Accueil » Etat de droit et politique » Les institutions qui ont émasculé les Français
AIMELES Antiféminisme

Les institutions qui ont émasculé les Français

Publié le 4 mars 2020 par Léonidas Durandal à 21 h 00 min

le demande (Luc 6 30). Toute l’expérience psychiatrique prouve, qu’un être humain se construit avec des limites. Ne pas lui en donner, le plus souvent par lâcheté, c’est le laisser à sa folie. Eduquer un enfant de la sorte, c’est en faire un monstre. Il n’est pas toujours bon de donner à celui qui vous demande, de céder à celui qui vous rackette, de laisser un individu dans sa toute puissance. Ceci pour son propre bien. L’éducation, même à un niveau personnel, est autant faite d’amour que de refus d’amour qui sont de l’amour. Et il a fallu que notre conception de la vie dans notre monde Occidental, même dans les rapports personnels, soit largement féminisée, pour que nous n’en fassions pas le constat évident.

Il est vrai que l’amour d’une mère précède la limite donnée par le père. Mais il n’y a pas prérogative de l’un sur l’autre. Jésus tend certainement à insister sur cet élan premier d’amour, mais qui ne doit en aucun cas, exclure la limite. D’ailleurs combien de petits catholiques sont encore élevés de la sorte, plus que la moyenne, avec de fermes limites, puisqu’ils sont très (trop) gentils. L’étonnant, c’est de voir cette éducation justifier les pires exactions sociales et une faiblesse individuelle coupable, comme si chez nous, et j’en reviens encore là pour boucler la démonstration, le don des limites n’était pas encore autonomisé de la mère/de la société. 

La gentillesse ne devrait, en aucun cas, s’émanciper de l’usage de la force. Lorsque nous avons peur d’aller voir le méchant, de le contredire, nous légitimons aussi son action. Certes, nous sommes tous pécheurs, mais nous ne progresserons jamais en tant que croyant, en oubliant que celui qui nous fait face, nous ressemble. Lutter contre lui, c’est aussi lutter contre soi, en tout cas, doit-il en être ainsi. 

La police/la gendarmerie

Brave citoyen, dormez tranquille, les forces de l’ordre vous soulagent d’avoir à vous défendre. Ils interviendront avec justesse et justice pour la société, et même mieux désormais : dans votre intimité. Police partout, justice nulle part disent les gauchistes. J’entends cette phrase différemment. Etat partout, masculinité nulle part. Et à force de féminisation, les abus de l’état peuvent se multiplier. Quand l’état en a encore les moyens. Car dernièrement, après nous avoir bien émasculés, l’état prend note de son propre échec financier, comme à son habitude, et d’un commun accord avec les racailles, les laisse faire, pour mieux tondre le brave travailleur. Le dernier à subir la rigueur de la justice dans notre société, est celui qui est encore solvable, et qui ne se révoltera pas outre mesure contre l’iniquité ambiante : le gentil con. Laissé sans défense, ce dernier doit accepter le double racket des voyous et de l’état. Les lendemains socialistes déchantent. La tribu civilisée s’accoquine avec les tribus de banlieues.

Dans un monde juste, jamais l’état ne devrait être le seul détenteur de la violence légitime. Les citoyens armés à leur convenance devraient avoir bien des droits en la matière, surtout sur leur propriété. Jamais personne ne devrait être poursuivi pour avoir abattu un voleur, pas plus qu’un voleur ne devrait être poursuivi s’il a cherché à se nourrir. Notre monde en serait plus violent, mais plus juste, et plus emprunt de sens. Nos concitoyens n’auraient peut-être pas été transformés en zombis aux culs flasques. Ils sauraient d’où ils viennent et où ils vont.

A l’inverse, nous avons enfanté des générations de femmelettes qui ont peur de leur ombre. Dans ce monde féminisé, les policiers en rajoutent. Ils savent qu’ils peuvent porter plainte contre le citoyen qui se sera rebellé ou qui les aura violentés, tout ça pour obtenir des dommages et intérêts dans le cadre de leur métier. Un fond d’indemnisation des victimes a même été mis en place pour ce faire, si « le bourreau » n’est pas solvable. Le commun peut également en recevoir les bénéfices. Le pas entre « victime » et « victimisation » a été ici franchi. La société cherche à réparer même le mal qu’elle n’a pas commis, parce qu’elle ne ne veut pas qu’un seul individu puisse échapper à son emprise symbolique, ou tout simplement à la fatalité. Une autre manière insidieuse de faire croire à sa toute puissance.

