Accueil » Domination féminine » Les femmes et leur contrôle des fréquentations des hommes
AIMELES Antiféminisme

Les femmes et leur contrôle des fréquentations des hommes

Publié le 18 juin 2019 par Léonidas Durandal à 23 h 10 min

l’exemple le plus éloquent que je connaisse dans mon entourage est celui d’un ami qui tentait à 20 ans un concours exigeant et dont la mère m’a demandé de le laisser travailler cette année là. Elle n’a pas hésité à intervenir directement pour que je ne le dérange pas et que je ne sois pas un obstacle à sa réussite. D’aucuns pourraient trouver ce récit anecdotique. Voire trouver cette mère admirable de vouloir protéger son petit. Allons quoi, il fallait bien qu’il réussisse. Seulement à 20 ans, prendre en charge un enfant ainsi, c’était douter de son autonomie, de sa motivation à réussir dans la vie, de sa capacité à se concentrer pour des études exigeantes. A 20 ans, dans son esprit tout au moins, il travaillait encore pour elle.

Le petit a effectivement réussi. Il a acquis famille et statut social élevé comme elle l’entendait. Tout va bien en apparence. Sauf que parfois, il lui arrive de se demander pourquoi il a fait tout ça. Selon des critères universellement reconnus, il devrait être l’homme le plus heureux du monde. Sa mère lui a transmis de bons repères. Cependant, il n’a pas encore une autonomie complète symbolique par rapport à elle. Il a agi pour elle, jusqu’à un âge trop avancé. Et du coup, toutes les richesses qu’il possède ne réussissent pas à le combler. Il est vrai que personne n’échappe à la quête de sens dans une vie. Cependant l’homme sous tutelle d’une mère sera toujours déchiré entre une conception personnelle de la vie, donc une autonomie de fait, et un cadre maternel enfermant qui l’aveuglera, même au milieu des honneurs. Pour le dire plus simplement, il ne saura jamais s’il a agi pour lui ou pour elle. Voyez combien la civilisation est difficile d’accès. Celle-ci n’exige pas seulement l’élévation sociale, mais l’autonomie psychique des hommes qui réussissent.

Plus qu’une personne venant d’Afrique noire, ce garçon avait pourtant hérité d’un capital culturel important, moins qu’un sémite d’aujourd’hui, il ne sanctifiait sa mère, mais comme un nordique il avait reçu en héritage une vision tribale de la société qui l’a empêché, jusqu’à aujourd’hui, d’édifier notre civilisation. Vous noterez combien ici comme ailleurs, l’immigration peut constituer un déchirement, financier, culturel, familial important, même chez une personne qui a « réussi ». Si nous voyons beaucoup de descendants d’immigrés italiens ou espagnols lutter pour la cause nationale française, ce n’est pas un hasard. Chez eux, le combat pour l’intégration à notre civilisation est épidermique. Il rappelle trop de souffrances endurées pour le laisser à des dilettantes. Alors que nombre de Français de souche ont renoncé et retournent progressivement à des conceptions tribales du monde, eux, ne s’y résignent pas facilement.

Dans le couple

Une femme a accepté de faire de vous son champion. Elle vous autorise à user de son corps, pour le plaisir, pour avoir des enfants, mais en échange, elle veut que vous adoptiez telle ou telle attitude. Surtout, pour ne pas que vous changiez de conception de la vie, elle va contrôler vos fréquentations. Et je ne parle pas des autres femmes sur lesquelles une épouse a largement un droit de regard. Mais de vos fréquentations masculines. Un jeune homme laissé libre, pourrait s’enticher de quelque maître en humanité glorieux qui lui ferait aimer sa propre autonomie. Voilà qui est plus dangereux qu’une aventure d’un soir.

Je m’explique. Un enfant voit pour la première fois un vélo. Le voilà qui comprend instinctivement que cette machine va lui permettre d’explorer son environnement par ses propres moyens. L’enfant, en particulier garçon, va aimer le vélo qui rend libre. La mère va lui faire utiliser une draisienne pour qu’il apprenne l’équilibre mais surtout qu’il ne tombe pas. Elle va lui mettre une petite roue sur le côté pour lui faire gagner en confiance. Puis elle va lui mettre un casque et exiger que la loi fasse porter des protections à tous les enfants. Puis elle l’accompagnera partout où elle ira pour lui éviter d’avoir à prendre son vélo tout seul et lui fera aimer la voiture, cet instrument de confort et d’amollissement général. A la fin, la plupart des garçons détesteront utiliser le vélo et l’abandonneront à leur vision molle d’une efficacité plus que douteuse. Pire, l’enfant aura oublié le principal. Faire du vélo, c’est prendre des risques et désirer l’aventure.

A la fin dans le couple, comme avec l’usage « >

Lire la suite

6 Commentaires

  1. Ping de Hancel de sexe male:

    « Mineur un jour, mineur toujours. » D’où pédophilie ?

  2. Ping de Thomas Assez de sexe male:

    cette article m'a fait repensé à ces 2 faits :

    https://www.youtube.com/watch?v=exAVS63MxhM

    une mère qui frappe son fils, on ne parle pas de violence, pire elle est traité comme une héroine par tous les médias américains, imaginez que ce soit son père …

    http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2018/11/08/01016-20181108ARTFIG00007-affaire-mounia-haddad-la-justice-rend-sa-decision-ce-jeudi.php

    un père qui essaie de proteger sa fille en la ramenant à la maison puisque disparue sans nouvelle avec ses économies prises par le nouveau companion, marié illégalement (religieusement mais pas civilement)… et on parle carrément de séquestration et jugé avec de la prison ferme !

     

     

  3. Ping de Léonidas Durandal:

    (Vidéo) "Dracarys – Pourquoi Ned Stark est un imbécile ?" Tatiana Ventôse du 03/11/2016

    Voilà l'exacte manière des femmes de concevoir la politique : sous l'angle de la manipulation. Pourtant, elle distingue très bien les décisions personnelles, des décisions d'ordre générale, ce qui est plutôt bien pour une femme. Mais pour elle, avec toute son intelligence, les décisions d'ordre général ne sont pas soumises à une forme de vérité. Comme dans les relations personnelles, il faut d'abord prendre en compte les personnes et leur pouvoir. En cela son introduction des visions de Machiavel sur la politique, pourrait être comprise comme une mort de la philosophie en politique, la mort de Sénèque… qui va conduire Néron à la mort politique, et à la mort tout court, processus qui conduit à la mort de notre civilisation également. Car un pouvoir n'est pas fondé sur de l'habileté, mais d'abord sur une idée noble. Le monde est rempli de personnes habiles en politique. Vraiment très habiles, de Machiavels. Et pourtant nous dégénérons. Une idée noble induit sa défense par des moyens habiles. Pas l'inverse. Il faut reprocher à Ned Stark d'avoir été peut-être malhabile. Mais plus certainement écrasé par un monde dégénéré en cours de féminisation sans ordre ni honneur, ce que le spectateur défendeur de Ned Stark et pourtant féminisé, sent implicitement. L'idée de civilisation perdure longtemps dans l'esprit des hommes, même après sa disparition.