Accueil » La pieuvre féministe » La fabrique à consentement : l’exemple du féminisme dans les éditions du Reader Digest avant 1968 (2/2)
AIMELES Antiféminisme

La fabrique à consentement : l’exemple du féminisme dans les éditions du Reader Digest avant 1968 (2/2)

Publié le 4 juin 2014 par Léonidas Durandal à 14 h 02 min

bonne dame :

« La société contraceptive est devenue un fait et il est aussi impossible de la repousser que de refuser la société industrielle ou l’automobile. »

Quand on pense que notre société n’a plus d’industriel que le nom et que l’automobile est en passe d’en disparaître, l’ironie est mordante. Ce genre d’argument est en fait utilisée pour justifier l’éducation sexuelle des enfants. Sur ce sujet, le ton est devenu nettement plus favorable que dans le précédent article sur le sujet. De toutes les manières, l’éducation sexuelle a l’école n’aurait que peu d’incidence sur l’esprit des enfants :

« Le foyer est un facteur primordial. Le fait que les enfants vivent auprès de parents auant une vie conjugale sans nuages est bien plus important que l’enseignement du professeur.« ,

nous affirme le Docteur suédois Preben afin de rassurer son auditoire. Une des grosses ficelles utilisée dans les articles manipulatoires, et en particulier dans ceux sélectionnés par le Reader’s Digest, est de rassurer outre-mesure le lecteur après lui avoir asséner des idées qu’il n’était pas prêt à accepter, ni même parfois à entendre. Ici, l’article envisage un monde où le retrait de la morale n’aurait aucune conséquence. Les évidences du lecteur sont brutalement remises en cause. Il perd pieds et s’en remet alors à l’avis du journaliste qui relativise les conséquences d’une telle position avec force arguments. Cette opinion jamais contestée dans les médias dominants deviendra progressivement sa nouvelle évidence intérieure. S’il n’ose encore la défendre en public, elle s’inscrira profondément en lui, jusqu’à ce qu’au hasard d’une discution, il fasse un coming out discret et qu’il s’aperçoive, éberlué, qu’en fait, beaucoup de monde pense déjà la même chose que lui sur le sujet. Persuadé désormais de la bonne cause qui est la sienne, il deviendra assez sûr de lui pour vouloir en débattre volontairement en public. Et en dehors de ces évidences progressistes qu’il intègrera sans recul parce qu’il aura cru évoluer, se dégagera pour lui l’idée qu’il n’y a point de salut. En effet, ses propres idéaux ayant été bouleversés, il en arrivera forcément à la conclusion que les croyances qu’on lui avait transmises, n’étaient qu’un vaste mensonge. Durant de longues années, on l’aura trompé et désormais, il ne se laissera plus faire face à ces idées « réactionnaires », voire face aux réactionnaires en général qu’il jugera responsables de lui avoir transmis ce mensonge. Se croyant éveillé, il se transformera dès lors en nouveau censeur de la fabrique à consentement, et en sa victime également. Car défendre les idées progressistes dans ce cadre, ce sera accéder pour lui à une forme de révélation qui ne dira pas son nom. Mais ce sera aussi en avoir si peu conscience qu’il lui sera difficile de revenir dessus.

Autre exemple d’une telle manipulation dans ce même article : le « journaliste » avance l’idée que la sexualité avant le mariage serait parfaitement normale ou que les femmes mariées et non mariées devraient avoir les mêmes droits. Puis, pour rassurer son auditoire face à la multiplication probable des tromperies et des séparations, il affirme haut et fort qu' »une majorité (ndt : de Suédois) est contre le libertinage« . Est-ce que cela prouve que cette majorité va le rester, que les désunions ne vont pas finir par se multiplier, que la moralité ne va pas être remplacée par moins conséquente, ou tout simplement disparaître ? Non, mais pour l’instant, tout va bien. Or désormais, nous savons que ce libertinage qui ne devait pas connaître de recrudescence, s’est développé dans notre société après la révolution sexuelle. Non seulement le nombre de rapports sexuels par personne est en train de diminuer, mais les gens se trompent plus souvent qu’avant (5). Même au niveau sexuel, le désastre est donc complet. Cela était prévisible pour tous les gens dotés de bon sens, sauf pour ce genre d’élite de l’immanence bien entendu. Aujourd’hui, la jeunesse de Suède est en faillite d’un point de vue psychologique à cause de ces idées (6). Alors j’ai envie de demander : quand les menteurs seront-ils punis ?

Il faut dire qu’en voulant mettre toutes les morales sur le même plan pour les étudiants, ces gens là tuaient l’essence même de la morale qui est la croyance que certains comportements sont meilleurs que d’autres :

« Il s’agit d’exposer les diverses morales qui ont cours dans la société et de laisser le choix aux étudiants.« 

La relativisation d’une morale héritée imposait l’idée d’une immanence « >

Lire la suite

24 Commentaires

  1. Ping de Léonidas Durandal:

    « Comment France-Info fait passer Anne Hidalgo pour sexiste… », MPI du 18/10/2018.

    Je me demande où était la mauvaise foi, et quel était l’effet recherché. En ce moment, les attaques ne cessent pas contre Anne Hidalgo. En même temps dire qu’un politique s’occupe des femmes, c’est plutôt lui rendre service en général.  Bref, cela mériterait d’en savoir plus.

  2. Ping de Léonidas Durandal:

    (Vidéo) « Propaganda – La fabrique du consentement – ARTE » Arte +7 du 29/05/2018.

    Evidemment, les gens sont des imbéciles pour les gauchistes. Somme toute, à part la « libération de la femme », le capitalisme a plutôt réussi dans ses objectifs. Indirectement, ils justifient la propagande, mais surtout, la manipulation. Car leurs solutions n’en sont pas. Evidemment que la société civile doit réussir à s’organiser contre ces trusts. Il n’y a pas d’autres solutions. L’interdiction de la propagande reviendrait à nous priver de nous exprimer. Ce que d’ailleurs les gauchistes ont réussi à faire chez nous, et ce qu’ils entreprennent aux USA.

  3. Ping de Léonidas Durandal:

    « Hollywood prépare un film sur la genèse du mouvement #MeToo », L’Obs du 30/04/2018.

    Est-ce que ce film parlera de la prostitution de la majorité de ces actrices ? Là aussi, où nous apprenons en France que deux femmes ont monté la cabale pour « protéger » leurs soeur, effet ruche oblige.

  4. Ping de julien le jacobite:

    21 pages ! Auriez-vous une version en une page de votre article, qu’on puisse le lire hors-ligne et l’enregistrer ? Je comprends l’idée de présenter en colonnes à la façon d’un livre, mais il faut s’y faire, les règles du livre ne valent que pour le livre… le style contemporain, c’est le rouleau de parchemin…

  5. Ping de Léonidas Durandal:

    « La descente aux enfers de la presse allemande », Bd Voltaire du 31/01/2016.

    Où un ancien journaliste révèle les liens de la presse allemande et de la CIA. La presse, le 4ème pouvoir ? Pas pour les dhimmis des USA.