Accueil » Eglise/Religion » Les incohérences politiques dans Fratelli Tutti
AIMELES Antiféminisme

Les incohérences politiques dans Fratelli Tutti

Publié le 8 octobre 2020 par Léonidas Durandal à 12 h 02 min

géré cette crise). Car lutter contre ce mouvement capitaliste, c’est générer la pauvreté :

« En effet, « lorsque la spéculation financière conditionne le prix des aliments, en les traitant comme une marchandise quelconque, des millions de personnes souffrent et meurent de faim. De l’autre côté, on jette des tonnes de nourriture. Cela est un véritable scandale. La faim est un crime. L’alimentation est un droit inaliénable ». »

Si l’on doit parler d’économie, notre Pape qui défend tant la bonne allocation des ressources naturelles, ne l’exige pas des pauvres, parce que vous comprenez, les pauvres ne seraient pas responsables de leur sort. Voilà le raisonnement qui a justement permis la famine qu’il dénonce comme d’un scandale. Ce n’est pas le « droit à la nourriture » qui aidera les pauvres, mais la conscience que leur destin leur appartient, et des changements culturels qui se feront en conséquence, c’est à dire, et pour ne donner qu’un exemple qui concerne mon blog : la reconnaissance du père dans les systèmes matriarcaux arriérés.

A vouloir intervenir pour aider les pauvres petits n’Africains, à vouloir accueillir la misère du monde, nous avons seulement encouragé les mauvaises pratiques et les morts surnuméraires. Les parties de l’Afrique qui se développent le plus, sont celles qui ont été le moins « aidées » par la France et où les rapports économiques se sont construits sur la base de l’intérêt pur. A méditer. Ainsi créer un énième fond spécial d’assistance ne sera jamais une solution, mais plutôt une des causes des problèmes dénoncés :

« Et avec les ressources financières consacrées aux armes ainsi qu’à d’autres dépenses militaires, créons un Fonds mondial,[245] en vue d’éradiquer une bonne fois pour toutes la faim et pour le développement des pays les plus pauvres, de sorte que leurs habitants ne recourent pas à des solutions violentes ou trompeuses ni n’aient besoin de quitter leurs pays en quête d’une vie plus digne. »

Comme si donner de l’argent résolvait les questions de développement. Depuis le temps, ça ce saurait, dans nos banlieues ou en Afrique… Un bon père de famille sait cela. Un théologien digne de ce nom aussi : l’enfer est pavé de bonnes intentions. Et ce texte croule sous le poids des fausses miséricordes politiques.

En vient alors une évocation positive sur la vie de certains « quartiers populaires » où le lecteur pressentira sa volonté de réhabiliter la présence de populations étrangères et pauvres :

« 152. Dans certains quartiers populaires, où chacun ressent spontanément le devoir d’accompagner et d’aider le voisin, survit encore l’esprit de ‘‘voisinage’’. » 

Il arrive effectivement que la pauvreté permette de nouer des liens de solidarité. Mais chez nous, les quartiers populaires, loin d’être des lieux de solidarité, sont plutôt des coupes gorge où règne l’insécurité et le racisme anti-blanc. Les mafias locales, qui organisent le trafic de drogue, encouragent seules les liens de solidarité. Type de solidarité que notre Pape dénonce par ailleurs. Les dernier liens fraternels qu’il décrit, il faut les chercher chez nous, non pas dans les quartiers populaires qui en sont des contre-exemples, mais dans des villages qui n’ont pas trop dégénéré. Dans ces quartiers dits « populaires », la culture de la pleurniche s’est tellement imposée, que malgré les milliards déversés en terme d’éducation et de réhabilitation du logement, ceux-là sont devenus des zones de non droit. Tout le monde le reconnaît désormais, jusqu’à l’extrême gauche à qui l’on doit cette faillite. L’accueil des étrangers s’est soldé ici par une transposition des problèmes en provenance d’Afrique, chez nous, sans que l’argent, ni les associations communisto-catholiques n’aient pu rien y changer avec leur idéologie féminisée. Ainsi là-bas, les garçons crèvent et les femmes pondent. Une véritable tribu comme l’humanité n’en avait pas vue depuis des dizaines de millénaires. A ce point que les mêmes qui croyaient en l’assimilation, en sont venus à promouvoir le foisonnement communautaire (le Pape parle lui de « pacte culturel »), et plus récemment chez nous de lutte contre le « séparatisme » en passant juste avant par le « vivre ensemble », tant les illusions ont vécu.

