Accueil » Etat de droit et politique » Les féministes n’accepteront jamais que les hommes aient des droits
Antiféminisme Aimeles

Les féministes n’accepteront jamais que les hommes aient des droits

Publié le 14 janvier 2017 par Léonidas Durandal à 11 h 20 min

Partagez une nation en deux. Inévitablement les droits des uns s’opposeront aux droits des autres. Si vous continuez l’opération de division, vous aurez alors une guerre civile. Telle est l’époque que nous vivons entre hommes et femmes, entre croyants et non croyants, entre Français de souche et Français de papier. Le féminisme a entériné la victoire de celles qui voulaient défendre leurs droits contre ceux des autres. Il a ainsi ouvert la voie à la division. Ce n’est évidemment pas le premier mouvement de sédition à l’intérieur d’une nation, le satan étant étymologiquement le diviseur. Mais c’est celui auquel nous devons faire face de manière aiguë aujourd’hui.

Pour séparer le sort des hommes et des femmes, il a fallu d’abord faire diverger leur histoire. Les féministes ont donc inventé une mythologie dans laquelle hommes et femmes s’étaient perpétués séparément, comme s’ils ne s’étaient jamais rencontrés en un plein accord pour se reproduire. Pour asseoir leur démonstration, elles ont travaillé sur le postulat que les femmes avaient été les esclaves des hommes, ignorant au passage que même les animaux en captivité ne se reproduisent pas. Centrées sur leurs souffrances présentes, elles ont accusé les hommes d’en être à l’origine et ont commencé à refuser l’altérité pour construire une société parallèle. De nos jours, cette société parallèle a submergé la société réelle. Et en imposant leurs droits, elles nous ont privé des nôtres.

Jamais les droits d’une femme ne pourront se construire sans ignorer les droits des hommes. Les prérogatives des femmes se sont donc étendues à l’infini jusqu’à l’énoncé de lois censées être garantes de l’égalité de traitement mais qui n’ont plus rien de justes. En vérité, même si cela n’est pas dit de manière explicite, les hommes sont privés de tout droit. Entre deux candidats de niveau égal ou pas, il faudra embaucher une femme, pourtant déjà favorisée par ses attraits. Elle sera ministre, au conseil d’administration d’une grande entreprise, « experte » à la télévision, cariste, ouvrière du bâtiment, parce qu’elle est une femme. Vous me direz, il reste encore des hommes dans ces métiers là et dans d’autres, formés par notre société. Seulement à compétence égale, ils passeront derrière les femmes. De surcroît, en matière de formation, tout un système sexiste, ayant accepté cette mythologie féministe, travaille déjà à exclure les futurs travailleurs hommes et à faire baisser le niveau.

Non seulement les garçons n’ont pas de droits devenus adultes, mais ils sont rééduqués pour accepter leur servage dès l’enfance. S’ils trouvent un travail, ils devront trouver normal de payer des impôts pour un système ubuesque qui favorise un emploi féminin non rentable et une indépendance financière gagnée sur leur dos, ils devront accepter d’être rançonnés par la justice aux affaires familiales si leur femme décide de s’en aller, et par là-même accepter la répudiation. A l’occasion, ils pourront être désignés pères d’enfants qui ne sont pas les leurs, sans même pouvoir contester l’affaire puisque la société leur restreint l’accès aux tests de paternité, et que de toutes manières elle entérine les situations de fait au seul profit des mères. Ils devront effectuer les travaux, dangereux, épuisants, risqués, dont les femmes ne veulent pas. Et s’ils gagnent plus d’argent, le cas échéant, il faudra qu’ils soient particulièrement rançonnés et culpabilisés, mais aussi qu’ils cèdent la place à la moindre femme qui se présentera pour les remplacer, au nom de l’égalité.

Au fur et à mesure que les « droits des femmes » progressent, le servage des hommes augmente dans la famille, dans le travail ou au niveau de la représentation étatique. Dans notre société, la place d’un homme dépend de la place qu’une femme veut bien lui faire. Voilà pourquoi les féministes ne cessent de répéter que leur situation est fragile. Car elles ont construit un édifice incohérent qui a pour base l’exploitation masculine, et que ce système pourrait être remis en cause du jour au lendemain par quelque prise de conscience inattendue de la part des hommes. La parole masculine contestataire est donc traquée, stigmatisée, dès qu’elle fait un peu d’audience (tapez « censure » dans la zone de recherche de mon blog). Seules les femmes ont droit à la parole, et encore…Objectives concernant le sort des hommes, elles sont vite accusées d’être des esclaves qui s’ignorent, ou de vouloir se rendre intéressantes, et leur propos est alors écarté du débat public pour leur propre bien.

Les hommes ont “>

Lire la suite

125 Commentaires

    Laisser un commentaire

    Premier commentaire ou VPN ? Le commentaire sera mis en attente de validation

    -

    Votre sexe SVP :

    -

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.