Accueil » Etat de droit et politique » Présidentielles 2017 : François Fillon, notre futur président très féministe
Antiféminisme Aimeles

Présidentielles 2017 : François Fillon, notre futur président très féministe

Publié le 30 novembre 2016 par Léonidas Durandal à 18 h 45 min

Lors des dernières présidentielles de 2012, je m’étais amusé à recenser l’absence totale de proposition pour les hommes dans les programmes des candidats. Ceux qui étaient censés être les dignes représentants de la domination patriarcale, selon les féministes, se pliaient à l’électorat féminin majoritaire. Quelle surprise !

Pour ces élections présidentielles jouées d’avance, je vais plutôt m’attacher à détailler à quelle sauce, nous, les défenseurs de la famille, forcément antiféministes, allons être mangés. Les gauchistes auront beau se récrier, notre futur président François Fillon, sera aussi soucieux qu’eux de prévalence des femmes sur la société, le chaos sexuel en moins, peut-être. Car son programme est clair. Il s’adresse de manière spécifique à celles qui décident des élections dans un scrutin majoritaire au suffrage universel : les électrices. Et pour lui, celles-là sont forcément féministes. Il faut donc leur parler en conséquence et faire passer leur intérêt avant tout, un intérêt qui n’est pas lié à la famille, mais au pouvoir économique qu’elles peuvent s’arroger sur la société.

 

Une volonté de se montrer garant du système féministe

Rien qu’au titre, « Pour la liberté des femmes », François Fillon en fait appel à ce vieux concept moisi de « libération des femmes ». Puis, le début du document reprend tous les constats féministes : les femmes seraient discriminées sur le marché du travail, les femmes seraient seules victimes des violences conjugales, et de violence tout court, il faudrait la parité en politique, les filles-mères seraient des victimes dans notre société riche, les femmes seraient les principales victimes de la précarité.

Oubliés tous ces sans domicile fixe qui sont majoritairement des hommes, la  non discrimination des femmes sur le marché du travail, la confusion entretenue entre viol tentatives de viols agressions sexuelles et fausses accusations, la disparition de la méritocratie en politique (ou ailleurs) au nom de la parité, l’économie et l’État qui ont encouragé l’isolement des filles-mères, les violences conjugales qui sont souvent communes aux deux membres d’un couple. Balayé d’un revers de main. A partir d’un tel constat, comment des mesures prises pourront « relever la France » ?

A juste titre, François Fillon rappelle qu’il a été le premier à favoriser le féminisme quand il gouvernait avec Nicolas Sarkozy (pénalisation des clients de prostituées, loi discriminatoire envers les hommes de 2010 sur les « violences faites aux femmes », parité forcée dans les conseils d’administration, premier gouvernement paritaire en matière sexuelle, mais aussi et ce qu’il oublie de préciser premier gouvernement à introduire la théorie du genre dans les manuels scolaires). Or loin de s’amender, il affirme vouloir faire plus grâce à son groupe de réflexion entièrement féminin et son réseau large « Les femmes avec Fillon ». En fait, la droite poursuit sa surenchère familiale avec la gauche, et le blocage constitutionnel en matière de filiation apparaît comme bien dérisoire dans ce jeu. Pourtant, s’il y a un domaine où les politiques ont eu du pouvoir et où ils ont échoué, c’est au niveau des politiques familiales. Seulement, la faiblesse de la contestation antiféministe est telle, qu’ils sont loin de commencer à vouloir se remettre en question. 

 

Des mesures qui continuent à être contraires à l’intérêt de la famille

Baser ses analyses sur des éléments tordus de la réalité, ne peut nous amener qu’à poursuivre le déploiement de solutions néfastes pour notre pays. Là, il s’agit de justifier le renforcement des mesures libérales féministes responsables de la catastrophe que justement, il dénonce : la précarisation des filles-mères. Un véritable non sens idéologique cautionné par les soit-disant défenseurs de la famille de la manif pour tous, le groupe « Sens commun ». Leur idée, c’est d’agir à l’identique du secours catholique, soit de solutionner les conséquences de la pauvreté des familles isolées et non les causes, en les soutenant quand le mal est fait. Un véritable tonneau des danaïdes qui alimente le problème depuis toujours sous prétexte de le régler.

Il faut leur reconnaître leurs intentions louables. Ces gens qui sont responsables de l’isolement des femmes au nom de leur « indépendance », veulent à juste titre, réparer les conséquences de leurs erreurs. Mais ils n’y arriveront pas en continuant à prôner ce non sens idéologique, sauf à y sacrifier tout le budget de l’État. Et encore, nous voyons bien qu’actuellement, la gabegie a ses limites.

