Accueil » Erreur idéologique » Les intouchables ou l’hystérie en guise de séduction
Antiféminisme Aimeles

Les intouchables ou l’hystérie en guise de séduction

Publié le 11 mai 2016 par Léonidas Durandal à 14 h 01 min

Comme elles n’ont plus rien de valeureux à donner, les femmes de notre pays sont de plus en plus tentées de développer des méthodes de séduction déviantes. L’une de celle-là consiste à paraître le plus intouchable possible, le plus éloigné des hommes pour aiguiser leur avidité. Ce qui est rare est cher. L’homme qui voit une femme habillée pour plaire aux hommes mais qui ne peut la conquérir est entretenu dans sa frustration. Une envie monte en lui jusqu’à le soumettre à la première femme venue qui acceptera d’être un peu plus avenante. Ce phénomène est bien connu. Il permet de contrôler les hommes. Les femmes habillées de manière salace pourront vous répondre qu’elles ne le font pas pour séduire les hommes. Mais cette même affirmation jouera aussi un rôle dans l’excitation de l’homme. Elle lui fera envisager celle-là comme d’autant plus intouchable, et donc d’autant plus désirable.

Le système de castes indiennes qui fait des intouchables, la pire des castes, ne dit pas qu’en arrière plan, ceux-là servent de victimes émissaires tel que le définit René Girard, et qu’ils sont donc sacrés parce que sacrifiés. intouchablesAinsi sont-ils aussi appelés « enfants de Dieu » dans une Inde de plus en plus perméable à l’idée chrétienne de la spiritualité. En miroir, l’intouchable est aussi la caste des prêtres qui ne peut tout toucher sans se rendre impur. L’histoire de la femme hémorragique dans les Evangiles nous rappelle qu’à l’origine de notre religion, les Rabbins ne pouvaient être abordés par n’importe qui, n’importe comment. La distance crée le respect.

Aujourd’hui certaines femmes continuent à se déifier elles-mêmes par cette méthode. Mais en plus de certaines formes d’habillement outrageantes, elles développent en parallèle d’autres concepts déviants pour attirer les hommes. « L’agression sexuelle » est l’un de ceux-là. J’ai déjà montré ailleurs comment les lois qui punissaient ce genre de crime n’avait aucune base cohérente quand elles concernaient deux adultes. Dans ce présent article, je voudrais souligner combien la chasse à l’agresseur sexuel crée en fait un environnement favorable à la convoitise des femmes.

Mais revenons d’abord un peu plus haut, quand l’homme empli de désir contemple sa dulcinée, de loin. Celle-là joue le jeu du corps que toute parole viendrait à démythifier. Les mots tuent si souvent le fantasme. L’homme le sait mais comment rompre la distance ? don quichotteIl tente un geste maladroit, la femme se récrimine… ou pas.

Si elle se sent rebutée par l’avance et qu’elle s’exprime, l’affaire est entendue. La situation est claire. L’homme recule, la femme est déçue de ne plus être désirée.

Si elle n’exprime pas clairement son refus, peut-être l’homme continuera à la courtiser. Elle entretient alors une ambiguïté. De l’humiliation de l’homme naîtra certainement un souhait de satisfaire toujours plus la psychée de ses fantasmes.

Enfin dans le pire cas, elle sera totalement incapable d’assumer la situation, ses désirs, ses attentes. Elle cherchera à aguicher sans vouloir poser des limites. Elle accusera l’homme de ne pas avoir lu ses intentions cachées, et le fera condamner pénalement de par sa propre faiblesse. Le geste sera déplacé, la blague jugée sexiste, la proposition indécente une forme de harcèlement.

Dès lors, ces affaires de fausses agressions sexuelles médiatisées (Affaires Baupin, Sapin, Strauss Kahn, Tronc…) ou de fausses violences conjugales (Affaire Raoult) deviennent l’occasion de consécrations géantes du corps de la femme, de sa sacralisation non en ce qu’il est chair, mais dans ce qu’il serait signe d’absolu et de divin. Grâce à des pétitions, des actions en justice parfois perdues d’avance, et des enquêtes « préliminaires » surtout contre des hommes de pouvoir, le corps social entier se lève dans un mouvement puissant (effet ruche) pour écraser un homme et en faire la victime émissaire de notre médiocrité. L’être humain ainsi broyé est vilipendé alors même qu’il est identifié à un puissant, rappellera à tous quelle est la valeur des femmes, d’autant plus gigantesque dans la société qu’elle sera nulle à un niveau individuel. Car ce mécanisme déviant permettra surtout aux femmes d’échapper à leurs responsabilités et d’en faire des êtres inférieurs mais sacrés, tout comme les intouchables. A travers ce mécanisme, les femmes bénéficieront d’une aura qu’elles ne mériteront pas et qui les entraînera dans un laxisme morbide. La déification de la femme est l’envers de la femme qui jamais n’incarnera son existence, sera toujours “>

Lire la suite

Abonnez-vous

Puis validez votre inscription dans votre boîte courrielle

36 Commentaires

    • Commentaire de Mindstyle:

      La destruction du lien de filiation, la conception artificielle de toute une génération d’ilotes qui n’auront aucune filiation si ce n’est celle de l’égoïsme et de la pseudo-souveraineté de l’emprise féminine totale sur la progéniture. Encore heureux que la CEDH ait invalidé cette fraude à la procréation.

      Mais dans quelques années, on verra apparaître sur les bureaux des juges les dossiers de ceux à qui ces dégénérés ont menti en leur disant que 2 papas ou 2 mamans, c’est la même chose voire mieux qu’un papa et une maman.

      Si ces futures générations perdues arrivent à dépasser le conflit de loyauté vis-à-vis de leurs parents homosexuels, c’est une bombe à retardement qui arrivera dans les tribunaux et plus tard, devant la CEDH.

  1. Commentaire de Léonidas Durandal:

    “Ces Iraniennes qui osent retirer leur voile”, Le Point du 30/01/2018.

    En même temps, il faut bien que l’Iran abandonne son bonheur depuis qu’il choisit le développement économique ?

  2. Commentaire de Léonidas Durandal:

    “”Délit d’outrage sexiste” : le casse-tête de la verbalisation”, L’Obs du 25/01/2018.

    En clair, adresser la parole sans faire preuve de galanterie est puni de…

    D’un autre côté, les féministes s’évertuent à pourchasser la galanterie.

    Voici une double injonction contradictoire, un des nombreux signes de la perversité féministe.

  3. Commentaire de Léonidas Durandal:

    “Praud – Pour Catherine Deneuve”, Le Point du 09/01/2018.

    Ce débat qui ne concerne apparemment que les femmes, signe le énième retour des sacrifices.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    Abonnez-vous

    Puis validez votre inscription dans votre boîte courrielle