Les populations pauvres venues d’Afrique, tout comme le prolétaire blanc européen, ont été sacrifiés sur l’autel des bons sentiments. Et ceux qui sont à l’origine de ce génocide, nous parlent hier comme en ce moment, de civiliser les gens, tandis que les gens sont les gens, et que jamais rien ne pourra lutter contre la libre conscience des individus, pas même un état totalitaire rempli de bonnes intentions. 

En prenant encore appui sur la parabole du bon samaritain, le Pape voudrait que nous ne soyons plus jamais indifférents « >

Lire la suite

7 Commentaires

  1. Ping de Léonidas Durandal:

    "" Le Vatican ouvre la voie aux vaccins avec des cellules de fœtus avortés : « moralement accep-tables » MPI du 21/12/2020.

    Comment être tous frères si notre vie dépend de la mort d'enfants ? Face à une épidémie très dangereuse, la position du Vatican serait tenable. Mais là, ça paraît excessif.

  2. Ping de François de sexe male:

    Un passage que je voulais depuis longtemps vous soumettre, M. Durandal, à vous et vos lecteurs. Mais il me fallait le retrouver. (et je ne suis pas sûr de poster ce commentaire dans le bon article)

    "C'est la corruption en grand que nous avons entreprise, la corruption du peuple par le clergé et du clergé par nous, la corruption qui doit nous conduire à mettre un jour l'Eglise au tombeau. (…) « Pour abattre le Catholicisme, il faut commencer par supprimer la femme. » Le mot est vrai, mais puisque nous ne pouvons supprimer la femme, corrompons-la avec l'Eglise. Corruptio optimi pessima. (…) Le meilleur poignard pour frapper l'Eglise au cœur c'est la corruption."

    Extrait de la lettre n°12 de Vindice, écrite de Castellamare, à Nubius, le 9 aout 1838. (une des lettres de la Haute-Vente [la Franc-Maçonnerie italienne] diffusée par le pape Saint Pie X au grand public.)

    Citée dans « La conjuration antichrétienne – Le temple maçonnique voulant s'élever sur les ruines de l'Eglise Catholique » de Mgr Henri Delassus.

    J'ai réussi à trouver une source informatique : page 1075 (page 327 sur la visionneuse web)

    https://pubhtml5.com/ejtz/ddtu/basic/301-350

    Etonnant non, ce lien entre la corruption de la femme et de l'Eglise !

    • Ping de Léonidas Durandal:

      La femme est la reproductrice. Si vous réussissez à la corrompre, vous rendez le principe auquel elle appartient, stérile. Ces imbéciles n’ont pas seulement corrompu la femme d’église, ils ont surtout corrompu la femme en général, avec pour conséquence, la stérilité qui est la nôtre. Imaginez, sur une des dernières vidéos que j’ai publiée, les femmes interrogées dans la rue s’imaginent être aussi fortes physiquement qu’un homme, et s’imaginent pouvoir agir et penser à l’identique d’un homme. Comment voulez-vous que ces cruches ne ratent pas pitoyablement leur vie ? Sans même parler de toutes ces demi lesbiennes que l’on aperçoit de plus en plus dans les rues avec leurs cheveux bizarres et leurs tatouages. L’image de la franc-maçonnerie a vraiment une sale gueule surtout si vous songez aux jolies communiantes que nous avions il y a seulement 50 ans. Ces gens là sont laids et promeuvent la laideur absolue. Et ils appellent cela tolérance, ou autre.

  3. Ping de Léonidas Durandal:

    "« Le pape François est favorable aux unions civiles pour continuer le combat contre le mariage homosexuel »" L'Obs du 22/10/2020.

    Je ne comprends pas pourquoi il a voulu se prononcer sur cette mesure civile. C'est faire trop de politique ou pas assez.