 

Favoriser le travail « >

Lire la suite

Pour recevoir l'infocourriel mensuel

Dernière étape : Cliquez sur le courrier qui va vous être envoyé pour valider votre inscription

22 Commentaires

  1. Commentaire de Léonidas Durandal:

    « Plantage de Juppé, lâchage de Lagarde: la journée cauchemardesque de Fillon », L’Express du 01/03/2017.

    « Plus on est grand… »

    Il fait face à la réalité, et n’est pas capable de l’appréhender, restant sur des rapports de classe, comme tous ceux qui le suivent. A force de se trouver bien, ils ont perdu pieds, n’ayant plus conscience du bien et du mal, tel Mme Taubira. Car à gauche, c’est un peu pareil quand on lit ce genre d’article :

     » Christine Angot à François Hollande: « Il n’y a plus que vous » », L’Express du 26/02/2017.

    Tous, sont dans une sorte de bulle maternelle qui les empêche de voir le monde tel qu’il est, et tout simplement, de parler aux Français en restant audibles.

    Pendant ce temps, ils laissent un boulevard à des Macrons, habitués du marketing, qui ont appris à communiquer sur le mode de la séduction.

    Triste époque.

  2. Commentaire de Léonidas Durandal:

    (Vidéo) « M. Pinçon-Charlot : « Fillon et les bourgeois sont sur une autre planète » », radio debout lanion du 07/02/2017.

    Malheureusement, il y a bien une réaction de classe, une sorte d’entre soi dans cette affaire, au-delà de la question morale et pénale. Je pense que ce qui effraie le plus le bourgeois, c’est d’avoir choisi le mauvais cheval et de ne plus avoir aucune solution de remplacement. Le choix de classe s’est révélé catastrophique sur bien des points. Il a été un mensonge. Il a été moralement défaillant. Il a fait élire un candidat qui n’est pas catholique au nom de la croyance catholique. Cela fait beaucoup pour des gens qui ont la prétention de se poser en exemples. Comme je le souligne depuis le début de cette affaire, le seul intérêt de F Fillon aura été de leur mettre une glace devant le visage.

  3. Commentaire de Léonidas Durandal:

    « Madame Fillon n’aime pas les Français », NDf du 29/11/2016.

    Entre les enfants rémunérés par l’Etat sans avoir fini leurs études, le cosmopolitisme méprisant de la nation, cette situation aura au moins l’avantage de permettre aux bourgeois cathos de se réfléchir de plus en plus dans une glace.

  4. Commentaire de rivolta:

    Cher Léonidas, sur ce coup je pense que vous allez chercher trop loin. De mon point de vue Fillon n’est pas un féministe, mais simplement un président pragmatique qui cherche des voix auprès des femmes qui constituent plus de la moitié de l’électorat. Soyons réalistes : la majorité de la population, y compris masculine, adhère aux postulats féministes de base que Fillon reprend ici (sans forcément adhérer au féminisme plus extrême, plus hystérique d’une partie de la gauche et des « SJW »). Alors quel intérêt pour Fillon de les remettre en cause ? Qu’est ce que ça lui rapporterait ? Rien.

    Il faut donc prendre le problème autrement et se poser la question suivante : pourquoi tout le monde croit en ces bêtises ? Pourquoi les gens sont si réceptifs à ces pleurnicheries irrationnelles sur les inégalités salariales ou les « discriminations » qui empêcheraient les femmes d’être aussi nombreuses que les hommes en politique ?

    Vous me direz que les médias sont à la botte des féministes et qu’ils nous endoctrinent. Que l’opposition antiféministe est dramatiquement faible et mal structurée, du moins en France. C’est vrai. Mais je pense qu’il y aussi une autre cause, à rechercher dans notre nature. Je m’explique :

    Les femmes sont faites pour êtres protégées par les hommes. C’est en elles comme c’est en nous. Même la plus fanatique adepte de la théorie du genre sait dans son subconscient que c’est un besoin pour l’espèce humaine, et une inégalité qu’il est impossible de remettre en cause. C’est pour cette raison que les femmes sont si propices à la complainte, et que malgré leur prétention égalitaire, elles ne font que demander des traitements spéciaux sans jamais s’intéresser aux inégalités réelles subies par les hommes (vous avez déjà vu des féministes dénoncer la conscription masculine dans l’histoire ? ou la sur-représentation des hommes dans les victimes d’accidents de travail ?). Elles savent que l’égalité absolue serait une catastrophe pour elles. Que le jour où il y a une guerre massive, il sera nécessaire d’en revenir d’en revenir aux fondements naturels et de sacrifier les hommes, ce qu’elles ne remettront JAMAIS en question. Elles se contenteront toujours de dénoncer les petits inconvénients de leur condition traditionnelle, tout en approuvant le caractère « disposable » de l’homme, dont la vie est traditionnellement moins importante que celle de la femme (plus que l’approuver, les féministes renforcent paradoxalement ce fait avec le féminicide et autres délires misandres qui relèguent encore plus les hommes à une citoyenneté de seconde zone).

