Accueil » Domination féminine » Stigmatiser les garçons à partir de témoignages anonymes : la nouvelle forme de propagande féministe
Antiféminisme Aimeles

Stigmatiser les garçons à partir de témoignages anonymes : la nouvelle forme de propagande féministe

Publié le 18 janvier 2017 par Léonidas Durandal à 14 h 09 min

Quand dans un monde en crise, les hommes se retrouvent plus au chômage que les femmes, plus à la rue, que les différences salariales en faveur des hommes sont de plus en plus perçues comme une manipulation, que les hommes souffrent de nombreux autres maux, principalement en matière familiale, que les décès par violence conjugale touchent aussi les hommes et que les chiffres sont dérisoires en comparaison des autres causes de mortalité, que des quotas ont été instaurés dans tous les domaines d’activité que les femmes avaient sous-investi, comment les féministes allaient pouvoir continuer à entretenir l’impression d’une domination patriarcale ? 

La réponse vient de nous être donnée : se détacher de la réalité et fabriquer une fiction auprès des enfants. La nouvelle mode féministe consiste à multiplier les plaintes individuelles qui donnent aux femmes, et en particulier aux jeunes filles, l’impression d’être harcelées collectivement parce qu’un seul homme de l’entourage d’une autre femme, a eu un mot, au pire, déplacé.

Vous pensez que j’exagère ? En fait, la réalité va bien plus loin. L’effet ruche jouant, beaucoup de jeunes filles y croient. Non seulement elles se mettent à relayer les blagues douteuses comme autant d’agressions systémiques, mais de surcroît, elles assimilent des comportements masculins polis et respectueux à leur encontre comme appartenant à “la culture du viol”. Dernièrement, une féministe française a même cherché à faire licencier un technicien du téléphone parce qu’il avait osé la rappeler en utilisant son carnet d’adresses professionnelles. Elle ne s’est posée aucune question concernant sa démarche, jusqu’à communiquer ouvertement sur les réseaux sociaux en exprimant sa fierté d’avoir ainsi défendu ses soeurs. Celle-ci possède un blog “conscient” suivi par une petite horde d’internautes voyeuristes avides de se satisfaire de son narcissisme. La lecture prêterait à s’étouffer de rire si la multiplication de ces clones incultes ne finissaient pas par embrumer l’inconscient collectif pour faire condamner injustement des hommes.

 

Progrès de la machinerie sociale

Autrefois, des exemples individuels servaient plus ou moins bien la propagande féministe. Mais le système se heurtait à la réalité. Désormais, plus besoin de chiffres, de statistiques bidonnées, ou de figures douteuses qu’il ne fallait pas étudier de trop près sous peine de s’apercevoir de la forfaiture (procès de Bobigny d’infanticide par avortement, Alexandra Lange etc.). Un message sur internet exprimant son sentiment d’avoir été agressée, suffira, qu’il soit vrai ou faux d’ailleurs.

Tout a commencé en 2010, avec Vie de meuf, édité par Osez le féminisme. Depuis, le nombre de sites spécialisés dans ce genre de récit a explosé : harcèlement de rue, à la fac, chez les avocats, dans le milieu du sport. Le filon est inépuisable surtout dans les milieux ultra-féminisés où les femmes sont devenues majoritaires et où elles peuvent désormais exercer un contrôle totalitaire sans risque. Comme de bien entendu, la manipulation a fini par déborder puisqu’elle s’adresse désormais directement à des enfants. Les histoires facétieuses du collège vont pouvoir se répandre en un lieu où des êtres en devenir n’ont aucun recul pour analyser le discours féministe. Au contraire, il est même à penser que beaucoup de professeurs largement acquis à cette cause, la soutiendront sans mesure et participeront ainsi au manque de recul des élèves. De quoi assigner encore plus les garçons dans leurs retranchements et faire d’eux des ennemis du système alors qu’ils y sont déjà suffisamment poussés par un manque d’empathie certain les concernant. 

Un bon mot lancé au milieu de nulle part peut devenir l’objet de toutes les attentions. Une réplique scénarisée faire le tour des têtes. Une phrase venue du fin fond d’une université de banlieue, prouver le « machisme ordinaire » tandis qu’il s’agit probablement de relations hommes femmes avec ce qu’elles comportent d’incompréhensions ou de raillerie. A l’inverse, si ce sont des garçons qui s’organisent pour donner leur image des filles, même de manière secrète, et que celle-ci déplaît aux féministes, leur initiative est immédiatement dénoncée publiquement comme une atteinte sexiste, et censurée au nom de lois totalitaires qui, for heureusement, restent à inventer. Toujours ce même narcissisme féminin qui leur permet d’appliquer un deux poids deux mesures quand cela les arrange. Dès lors, les phrases d’hommes pleines d’humour, sont prises au premier degré. Mais les comportements objectifs de femmes sans morale, restent cachés. 

Pour faire passer la pilule, la dénonciation féministe n’a l’air de “>

Lire la suite

61 Commentaires

    Laisser un commentaire

    Premier commentaire ou VPN ? Le commentaire sera mis en attente de validation

    -

    Votre sexe SVP :

    -

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.