La violence de l’individu est traquée. Tout au moins n’est-elle plus admise chez les intégrés, et il faut désormais faire meute pour obtenir « >

Lire la suite

10 Commentaires

  1. Ping de Léonidas Durandal:

    "Nantes (Rezé). Armé d’une machette un homme souhaitant récupérer la moto de son fils agressé et laissé pour mort par une bande" Breizh du 15/12/2020.

    Y aller tout seul, ne pas surveiller ses arrières, et s'il avait eu gain de cause , la police le lui aurait reproché : un suicide. 

  2. Ping de Léonidas Durandal:

    (Vidéo) ""… ça a calmé tout le monde" – En direct du tribunal Mont-de-Marsan – Documentaire société" ;police justice action du 15/09/2020.

    Eh oui, notre état nous interdit toute intervention sur la voie publique. Et il écouille à tout va.  

  3. Ping de François ALLINE de sexe male:

    L'évidence que souligne Léonidas donne, aux Etats Unis, cette conséquence ahurissante :

    Pourquoi certains pères américains ont peur d'avoir des fils

    Repéré par Claire Levenson — 20 octobre 2016 à 10h46 : http://www.slate.fr/story/126473/pere-americain-fils-machiste

    Si les parents Américains préfèrent souvent avoir des filles, c'est en parti parce que les pères veulent éviter le défi d'élever un garçon en luttant contre les normes culturelles de la masculinité.

    • Ping de Léonidas Durandal:

      La tournure de cet article est scandaleuse : il faudrait accepter d’avoir des garçons pour les rééduquer ! Scandaleux. Il y a aussi le traditionnel avantage pour les filles (affection et émotion) qui est tourné à leur désavantage pour qu’une autre tarée ait l’occasion de se plaindre, encore.

      Vouloir d’abord une fille pour un homme est le signe d’une immaturité profonde. Au lieu de vouloir se reproduire, en ce cas, l’homme espère remodeler le monde par l’intermédiaire de sa fille, car il a le sentiment que seules les femmes comptent, que seule sa nature féminine a de la valeur. Il croit qu’il va pouvoir lui transmettre une image de père, et en faire une épouse comme il aurait aimé avoir. A la limite de l’inceste.

  4. Ping de Léonidas Durandal:

    En pleine crise de confinement du coronavirus, notre administration ne trouve rien de mieux que de nommer un commissaire politique à l'inclusion dans les entreprises. En somme, un type qui va pouvoir faire pression sur les entreprises pour leur faire embaucher qui il veut. De l'incitation à la corruption pour le financement des partis politiques au placement des femmes, le pouvoir socialiste va pouvoir s'appuyer sur l'avidité des unes pour soumettre les autres, électoralement ou directement par le chantage. Sans parler du coût d'une telle folie en période de crise :

  5. Ping de Léonidas Durandal:

    "Le combat d’un ex-hockeyeur canadien contre les pugilats" Le Monde du 11/03/2020.

    Certainement pour intégrer les femmes dans un futur proche.

  6. Ping de PeterPanpan de sexe male:

    2 QUAND LES HOMMES VONT-ILS REAGIR …QUAND?? WHEN ?? QUAND

    Motivez vous…..haissez vos femmes, vos filles, vos soeurs, vos meres… mais il faut faire quelque chose..ca devient insuportable et intolerable ..finalement les hommes meritent que ca si nous n'agissons pas…oublier les chattes qui mettent les hommes a genoux… branlez vous …il n'y a plus qu'a faire comme les grands hommes de l'epoque..  les Templiers… chasteter envers les femmes si ont peux encore les nommer ainsi…

    2 QUAND LES HOMMES VONT-ILS REAGIE ::QUAND?? WHEN?? QUAND