    Mais je n’ai évoqué ici que les femmes. Or, c’est la même chose pour les hommes. Si les femmes sont par nature insensibles au sort des hommes dans leur intérêt, c’est pour les mêmes raisons que ces derniers sont si attentifs aux complaintes féminines et si insensibles à leur propre bien-être. L’homme est dénué de sentiment de victimisation sexuée. Quand il s’agit d’aller à la guerre ou de crever à la mine pour nourrir sa famille, l’homme sait qu’il subit une inégalité mais il sait aussi qu’il est fait pour effectuer ce sacrifice, car c’est un besoin pour l’espèce (ce qui est facile à comprendre d’un point de vue simplement démographique : une société peut sacrifier une grande partie de ses hommes sans conséquence, ce qui n’est pas le cas avec les femmes).

    En réalité, le féminisme ne peut exister que grâce à ce qu’elles appellent le « patriarcat ». Et beaucoup de leurs attitudes, de leurs revendications, sont une expression de cet ordre naturel qu’elles nient paradoxalement. On ne verra jamais apparaître de manière significative un masculinisme basé sur la complainte concernant la condition des hommes, car on n’est pas constitués pour chialer, et elles ne sont pas constituées pour nous plaindre. Par contre, l’inverse est vrai : on est constitués pour les plaindre, elles sont constitués pour chialer. Qui dénoncera le fait que 99,9% des gens, de tous sexes, sauveront toujours une femme au détriment d’un homme et non l’inverse s’il ne faut en choisir qu’un ? Personne. Car c’est trop évident, trop ancré dans notre nature. C’est là l’hypocrisie énorme du féminisme, qui nous fait passer d’un ordre naturel inégalitaire mais équitable, à une dictature misandre inéquitable qui libère les femmes de leurs contraintes sans remettre en cause celles des hommes.

    Tout ça pour dire qu’il n’y a rien à faire contre les attitudes comme celles de Fillon, car pour générer un changement politique il faudrait déjà une prise de conscience populaire qui à ce niveau n’arrivera jamais, à mon sens. Je préfère me résoudre à opter pour le « moins pire », dès lors. Fillon est peut-être « féministe » en ce qui concerne les postulats, mais je ne pense pas qu’il soit un fou furieux comme les gauchistes actuellement au pouvoir. Il sera plus soft, moins agressif à notre égard. Du moins je l’espère.

    Bien à vous.

    • Commentaire de Léonidas Durandal:

      C’est tout de même François Fillon qui a permis l’introduction de la théorie du genre à l’école, ou encore que Roselyne Bachelot sévisse durant tout le mandat de Nicolas Sarkozy. A mon avis après celle de Nicolas Sarkozy, c’est fumisterie n°2. Bon ce n’est qu’un avis issu de mon expérience, et je me trompe peut-être. Par contre, si ce n’est pas ça, il faudra qu’il aille contre son programme alors qu’il n’y a pas préparé les Français. Et tandis qu’il y a des réformes économiques à mener, je ne le vois pas mener une bataille sur ce front, mais au contraire, tout céder sur les questions familiales. La manif pour tous sera cocue une seconde fois. Cocue un jour et cocue toujours, car il s’agit d’un vote de classe sociale qui veut défendre ses intérêts économiques pas d’un engagement. C’est normal d’être cocue dans ce cadre. La manière dont vous introduisez votre récit est d’ailleurs significative en ce sens. Vous posez la question « Qu’est-ce que cela lui apporterait ? ». Voilà le centre de la médiocrité démocratique : s’adapter au peuple et non le guider, défendre le peuple en lui parlant comme il envie qu’on lui parle, et non comme il en aurait besoin. Ainsi se construisent les récits doucereux incapables de nous faire sortir de la crise morale et économique que nous vivons. Cette réception des propos toute féminine, songez combien une femme déteste être contredite surtout si c’est de manière un peu directive, est à l’origine de tous nos problèmes en France.

      J’admire beaucoup votre raisonnement, il y a une nature féminine et masculine, et une hypocrisie féministe. Mais il y a quelque chose au-dessus de notre nature et qui s’appelle Dieu. Après avoir féminisé totalitairement l’Eglise et la société, nous en avons oublié jusqu’à l’existence d’une loi supérieure à la loi naturelle. Terrible régression.

    • Commentaire de kasimar:

      Alors là je ne suis pas tout à fait d’accord avec vous.

      D’abord, j’ai déjà vu des défenseur(e)s (généralement des femmes) sur la théorie du genre et féministes qui justement remettent en cause le « patriarcat », que l’ on apprenais très tôt aux petits garçons à ne pas jouer à la poupée, en leur disant de ne pas pleurer car les garçons ne pleurent pas, en forçant les petites filles à jouer à la poupée, en la « rassurant » quand elle pleure et en engueulant le garçon quand il fait de même. Comme si ces gens-là savaient quelque chose de l’approche des enfants. Je n’en sais pas plus qu’eux bien que je sois père d’une petite que je n’ai pas vu depuis un bail.

      Prenez le temps d’observer les opinions de ces gens-là, après vous dites que c’est dans leur subconscient or, qu’en savons-nous réellement ? Ces gens sont assurément tordus autant que les pédophiles ou les serial-killers, mais peut-être est-ce du à un excès d’éducation durant leur enfance, et du coup veulent se venger en forçant les petits garçons à jouer à la poupée et les petites filles aux petites voitures ?

      En réalité, c’est notre conception de la masculinité et de la féminité qui est faussée.

      Pourtant l’homme aurait beaucoup à gagner s’il commençait à dénoncer cette justice à deux vitesses qu’il subit et que étrangement aucun politicien ne s’est même penché sur la question. L’évolution des hommes battus. Regardez par exemple l’affaire Jacqueline Sauvage qui montre qu’il se passe quelque chose au niveau de la justice, certaines politiciennes veulent réformer la légitime défense au nom du droit des femmes « battues ». Et il n’est pas rare qu’une femme mente sur les violences conjuguales qu’elle aurait « subie ». Demandez à mon ex-épouse qui s’est volontairement mutilé, et c’est loin, très loin d’être un cas à part. Pour ce qui est de la garde ou du droit de visite, la justice est encore beaucoup trop clémente à l’égard des femmes, or on juge des humains et non des « faibles » femmes. Par exemple, la justice a encore du boulot pour apprendre à déceler les fausses accusations, les mensonges, celles qui cherchent à acquérir un butin plus qu’à , celles qui sont co-responsables de la violence, voire qui ont fait en sorte que l’homme finisse par craquer. Bref cerner le profil psychologique de la personne et surtout, piéger les menteuses. Car celà c’est l’arme des femmes mal intentionnées en général : calomnie, mensonge et briser psychologiquement son Jules. Sans parler des secteurs majoritairement féminins où la sacro-sainte parité est inexistante. Sinon retirer complètement la parité et laisser les choses telles qu’elles sont

      En fait réformer complètement le féminisme, car c’est bien beau de s’attaquer à l’Islam et vouloir faire un « Islam de France », mais le féminisme est tout autant voire plus hostiles que l’islamisme(pas le véritable Islam). D’ailleurs beaucoup de gens les mettent tous les deux dans le même panier

      C’est tout celà que j’attends des politiques, car s’ils ne le font pas, eh bien c’est comme celà que un jour la France serait malgré elle un Khalifa. Il n’y a très peu de bonnes âmes s’élevont contre cette injustice, récupérée justement par les féministes pour accuser encore plus le « patriarcat », la majorité pour le pire suivant ces lois injustes et inhumaines, et donc complices de cette injustice.

      Dieu SWT Déteste l’injustice, et pourtant il y a énormément d’injustes parmi les Hommes. Je comprends mieux pourquoi selon un hadith la descendance de Adam AWS représente une part de 999/1000 de l’enfer, c’est à dire en retirant les Gogs et Magogs (qui sont mécréants) qui représenteront 99% de l’humanité depuis Adam AWS jusqu’à la fin de l’humanité, il resterait 90% d’humains comme candidat pour l’Enfer.

       

      • Commentaire de Cyrus:

        Bonjour Monsieur Kasimar,

        J’espère que vous allez bien. Votre texte de réponse est excellent et empreint de lucidité.

        Une seule question : alors, l’Élysée, c’est pour quand ? 😉

        Cordialement,

        Cyrus

  5. Commentaire de kasimar:

    Ou comment s’enfoncer davantage dans la dictature gynarchique.

    Celà fait bien longtemps que d’aucuns ont compris que droite-gauche pratiquent la même politique depuis quelques décennies.

    En tous les cas, Léonidas, je vous suggère de passer par les serveurs étrangers et surtout qui échappent à la mainmise de l’ONU ainsi que ses idéologies mortifères. Car en effet, je ne serais pas étonné qu’avant les prochaines présidentielles les sites comme les votres, celui de feu Alain Soral ou encore n’importe quel média alternatif comme par exemple Agoravox pourraientt être soudainement censurés.

    Le bonne nouvelle c’est que celà conduira à de violentes émeutes, probablement les plus violentes de l’Histoire de France, du moins je préfère que l’on en arrive là que d’être en permanence fliqué par l’Etat. Ca c’est mon côté anarchique 😉

     

     

    • Commentaire de Manuela:

      oui vous avez raison moi aussi j’aimerai bien un petit bazar de ce genre (non pas que je souhaite être une nouvelle Jeanne Hachette) mais j’aimerais tellement botter les fesses de certain(es).

      En même temps quand on dit la vérité c’est anarchique…

      • Commentaire de kasimar:

        Honnêtement je n’ai pas peur de l’anarchie, la loi du plus fort ou plutôt du plus malin s’y exprimerait. Les gens qui nous dirigent ne regarderont toujours que leur petit intérêt. Plus ça va, plus je me dis que l’Homme est en fait fait pour vivre dans une société anarchique. Car aucun système de gouvernance n’est adapté à l’humain.

    • Commentaire de Léonidas Durandal:

      Tout d’abord, il est impossible de se protéger entièrement sur le réseau.
      Ensuite, la censure n’amène que le silence. Qu’est-ce que la censure de mon compte Google/youtube et celui de nombreux autres, a changé ???? Nous sommes tout petits, mal organisés, peu réactifs, féminisés.
      Quand un pouvoir politique a décidé d’abuser, il coupe les moyens de communications, puis use de moyens de plus en plus tortionnaires. Et aujourd’hui, je ne vois pas les gens se donner les moyens de réagir. Il faut qu’ils mangent à la fin du mois.

      • Commentaire de kasimar:

        Justement l’Internet nous a offert cette faveur de contrecarrer le mensonge des dominants et de ses complices, et il est de notre devoir de continuer dans cette voie-là, en croisant les doigts pour que des hackers genre Anonymous se battent pour la liberté du Web contre notre ennemi commun, l’Etat policé et répressive pour imposer la pensée unique.

        • Commentaire de Léonidas Durandal:

          Anonymous, laissez moi rire. Le jour où le gouvernement aura besoin d’eux pour dégommer un site comme le mien, je leur fais confiance pour être là. Leur image sera récupérée ou ils se laisseront manipuler.

          • Commentaire de kasimar:

            Mais s’ils le font, je n’aimerais pas être à leur place et me regarder en face d’un miroir, car pour le coup je n’aurais pas eu l’impression d’avoir accompli un acte héroïque

  6. Commentaire de Mapoule:

    Salut

    j’étais inscrite à tes vidéos il y a un moment, problème je ne me souvenais plus de ton nom, heureusement j’ai fini par recevoir une newsletter « ha mais c’est lui !!! »

    quelle est le nom de ta chaine sur youtube stp, durandal, je ne trouve pas. Merci

     

     

  7. Commentaire de gastirad39:

    Encore une preuve de la complicité des partis d’alternance gouvernementale, surtout envers le féminisme, mais pas seulement !

  8. Commentaire de François ALLINE:

    Bonjour Léonidas, la pénalisation des clients appelés « prostitueurs » serait d’origine Sarko/Fillon ? Je croyais qu’ils avaient pénalisé le racolage des prostituées ? Et que pour le harcèlement de rue, c’était sous Hollande.

    Je me suis planté dans les dates et responsabilités ?

    • Commentaire de Léonidas Durandal:

      Désormais, je mets mes références en lien directement dans l’article sans les numéroter quand il ne s’agit pas de développer un argumentaire universitaire. Référez-vous au lien qui est déjà dans l’article et qui renvoie à : « Prostitution quand on ne sanctionne que les hommes » de décembre 2011. Dans l’article de Libération, vous verrez que le débat a été initié par des députés PS en commun avec Les Républicains et que parmi le gouvernement, Roselyne Bachelot a introduit l’idée de pénaliser les clients. ce débat a commencé sous l’ère Sarkozy/Fillon, ce qui a permis de faire voter la loi un peu plus tard, en 2013.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    Pour recevoir l'infocourriel mensuel

    Dernière étape : Cliquez sur le courrier qui va vous être envoyé pour valider votre inscription