commises. Sauf à vouloir périr. Si notre pays reste le nez dans ses erreurs, envers et contre toute raison, il faut y voir le fait qu’il ne s’est pas pardonné, et que dans ce cadre il devient incapable d’avancer. Il faut avoir une haine sans mesure pour s’imposer ou imposer aux autres de se remémorer perpétuellement ses erreurs sans jamais célébrer ses victoires. Pour stopper ce mouvement négatif, il fallait donc faire signe.

Si dans le fond, Franck Briffaut a eu raison, il a également eu raison sur la forme.

Oui il aurait été important de rappeler que des pays comme le Quatar pratiquent encore l’esclavage, « >

Lire la suite

147 Commentaires

  1. Commentaire de Léonidas Durandal:

    (Vidéo) En marche vers l’incompétence : Anissa Khedher, candidate sur Bron, Rillieux,Vaulx-en-Velin,Sathonay

     

     

    Après la Colboc, la Kheder. Le renouvellement de la classe politique va avoir un côté très marrant et éclairant sur le réel niveau de la société civile féminine en matière de politique.

  2. Commentaire de Léonidas Durandal:

    « Une femme accédera-t-elle enfin au Perchoir de l’Assemblée nationale? », L’Express du 12/06/2017.

    Ce serait marrant qu’à force de vouloir trouver une femme impossible à trouver, ils mettent une personne très incompétente à ce poste et que nous nous fendions la poire pendant 5 ans encore, comme lors du précédent mandat.

  3. Commentaire de Léonidas Durandal:

    « Législatives au Royaume-Uni: les conservateurs perdent la majorité absolue », L’Express du 09/06/2017.

    Deux fois plus crétin que la dissolution de J Chirac en 1995. Il fallait le faire ! Elle vient de plonger son pays dans le chaos au pire moment, celui d’une négociation cruciale avec l’étranger, tandis que le pays a été volontairement déstabilisé par des attentats. Thérésa May restera dans les annales du pire de son pays, en moins d’une année de pouvoir.

  4. Commentaire de Léonidas Durandal:

    (Vidéo) « NKM accuse LR et En Marche de vouloir sa défaite car elle est une femme » (RTL, 31/05/17, 7h45)

  5. Commentaire de Léonidas Durandal:

    « Qui est Emma, l’auteure de la BD sur la « charge mentale » des femmes ? », L’Obs du 22/05/2017.

    « «Ce n’est pas que tu n’y arrives pas, c’est que tu es une femme.» »

    Et elles n’ont même pas honte.

  6. Commentaire de Léonidas Durandal:

    « Hidalgo, Aubry et Taubira lancent un mouvement politique », Les Echos du 10/05/2017.

    Voilà une excellente nouvelle. Elles se sont mises toutes seules dans leur ghetto. Les Français vont pouvoir juger de leur efficacité.

  7. Commentaire de Léonidas Durandal:

    « Sexisme: le lourd sous-entendu de Fillon sur la grossesse de Salamé », L’Express du 21/04/2017.

    Elle n’aurait pas lu son programme politique parce qu’en congé maternité. Si seulement c’était vrai.

  8. Commentaire de Léonidas Durandal:

    « La responsable RH couvre le harcèlement du directeur, elle est licenciée », L’Express du 20/04/2017.

    Sanctionnée parce qu’elle jouait les planquées. Elle ne comprend pas. et à sa décharge, ce doit bien être la seule femme en France qui a été mise face à ses responsabilités dans son boulot.

    Là où on voit que le système est vraiment pervers c’est en songeant que les dénonciations illégitimes risquent de se multiplier suite à ce genre d’arrêt, et vont concerner d’abord des innocents, tout en sapant la notion même d’autorité.

    Ici, c’est aussi la question de la mixité qui se pose.  Dans un milieu d’hommes, je crois que cela aurait pété depuis longtemps.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *